Psychologie, éducation & enseignement spécialisé
(Site créé et animé par Daniel Calin)

 

Jeunes profs et vieilles méthodes

 

 
Un texte de Sylvain Grandserre
Maître d’école en Seine-Maritime


Référence  Ce texte a été rédigé suite à la publication d’un dossier du Monde de l’éducation sur les « nouveaux instits », décembre 2007.
Publication initiale  Ce texte a d’abord été publié sur le forum du site de Philippe Meirieu.
Un texte proche  Sur une thématique proche, voir le témoignage de Julos, Maternelle Blues.
Autres textes de Sylvain Grandserre  Voir sur ce site les autres textes de Sylvain Grandserre.
Le radio-blog de Sylvain Grandserre  Voir aussi Le carnet de notes de Maître Grandserre, en lien avec la participation régulière de Sylvain Grandserre à l’émission de RMC, Les Grandes Gueules, de 10h à 12h30, un mercredi sur deux.
La bibliographie de Sylvain Grandserre  Voir ci-dessous la bibliographie de Sylvain Grandserre.

 

Malgré un détestable tohu-bohu médiatique, une majorité de jeunes professeurs des écoles voit encore dans le RMI du lire-écrire-compter un contrat de dupe (54 %). Qu’ils se rassurent : contrairement à une idée reçue, Jules Ferry aussi s’opposait à cette vision minimaliste (discours d’avril 1881) !

Pourtant, la crispation est indéniable. L’école, impuissante à corriger les révoltantes inégalités de départ, subit, comme toute forme d’autorité, de violentes remises en cause. S’y ajoute un climat délétère qui impose la pru­dence : « puisque l’école, abandonnée aux khmers rouges (L. Lafforgue), ça doit être de la sueur et des larmes (A. Finkielkraut), appelons à la délation d’enseignants réfractaires (SOS éduca­tion) pour lutter contre une épidémie de dyslexie (G. de Robien) qui fabrique des crétins (J.-P. Brighelli) qui ne sauront ni lire ni compter (M. Le Bris) sans l’intervention d’une maîtresse clandestine (R. Boutonnet) » ! Bonjour l’ambiance !

Ces prédictions d’apocalyptiques faisant écho au discours politique sur le mérite, paralysent les novices. Pire, voilà les Français bien plus prompts qu’eux à plébisciter activités en petits groupes, dispositifs d’accompagne­ment, travail en équipe et innova­tion pédagogique ! Un comble...

Car, socialement éloignés du quotidien sordide de bien des élèves, certains imaginent leur future classe comme une terra incognita pour conquistadors ! Dès lors, l’angoisse du néophyte n’est plus l’efficacité mais la crainte légitime d’être débordé. S’érige alors une tolérance zéro, bunker interdisant l’accès au savoir par la différencia­tion pédagogique (autonomie, recherche, expression, coopération, tâtonnement).

Le désengagement est à la mode : politique, syndical, pédagogique. Erreur de se croire ainsi à l’abri quand c’est justement cet enfermement prétendument neutre qui expose et fourvoie ! Mais cette tétanie s’explique : avec un programme scolaire, infla­tionniste et mutant, à faire passer en milieu hostile, la rigidité séduit, donnant l’illusion de maîtriser à la fois des troupes trop nombreuses et leurs apprentissages. Fantasme qui ignore la réalité : pourquoi les enfants sont-ils curieux... et pas les élèves ? Croit-on qu’ils apprendront « à l’insu de leur plein gré » ?

De son côté, l’innovation est maintenue dans un rôle d’Arlésienne. Aux curieux d’agir en autodidactes. Mais quand, comment, avec qui ? Tout pousse au repli les jeunes recrues porteuses elles aussi de conceptions erronées. Car si le gendarme a sa tactique, l’instit a sa didactique ! Surtout qu’un nombre croissant a d’abord pu songer au CAPES, projetant sur le primaire une culture disciplinaire qui ignore souvent l’élève. « Un professeur sachant professer doit savoir enseigner sans... gamin » ! Même en maternelle ?

Enfin, j’avoue une profonde sympathie pour les « méthodes qui ont fait leurs preuves » : Robin, Ferrer, Korczak, Montessori, Freinet, Oury ! Car les autres vieilles recettes n’ont souvent apporté qu’un écœurement durable. Toute nostalgie serait donc un aveu d’amnésie ou bien la volonté de détourner en amont le cours de l’histoire pour alimenter des moulins à paroles qui préfèrent ne pas poser les questions auxquelles ils ne savent pas répondre.

Sylvain Grandserre
Janvier 2008

 
  Retour en haut de la page

*   *   *
*

Bibliographie de Sylvain Grandserre

 
*   *   *
*

Informations sur cette page Retour en haut de la page
Valid XHTML 1.1 Valid CSS
Dernière révision : samedi 18 janvier 2014 – 16:40:00
Daniel Calin © 2014 – Tous droits réservés