Psychologie, éducation & enseignement spécialisé
(Site créé et animé par Daniel Calin)

 

La formation et la certification au CAPEJS


Arrêté du 16 mars 2018 relatif au diplôme d’État du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds

 

Arrêté du 16 mars 2018


JORF n° 0078 du 4 avril 2018 – texte n° 2
NOR : SSAA1807530A

La secrétaire d’État auprès du Premier ministre, chargée des personnes handicapées,
Vu le code de l’éduction, notamment les articles D. 613-26 à D. 613-30 ;
Vu le décret n° 2018-124 du 21 février 2018 relatif au diplôme d’État du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds ;
Vu l’arrêté du 27 aout 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters « métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation » ;
Vu l’avis de la commission professionnelle consultative du travail social et de l’intervention sociale du 9 septembre 2014 ;
Vu l’avis du Conseil national consultatif des personnes handicapées du 25 septembre 2017,
Arrête :


*   *   *
*

Article 1

Le diplôme d’État du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds atteste des compétences professionnelles pour exercer les fonctions et les activités telles que définies à l’annexe 1 « Référentiel professionnel » du présent arrêté.

 

Titre Ier : Accès à la formation

Article 2

Peuvent s’inscrire à la formation les candidats remplissant au moins une des conditions suivantes :

Les candidats titulaires d’un diplôme délivré à l’étranger fournissent une attestation portant sur le niveau du diplôme dans le pays où il a été délivré.

Article 3

Le candidat constitue auprès de l’établissement de formation un dossier d’admission comportant les pièces justificatives relatives aux conditions fixées à l’article 2 du présent arrêté, un curriculum vitae et un texte de présentation personnalisé de son projet professionnel et son parcours antérieur, permettant d’apprécier la correspondance de son projet et de ses centres d’intérêts principaux avec les objectifs de la formation.

Article 4

Le ministre chargé des personnes handicapées confie par convention à un ou plusieurs établissements d’enseignement supérieur, notamment établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel, l’organisation de la formation et des épreuves du diplôme d’État du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.

 

Titre II : Contenu et organisation de la formation

Article 5

La formation préparant au diplôme d’État du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds est dispensée sur une amplitude maximum de quatre semestres. Elle comporte 870 heures d’enseignement théorique et 780 heures de formation pratique.

Article 6

L’enseignement se décompose en unités d’enseignement regroupées en trois domaines de formation (DF) :

Le DF3 comporte trois options : éducation précoce et enseignement primaire, enseignement secondaire, enseignement professionnel.

Le contenu des domaines de formation est précisé à l’annexe 2 « référentiel de formation » du présent arrêté.

Article 7

La formation pratique, d’une durée globale de 780 heures, se déroule sous la forme d’une part de stages d’observation dans des domaines spécifiques, d’autre part d’un stage en responsabilité de pratique professionnelle tutorée.

La pratique professionnelle tutorée donne lieu à une mise en situation pédagogique et à la production et à la conduite de projets pédagogiques adaptés.

Chaque stage fait l’objet d’une convention entre l’établissement de formation, le stagiaire et le site d’accueil. La convention précise l’objet du stage, les modalités de son déroulement, les noms et qualifications des référents professionnels.

Article 8

Un livret de formation est établi par l’établissement de formation pour chaque candidat. Il atteste du cursus de formation suivi et de la validation des domaines de formation.

Article 9

Une instance technique et pédagogique mise en place par l’établissement de formation veille à la mise en œuvre du projet pédagogique et aux conditions générales d’organisation de la formation.

 

Titre III : Modalités de certification

Article 10

Le référentiel de certification du diplôme d’État figure à l’annexe 3 du présent arrêté.

Article 11

L’examen en vue de l’obtention du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement de jeunes sourds est organisé en trois parties :

a) La première partie est constituée des épreuves des unités d’enseignement UE1 à UE3 et des cycles 1 et 2 de l’unité d’enseignement UE 4 ;

b) La deuxième partie est constituée des épreuves du cycle 3 de l’unité d’enseignement UE4 et des unités d’enseignement UE5 à UE8 ;

c) La troisième partie est constituée des épreuves de certification de la pratique professionnelle (unité d’enseignement UE9).

Les épreuves de la première et de la deuxième parties sont organisées par l’établissement de formation, conformément au référentiel annexé ; la commission de jury exerce les attributions mentionnées à l’article 4 du décret du 21 février 2018 susvisé.

L’acquisition d’une unité d’enseignement est conditionnée par l’obtention d’une note égale au moins à 10 sur 20, ou, pour les unités d’enseignement comportant plusieurs épreuves, par l’obtention d’une moyenne des notes attribuées à chacune des épreuves égale au moins à 10 sur 20. Pour les unités de valeur comportant plusieurs épreuves, en cas d’échec, les candidats autorisés à se présenter à nouveau peuvent conserver le bénéfice des notes d’épreuves supérieures ou égales à 10 sur 20.

Chaque épreuve de certification de la pratique professionnelle est validée par l’obtention d’une note d’au moins 10 sur 20.

Article 12

Les épreuves de certification de la pratique professionnelle du diplôme d’État se déroulent, dans toute la mesure du possible, avec les élèves auprès desquels le candidat a effectué le plus long stage pédagogique dans l’année de l’examen et sont organisées comme suit :

Chaque séance de l’épreuve 1 est notée sur 20. La moyenne sur 20 des notes constitue la note de l’épreuve.

Chaque séance de l’épreuve 2 est notée sur 20. La moyenne sur 20 des notes constitue la note de l’épreuve.

L’épreuve 3 est notée sur 20.

L’épreuve 4 est notée sur 20.

Article 13

L’établissement de formation adresse à la direction générale de la cohésion sociale, avant les dates limites fixées par celle-ci :

a) La liste, par année universitaire, des élèves professeurs inscrits en formation ;

b) Les résultats des candidats à la première partie des épreuves, puis à la deuxième partie ;

c) À l’issue de la deuxième partie des épreuves, le livret de formation de chaque candidat, dument complété.

L’examen en vue de la troisième partie des épreuves du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds est organisé par le ministre chargé des personnes handicapées.

Les candidats constituent un dossier adressé au ministre chargé des personnes handicapées, dans le délai imparti lors de l’ouverture de la session d’examen. Il comporte :

Les candidats qui présentent un handicap peuvent bénéficier d’aménagements dans les conditions définies par les articles D. 613-26 à D. 613-30 du code de l’éducation. La demande est formulée au plus tard à la date limite d’inscription à l’examen, sauf dans le cas où le handicap est révélé après cette échéance.

Article 14

Le jury constitué conformément à l’article 4 du décret du 21 février 2018 susvisé se prononce sur les épreuves du diplôme à l’exception de celles qui ont déjà été validées par un jury dans le cadre de la validation des acquis de l’expérience, ou qui ont fait l’objet d’une décision de dispense.

En l’absence du président désigné, la présidence est assurée dans l’ordre de nomination du jury. La voix du président est prépondérante en cas de partage.

Le jury valide les épreuves au vu des propositions de la commission de jury mentionnée à l’article 11, des notateurs des épreuves de certification de la pratique professionnelle et du livret de formation du candidat. Il établit la liste des candidats qui obtiennent le certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds.

Tout candidat est autorisé à se présenter à nouveau aux épreuves de certification qu’il n’a pas validées. Il conserve le bénéfice des épreuves validées. L’ensemble doit être validé dans une période de deux ans à compter de la première convocation aux épreuves de certification de la pratique professionnelle.

Article 15

Pour pouvoir obtenir le diplôme par validation des acquis de l’expérience, les candidats doivent justifier des compétences professionnelles acquises dans l’exercice d’une activité salariée, non salariée ou bénévole en rapport direct avec le diplôme. La durée totale d’activité cumulée exigée est d’un an en équivalent temps plein.

Le rapport direct avec le diplôme est établi lorsque le candidat justifie avoir exercé au moins une activité relevant de chacune des fonctions du référentiel professionnel figurant en annexe du présent arrêté.

La recevabilité de la demande de validation des acquis de l’expérience est décidée par le jury constitué conformément à l’article 4 du décret du 21 février 2018 susvisé.

La décision de recevabilité de la demande de validation des acquis de l’expérience demeure acquise au candidat dans la limite de trois années à compter de la date de sa notification.

Article 16

Sont crédités de l’ensemble des unités d’enseignement UE1 à UE8, les candidats titulaires d’un master mention « métier de l’enseignement, de l’éducation et de la formation, pratiques et ingénierie de la formation  » et délivré par un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel ayant passé convention avec le ministère chargé des personnes handicapées pour mettre en place un parcours visant à l’enseignement des jeunes sourds.

La demande d’inscription à l’examen en vue de la troisième partie des épreuves mentionnée à l’article 12, sous réserve des pièces justificatives nécessaires, vaut demande de dispense.

Sont également autorisés à s’inscrire à ces épreuves, dans les mêmes conditions, les candidats qui justifient de la validation des deux premiers semestres d’un master mentionné au premier alinéa du présent article.

Dans ce cas, le certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds leur est délivré sous réserve de la validation de l’ensemble du master et des épreuves de certification de la pratique professionnelle.

Article 17

Le directeur général de la cohésion sociale est chargé de l’exécution du présent arrêté, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


*   *   *
*

Annexes

Annexe I
Référentiel professionnel

Définition de la profession :

Le professeur titulaire du diplôme d’État du certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement des jeunes sourds, est un enseignant spécialisé qui a pour mission d’accompagner les jeunes sourds tout au long de leurs acquisitions langagières et de leurs apprentissages.

Pour ce faire, il leur apporte les conditions nécessaires au développement de la communication langagière. Il accueille, guide et étaye leurs productions pour les développer de façon transversale et améliorer leurs compétences.

Il vise une maîtrise de la langue et des compétences scolaires qui leur permettent de développer leur vie sociale et d’avoir un parcours scolaire qui les mène vers une insertion sociale et professionnelle pertinente.

Le professeur titulaire du CAPEJS développe une fonction d’expertise qui lui permet d’évaluer les compétences des jeunes sourds et d’analyser leurs besoins spécifiques. Dans le cadre du travail en équipe pluri disciplinaire, il est donc force de proposition pour l’élaboration et la mise en œuvre des projets des jeunes afin d’optimiser leur parcours, qu’ils soient en établissement ou en milieu ordinaire.

Le professeur titulaire du CAPEJS intervient en éducation précoce. Il enseigne au niveau primaire, secondaire ou professionnel ; son champ d’exercice se définit en fonction de sa qualification optionnelle (éducation précoce et enseignement primaire, enseignement secondaire général et technologique, enseignement secondaire professionnel) et de sa formation continue (handicaps et troubles associés, troubles spécifiques du langage).

Il exerce ses missions dans les établissements médico-sociaux dans le cadre des unités d’enseignement et dans les sections de jeunes sourds présentant des handicaps associés. Il exerce également dans des services et des CAMSP surdité. Il peut enseigner dans des établissements ou service accueillant des jeunes présentant des troubles spécifiques du langage. Il exerce au sein des réseaux en partenariat avec les équipes pluridisciplinaires.

Référentiel d’activités :

Nota. – Tous les items en italique (T) sont spécifiques aux professeurs d’enseignement technique et professionnel (option 3)

Mission : Enseignement
Fonctions Activités

Transmission des savoirs et développement cognitif des élèves sourds
1. Construire des situations d’enseignement et d’apprentissage en utilisant ses connaissances :
1.1. respecter le cadre réglementaire et adapter son enseignement aux programmes officiels de l’éducation nationale
1.2. concevoir, préparer, mettre en œuvre des séquences et séances d’enseignement en s’assurant de leur pertinence.
1.3. établir et mettre en œuvre des projets transdisciplinaires
1.4. auto-évaluer sa pratique
Accompagnement des élèves en formation professionnelle T1. concevoir, préparer, mettre en œuvre des séquences et séances d’enseignement techniques et technologique dans le cadre des formations préprofessionnelles et professionnelles
T2. assurer la cohérence du parcours de formation entreprise/école en lien avec le référentiel des ministères concernés. S’assurer de la cohérence des conventions et rédiger les carnets de stage (contenus et objectifs)
T3. former les élèves aux techniques de recherche d’emploi. (CV, entretiens...)
T4. aider à la construction d’une identité professionnelle (savoir-être, communication...)
Mise en œuvre pédagogique, adaptation de l’enseignement et de la communication 2. Conduire la classe spécialisée :
2.1. donner sa place à chaque élève, veiller aux tours de parole, au respect mutuel dans la classe
2.2. gérer les différentes modalités de travail individuelles et collectives et organiser l’enchaînement des activités, le temps de classe.
2.3. gérer la communication et favoriser les interactions entre élèves
3. Mettre en œuvre des démarches spécifiques :
3.1. adapter son enseignement à la diversité des élèves, à leurs modes de communication, dans le respect des projets linguistiques de chacun
3.2. mettre en place des modalités de compensation du handicap
3.3. utiliser les aides techniques appropriées
3.4. chercher et sélectionner des ressources documentaires et pédagogiques adaptées
3.5. créer ou adapter des outils ou des supports
3.6. utiliser les nouvelles technologies en tenant compte de leurs évolutions
Préparation et exploitation des périodes de formation en entreprise T5. assurer le suivi du parcours individuel de l’élève en entreprise
Évaluation 4. Évaluer les compétences des élèves pour rédiger et adapter les projets pédagogiques individualisés à partir des besoins identifiés
  T6. évaluer les élèves inscrits dans une formation pré-professionnelle ou professionnelle, qualifiante ou diplômante et assurer leur suivi individuel
Développement des capacités langagières des élèves quel que soit leur choix linguistique :
– apprentissage et perfectionnement de la langue française orale
– apprentissage et perfectionnement de la langue des signes française
5. Développer et améliorer l’expression des élèves dans toutes les activités quels que soient leurs modes de communication
6. Enseigner dans une langue homogène et conventionnelle à la portée de chaque élève
7. Procéder à des évaluations de compétences langagières en référence au cadre européen des langues ou au cadre européen adapté LSF
8. Etablir des projets de développement de la parole et du langage
9. Mettre en place des situations de communication permettant d’atteindre les objectifs fixés en séances individuelles ou en petits groupes
En fonction des projets linguistiques :
10. Entraîner la fonction auditive en faisant appel aux méthodes et aides techniques adaptées à chaque élève
11. Développer la lecture labiale
12. Développer le codage et décodage du LPC
Soutien et accompagnement des élèves en scolarisation ordinaire, contribution à l’égalité des chances 13. Co-intervenir dans les classes d’inclusion scolaire et/ou Intervenir en séance individualisée (en scolarisation ordinaire ou en classe spécialisée) pour :
13.1. prévenir, anticiper les difficultés
13.2. repérer les obstacles aux apprentissages
13.3. consolider les acquisitions
13.4. repérer les connaissances nécessaires non acquises et travailler à leur maîtrise
13.5. mettre en place des actions de remédiation avec d’autres entrées dans les apprentissages concernés
13.6. mettre en place des situations de transfert d’acquisitions
13.7. encourager et valoriser les élèves dans leur parcours
Participation aux examens 14. Faire passer les évaluations continues nécessaires à l’obtention d’examens ou de certifications
15. Proposer des aménagements aux examens
16. Accompagner les candidats aux examens dans le respect des aménagements prescrits
Co-élaboration des CCF en entreprise T7. organiser et évaluer les contrôles en cours de formation technique ou professionnelle (CCF)

 

Mission : Accompagnement et partenariat
Fonctions Activités
Participation à l’accompagnement familial Dans le cadre de son champ professionnel d’enseignant spécialisé au sein d’une équipe pluri professionnelle :
17. Accueillir les familles, être à leur écoute, répondre à leurs interrogations
18. Conseiller aux parents de s’adresser à d’autres professionnels si nécessaire
19. Informer et échanger avec les parents sur l’évolution, les acquis et compétences de leur enfant, les informer sur les possibilités de parcours scolaire
20. Pour les titulaires de l’option « enseignement primaire et éducation précoce » : participer à l’accompagnement précoce du très jeune enfant (0-3 ans) :
20.1. informer les parents sur les processus de la communication, sur les modes de communication
20.2. mettre en place des situations pour que s’établisse et se développe la communication entre l’enfant et les membres de sa famille
20.3. accompagner les parents dans l’utilisation quotidienne de l’appareillage
20.4. préparer la scolarisation du très jeune enfant
Dans le cadre de l’équipe pluri professionnelle de l’établissement ou du service :
– participation aux synthèses
– participation à l’élaboration et à la mise en œuvre des projets individualisés d’accompagnement en associant les familles
Collaborer avec les différents professionnels de l’établissement :
21. Apporter les éléments d’évaluation scolaire nécessaires à l’élaboration des réponses aux besoins de l’usager en matière de scolarisation et de mise en œuvre du PPS.
22. Apporter des éléments d’évaluation du langage nécessaires à l’élaboration du projet linguistique et à la mise en place éventuelle d’une complémentarité d’actions avec l’orthophoniste après avis du médecin.
23. Faire état de toute observation susceptible de contribuer à la prise de décision de mise en place d’autres accompagnements de type médical, paramédical ou éducatif en accord avec les personnels compétents dans ces différents champs
Participation à la réflexion pédagogique avec l’équipe enseignante de l’établissement ou du service 24. Collaborer à l’élaboration et à la mise en œuvre de projets interdisciplinaires
  T8. Être référent du parcours de formation professionnelle des jeunes
  25. Collaborer au sein de l’unité d’enseignement à l’élaboration de projets et à la recherche pédagogique
Coopération avec l’éducation nationale : 26. Informer, échanger sur les difficultés liées à la surdité et apporter des conseils sur les aménagements nécessaires
– partenariat avec l’équipe enseignante d’accueil en milieu scolaire ordinaire 27. Collaborer avec les équipes enseignantes :
27.1. en participant notamment à des actions de co-enseignement
27.2. en participant aux actions de liaison inter-cycle,
27.3. en participant aux réunions telles que conseils de cycle, conseils de classe...
– participation aux équipes de suivi de scolarisation : 28. Faire état des évaluations et compétences scolaires, des difficultés, des besoins spécifiques, et du comportement de l’élève
29. Proposer des modifications argumentées du projet personnalisé de scolarisation
30. Formuler des propositions d’orientation scolaire et/ou professionnelle argumentées en s’appuyant sur sa connaissance de l’élève et de ses potentiels
Coopération avec le milieu professionnel : T9. prospecter les entreprises pour les périodes de formation en entreprise
– vérification des normes du lieu d’accueil T10. accompagner les entreprises à l’accessibilité pour les jeunes sourds et à l’adaptation des situations professionnelles (normes de sécurité et communication)
– partenariat avec les fournisseurs T11. gérer les commandes du matériel nécessaire aux ateliers

 

Mission : Communication
Fonctions Activités
Communication sur sa pratique d’enseignant, sur l’évaluation de ses élèves, sur d’autres activités institutionnelles 31. Rédiger des écrits professionnels :
31.1. rédiger des progressions, des préparations de séances, un cahier journal, des projets pédagogiques et des projets individuels...
31.2. les bulletins d’évaluation scolaire, les livrets de compétences,
31.3. des notes d’observations
31.4. des comptes rendus d’évaluation langage et/ou d’évolution de la communication
31.5. des comptes rendus de réunion
  32. Présenter oralement des bilans
Participation à la vie institutionnelle et au projet d’établissement 33. Animer ou participer à des réunions de travail
Informations sur la surdité, ses conséquences, les modes de communication et les implications pédagogiques 34. Apporter cette information aux familles et à des partenaires sous quelque forme que ce soit

 

Mission : Formation
Fonctions Activités
Actions de formations vers d’autres professionnels 35. Participer à des actions de formation :
Apporter une connaissance de la surdité et de ses conséquences sur le développement du langage et des apprentissages, l’utilisation des modes de communication
Actualisation des connaissances et développement de ses compétences 36. Développer sa démarche réflexive et poursuivre sa formation tout au long de sa carrière
Formation continue dans le secteur professionnel concerné T12. assurer une veille technologique et technique de son secteur professionnel et actualiser sa connaissance des techniques et des process.
Recherche 37. Participer à des groupes de travail inter- établissements
Élaboration et formalisation du discours et du vocabulaire technique spécifique en LSF dans chaque champ professionnel.
Tutorat des élèves professeurs 38. Accompagner les professeurs en formation dans leur formation pratique après un minimum de 3 ans de pratique après l’obtention du diplôme CAPEJS et sur la base du volontariat.

 

Référentiel de compétences :

Les métiers du professorat et de l’éducation s’apprennent progressivement dans un processus intégrant des savoirs théoriques et des savoirs pratiques fortement articulés les uns aux autres.

Ceux-ci s’acquièrent en formation initiale et s’approfondissent tout au long de la carrière par l’expérience professionnelle accumulée et par l’apport de la formation continue.

Les professeurs titulaires du CAPEJS participent à l’accompagnement et à la scolarisation des jeunes sourds, au niveau primaire, secondaire et professionnel. Ils contribuent à l’accès et à l’acquisition du langage en éducation précoce puis tout au long de la scolarité. Ce référentiel de compétences a été établi en référence aux compétences professionnelles des métiers du professorat et de l’éducation (arrêté du 1er juillet 2013).

1. Agir de façon éthique et responsable :

Le professeur titulaire du CAPEJS, comme les enseignants de l’éducation nationale, concourt à la mission première de l’école, qui est d’instruire et d’éduquer afin de conduire l’ensemble des élèves à la réussite scolaire et à leur insertion professionnelle et sociale. Il prépare les élèves à l’exercice d’une citoyenneté pleine et entière conformément à la loi du 11 février 2005. Il exerce sa liberté et sa responsabilité pédagogiques dans le cadre de la loi, en particulier des textes applicables à l’exercice de son métier (code de l’éducation, code de l’action sociale et des familles), dans le respect des programmes scolaires en vigueur et dans le cadre des obligations réglementaires de son établissement et du projet de celui-ci.

Dans le cadre de l’éducation précoce (0-3 ans), il est attentif aux spécificités de l’accompagnement de la petite enfance et au rôle central de la famille.

Connaissances :

Capacités :

Le professeur titulaire du CAPEJS doit être capable :

Attitudes :

Agir de façon éthique et responsable conduit le professeur :

2. Prendre en compte les conséquences de la surdité sur l’accès au langage et aux savoirs :

Le professeur titulaire du CAPEJS participe à la construction des parcours des élèves sur les plans pédagogique et éducatif. Il contribue à la maîtrise, par les élèves, du socle commun de connaissances, de compétences et de culture. Il sait différencier son enseignement en fonction des besoins et des compétences des enfants sourds, y compris dans le cadre de son action en éducation précoce, afin que chaque enfant progresse. Il prend en compte les différents modes de communication, les différents rythmes d’apprentissage, et accompagne chaque enfant en tenant compte de ses besoins particuliers.

Il travaille en collaboration avec les différents professionnels et les partenaires de son établissement ou service. Il sait faire appel à leurs compétences. Il connaît les mécanismes de l’acquisition de la langue, et du développement cognitif.

Il amène chaque élève à porter un regard positif sur lui-même, sur l’autre et sur les différences, dans le respect des valeurs et des règles communes républicaines.

Connaissances :

Le professeur titulaire du CAPEJS doit connaître :

Capacités :

Le professeur titulaire du CAPEJS doit être capable :

Attitudes :

Le professeur titulaire du CAPEJS veille :

3. Maîtriser la langue française et la LSF :

Quelle que soit sa discipline, le professeur titulaire du CAPEJS doit savoir gérer les situations de communication et être exemplaire dans l’usage de la langue écrite et dans la langue pratiquée, orale ou signée. Il est attentif à la qualité de la langue chez ses élèves. Qu’il présente des connaissances, fournisse des explications ou donne du travail, il s’exprime avec clarté et précision, en tenant compte du niveau de ses élèves sourds. Il sait décrire et expliquer simplement son enseignement à la diversité de ses interlocuteurs, en particulier aux parents.

Connaissances :

Tout professeur titulaire du CAPEJS possède les connaissances attendues d’un diplômé de l’enseignement supérieur, dans la maîtrise de la langue écrite.

Le professeur titulaire du CAPEJS connaît :

En outre, les professeurs titulaires du CAPEJS doivent maîtriser le code LPC (Langage parlé complété) afin de présenter aux élèves la langue française parlée complétée.

Ils doivent maîtriser la Langue des signes française (LSF) au niveau B2 (cadre européen des langues).

Dans le cadre d’un enseignement bilingue, ils doivent maîtriser la LSF au niveau C1 et avoir les connaissances en linguistique contrastive qui permettront aux élèves concernés de différencier les règles du français écrit de celles de la LSF et de se les approprier.

Capacités :

Le professeur titulaire du CAPEJS est capable :

Attitudes :

Le souci d’amener les élèves à maîtriser la langue française conduit le professeur titulaire du CAPEJS :

4. Maîtriser les contenus d’enseignement :

Le professeur titulaire du CAPEJS veille à intégrer la dimension linguistique inhérente à chaque discipline enseignée.

Il a une connaissance approfondie et élargie de sa ou de ses disciplines et une maîtrise des questions inscrites aux programmes. Il connaît les composantes du socle commun de connaissances et de compétences, les repères annuels de sa mise en œuvre, ses paliers et ses modalités d’évaluation. Il aide les élèves à acquérir les compétences exigées en veillant à la cohérence de son projet avec celui que portent les autres enseignements.

Il possède aussi une solide culture générale qui lui permet de contribuer à la construction d’une culture commune des élèves.

Connaissances :

Le professeur titulaire du CAPEJS doit connaître :

Il maîtrise l’ensemble des connaissances dans sa ou ses disciplines et élargit sa culture aux disciplines connexes.

Il situe sa ou ses disciplines à travers son histoire, ses enjeux épistémologiques, ses problèmes didactiques et les débats qui la traversent.

Capacités :

À l’école, le professeur titulaire du CAPEJS est capable :

Au collège et au lycée, il est capable d’organiser l’enseignement de sa ou ses disciplines en cohérence avec les autres enseignements.

Attitudes :

Le professeur titulaire du CAPEJS veille à :

5. Concevoir et mettre en œuvre son enseignement en fonction du cadre d’exercice :

Le professeur titulaire du CAPEJS est un spécialiste de l’enseignement de sa ou de ses disciplines, c’est-à-dire qu’il est capable, sur la durée d’une année scolaire, d’assurer les apprentissages de ses élèves dans le cadre d’un enseignement collectif et individuel. Pour cela, il maîtrise la didactique de sa ou de ses disciplines et des écrits y afférant. Il est capable de mettre en œuvre des approches pluridisciplinaires ; il connaît les processus d’apprentissage et les obstacles que peuvent rencontrer les élèves et la manière d’y remédier ; il est capable d’élaborer des programmations et des progressions pour répartir les apprentissages dans le temps en prenant en compte ce qui a été réalisé précédemment.

Connaissances :

Le professeur titulaire du CAPEJS connaît :

Capacités :

Le professeur titulaire du CAPEJS est capable :

Attitudes :

Le professeur titulaire du CAPEJS est conduit :

6. Organiser le travail en situation :

Le professeur titulaire du CAPEJS sait faire progresser les élèves aussi bien dans la maîtrise des connaissances, des capacités et des attitudes que dans le respect des règles de la vie en société ; ses exigences portent sur les comportements et il fait en sorte que les élèves attachent de la valeur au travail personnel et collectif.

Connaissances :

La scolarisation est partie prenante dans la formation des futurs citoyens. A ce titre, elle doit dispenser les règles du vivre-ensemble, inciter à la tolérance et au respect d’autrui. Cette mission d’éducation suppose que le lieu de la scolarisation est lui-même un lieu où la violence est exclue. Les professeurs disposent de connaissances en matière de gestion de groupes.

Capacités :

Le professeur titulaire du CAPEJS est capable :

Attitudes :

Dans toute situation d’enseignement individuelle ou collective, le professeur veille à instaurer un cadre de travail permettant l’exercice serein des activités.

7. Evaluer les progrès et les acquisitions des jeunes sourds :

En éducation précoce, à l’école, au collège et au lycée, le professeur titulaire du CAPEJS sait évaluer la progression des apprentissages. Il utilise le résultat des évaluations pour adapter son action. Il communique et explique aux parents et aux partenaires concernés les résultats attendus et ceux obtenus. S’agissant des élèves, il leur fait comprendre les principes d’évaluation et développe leurs capacités à évaluer leurs propres productions.

Connaissances :

Le professeur connaît :

Capacités :

Le professeur titulaire du CAPEJS est capable :

Attitudes :

Le professeur titulaire du CAPEJS pratique l’évaluation dans le cadre d’une relation claire et de confiance et pour cela :

8. Travailler en équipe et coopérer avec les parents et les différents partenaires :

Membre de l’équipe pluri-professionnelle, le professeur titulaire du CAPEJS participe à la vie de l’établissement ou du service médico-social dont il relève et des différents lieux où il exerce.

Il collabore avec les enseignants de sa ou de ses disciplines, avec les enseignants des écoles, collèges ou lycées où il intervient. Il est amené à participer au conseil des maîtres ou au conseil pédagogique, ou à d’autres réunions.

Le professeur coopère avec les parents et les partenaires concernés, notamment pour la construction des projets d’orientation des élèves.

Connaissances :

Le professeur connaît :

Capacités :

Le professeur titulaire du CAPEJS est capable :

Attitude :

Le professeur observe, dans l’exercice de son activité professionnelle, une attitude favorisant la bientraitance, le travail collectif, le dialogue avec les parents et la dimension partenariale.

9. Intégrer les éléments de la culture numérique nécessaires à l’exercice de son métier :

Tout professeur titulaire du CAPEJS est concerné par l’usage numérique et son intégration dans sa pratique pédagogique.

Les connaissances et les capacités attendues sont celles relatives aux compétences du certificat informatique et internet de niveau 2 «  enseignant », attesté par l’université qui assure la formation CAPEJS.

Connaissances :

Le professeur maîtrise :

Capacités :

Le professeur est capable de :

Attitudes :

Le professeur observe une attitude :

10. Se former et innover :

Le professeur titulaire du CAPEJS, engagé dans une démarche individuelle et collective de développement professionnel, met à jour ses connaissances disciplinaires, didactiques pédagogiques et techniques générales et spécifiques au domaine de la surdité.

Il est capable de faire une analyse critique de son travail pour permettre l’évolution de ses pratiques d’enseignement.

Connaissances :

Le professeur connaît l’état de la recherche :

Capacités :

Le professeur est capable :

Attitudes :

Le professeur fait preuve de curiosité intellectuelle et sait remettre son enseignement, ses méthodes et ses connaissances en question.

Il s’inscrit dans une logique d’intention de formation professionnelle tout au long de sa carrière, notamment via les réseaux numériques.

11. Produire et conduire des projets en situation pédagogique avec des élèves sourds :

Le professeur titulaire du CAPEJS, en fonction du cadre d’exercice, qu’il soit individuel ou collectif, doit être capable de répondre, de l’éducation précoce au lycée, aux besoins des jeunes sourds avec ou sans handicaps associés, dans le domaine spécifique de l’apprentissage et du perfectionnement de la parole et du langage, et dans celui de l’enseignement didactique de la langue française écrite et autres matières enseignées.

Il élabore des projets spécifiques et participe à la mise en œuvre des différents projets d’équipe (PPS, PIA...)

Connaissances :

Le professeur titulaire du CAPEJS connaît :

Capacités :

Dans sa pratique professionnelle, le professeur titulaire du CAPEJS doit être capable :

Dans le champ de la langue et de la communication :

Dans le champ de la didactique :

Dans le champ de l’enseignement à des élèves présentant des handicaps associés, le professeur titulaire du CAPEJS doit être capable :

Attitudes :

Le professeur titulaire du CAPEJS veille à :


*   *   *
*

Annexe 2
Référentiel de formation

DF1 LA SURDITÉ
DF1 1. ASPECTS LÉGISLATIFS, RÉGLEMENTAIRES ET ÉTHIQUES - 26 heures
  1-1. Législation, règlementation 1-1-1. Politique du handicap / code de l’action sociale et des familles
Loi du 11 février 2005 (évolution depuis loi 1975 ; MDPH ; scolarisation des enfants handicapés)
Organisation des structures médico-sociales particulièrement ce qui concerne les personnes sourdes
La coopération, l’unité d’enseignement
1-1-2. Connaissance des parcours et du système scolaire / code de l’éducation
Histoire et grands principes du système éducatif (depuis la loi Ferry à nos jours)
Organisation du système scolaire actuel (enseignement primaire, enseignement secondaire général, enseignement secondaire professionnel, l’enseignement adapté ; la question de l’orientation des élèves)
La poursuite des parcours (études supérieures, universités, écoles supérieures du professorat et de l’éducation, grandes écoles, BTS, diplômes post-bac, formations professionnelles qualifiantes)
La scolarité de l’élève handicapé (rappel rapide des évolutions de 75 à 2005)
Les différentes modalités de scolarisation de l’élève sourd et son accompagnement (en milieu ordinaire : en classe, PASS, ULIS en milieu spécialisé : unité d’enseignement, section pour jeunes sourds présentant des handicaps associés).
Le projet personnalisé de scolarisation, le projet personnalisé de compensation, le projet d’accompagnement global, le groupe opérationnel de synthèse, les équipes de suivi de scolarisation, les outils (GEVA Sco) et le rôle de l’enseignant référent
  1-2. Partenariat et éthique dans la pratique professionnelle 1-2-1. Partenariat
Connaissance des différents partenaires et de leur rôle :
Dans le champ médico-social, dans le champ sanitaire, dans le champ de l’éducation nationale, dans le champ de la petite enfance
Le partenariat institutionnalisé :
élaboration des projets individualisés d’accompagnement, participation aux équipes de suivi de scolarisation, participation aux procédures d’orientation scolaire et/ou professionnelle
1-2-2. Ethique
Complémentarité du travail en équipe pluri professionnelle
Le partage d’informations et la rédaction des écrits professionnels
Le positionnement vis-à-vis des familles/ des collègues/ des partenaires
La notion de secret partagé
Droits de l’enfant et lutte contre les discriminations
DF1 2. CONNAISSANCE DE LA SURDITÉ – 76 heures
  2-1. Anatomie, physiologie, pathologie des organes de l’audition Anatomie, physiologie des organes de l’audition et de la parole
Définition de la surdité
Dépistage et diagnostic
Etiologie
  2-2. Audiométrie et appareillages OEA, PEAA, PEA, les audiogrammes
Les différents types d’appareillage (contours, vibrateurs, implants)
Le gain prothétique et les limites de l’appareillage
Les appareils HF et autres aides
  2-3. Acoustique physique Définition, nature et caractéristiques du son
Signaux acoustiques, oscillateurs
  2-4. Eléments de psycho-acoustique Sonie, tonie, formants
  2-5. Psycho-sociologie de la surdité 2-5-1. Historique de l’éducation des sourds
2-5-2. Psychologie de la relation, communication et surdité
2-5-3. Conséquences possibles de la surdité sur le développement de l’enfant
DF1 3. HANDICAP ASSOCIÉ – 20 heures
  3-1. Approches des principaux troubles et handicaps pouvant être associés à une surdité Autisme et TED ; syndrome d’Usher ; syndrome CHARGE et autres handicaps
Troubles sévères du langage oral
  3-2. Information sur des méthodes d’accompagnement et les adaptations pédagogiques possibles  
DF2 ENFANCE ET PÉDAGOGIE
DF2 4. LANGUES ET COMMUNICATION – 396 heures dont TD 252 heures
(104 h linguistique + 248 h LSF dont TD 212 h + 44 h LPC dont TD 40 h)
  4-1. Linguistique française 4-1-1. Concepts de base
Langue/langage/parole
Fonctions linguistiques, communication
Modalités orales et écrites
Signifiant, signifié, signes
4-1-2. Morphologie
Morphèmes
Morphologie de l’oral et de l’écrit (utilisation des temps)
Morphologie du genre, verbale, dérivationnelle
4-1-3. Lexicologie
Lexique et vocabulaire
Relations entre les classes grammaticales
Homophones et homonymes
4-1-4. Syntaxe
Notion de phrase (axe syntagmatique/axe paradigmatique)
Syntagmes nominal, verbal, adjectival...
Phrases complexes
4-1-5. Sémantique
Homonymie et polysémie
Synonymie
Antonymie
Explicite et implicite
4-1-6. Phonétique articulatoire
Définitions
Phonétique et phonologie
Transcription phonétique du français
Description articulatoire des sons du français
Phonétique combinatoire
Rythme et prosodie
Introduction à d’autres systèmes phonétiques (liens et conséquences sur l’apprentissage des langues étrangères)
  4-2. Information sur les méthodes spécifiques d’acquisition du langage Théorie, initiation et technique des méthodes verbo-tonale, dynamique naturelle de la parole et Borel-Maisonny.
Pratique de la verbo-tonale
  4-3. La langue des signes française (LSF) et bilinguisme Niveau B2 pour toutes les options. Niveau C1 obligatoire pour les étudiants qui se destinent à l’enseignement de la langue des signes.
  4-4. Le langage parlé complété (LPC) Apprentissage du code
Intérêt pédagogique et utilisation du LPC en classe
DF2 5. PÉDAGOGIE GÉNÉRALE ET ADAPTÉE, PSYCHOLOGIE – 70 heures
  5-1. Les principaux concepts 5-1-1. Les grands courants de pensée pédagogique
Béhaviorisme ; constructivisme ; socio-constructivisme
5-1-2. Enseigner, apprendre
Les démarches pédagogiques : inductive ; déductive
Les méthodes pédagogiques : transmissives ; actives ...
Les savoirs : théoriques, procéduraux ...
Psychologie de l’apprentissage : les différentes étapes
5-1-3. La notion de projet
  5-2. Conduite et organisation de la classe avec des élèves sourds 5-2-1. Conception, élaboration, mise en œuvre de séquences pédagogiques et de projets
5-2-2. L’évaluation et la difficulté scolaire
5-2-3. Les adaptations pédagogiques avec des élèves sourds
La communication et la gestion des interactions
L’organisation matérielle et le choix des supports
5-2-4. La gestion de groupe
Autorité, gestion des conflits
  5-3. L’accompagnement en service (SSEFS) 5-3-1. Rôle de l’enseignant exerçant dans un service
5-3-2. Réponse à la difficulté scolaire : remédiation, anticipation
5-3-3. Travail spécifique sur la maîtrise transversale de la langue
  5-4. Culture numérique et apprentissages TICE – C2I2E En référence aux différents domaines du C2i2e avec un élargissement centré sur la culture numérique :
- culture numérique et enseigner
- apprendre avec le numérique.
  5-5. Psychologie : généralités Les différents champs, les différentes approches
  5-6. Psychologie : le développement de l’enfant 5-2-1. Le développement langagier
5-2-2. Le développement sensoriel et moteur
5-2-3. Le développement social et affectif ; construction de l’identité
5-2-4. Le développement cognitif ; importance du développement de la fonction symbolique chez l’enfant sourd
  5-7. Psychologie : l’enfant et son environnement Enfant et élève ; entrée dans la culture et les apprentissages
  5-8. Psychologie : les conséquences de la surdité  
DF3 6. ENSEIGNEMENT SPÉCIALISÉ ET LANGAGE – 162 heures dont TD 43 heures
  OPTION 1
Education précoce et enseignement primaire
Accompagnement familial et éducation précoce
Apprentissage de la parole et du langage (langue française orale ou langue des signes française) (*)
Français : apprentissages fondamentaux (didactique)
Maths : apprentissages fondamentaux (didactique)
Autres disciplines (didactique)
(*) En fonction du choix langue orale ou langue des signes
  OPTION 2
Enseignement secondaire
Perfectionnement parole/langage
Perfectionnement de la parole et du langage (langue française orale ou langue des signes française) (*)
Psychologie de l’adolescent
Psycho sociologie de l’adolescent sourd
Les spécificités de la langue française dans chaque discipline : les modalités d’apprentissage, de mémorisation et de remédiation
Didactique des disciplines littéraires ou scientifiques (au choix du candidat)
(*) En fonction du choix langue orale ou langue des signes
  OPTION 3
Enseignement professionnel et technique
Perfectionnement de la langue : préparation aux entretiens professionnels et à la vie active (langue française orale ou langue des signes française) (*)
Psychologie de l’adolescent
Psycho sociologie de l’adolescent sourd
Français
La langue française adaptée à chaque discipline
Didactique des enseignements professionnels ou technologique
(*) En fonction du choix langue orale ou langue des signes
DF3 7. MISES EN SITUATION – STAGES D’OBSERVATION – 280 heures
  Stages première année Observation pédagogique en milieu ordinaire et en milieu spécialisé
Pratique accompagnée en milieu spécialisé, étude des dossiers et participation aux réunions
Observation de l’accompagnement éducatif et thérapeutique
Stage d’observation clinique (audioprothésiste, ORL) en fin de première année
DF3 8. RECHERCHE – 510 heures dont stage 500 heures
  Stage seconde année
Mémoire
Initiation à la recherche
Préparation à l’élaboration du mémoire professionnel
Suivi, finalisation du mémoire professionnel et préparation à la soutenance
Stage pratique long en responsabilité avec tutorat
DF3 9. LA SITUATION D’ENSEIGNEMENT TD 100 heures
  Praxéologie Enseignement didactique
Enseignement de la parole, de la langue et du langage
Conception de projet
Communication


*   *   *
*

Annexe 3
Référentiel de certification

Domaine de Formation Unité d’Enseignement Mode de validation/nature Durée ECTS Compétences attendues/évaluées
DF1- La surdité UE1 Aspects législatifs, réglementaires et éthiques 4  
  Législation, règlementation
Partenariat et éthique dans la pratique professionnelle
Contrôle terminal, épreuve écrite 1 h 30   Connaissance des lois et des textes réglementaires relatifs à la politique du handicap notamment ceux liés à la surdité ;
Connaissance des parcours et du système scolaire ;
Connaissance des différents partenaires et de leur rôle ;
Connaissance du fonctionnement de l’équipe pluri professionnelle d’un ESMS ;
Capacité à utiliser les connaissances sur l’évolution et le fonctionnement du service public de l’éducation pour recourir aux ressources offertes ;
Capacité à élaborer différents projets en partenariat (PIA, PPS...) ;
Capacité à travailler au sein d’une équipe pluri professionnelle dans un ESMS ;
Capacité à agir de façon éthique et responsable.
DF1- La surdité UE2 Connaissance de la surdité 10  
  Anatomie, physiologie, pathologie des organes de l’audition Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Connaissance des mécanismes de l’audition, des différents types et degrés de surdité et des mécanismes de l’appareil phonatoire ;
Capacité à repérer les difficultés auditives et proposer des solutions.
  Acoustique physique et éléments de psycho acoustique Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Connaissance des éléments d’acoustique physique et de psycho acoustique ;
Capacité à interpréter les documents audiométriques ;
Capacité à adapter l’environnement sonore et visuel de façon optimale.
  Audiométrie et appareillage Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Connaissance des différents appareillages et de leur utilisation.
  Psycho-sociologie de la surdité Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h 15   Connaissance de l’historique de l’éducation des sourds ;
Connaissance psycho sociale de la communication et de la relation avec des personnes sourdes.
DF1- La surdité UE3 Handicap associé 6  
  Approche des principaux troubles et handicaps pouvant être associés à une surdité Contrôle terminal, épreuve écrite 90 min   Connaissance des outils spécifiques aux neuro sciences, du principe de neuro plasticité et de ses implications dans la compréhension et l’appréhension des fonctions cognitives chez l’enfant sourd.
  Information sur des méthodes d’accompagnement et les adaptations pédagogiques possibles Contrôle terminal, épreuve écrite 90 min   Connaissance des principales caractéristiques des troubles et handicaps pouvant être associés à la surdité et leurs conséquences ;
Connaissance des principales méthodes d’accompagnement.
DF2- Enfance et pédagogie UE4 Langues et communication 30  
  Méthodes spécifiques d’acquisition de la langue, de la parole et du langage Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Connaissance de la mise en œuvre des techniques d’apprentissage et de correction ; connaissance des techniques d’éducation auditive et visuelles linguistiques.
  Linguistique française Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Connaissance des concepts de base de linguistique appliquée ;
Fonctions du langage ;
Connaissance de la grammaire française.
  Phonétique articulatoire Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Connaissance de la physiologie articulatoire.
Cycle 1 Langue des signes française
Bilinguisme
Contrôle terminal, épreuve orale 20 min   maîtrise de la LSF tendant vers C1 ;
Morphologie du mot et du signe de la LSF.
  Langage parlé complété Contrôle terminal, épreuve orale 20 min   maîtrise du code LPC.
  Communication non verbale Non évalué      
Cycle 2 Langue des signes française
Bilinguisme
Contrôle continu +
contrôle terminal, épreuves pratiques
20 min   maîtrise de la LSF tendant vers C1 ;
Morphologie du mot et du signe de la LSF.
  Langage parlé complété Contrôle terminal, épreuve orale 20 min   maîtrise du code LPC.
  Communication non verbale Non évalué      
Cycle 3 Langue des signes française
Bilinguisme
Contrôle continu +
contrôle terminal, épreuves pratiques
20 min   maîtrise de la LSF tendant vers C1 ;
Morphologie du mot et du signe de la LSF.
  Langage parlé complété Contrôle terminal, épreuve orale 20 min   maîtrise du code LPC.
  Communication non verbale Non évalué      
DF2- Enfance et pédagogie UE5 Pédagogie générale et adaptée – psychologie 16  
  Les principaux concepts Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Connaissance des grands courants
pédagogiques ;
Connaissance des concepts : enseigner/apprendre.
  L’accompagnement en service (SSEFS) Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Connaissance du rôle de l’enseignant spécialisé exerçant en service ;
Capacité à répondre à la difficulté scolaire (remédiation et anticipation).
  Philosophie Non évalué      
  Pédagogie générale
Conduite et organisation de la classe avec des élèves sourds
Contrôle terminal, épreuve écrite 90 min   Connaissance des procédures de construction de séquences, de progressions ;
Connaissance des définitions d’objectif, compétences en référence aux textes officiels ;
Capacité à mettre en œuvre un programme et une progression sur l’année et sur le cycle ;
Capacité à définir des objectifs d’apprentissage à partir des références des textes officiels ;
Capacité à raisonner en termes de compétences.
  Préparation et présentation du C2I2E Dossier, épreuve orale 30 min   Usage des technologies numériques dans l’enseignement (C2I2E).
  Développement psychomoteur Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Connaissance des différentes étapes du développement et des acquisitions sensoriels et moteurs de l’enfant ;
Connaissance du développement psycho affectif et cognitif de l’enfant.
  Développement langagier et conséquences de la surdité Contrôle terminal, épreuve écrite 45 min   Capacité à construire des séquences d’enseignement collectives ou individuelles qui visent des objectifs de développement de la perception, de la compréhension et de l’expression orale ou signée et écrite des élèves.
DF3- La situation d’enseignement UE 6, option EC1 : Education précoce et enseignement primaire/apprentissage de la langue et du langage 16  
  Éducation précoce Contrôle terminal, épreuve écrite 1 h   Connaissance des enjeux, des fondements théoriques et des méthodes en éducation précoce ;
Connaissance du développement de l’enfant.
  Apprentissage du langage Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h   Capacité à enseigner la parole et à développer la langue et le langage de communication chez l’enfant sourd
  Méthode verbo tonale Non évalué      
  Pédagogie pratique Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h   Connaissance des enjeux de l’école primaire
  Apprentissages fondamentaux du français Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h   Connaissance des concepts et notions, des démarches et méthodes de chacun des champs disciplinaires enseignés.
  Apprentissages fondamentaux des mathématiques Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h  
  Didactique des sciences Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h  
DF3- La situation d’enseignement UE 6, option EC2 : Enseignement secondaire/perfectionnement du langage 16  
  Pédagogie pratique Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h   Attitude réflexive sur la pratique professionnelle.
  Méthode verbo tonale Non évalué      
  Psychosociologie de l’adolescent Contrôle terminal, épreuve écrite 1 h   Capacité à prendre en compte les conséquences de la surdité sur le développement global de l’enfant.
Connaissance de la psychologie et de la psycho sociologie du développement de l’adolescent
  Perfectionnement du langage Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h   Capacité à promouvoir un langage de pensée et à proposer des situations de communication.
  Français Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h   Connaissance de la didactique des disciplines enseignées.
  Mathématiques Contrôle terminal, épreuve écrite 1 h   Connaissance de la didactique des disciplines enseignées.
  Didactique des sciences Contrôle terminal, épreuve écrite 1 h   Connaissance de la didactique des disciplines enseignées.
DF3- La situation d’enseignement UE 6, option EC3 : Enseignement professionnel/Perfectionnement du langage 16  
  Pédagogie pratique Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h   Attitude réflexive sur la pratique professionnelle et sur la pédagogie de la langue.
  Méthode verbo tonale Non évalué      
  Psychosociologie de l’adolescent Contrôle terminal, épreuve écrite 1 h   Connaissance des différents champs et des différentes approches de la psychologie ;
Connaissance de la psychologie et de la psycho sociologie du développement de l’adolescent.
  Perfectionnement du langage Contrôle terminal, épreuve écrite 2 h   Capacité à promouvoir un langage de pensée et à proposer des situations de communication en lien avec les situations professionnelles.
  Didactiques des pratiques professionnelles et technologiques Contrôle terminal, épreuve écrite 3 h   Connaissance de la didactique des disciplines professionnelles ;
Connaissance du monde professionnel.
DF3- La situation d’enseignement UE 7 Mises en situation – stages d’observation 10  
  3 stages d’observation
Stage pédagogique
Stage clinique
Stage en milieu ordinaire
Contrôle terminal : 3 rapports de stage     Capacité à interroger et à analyser les pratiques pédagogiques, médicales et para médicale.
Capacité à mettre en relation les connaissances théoriques et les pratiques pédagogiques.
DF3- La situation d’enseignement UE 8 Recherche 8  
  Initiation à la recherche Non évalué      
  Stage long tutoré de seconde année Mémoire
Contrôle terminal, Soutenance
30 min   Capacité à articuler la théorie et la pratique professionnelle sur un sujet spécifique.
Attitude réflexive sur la pratique professionnelle.
DF3- La situation d’enseignement UE 9 Enseignement spécialisé et langage 20  
  Praxéologie :
Enseignement didactique
Enseignement de la parole, de la langue et du langage
Conception de projet
Communication
Épreuve pratique 1 – Enseignement de la langue française orale ou de la langue des signes française (au choix du candidat) : épreuve professionnelle comportant deux séances de parole, langue et langage, respectivement une séance individuelle (30 minutes maximum) et une séance collective (30 minutes maximum), suivies chacune d’un entretien n’excédant pas 15 minutes   Capacité à mettre en œuvre les techniques de développement de l’expression quelle que soit la langue première des élèves ;
Capacité à établir des projets de développement de la parole de la langue et du langage ;
Capacité à entrainer les fonctions auditive et visuelle en faisant appel aux méthodes et aides techniques adaptées à chaque élève ;
Capacité à développer la lecture labiale.
  Épreuve pratique 2 – Enseignement didactique de la langue française écrite et d’une autre matière (au choix du candidat) : épreuve professionnelle de deux séances successives de 50 minutes en classe (modalité collective) ou en service (modalité individuelle) suivies d’un entretien n’excédant pas une heure   Pratique pédagogique :
Capacité à mettre en œuvre une progression différenciée selon le niveau des élèves et leurs besoins particuliers de compensation en lien avec leur PPS et leur PIA ;
Capacité à évaluer les élèves, à élaborer et à mettre en place des projets pour répondre à leurs besoins particuliers ;
Capacité à prendre en compte les résultats des évaluations dans la construction d’une progression pédagogique ;
Capacité à intégrer son enseignement dans l’usage des technologies numériques ;
Capacité à prendre en compte les résultats des évaluations dans la construction d’une progression pédagogique ;
Capacité à s’intégrer à l’équipe pluri professionnelle.
  Épreuve pratique 3 – Conception de projets : présentation au jury, suivie d’un entretien, pour une durée maximale de 30 minutes au total, d’un projet individuel d’un élève (au choix du jury) et du projet pédagogique d’enseignement   Capacité à mettre en œuvre les méthodes d’accompagnement et les adaptations pédagogiques nécessaires ;
Capacité à utiliser les outils spécifiques.
Capacité à participer à des projets pluri professionnels.
  Épreuve pratique 4 – Maîtrise de la communication : les compétences en communication sont évaluées spécifiquement tout au long des séances face aux élèves.   Capacité à enseigner dans une langue homogène à la portée de chaque élève ;
Capacité à déterminer les besoins langagiers et à adapter sa communication à la diversité des élèves ;
Capacité à utiliser les deux modes de communication en alternance ;
Capacité à veiller dans toutes les situations d’enseignement à la qualité linguistique de l’expression des élèves.

Fait le 16 mars 2018.

Pour la secrétaire d’État et par délégation :
Le directeur général de la cohésion sociale,
J.-P. Vinquant


*   *   *
*

Informations sur cette page Retour en haut de la page
Valid XHTML 1.1 Valid CSS
Dernière révision : jeudi 17 mai 2018 – 11:30:00
Daniel Calin © 2014 – Tous droits réservés