Classes expérimentales d’initiation pour enfants étrangers

 

Circulaire n° IX-70-37 du 13 janvier 1970

B.O.E.N. n° 5 du 29 janvier 1970

Texte adressé aux Recteurs, aux Inspecteurs d’académie

 


La scolarisation des enfants étrangers ne peut s’effectuer dans de bonnes conditions que s’ils acquièrent rapidement l’usage du français, ce qui leur permet de s’intégrer au milieu scolaire et de poursuivre normalement leurs études. Si dans certains cas cet apprentissage peut se faire par imprégnation naturelle, notamment lorsque le nombre d’étrangers n’excède pas quatre ou cinq par classe, et qu’ils sont très jeunes, il n’en va pas de même lorsque les enfants non francophones représentent une forte minorité, voire la majorité de la population d’une école : des solutions spécifiques s’imposent alors. Encore faut-il noter que les étrangers ne constituent pas entre eux un groupe homogène, et que la rapidité de leur adaptation varie considérablement selon l’âge, le milieu socioculturel, la langue maternelle, la scolarité antérieure, etc..

J’ai donc été conduit à autoriser ces dernières années une grande variété d’expériences, confiées à l’ingéniosité des autorités locales et des maîtres. À la suite de mesures prises en commun par mes services et par l’Amicale pour l’enseignement des étrangers, dont j’ai défini le rôle et les responsabilités dans ce domaine par ma circulaire du 15 juillet 1968, le moment me paraît venu de rationaliser ces initiatives pour les élever au niveau de l’expérimentation : les résultats, mesurés avec soin, pourraient alors aider à définir une ligne générale d’action.

Environ cent classes expérimentales d’initiation pour enfants étrangers fonctionnent actuellement dans différents départements. Elles sont confiées à des maîtres qui ont déjà travaillé dans ce domaine l’an dernier, ou qui ont suivi en septembre 1969 le stage organisé à leur intention à Boulogne-sur-Seine. Vous voudrez bien veiller à ce que le recrutement de ces classes soit limité aux étrangers non francophones ayant des aptitudes normales, et qu’il n’excède pas quinze à vingt élèves par classe. Dans toute la mesure du possible, les enfants seront répartis en au moins deux groupes d’âge, la limite inférieure se situant autour de sept ans (les enfants plus jeunes suivent généralement avec profit le cours préparatoire), la limite supérieure à treize ans (au-delà, les enfants peuvent être admis dans les classes d’adolescents organisées par l’Amicale pour l’enseignement des étrangers, là où il en existe, ou placés dans une classe de fin d’études où un aménagement du tiers-temps permettrait l’amélioration de leurs connaissances en français). Ces classes ayant pour objectif une intégration rapide des enfants dans le milieu normal, aucun redoublement ne sera admis.

Leur organisation pédagogique est conçue selon trois formules, qui peuvent d’ailleurs coexister dans une même école, entre lesquelles on choisira selon le public auquel elles sont destinées :

  1. la classe d’initiation instituée pour l’année scolaire entière ;
  2. la classe où chaque groupe d’élèves ne reste qu’un trimestre, voire un semestre. Cette solution a l’avantage d’un meilleur rendement numérique, et celui de s’adapter, avec trois ou deux cycles par an, au rythme d’arrivée des enfants. Elle hâte en outre leur intégration dans le milieu scolaire normal. Mais elle peut se révéler insuffisante dans certains cas ;
  3. le cours de rattrapage intégré, valable surtout pour les plus jeunes enfants, qui consiste à placer les étrangers dans les mêmes classes que leurs camarades français et à ne les regrouper dans l’horaire hebdomadaire normal que pour sept à huit heures d’enseignement de la langue : l’introduction du tiers-temps devrait faciliter matériellement cette disposition.

Dans tous les cas, l’enseignement de la langue sera dispensé selon les méthodes élaborées pour le français, langue étrangère, par le Bureau pour l’enseignement de la langue et de la civilisation françaises à l’étranger (B.E.L.C.) ou par le Centre de recherches et d’études pour la diffusion du français (C.R.E.D.I.F.). Les maîtres qui ont participé au stage de Boulogne utiliseront évidemment la méthode “Bonjour Line” du C.R.E.D.I.F. L’Amicale pour l’enseignement des étrangers fournit le matériel nécessaire à ces classes : vous voudrez bien veiller à ce qu’il ne soit utilisé qu’à cette fin. En dehors de cet engagement, qui accorde, dans un premier temps, la priorité à la langue orale à l’aide de techniques audiovisuelles et qui ne saurait occuper plus d’une heure trente à deux heures par jour, le maître attachera une importance particulière à l’introduction progressive de la langue écrite, au calcul, aux disciplines d’éveil, aux activités complémentaires et à l’adaptation à la vie française.

Le contrôle pédagogique de ces classes sera assuré dans les conditions habituelles. Toutefois, il serait souhaitable qu’un inspecteur fût spécialement désigné dans chaque département, soit qu’il ait déjà acquis, en France ou à l’étranger, une compétence particulière dans le domaine du français langue étrangère, soit qu’il ait participé au stage de Boulogne, soit que vous le désigniez pour bénéficier, dans le courant de cette année, d’une formation complémentaire qui sera dispensée en liaison avec le C.R.E.D.I.F. et les C.R.D.P.

Dans ses visites, l’inspecteur pourra être accompagné d’un assistant pédagogique du C.R.E.D.I.F. Celui-ci recueillera ainsi tous renseignements utiles pour les recherches que mène actuellement le C.R.E.D.I.F. dans ce domaine et établira les propositions en vue de l’attribution aux maîtres, en fin d’année, du diplôme de spécialisation du C.R.E.D.I.F.

J’attends de ces dispositions, par le moyen du rapport détaillé que les inspecteurs départementaux m’enverront en fin d’année, sous votre couvert, trois séries de renseignements :

  • sur la composition de ces classes, leur fonctionnement et les modifications à apporter à leur implantation compte tenu des besoins ;
  • sur leur contenu pédagogique, l’évaluation des résultats et, de façon générale, leur rendement ;
  • sur la formation initiale des maîtres auxquels elles sont confiées, et leur perfectionnement.

Par ailleurs, vous voudrez bien me faire parvenir, sous le présent timbre dès publication de cette circulaire, une notice du modèle ci-joint pour chacune des classes expérimentales d’initiation fonctionnant dans votre ressort.

Enfin, je vous serais obligé de me tenir immédiatement informé, au cours de l’année scolaire, de tout changement important survenant dans la situation administrative des maîtres (par exemple congé de longue durée) ou dans la composition de l’effectif de ces classes (départ ou arrivée massive d’enfants étrangers).

Pour le secrétaire d’Etat et par délégation,
Le directeur du Cabinet,
Pierre CREYSSEL

 

Barre de séparation

 

Annexe
Notice de renseignements pour enfants étrangers

Annexe non disponible


 

Retour en haut   Retour en haut
Autres textes officiels Valid CSS Valid HTML 4.01 Strict Retour à la page d’accueil
Daniel Calin © Tous droits réservés Dernière révision : samedi 22 décembre 2007 – 12:00:00