Psychologie, éducation & enseignement spécialisé
(Site créé et animé par Daniel Calin)

Les auxiliaires de vie scolaire (AVS)
et/ou les accompagnants des élèves en situation de handicap (AESH)


Présentation

Dans l’Éducation Nationale, les AVS sont des assistants d’éducation que la circulaire n° 2003-093 du 11 juin 2003 permet de mettre au service d’un accompagnement à l’intégration scolaire, individuelle (AVSi) ou collective (AVSco), des élèves handicapés. Cette création est inspirée du modèle italien des maestri di sostegno. En réalité, on est loin du compte. Les AVS, comme tous les assistants d’éducation, sont des étudiants, embauchés pour six ans au maximum, à très bas salaire, de plus quasi systématiquement à temps partiel, sans formation autre que symbolique, alors que les maîtres de soutien italiens ont un vrai métier, stable, appuyé sur une formation de trois ans, assez proche de celle des éducateurs spécialisés chez nous. Les AVS risquent fort, à terme, de se substituer aux enseignants spécialisés : avec un salaire de professeur des écoles spécialisé, on doit pouvoir salarier deux ou trois AVS. Trop tentant !

Depuis la création des assistants d’éducation-AVS, nos gouvernants ont inventé “mieux” : dans le cadre de la Loi n° 2005-32 du 18 janvier 2005 de programmation pour la cohésion sociale (sic), dite Loi Borloo, on embauche désormais pour accompagner les élèves handicapés des chômeurs de longue durée, sur des emplois encore plus précaires et encore plus mal payés. On les appelle généralement “EVS” (Emplois Vie Scolaire). J’ai appris récemment (à Genève !) que c’était là un des effets, pour une fois fort peu médiatisé, du “modèle américain” : aux “States”, ce joli monde qui fait rêver tous les psychopathes de la planète, on emploie depuis plus de vingt ans les chômeurs de longue durée à l’accompagnement scolaire des élèves handicapés ! In God we trust !

Nouveau : le décret n° 2014-724 du 27 juin 2014, complété par l’arrêté du 27 juin 2014 et la circulaire n° 2014-083 du 8 juillet 2014, ouvre la possibilité de recruter des AVS, rebaptisés au passage AESH (accompagnants des élèves en situation de handicap), sous contrat à durée indéterminée. Excellente initiative, mais il ne faut quand même pas trop rêver, ce sont bien les solfériniens qui sont aux commandes : le décret oblige à un long passage par la précarité en ne permettant d’accéder à un CDI qu’après six ans de CDD. Les anciens AED-AVS ayant effectué leurs six années maximales peuvent être embauchés ou réembauchés en CDI. Les anciens EVS, après deux ans sous contrat CUI-CAE, peuvent être engagés en CDD d’AESH et accéder au CDI au terme de six années en CDD. Les personnes titulaires d’un diplôme professionnel dans le domaine de l’aide à la personne peuvent être recrutées comme AESH, mais uniquement en CDD et ne peuvent accéder au CDI qu’après six ans de CDD. De plus, l’accès au CDI n’est jamais de plein droit et fait l’objet de diverses conditions, dont un obscur intérêt du service. Côté salaire, les AESH, en CDD comme en CDI, commencent au SMIC... et n’en décollent guère ! Notez enfin que ces nouveaux textes n’abrogent aucun des textes précédents, ce qui laisse toute latitude à nos autorités pour poursuivre tous les types de recrutements précaires actuellement en vigueur.

Ne pas confondre AVS et AVS ! Malgré une relative proximité de leurs fonctions, les auxiliaires de vie scolaire (AVS), travailleurs précaires et sans formation, n’ont hélas pas grand chose à voir avec les auxiliaires de vie sociale (AVS), travailleurs généralement stables, formés, titulaires du Diplôme d’Etat d’Auxiliaire de Vie Sociale (DEAVS). Sur ces autres AVS, voir la page sur leur métier et leur formation sur le site de l’ASKORIA.


Ressources sur ce site

Ailleurs sur le Web

À lire
  • Marc Édouard, Agrandir la vie (Les fonctions des auxiliaires de vie scolaire), CRDP d’Amiens, Amiens, 2003. Préface de Howard Buten.

Informations sur cette page
Valid XHTML 1.1 Valid CSS
Dernière révision : dimanche 13 juillet 2014 – 18:30:00