Création du Certificat d’aptitude à l’enseignement général
des aveugles et des déficients visuels (CAEGADV)

 

Arrêté du 15 décembre 1976

Version modifiée par les arrêtés des 21 août 1987, 8 mars 1989 et 28 juillet 1993, consolidée au 22 août 2008. Voir aussi la version originale.

Journal Officiel de la République Française – 16 Février 1977 – Pages 964-965 N.C.

Ministère de la Santé

Le secrétaire d’Etat auprès du ministre de la santé (Action sociale),
Vu l’arrêté du 25 avril 1942, validé et modifié par l’arrêté du 20 avril 1946, relatif à l’agrément et au contrôle des établissements privés de sourds et d’aveugles, et notamment son article 4 instituant un certificat d’aptitude pour l’enseignement des sourds et des aveugles dans ces établissements ;
Vu l’arrêté du 23 avril 1946 modifié relatif au certificat d’aptitude à l’enseignement des aveugles dans les établissements privés (titre Ier) ;
Vu l’arrêté du 22 août 1947 modifié relatif à l’agrément des établissements privés d’enseignement aux aveugles et aux sourds-muets ;
Vu l’article 93 de l’arrêté du 7 juillet 1957 relatif aux conditions d’installation et de fonctionnement des établissements pour mineurs inadaptés ;
Sur proposition du directeur de l’action sociale,
Arrête :

 


Article premier

Les dispositions de l’arrêté du 23 avril 1946 modifié, titre Ier, sont abrogées et remplacées par les dispositions suivantes.

Article 2

Il est institué un certificat d’aptitude aux fonctions de professeur d’enseignement général permettant d’enseigner, en qualité de professeur spécialisé soit dans le cycle élémentaire, soit dans le premier cycle du second degré, aux élèves des établissements pour aveugles et déficients visuels qui relèvent du ministère de la santé, à l’exclusion des établissements nationaux.

Article 3

Ce certificat est délivré aux candidats qui ont subi avec succès les épreuves d’un examen en deux parties organisé par le ministère de la santé. La seconde partie de cet examen est séparée de la première par au moins une année de préparation.

Aucun candidat ne peut se présenter à la seconde partie s’il n’a subi avec succès les épreuves de la première.

Le certificat d’aptitude à l’enseignement général des aveugles et des déficiente visuels ne pourra être délivré qu’aux candidats reçus aux deux parties de l’examen.

Article 4

Pour prendre part aux épreuves de la première partie, les candidats doivent :

A. – Au moment de l’entrée en cycle de formation, être titulaires :

a) Pour le cycle élémentaire :

  • soit d’une licence ;
  • soit d’un titre, d’un diplôme ou qualification admis en équivalence de la licence et permettant de faire acte de candidature au concours externe de professeur des écoles conformément à l’arrêté du 4 juin 1991 (Journal officiel du 11 juin 1991) du ministère de l’éducation nationale relatif aux titres, diplômes ou qualifications admis en équivalence de la licence pour l’inscription au concours externe de professeur des écoles ;
  • soit du diplôme professionnel de professeur des écoles ou de l’ancien certificat d’aptitude pédagogique d’instituteur, délivrés par le ministère de l’éducation nationale ;

b) Pour le premier cycle du second degré :

  • des titres universitaires requis par le ministère de l’éducation nationale (arrêté du 7 juillet 1992).

B. – À la date d’inscription à l’examen, justifier de 500 heures de stages pédagogiques effectuées durant la période de formation préparant à la première partie de l’examen, dans un ou plusieurs établissements autorisés pour déficients visuels ou aveugles. Pour prendre part aux épreuves de la seconde partie, les candidats doivent, à la date de l’inscription, justifier de 500 heures de stages pédagogiques effectuées durant la période de formation préparant à la deuxième partie de l’examen, dans un ou plusieurs établissements autorisés pour déficients visuels ou aveugles.

Article 5

Les titulaires du diplôme professionnel de professeur des écoles (ou de l’ancien certificat d’aptitude pédagogique), délivré par le ministère de l’éducation nationale, sont dispensés des deux épreuves écrites de la première partie.

Article 6

Un arrêté du ministre de la santé fixe le lieu et la date des sessions deux mois au moins avant l’ouverture de chacune d’elles.

Article 7

Les candidatures doivent être adressées à la direction régionale des affaires sanitaires et sociales, au plus tard un mois et demi avant la date de chaque session, par l’intermédiaire des directeurs d’établissement, qui s’assurent de la bonne constitution des dossiers.

Le dossier d’inscription comprend :

  • une demande d’inscription sur papier libre ;
  • une fiche d’état civil ;
  • un certificat de nationalité française ;
  • une attestation relative aux stages requis à l’article 4 ;
  • une copie ou photocopie certifiée conforme des diplômes requis à l’article 4 ;
  • le cas échéant, copie ou photocopie certifiée conforme des titres visés à l’article 5 ci-dessous.

Article 8

L’examen a lieu devant un jury nommé par le ministre de la santé. Ce jury est composé comme suit :

Président.

Le directeur de l’action sociale ou son représentant.

Membres.

  • Un inspecteur de l’enseignement désigné par le ministre de l’éducation ;
  • Un inspecteur technique et pédagogique du ministère des affaires sociales, de la santé et de la ville, chargé des établissements publics ou privés agréés d’enseignement de déficients visuels et de jeunes aveugles ;
  • Un ophtalmologiste attaché à un établissement pour aveugles ou déficients visuels ;
  • Un responsable d’enseignement d’un centre de formation préparant à cet examen ;
  • Deux professeurs à l’institut national des jeunes aveugles ;
  • Deux professeurs d’établissements agréés pour aveugles ou déficients visuels autres que l’I.N.J.A.
  • Une ou plusieurs personnes qualifiées, choisies en fonction des épreuves que comporte l’examen, peuvent être adjointes au jury.

L’arrêté fixant nommément le jury désignera quatre membres suppléants.

En cas de partage des voix, celle du président est prépondérante. Le président, lorsqu’il est empêché, est suppléé par l’inspecteur technique et pédagogique spécialisé pour les déficients visuels du ministère des affaires sociales, de la santé et de la ville ou, à défaut, par l’inspecteur du ministère de l’éducation nationale. À défaut, les membres du jury désignent l’un d’entre eux.

Le secrétariat est assuré par le ministère des affaires sociales, de la santé et de la ville.

Article 9

Les épreuves de l’examen portent sur les matières du programme annexé au présent arrêté(1).

Article 10

La première partie comporte deux épreuves écrites, deux épreuves orales et deux épreuves de braille intégral.

La seconde partie comporte deux épreuves écrites, deux épreuves orales, deux épreuves de braille abrégé et trois épreuves pratiques.

Les trois épreuves pratiques de la seconde partie ne peuvent être subies qu’après réussite à l’ensemble des épreuves écrites, orales et de braille de la première et de la seconde partie. Elles ont lieu dans l’établissement dans lequel le candidat est en stage, devant une commission déléguée par le jury et choisie en son sein.

A. – Epreuves de la première partie.

Epreuves écrites :

1. Une composition de psychologie générale de l’enfant et de l’adolescent (durée : quatre heures ; coefficient 2) ;

2. Une composition de pédagogie générale et de méthodologie (durée : quatre heures ; coefficient 2).

Pour cette seconde épreuve, il sera proposé deux sujets, l’un pour le cycle primaire, l’autre pour le premier cycle du second degré.

Epreuves orales :

1. Anatomie, physiologie, pathologie et hygiène des organes des sens (coefficient 1) ;

2. Information générale sur les aveugles et les déficients visuels (coefficient 1).

Epreuve de braille intégral :

1. Ecriture, sous la dictée, d’un texte simple d’une trentaine de lignes braille. Le texte sera complété par quelques données numériques (coefficient 1) ;

2. Lecture à haute voix, sans préparation, d’un texte en braille intégral d’environ 1500 caractères. Le jury, après avoir donné le temps nécessaire au candidat pour une relecture muette du même texte, lui posera quelques questions permettant de vérifier la compréhension de ce texte (coefficient 1).

B. – Epreuves de la seconde partie.

Épreuves écrites :

1. Psycho-pédagogie de l’enfant et de l’adolescent aveugles ou déficients visuels (durée : quatre heures ; coefficient 2).

Il sera proposé deux sujets, l’un pour le cycle primaire, l’autre pour le premier cycle du second degré.

2. Monographie portant sur un problème de psycho-pédagogie des aveugles et des déficients visuels (coefficient 2).

Le sujet de cette monographie sera choisi par le candidat et approuvé par le responsable du centre de formation. Quinze exemplaires dactylographiés, comportant tous la même pagination, en seront expédiés au ministère de la santé un mois et demi au plus tard avant la date de l’examen.

Epreuves orales :

1. Entretien avec une commission du jury portant sur la monographie fournie par le candidat (coefficient 1) ;

2. Une interrogation sur la psychologie de l’enfant et de l’adolescent aveugle ou déficient visuel (coefficient 1).

Epreuves de braille abrégé :

1. Ecriture, sous la dictée, d’un texte d’une vingtaine de lignes braille, complété par quelques données numériques (coefficient 1) ;

2. Lecture à haute voix, sans préparation, d’un texte en braille abrégé d’environ 1500 caractères. Le jury, après avoir donné le temps nécessaire au candidat pour une relecture muette du même texte, lui posera quelques questions permettant de vérifier la compréhension de ce texte (coefficient 1).

Epreuves pratiques :

1. Première leçon (durée maximale : quarante-cinq minutes ; coefficient 3).

2. Deuxième leçon (durée maximale : quarante-cinq minutes ; coeficient 3).

Pour les candidats ayant choisi l’option Cycle élémentaire, les deux leçons devront s’effectuer dans des classes de niveaux distincts et dans des disciplines différentes.

Pour les candidats ayant choisi l’option Premier cycle du second degré, les deux leçons s’effectueront dans des classes de niveaux distincts.

3. Interrogation orale portant sur la connaissance et la manipulation du matériel pédagogique en usage dans les établissements d’aveugles et de déficients visuels (coefficient 1).

Les candidats ayant choisi l’option Premier cycle du second degré seront de plus interrogés sur le matériel et les codifications braille, lorsqu’ils existent, en rapport avec la discipline qu’ils professent.

Article 11

Les candidats déjà titulaires d’une option du certificat d’aptitude à l’enseignement général des aveugles et des déficients visuels qui souhaitent obtenir l’autre option doivent subir, dans la seconde option choisie, la première épreuve écrite et les épreuves pratiques de la seconde partie.

Article 12

Le jury détermine, pour chaque épreuve orale, la durée de l’épreuve elle-même ainsi que celle de sa préparation.

Article 13

La durée de la préparation pour chacune des épreuves pratiques de la deuxième session est fixée par le jury ; elle ne peut excéder une heure.

Article 14

Toutes les épreuves sont notées de 0 à 20 ; le candidat qui obtient une note inférieure à 5 à l’une des épreuves écrites et orales ou à 10 à l’une des épreuves pratiques et de braille est éliminé.

Article 15

Sont déclarés admis à chacune des parties de l’examen les candidats qui, pour l’ensemble des épreuves, ont obtenu une moyenne générale au moins égale à 10.

Les candidats qui ne sont pas admis à la première partie ne peuvent se représenter qu’à la session suivante. Si la non-admission est due à une note éliminatoire à l’une des épreuves de braille, ils peuvent demander à conserver le bénéfice des notes obtenues aux épreuves écrites et orales si la moyenne obtenue à l’ensemble de ces épreuves est au moins égale à 10.

Les candidats qui ne sont pas admis à la seconde partie ne peuvent se représenter qu’aux deux sessions suivantes. Si la non-admission est due à une note éliminatoire à l’une des épreuves de braille, ils peuvent demander à conserver le bénéfice des notes obtenues aux épreuves écrites et orales si la moyenne obtenue à l’ensemble de ces épreuves est au moins égale à 10. Si la non-admission est due à une note éliminatoire à l’une des épreuves pratiques, ils conservent les notes obtenues aux épreuves écrites, orales et de braille.

Article 16

Des mentions peuvent être attribuées par le Jury à l’issue de la seconde partie. Elles sont déterminées d’après la moyenne obtenue par chacun des candidats à l’ensemble des épreuves de l’examen, selon l’échelle ci-après :

  • « Assez bien » : 13-14 ;
  • « Bien » : 15-16 ;
  • « Très bien » : à partir de 17.

Article 17

Le certificat d’aptitude à l’enseignement général des aveugles et des déficients visuels est décerné, au nom du ministre de la santé, par le chef du service régional de l’action sanitaire et sociale. Mention sera portée sur le diplôme de l’option choisie : Cycle élémentaire ou Premier cycle du second degré.

Article 18

Les dispositions du présent arrêté sont applicables à compter de la session de 1978.

Les candidats inscrits à une école de formation en vue de préparer le certificat d’aptitude à l’enseignement général des aveugles avant la parution du présent arrêté peuvent, à titre transitoire et jusqu’au 31 décembre 1979, être autorisés à subir les épreuves prévues par l’arrêté modifié du 23 avril 1946.

Article 19

Le directeur de l’action sociale est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 15 décembre 1976.

René LENOIR.

 

Barre de séparation

 

Annexe

(non parue au Journal officiel)

Programme et commentaires annexés à l’arrêté modificatif du certificat d’aptitude à l’enseignement général des aveugles et des déficients visuels

I. – Psychologie de l’enfant et de l’adolescent

Première section : Psychologie de l’enfant

Commentaire :

Cette section a pour objectifs de vérifier :

  • les connaissances des candidats concernant le développement psychologique de l’enfant en tenant compte des résultats des recherches récentes en la matière ;
  • l’aptitude à mettre en relation ces connaissances avec leurs observations et leurs pratiques pédagogiques.
1. Le vécu des parents à la naissance de l’enfant. Le projet parental.
2. Le nouveau-né et ses besoins, les relations parents-enfant.
3. Les étapes significatives du développement de l’enfant à partir des dimensions psychomotrice, intellectuelle et affective.
4. Les processus d’apprentissage.
5. Les signes du mal-être chez l’enfant : éléments de psycho-pathologie infantile.

Deuxième section : Psychologie de l’adolescent

Commentaire :

Cette section a pour objectif de vérifier les connaissances des candidats concernant la psychologie de l’adolescent et la recherche de réponses les mieux adaptées à sa manière d’être et d’agir.

1. Place et statut de l’adolescent dans notre culture.
2. L’adolescent face à son corps.
3. L’évolution de l’organisation psychique et de l’affectivité.
4. Les relations parents-adolescent.
5. La scolarité et l’orientation.
6. La psychopathologie des conduites de l’adolescent.

II. – Pédagogie générale et méthodologie

Première section : Connaissance de l’institution scolaire

Commentaire :

Cette section a pour but d’apprécier les capacités des candidats à se référer, dans leur action pédagogique à l’organisation de la scolarité ordinaire et à collaborer avec les institutions scolaires.

1. L’organisation générale de l’éducation nationale et la nouvelle politique de l’école.
2. L’organisation de la scolarité : cycles, programmes, orientation des élèves.
3. Les établissements d’enseignement, les personnels et leur formation.

Deuxième section : L’action éducative

Commentaire :

Cette section a pour but d’apprécier la capacité des candidats à analyser les pratiques pédagogiques et à adopter des attitudes et des méthodes adéquates, notamment lorsqu’il s’agit d’enfants ou d’adolescents en difficulté dans leurs apprentissages scolaires et pour lesquels des projets personnalisés doivent être mis en œuvre.

1. Les grands courants de la pensée pédagogique.
2. Les finalités et les objectifs : l’évaluation, les programmes, les progressions, les séquences pédagogiques, les rythmes scolaires.
3. Différentes méthodes d’apprentissage, la remédiation.
4. La communication dans la classe : les relations éducatives (la relation duelle, la relation au groupe...). Echecs et réussites.
5. Les facteurs extérieurs à l’école influençant les apprentissages scolaires.

III. – Les organes des sens

Première section : La vision

Commentaire :

En ce qui concerne les connaissances d’anatomie et de physiologie, ne seront exigées des candidats que les notions nécessaires à une bonne compréhension des pathologies oculaires, et de leurs conséquences, et de la vision fonctionnelle.

1. Notions fondamentales d’optique.
2. Anatomie et physiologie.
3. Perception et examen ophtalmologique.
4. Classification des déficiences visuelles ; éléments de pathologie oculaire ; mesures de prévention et de dépistage, diagnostic et traitement.
5. Les basses visions et leur rééducation ; correction optique ; aides optiques ; confort visuel.

Deuxième section : Les autres sens et leur fonction de suppléance

Commentaire :

L’objectif de cette section est de vérifier les connaissances des candidats quant aux possibilités de suppléance et de complémentarité des autres sens par rapport à la vision.

Seule sera exigée la connaissance des éléments d’anatomie et de physiologie nécessaires à une bonne compréhension de l’aspect fonctionnel.

1. L’audition, la perception spatiale auditive.
2. Le toucher. Les sensibilités cutanées : mécanique, thermique.
3. Les sensibilités proprioceptives.

IV. – Information générale sur les aveugles et les déficients visuels

Commentaire :

L’objectif de cette partie est de vérifier que les candidats ont acquis une bonne connaissance de la population handicapés visuels sous l’angle institutionnel et social.

1. Données statistiques.
2. Législation concernant les personnes handicapées, et plus particulièrement celle concernant les aveugles et déficients visuels.
3. Les structures d’éducation spécialisée et les structures pour adultes.
4. Les personnels spécialisés : formations, fonction, les équipes pluridisciplinaires des établissements.
5. La vie sociale, culturelle et professionnelle.
6. Les moyens d’accès à l’information et les aides techniques.
7. Les principales organisations et associations nationales et internationales pour aveugles et déficients visuels.

V. – Psychopédagogie de l’enfant et de l’adolescent aveugle ou déficient visuel

Commentaire :

Ici, les éléments de psychopédagogie pouvant donner lieu à interrogation font largement appel à des approches spécialisées liées à la déficience visuelle ou à la cécité. L’objectif majeur est de vérifier que les candidats ont assimilé la nécessité de :

  • la mise au point de stratégies pédagogiques permettant un développement maximal des possibilités sensorielles restantes de leurs élèves ;
  • l’utilisation conjointe de ces possibilités afin de compenser au mieux le handicap.

Les didactiques énumérés concernent l’enseignement préélémentaire, élémentaire et secondaire, premier cycle. Pour les candidats ayant choisi l’option premier cycle du secondaire, il sera tenu compte des spécialités professionnelles des candidats.

Première section : Aspects fondamentaux

1. Education à l’autonomie des activités motrices : travail manuel, activités de la vie journalière et autonomie dans les déplacements (locomotion).
2. Apprentissage des méthodes d’observation multisensorielle.
3. Représentation du réel : les différents modes, les systèmes symboliques, le dessin en relief.
4. Outils pédagogiques et leur adaptation, les outils spécifiques.
5. Apprentissage des moyens d’accès à l’information : l’outil informatique (plages tactiles, synthèses de parole, téléagrandisseurs, logiciels spécifiques...), l’audiovisuel.
6. L’éducation précoce.
7. L’intégration scolaire : aspects institutionnels et relationnels, dimensions d’une pédagogie de soutien.
8. Education des enfants et adolescents aveugles ou déficients visuels avec handicaps associés : structures, équipes d’intervenants, démarches pédagogiques.

Deuxième section : Les didactiques

1. Lecture et écriture (braille et ordinaire) en fonction des possibilités visuelles. Utilisation des aides techniques.
2. Langue française.
3. Mathématiques.
4. Histoire et géographie.
5. Physique, chimie.
6. Sciences naturelles.
7. Travaux manuels éducatifs.
8. Education musicale.
9. Education physique et sportive.

VI. – Psychologie de l’enfant et de l’adolescent aveugle ou déficient visuel

Commentaire :

L’objectif est ici de vérifier les connaissances des candidats sur les répercussions de la déficience visuelle ou de la cécité sur le développement psychologique de l’enfant et de l’adolescent.

1. Etablissement des premières relations objectales chez l’enfant aveugle.
2. Développement cognitif et organisation spatio-temporelle. Les images mentales.
3. Effets de la cécité dans la construction du corps projectif.
4. Aspects spécifiques de la psychologie des amblyopes.
5. Orientation, insertion socioprofessionnelle et représentations du handicap visuel.
Les risques de déviance de la personnalité.

VII. – Le système Braille

Commentaire :

Les épreuves de braille intégral et de braille abrégé pourront faire appel aux connaissances du paragraphe 3 ci-dessous.

1. Le braille intégral.
2. Le braille abrégé orthographique étendu français.
3. Quelques notions élémentaires sur les notations particulières : notation musicale, notation mathématique, lettres spécifiques aux langues étrangères les plus courantes.

 

Retour en haut   Retour en haut
Autres textes officiels Valid CSS Valid HTML 4.01 Strict Retour à la page d’accueil
Daniel Calin © Tous droits réservés Dernière révision : lundi 25 août 2008 – 17:30:00