Psychologie, éducation & enseignement spécialisé
(Site créé et animé par Daniel Calin)

 

Certificats d’aptitude à l’enseignement des aveugles
Programmes

 

Annexes à l’arrêté du 23 avril 1946


Journal officiel de la République française – Jeudi 2 et Vendredi 3 Mai 1946 – Pages 3748 à 3750


*   *   *
*

Annexe I
Enseignement général

A. – Examen du premier degré

Notions de psychologie générale appliquée à l’éducation.

Les habitudes, l’attention, la sensation : étendue, durée, mouvements.

Les images, les associations, la mémoire, la perception, l’imagination, jugement et raisonnement.

Le langage, l’imitation, les émotions, les formes de l’activité, la volonté, le caractère.

L’enseignement intuitif et concret dans une classe d’aveugles. – Les méthodes actives. Les jeux éducatifs. « L’école sur mesure »

L’enseignement collectif aux aveugles. – Comment suppléer à l’absence du tableau noir. La discipline. La surveillance de la tenue. Le maintien de l’attention.

La correction des devoirs. – La correction collective. Les corrections sur copie. Difficultés inhérentes au Braille.

Problèmes d’organisation scolaire. – Réduction du temps de classe résultant de la simultanéité des enseignements (général, musical, artisanal). Enseignement intensif. Dosage des devoirs écrits et des leçons. Effectif optimum d’une classe d’aveugles. Durée de la scolarité.

Le facteur temps dans l’éducation des aveugles. – Lenteurs dues à la maladresse. Nécessité d’une formation précoce. Influence de la lenteur de la lecture sur le développement des études.

Appréciation des aptitudes mentales des aveugles. – Application des tests. Difficultés. Echelles proposées. Résultats-quotient intellectuel des aveugles.

L’éducation physique. – Gymnastique et jeux. Acquisition du sens de l’orientation, de l’aisance des gestes. Correction de la tenue. Hygiène, santé et éducation à l’école d’aveugles. Importance des années d’enfance.

Les activités manuelles. – Importance primordiale pour la formation générale, l’enseignement intellectuel, la préparation sociale. « La classe d’adresse ». Pliage, tissage, objets en papier, en bois, en fil de fer, etc. Triage d’objets. Examen de maquettes.

Le dessin et les aveugles. – Limite des possibilités. Appareils à dessiner. Réalisations à trois dimensions. Modelage.

Activités manuelles propres aux filles. – Tricot, crochet, couture. L’enseignement ménager, son opportunité. Méthodes spéciales.

La classe maternelle. – Importance pour les jeunes aveugles. Difficultés d’organisation, de recrutement des élèves. Les sunshine homes ; les kindergarten. Situation. Matériel. Objet, méthodes, programmes.

La lecture tactile. – Méthode analytique ; méthode globale. Ordre d’étude des lettres, des groupes de lettres. Choix des premiers mots. Dimension des caractères. Interlignage. Format optimum. Lecture unimanuelle, bimanuelle. Groupement des mots en vue de la lecture courante. Vitesse de lecture ; ses étapes. Importance de la lecture de la main gauche pour le déchiffrage musical.

Enseignement de l’écriture. – Le renversement du caractère Braille. Ordre à adopter pour la formation des caractères, pour l’assemblage des lettres. Le matériel : adaptation du poinçon à la main ; tablettes à rainures, à cuvettes, machine à écrire le Braille. Qualité du papier. Copie d’une main. Vitesse d’écriture.

La correspondance avec les voyants. – Systèmes et matériel proposés : Ballu, Cantonnet-Nouët, stylographie, dactylographie. Disposition tactile et disposition visuelle.

L’enseignement du français. – L’aveugle et la langue des voyants. L’écueil à redouter : le verbalisme. Concrétisation des leçons de vocabulaire, de récitation, de lecture expliquée : la classe « atelier de choses ». Textes ne convenant pas aux aveugles. Proportion des exercices écrits et des exercices oraux. Orthographe et mémoires tactilo-musculaire et auditive. Introduction de l’abrégé : influence sur l’orthographe, sur la propreté des copies.

La formation morale et la préparation sociale. – Leur importance particulière. La lutte contre les conséquences de la cécité. Valeur de l’exemple. Le récit vivant, imagé. Enseignement religieux à l’école d’aveugles.

L’enseignement de l’histoire et de la géographie. – Remèdes à l’absence de gravures : la classe-musée ; valeur des maquettes ; reproduction au modelage. La notion du passé chez les jeunes aveugles. Les cartes géographiques en relief ; format, matière, légende, échelle. Simplicité et complexité. Réalisations de plans et de cartes par les élèves : difficultés. L’histoire et la géographie locales à l’école d’aveugles.

L’enseignement du calcul. – Initiation concrète à la numération. Appareils à calculer. Notations mathématiques Braille. L’usage des schémas, des graphiques et des figures comme soutien du raisonnement. Disposition des solutions. Importance du calcul mental. Difficultés rencontrées dans la pratique de l’algèbre : causes.

L’enseignement de la géométrie. – Sa grande importance. Causes des négligences rencontrées dans cet enseignement : la maladresse, médiocrités de l’imagination spatiale, le facteur temps. Manipulation er reproduction des figures planes et solides. Parti à tirer du pliage de papier, de la tablette, du cubarithme pour la réalisation des figures planes. Mesures : notion de dimensions, d’angles, de distances, de formes.

Leçons de choses. Les sciences physiques et naturelles. – Importance particulière de cet enseignement. Lacunes et négligences constatées : causes. Démonstrations d’objets, manipulations et expériences dans une classe d’aveugles. Représentations planes et à trois dimensions. Objets réels et reproductions (maquettes, moulages) : le problème de l’échelle. Utilisation des résidus de vision. Utilisation des souvenirs visuels ; leur imprécision, leur usure.

Le livre scolaire pour les aveugles. – Format optimum. Qualités des impressions ; le papier, le point, les dispositions ; la correction du texte. L’uniformité du caractère Braille. La matière des livres, textes spéciaux ou transcription in extenso des livres des voyants.

Les programmes d’enseignement. – Programmes communs ou programmes spéciaux. L’adaptation des programmes officiels. La présentation des jeunes aveugles aux examens des voyants.

B. – Examen du deuxième degré

1re année.

Physiologie et psychologie de la motricité et des sensations

Importance de l’étude de la psychologie des aveugles. – Ses apports à la psychologie générale. Applications à la pédagogie, à l’orientation professionnelle, à la typhlophilie.

Le système nerveux. – Neurones, nerfs, plexus, moelle épinière, acte réflexe. Encéphale ; bulbe, cervelet, cerveau, nerfs rachidiens. Le sympathique.

Anatomie et physiologie de la peau. – Epiderme : assises, production de l’épiderme. Derme. Terminaisons nerveuses. Hygiène de la peau.

Sensations cutanées. – Variétés de ces sensations. Seuil minimal et seuil différentiel. Localisation er pression. Sensibilité à température, à la douleur. Sensibilité pileuse. La vision par la peau (formes, couleurs).

Anatomie et physiologie de l’appareil locomoteur. – Le squelette. Les muscles. Les articulations. Hygiène de l’appareil locomoteur : déformations ; troubles fonctionnels dus à la nutrition, à des maladies et à la sédentarité.

Sensations musculaires, osseuses, viscérales, articulaires. – Sens du mouvement, de la vibration. Seuils.

L’oreille et l’audition. – Intensité et hauteur, seuils. Timbre. Troubles de l’audition. Hygiène de l’oreille.

Le larynx et la phonation. – La vois et les aveugles. Valeur de la phonognomonie. Correction des vices de prononciation.

Le nez et l’odorat.

La langue et le goût.

Le sens des obstacles. – Théories thermique, auditive, tactilo-auditive, structurelle.

Anatomie et physiologie de l’œil. – Principales maladies de l’œil. Anomalies de la vision. Les résidus de vision. Hygiène de l’œil.

Les suppléances sensorielles. – Critiques du sensualisme. Véritable nature de ces suppléances. Causes de l’infériorité sensorielle de certains aveugles.

2e année.

Psychologie des aveugles (suite).

La perception chez les aveugles. – Perceptions tactiles. Théories en présence. Psychologie de la lecture tactile. Le toucher par les lèvres, la langue. Raisons de la supériorité de la main. Perceptions kinesthésiques. Illusions du toucher et du sens musculaire.

La représentation chez les aveugles. – Images visuelles et images tactiles. Persistance et déformations des premières dans les cécités tardives. Les substituts des images visuelles chez les aveugles-nés. Schémas tactiles. Evocation des images tactiles chez les aveugles. La stéréognosie.

La représentation de l’espace chez les aveugles. – Espace visuel et espace tactile. Construction de l’espace ; espace manuel, espace brachial, rôle des perceptions auditives.

Le sens de l’orientation. – Ses éléments perceptifs et intellectuels.

La représentation du temps chez les aveugles.

Valeur esthétique des représentations de l’aveugle.

Les facultés intellectuelles. – Conditions, formes et utilisation de l’attention, de la mémoire, de l’imagination, de l’association des idées. Abstraction. Inférence et raisonnement.

Le caractère. – Défauts et qualités imputés à la cécité. Influence de l’entourage. Le complexe d’infériorité : éléments, causes, conséquences.

L’imitation et les habitudes. – L’imitation spontanée. Ses limites : gestes et attitudes. Les tics : facteurs névropathiques, facteurs égocentriques.

Les divers types d’aveugles. – Aveugles-nés et aveugles tardifs. Aveugles-nés ayant recouvré la vue (problème de Molyneux). Les amblyopes. Les aveugles-sourds. L’arriération mentale chez les aveugles.

3e année.

Histoire de la protection sociale et de la pédagogie des aveugles.

L’aveugle chez les primitifs et dans les civilisations anciennes et orientales. – L’aveugle paria. L’aveugle dans l’ancien et le nouveau testament. Le « favori du ciel ». La cécité « punition du ciel ».

L’aveugle au moyen âge. – Le mendiant privilégié. Les Quinze-Vingts.

Le dix-huitième siècle et les aveugles. – Diderot et la lettre sur les aveugles. Influence du sensualisme sur la genèse et le développement de la pédagogie des aveugles. Essais d’instruction des aveugles avant Valentin Haüy.

Valentin Haüy : fondation de la première école (1784). – « Essai sur l’éducation des aveugles » (1786). Esprit de cette éducation d’après Valentin Haüy et ses successeurs. La Révolution française et les aveugles. Nationalisation de l’école de Haüy.

La diffusion du mouvement. – Fondation des écoles européennes et extra-européennes. Multiplication des écoles en France.

Louis Braille. – Genèse et développement du système Braille. Ses applications. Historique de l’imprimerie en relief. Répercussion de l’invention de Braille sur la pédagogie des aveugles.

Evolution de la pédagogie des aveugles en France après Valentin Haüy. – Guillé, Pignier, Dufau, Guadet. « L’instituteur des aveugles ». Maurice de La Sizeranne et Pierre Villey pédagogues. Apports de la France et de l’institution nationale dans ce mouvement pédagogique.

L’évolution de la pédagogie des aveugles à l’étranger. – Angleterre, Allemagne, Etats-Unis, Italie, Pologne, etc.

Evolution de l’enseignement musical et industriel.

Législation scolaire française et étrangère spéciale aux aveugles. – Organisation de l’enseignement des aveugles en France.

Les enseignements de la statistique. – Répartition de la cécité suivant l’âge, les régions, les causes. Proportion des aveugles d’âge scolaire. Définition de la cécité.

Le relèvement par le travail. – Psychologie du mendiant moderne. Conditions favorables au développement de la mendicité.

Professions accessibles aux aveugles. – Les métiers classiques ; activités diverses ; emploi dans l’industrie. Rééducation professionnelle des aveugles tardifs. Les ateliers d’aveugles.

L’aveugle assisté. – Etapes de la protection sociale des aveugles : charité, philanthropie, assistance, assurance. Principes de cette protection : l’aide constante de la tierce personne ; la compensation. Rôle de l’Etat, des œuvres, de l’individu, économe générale des mesures d’assistance actuelles.

La situation sociale de la femme aveugle.

Situation juridique et civique des aveugles.

Aveugles et typhlophiles célèbres. – Enseignement à tirer du succès des aveugles dans la vie sociale.

 

Annexe II
Enseignement musical

Avantages de la profession de musicien pour les aveugles. – Raisons psychologiques. Raisons pratiques. Préjugé favorable de la musicalité de l’aveugle.

Conditions favorables ou défavorables à l’exercice de la profession de musicien pour un aveugle. – Grands centres ou petites villes. Hommes ou femmes. Vie en famille, célibataires ou mariés. Leçons particulières. Ecoles privées ou publiques. Professorat interne dans les pensionnats. Pianistes. Violonistes. Chantres. Organistes. Instruments multiples. Avantages ou inconvénients d’activités complémentaires : accord, massage, représentation, commerce, travaux manuels.

Outillage du musicien aveugle. – Installation. Instruments. Musique en Braille. Musique en noir. Bibliothèque personnelle. Recours à la bibliothèque Braille musicale. Transcriptions rapides. Matériel pour l’enseignement des aveugles aux voyants : auto-professeur, tableaux Balquet, méthodes avec repères.

Musique et orientation professionnelle. – Conditions physiques : présentation, les marques de la cécité. Conditions psychologiques. Age convenable. Tests d’aptitude musicale.

Qualités spéciales à développer chez le musicien aveugle. – L’attention : application de l’analyse du contrôle des gestes à la tenue, à l’utilisation de l’oreille. La mémoire : mémoire tactile, musculaire, auditive. Mémoire rapide. Mémoire fidèle. Moyens mnémotechniques : analyse mélodique, analyse rythmique, analyse harmonique, analyse de la forme. Transposition. Doigté. La sensibilité : son développement par la culture générale. L’histoire de la musique. Les lectures. Les auditions musicales (concerts, disques, T.S.F.). Accompagnements, musique de chambre, chœurs, orchestre.

Enseignement collectif. – La discipline. La surveillance de la tenue. Le maintien de l’attention.

La correction des devoirs. – La correction collective. Les correcteurs sur copies. Difficultés inhérentes au Braille.

Enseignement individuel. – Les rapports du maître et de l’élève. Autorité. Marques de sympathie. L’exemple. La confiance.

Problèmes d’organisation scolaire. – Enseignement collectif et enseignement individuel. Avantages et inconvénients de l’un et de l’autre. Bénéfice des exercices en commun. Professeur unique ou professeurs successifs. Durée et fréquence des leçons et des études. Surveillance des études. La répartition en groupes : classes, cours et divisions. Le livre de musique.

Le livre de musique. – Format. Interlignes. Interpoint. Dimensions des caractères. Adaptation aux divers besoins de l’enseignement musical : ouvrages techniques, instruments, plain-chant, avec ou sans paroles.

L’enseignement du solfège aux aveugles. – La notation musicale. Les signes. Leur groupement. Echelons de vitesse de la lecture. Le développement de l’oreille. Exercices oraux. Audition et intonation. Ecriture. Dictées musicales. Développement de la mémoire : reproduction de marches, phrasage. Airs par cœur. Suppléance de l’absence de tableau noir. Direction du chant en groupes. Effectif optimum des classes de solfège.

L’enseignement de l’harmonie aux aveugles. – Notation spéciale. Chiffrage. Dispositions particulières : accords ou parties successives. Correction des devoirs ; difficultés propres au système Braille. Avantages pour les aveugles des devoirs joués ; entraînement pour l’oreille, automatismes musculaires, visualisation des dispositions. Importance toute particulière de cet enseignement pour les aveugles : soutien pour la mémoire, improvisation, composition.

L’enseignement du piano aux aveugles. – Sa nécessité. Base de culture musicale générale. Bénéfice pour les études d’harmonie, préparation au jeu de l’orgue. Ressources professionnelles : leçons, concerts. Avantages pour les accordeurs. Proportion du temps à lui consacrer dans les programmes scolaires. Difficultés inhérentes à la cécité. Exercice de conception du clavier. Adresse : influence des travaux manuels, leur choix. La souplesse, ses rapports avec l’adresse. Adaptation de la gymnastique à l’étude du piano. Notation musicale complète. Importance de la lecture unimanuelle pour la main gauche et pour la main droite. Diverses manières pour apprendre par cœur. Les gestes : leur conception, leur réalisation, leur contrôle. Comment suppléer à l’impossibilité de lire à vue. Adaptation des programmes à cette nécessité. Exercices, études, musique ancienne, musique classique, musique romantique, musique moderne. Dosage de ces diverses matières. Répertoire minimum.

L’enseignement de l’orgue aux aveugles. Importance. Orgue de concert. Orgue d’église. Programmes. Notations particulières. Déchiffrage et transposition du plain-chant. Textes par cœur. Exercices pratiques : messes, vêpres, saluts et offices spéciaux. Culture religieuse. Improvisation. L’harmonium. Programmes communs. Particularités.

La composition. – Son action sur le développement musical. Son intérêt professionnel. Propagande.

Notation musicale pour les voyants. – Signes. Dispositions. Ecriture du piano, des voix, des instruments. Harmonie chiffrée. Transposition. Notation grégorienne. Rapports et différences de la notation aux voyants et de la notation Braille. Matériel : figures linéaires ou ponctuées, appareil Ducournau.

Diverses activités des musiciens aveugles. – Le chant : enseignement privé ou public. Leçons particulières. Cours dans les écoles. Direction d’orphéons. Son emploi à l’église. Préparation spéciale des chantres aveugles. Déchiffrage avec paroles du texte liturgique. Répertoire des maîtres de chapelle. Pratique de l’art choral. Ensemble et direction.

Le violon : sa grande utilité pratique. Aptitudes particulières. Proportion du temps consacré à son étude dans les écoles d’aveugles.

Le violoncelle : son utilité relative. Concerts et leçons. Musique de chambre.

Les instruments à vent. Leur utilité. Difficulté ou facilité de leur étude. Moyens de développement pour les moins doués.

La musique d’ensemble à l’école d’aveugles. – Nécessité de la chorale. Exercices d’ensemble et de déchiffrage à vue. Emploi aux offices.

Orchestre : opportunité, difficultés de réalisation. Facteur temps. Bénéfice pour le développement musical et instrumental. Connaissance des divers instruments : leur timbre, leur étendue. Importance pour les études de composition.

Musique de chambre : sonates, trios, quatuors, etc.

Bienfaits sur la culture, sur la sensibilité, sur la mémoire.

Utilisation dans l’exercice de la profession.

Les aveugles dans les concours ou les examens avec les voyants. – Le certificat d’aptitude professionnelle. La préparation au Conservatoire national. Conservatoires et écoles de musique de province. Concours privés. Intérêt des diplômes. La spécialisation : avantages et inconvénients. L’aveugle virtuose. Enseignement de l’étranger.

Le musicien aveugle en public. – Eglise. Salle de concerts. Impressionnabilité. Influence du public sur l’attitude de l’aveugle. Nécessité des exercices publics à l’école : examens, auditions d’élèves. Concerts.

 

Annexe III
Enseignement professionnel.

A. – Examen en vue de l’obtention du certificat d’aptitude à l’enseignement professionnel de l’accordage et de la réparation des pianos aux aveugles.

I. – Eléments d’acoustique.

Mouvement vibratoire. Fréquence ; période ; vitesse de propagation ; longueur d’onde. Relation entre ces grandeurs. Amplitude.

Sources sonores. Sources solides, liquides, gazeuses. Etat vibratoire.

Milieux de propagation. Etat vibratoire. Vitesse de propagation : dans l’air, l’eau, les solides. Ondes sonores. Réflexion ; écho.

Tuyaux sonores. Types. Hauteur du son fondamental. Harmoniques renforcés. Application aux instruments de musique (orgue, instruments à embouchure et à anche).

Cordes vibrantes. Lois des vibrations transversales. Harmoniques. Application à la facture des instruments à corde (piano, violon).

Intensité du son. Amplitude. Vibration et ondes entretenues ; vibrations et ondes amorties. Mesures des intensités : audiomètre : le bell. Conditions de l’audition. Applications (renforcement du son). Résonance : applications.

Hauteur du son. Détermination de la fréquence (méthode acoustique, méthode graphique). Limites inférieure et supérieure de la perception auditive (cas particulier des sons musicaux). Modifications de hauteur dues au déplacement relatif de la source et de l’oreille.

Intervalles musicaux. Rapports des fréquences ; mesures en savarts.

Accords. Interférences. Battements. Consonnance et dissonnance. Accord parfait. Application à l’accordage des instruments.

Gammes. Génération (gamme de Pythagore, de Ptolémée). Dièze et bémol ; demi-tons diatonique et chromatique. Nécessité du tempérament pour les instruments à clavier. Conditions d’un bon tempérament. Mesure des intervalles tempérés ; comparaison avec les intervalles naturels. Application à l’accordage.

Le diapason. Historique. Types.

Timbre. – Analyse et synthèse d’un son (tuyaux sonores, voix humaine, cordes vibrantes. Résonateurs. Représentation graphique.

Enregistrement et reproduction des sons. Le phonographe. Le pick-up.

Transmission des sons à distance. – Téléphone ; microphone ; écouteur, radiophonie. Analogie entre les phénomènes acoustiques et les phénomènes radioélectriques en ce qui regarde les notions de fréquence, période, vitesse, ondes, amplitude.

II. – Accordage, entretien et réparation élémentaire des instruments (piano, harmonium).

Historique. – Instruments précurseurs du piano. – Divers modèles de pianos modernes.

Diverses parties d’un piano. – L’ébénisterie. Les organes mécaniques. Les organes acoustiques. L’harmonium: organes essentiels, les jeux.

Pratique et enseignement des techniques suivantes :

Démonter et remonter méthodiquement un piano/

Démonter et remonter les organes d’une note. Remplacer les cordes, les ressorts, les lanières, les garnitures. Relever le plan d’une corde filée. Remplacer un marteau, une cheville. Percer une tête, une noix. Rôder, ajuster un manche. Régler les marteaux sur les cordes ; les lanières ; les échappements, le châssis (enfoncement), les mortaises ; les étouffoirs ; les jours du clavier ; les divers plans du clavier (niveau des touches) ; les pédales. – Techniques spéciales aux aveugles.

Accordage d’un piano. – Les partitions. Basses et dessus. Pinçage. Accord-ébauche. Accord fin d’un piano au diapason. Accord fin de deux pianos au même diapason.

Enseignement de l’accordage des pianos. – Qualités requises pour faire un bon accordeur. Exercices préparatoires (audition des battements, repérage dans le chevillage, dans les différents organes). Position, tenue, maniement de la clef et du coin. Réalisation d’un son accord : justesse, rapidité, stabilité. Pratiques des divers types de piano.

Entretien d’un harmonium. – Démontage. Accordage. Lames frisantes. Réparation du soufflet (pédales, fuite). Réglages divers.

Les outils et les matières premières utilisées par l’accordeur. – Clefs, coins, pinces, tournevis, etc. ; cordes d’acier, cordes filées, feutres, garnitures, etc. Conditions d’achat, adresses des fournisseurs.

Formation sociale et commerciale propre à l’accordeur. – Expertise sommaire d’une réparation, de la valeur d’un instrument. Vente et location. Le commerce de la musique. Usages commerciaux ordinaires. Présentation et tenue de l’accordeur. Le guide.

N.-B. – Le présent programme servira de base aux épreuves écrites et pratiques et à la leçon (épreuve orale : 3). Il pourra aussi faire l’objet de questions au cours de l’interrogation orale (épreuve orale : 2) ; mais, en ce qui concerne cette dernière, le candidat au certificat d’aptitude à l’enseignement de l’accordage et de la réparation des pianos n’est pas dispensé des matières prévues à l’annexe III-B qui sont communes à toutes les branches de l’enseignement professionnel.

B. – Matières de la deuxième épreuve d’interrogation.

Au cours de son année de stage, le candidat devra d’être documenté et avoir réfléchi sur les questions suivantes qui feront l’objet d’une interrogation orale :

Psychologie élémentaire des fonctions tactilo-motrices. Leur champ d’action. Leur rôle dans le développement des fonctions intellectuelles (mémoire, imagination, jugement, raisonnement).

Variabilité des aptitudes manuelles chez les aveugles. Causes (hérédité, santé, milieu, niveau intellectuel).

Qu’est-ce que l’adresse ? Formes (adresse générale, adresse proprement manuelle). Conditions : part de l’intelligence ; rôle de l’intérêt (intérêt psychologique, intérêt vital) ; rôle de la volonté (la patience et la persévérance dans l’apprentissage et la pratique d’une profession manuelle) ; l’adresse et le développement de l’esprit d’observation ; l’initiative.

Importance de la forme dans la vie pratique. Valeur de cette constatation pour le reclassement professionnel des aveugles. Comment suppléer à l’absence de vision des couleurs.

Qualités tactiles, musculaires, sonores, olfactives et gustatives des différentes matières premières ordinairement ouvragées par les aveugles. Notions de nuances et de valeurs appliquées à ces qualités. Le travail d’après modèle. Le travail d’après description, prise et report de mesures. Limites de précision des appareils de mesures à la portée des aveugles. Le trait sensible comparé au trait visible. Utilisation du calcul pour suppléer à l’insuffisance des images synthétiques. L’ordre et la symétrie.

Procédés de suppléance pour percer, scier, coller, souder, tailler. Adaptations de quelques outils. Le contrôle du travail au fur et à mesure de sa facture.

Historique des professions pratiquées par les aveugles. Historique de leur pratique par les aveugles. Principe de la plupart des activités manuelles pour aveugles (le tressage). Raisons de l’abandon de certains métiers.

Le machinisme et les métiers d’aveugles. Outils et machines dangereux, outils et machines manœuvrables. Possibilités d’adaptation et de protection. Lutte contre les préjugés ; valeur de l’exemple.

L’avenir des travaux manuels pour les aveugles. Influence favorable et défavorable des progrès techniques et de la rationalisation du travail. Le travail à la chaîne et l’emploi des aveugles dans l’industrie.

La recherche d’activités nouvelles. Caractère commun des activités proposées : métiers véritables ou emplois ? Conséquences : l’orientation à donner à l’enseignement général des aveugles.

Rendement des professions manuelles pour les aveugles. Le facteur temps.

Origine, conditions de production, d’acquisition des diverses matières premières. Conditions d’acquisition des outils. Prix actuel des matières premières. Prix de vente des différents objets manufacturés par les aveugles. Etablissement d’un prix de revient. Rédaction d’un devis.

Le cachet, le fini, l’esthétique et le travail des aveugles. Présentation des objets manufacturés. Rapports avec le client.

Conditions d’enseignement des diverses activités manuelles. Durée d’apprentissage et qualités requises pour chacune d’elles. Caractère individuel de l’enseignement des travaux manuels. La discipline dans un atelier d’aveugles. Les qualités morales du chef d’atelier.

Conditions sociales de travail de l’ouvrier aveugle. L’aveugle et la législation artisanale, la législation sur les accidents du travail, la législation d’assistance, le code de la famille (données générales). L’intervention des œuvres, le travail à domicile et le travail en atelier. Le petit commerçant. Le concours des voyants à la maison, en atelier.

La conscience professionnelle et l’esprit de corps chez les aveugles. Conséquences collectives de toute défaillance individuelle.

Le cas particulier des jeunes filles aveugles. L’enseignement ménager et la femme aveugle, techniques de remplacement, de suppléances, intérêt pratique ; intérêt professionnel. Rendement des professions féminines à la portée des aveugles. Couture et tricotage mécaniques.

Le cas particulier des demi-voyants et des demi-voyantes. En quoi sont-ils favorisés, défavorisés (point de vue professionnel, point de vue social). Concurrencent-ils les aveugles complets ? Emplois leur convenant.

Techniques générales utilisées dans l’enseignement de l’accord, de la facture des pianos, de la brosserie, de la vannerie, de la chaiserie, du travail manuel, des travaux féminins dans un atelier d’aveugles.

 
Nota bene : quelques erreurs textuelles manifestes ont été corrigées.


*   *   *
*

Informations sur cette page Retour en haut de la page
Valid XHTML 1.1 Valid CSS
Dernière révision : jeudi 01 mars 2018 – 15:15:00
Daniel Calin © 2014 – Tous droits réservés