Psychologie, éducation & enseignement spécialisé
(Site créé et animé par Daniel Calin)

 

Cinéma & psychanalyse
Que nous apprennent celles et ceux touché.e.s par l’autisme ?
Quelle folie !

 

 
Un texte de Daniel Charlemaine,
psychologue




L’actualité cinématographique récente m’a conduit à faire résonner plusieurs films dans lesquels s’entrelacent violence interne et violence déployée au dehors, perception et traitement de l’autisme et réponses politiques vs réponses individuelles.

 

Quelle folie ! En suivant son ami Aurélien, diagnostiqué comme autiste de haut niveau, Diego Governatori porte à l’écran la douleur éprouvée dans le monde de l’autisme. Le mérite du titre de ce documentaire, c’est qu’il rétablit un lien avec la folie. En dépsychiatrisant le traitement de l’autisme, en bannissant l’usage de la psychanalyse, il s’agissait de dire que les autistes n’étaient pas fous. Mais les « normopathes » (les gens ordinaires) non plus ne sont pas fous ! Quand Aurélien s’exclame « Quelle folie ! », il rend compte de la folie du monde, de la complexité de communiquer ce qu’il ressent, de dire en conformité avec ce qu’il éprouve et que cela soit entendable. L’excursion pédestre avec le cinéaste nous entraîne dans les montagnes espagnoles, puis à la feria de Pampelune. La sauvagerie interne décrite par Aurélien s’articule à la désorganisation pulsionnelle de la foule et des taureaux lâchés dans les ruelles. Le grand intérêt du discours d’Aurélien, c’est qu’il peut s’articuler avec l’hypothèse de l’inconscient. Le cinéaste s’emploie, lui, à rendre perceptible la sensorialité singulière de l’univers autistique : les bruits sont amplifiés et agressent littéralement, la vision du monde est souvent aérienne, parfois floue. La foule de Pampelune s’apparente à une horde apparemment incontrôlable, si ce n’est que les festivités s’achèvent au sein des arènes, dont les frontières sont effectivement bien établies, à la différence de l’éprouvé autistique, dont les limites sont tour à tour excessives ou inexistantes.

 

Hors normes Avec « Hors normes », on bascule dans la complexité de la prise en charge d’autistes, dans un cadre associatif non homologué par l’Agence Régionale de Santé. L’idée, c’est de permettre à des jeunes marginalisés une possible (ré)insertion sociale en se coltinant à la prise en charge d’enfants, d’adolescents et d’adultes souffrant de l’exclusion due à leur autisme. La rencontre de ces exclus d’univers très différents est parfois heuristique. Elle offre la possibilité d’une expérience d’attention portée à/par l’autre : ce que je fais a un impact réel, perceptible. Lorsqu’un jeune reçoit, de la part du jeune autiste dont il s’occupe, un coup sévère dans le nez, c’est concret, imprévisible et incompréhensible. C’est une expérience familière pour lui, mais là, il ne peut répondre par une réplique violente en miroir. La douleur physique qu’il reçoit lui donne un aperçu de l’intensité de la souffrance et de l’enfermement du jeune autiste porteur d’un casque protecteur fourni par l’hôpital. Car la violence autistique, c’est principalement une auto-agression. Qu’elle devienne hétéro-agressive serait presque un progrès, si elle n’était autant inacceptable socialement. Éric Toledano et Olivier Nakache parviennent également à montrer l’ampleur du désarroi des familles, que l’insuffisance des réponses institutionnelles plonge dans l’abandon. Il est aisé d’accuser la psychanalyse d’avoir « culpabilisé les parents ». Il est sans doute plus compliqué d’apporter une présence soutenante à l’endroit de ces familles en souffrance. Comment peut-on en tant que parents ne pas s’interroger sur ce qu’on a raté avec nos enfants ? Et lorsqu’on a engendré un enfant porteur d’autisme, la condamnation est à vie. Pas besoin des praticiens pour se sentir coupables, les parents y arrivent très bien tout seuls. L’apport de cette approche singulière présentée dans le film, c’est qu’elle est instituante : chacun cherche, personne ne sait. C’est de cette ignorance partagée qu’un savoir peut émerger. C’est parce qu’une parole médiatise l’indicible, que de l’espoir renaît. Le combat n’est jamais gagné, les victoires sont infimes, mais ce sont ces avancées pas à pas, ces régressions supportées, qui permettent qu’une évolution soit envisageable. Ce pari sur la vie se fait effectivement à la marge, parce qu’un crédit est fait à chacun d’essayer de s’affronter à l’intolérable.

 

Joker Avec « Joker », on bascule dans un autre univers. La violence s’extériorise. Cette fois, l’asphyxie du héros oscille entre l’intrapsychique et la réalité sociale. Arthur Fleck a de l’embarras à communiquer, mais chez lui, la solution psychique n’est pas la position autistique. Ce clown triste prend en charge sa mère avec laquelle il vit. Celle-ci l’affecte du surnom « Happy » (clin d’œil au nain joyeux et déclinaison du joker). Des troubles d’aspect neurologique lui occasionnent des rires dissonants. Ses rires irrépressibles surviennent dans des moments totalement inappropriés. Happy semble emmené par les événements. Un collègue lui fournit une arme pour qu’il puisse se défendre. Cela l’entraînera dans une tuerie, dont il deviendra le héros révolutionnaire. Mais ce qui apparaît peu à peu, c’est son lien déréalisant à son environnement. Est-il en proie à un délire ? À des hallucinations ? Ce qui surgit dans le cours du film, c’est que sa mère est folle et qu’Happy a été absorbé par cette folie. Dès lors, comment savoir ce qui orchestre ses actes ? Est-il mû par le délire maternel, dont il ne découvre que tardivement l’existence ? Ses passages à l’acte en sont-ils le résultat ou bien, à devoir quitter le déni du déséquilibre mental de sa mère, est-il contraint à décompenser ? De meurtrier d’êtres ignobles, il devient le héros révolutionnaire d’une société, dont l’injustice devient trop criante et insupportable. Le clin d’œil au mouvement des Gilets Jaunes ne semble pas loin...

 

« Hors normes » s’appuie sur l’Association Le silence des Justes. Quel beau nom ! Venir en aide à ceux qui ne pensent pas comme la majorité des bienpensants a un coût. Une volonté politique, des audaces individuelles doivent se conjuguer pour que quelque chose se produise. Bruno, magnifiquement interprété par Vincent Cassel, associé à Malik, incarné par Reda Kateb, affichent une foi inébranlable en la possibilité d’altération de chacun.e. Cette capacité de penser l’altération dans son sens premier d’un devenir autre, c’est l’acte fondateur pour qu’une société bouge. Au lieu de produire du même, il s’agit d’ouvrir la possibilité que de l’autre advienne. Dans le cas de l’autisme, c’est littéralement une gageure. Mais pourquoi ne pas tenter l’expérience ?

 

Dans ces trois films, il y a de l’empêchement à dire, une parole qui ne peut émerger et s’il est bien un domaine où la théorie de l’inconscient a son mot à dire, c’est bien celui-là ! Sortons de l’image caricaturale d’une psychanalyse toute-puissante, interprétative au détriment des sujets dont elle s’occupe ou de leurs proches. On peut critiquer certains dogmes freudiens, mais renoncer à sa visée humaniste me semble dommageable. Pour penser la haine de soi et de l’autre et son corollaire, l’amour, pour élaborer l’ambivalence et le clivage, on peut s’appuyer sur l’écoute analytique. Le savoir issu de l’écoute de cette parole inouïe n’obéit pas à une logique de maîtrise et de contrôle standardisés. De ne pas faire science, elle n’en devient pas juste une idéologie. Ce que le film « Hors normes » démontre, c’est que le bricolage (avec toute la noblesse à accorder à ce terme) du un.e par un.e n’est pas une entreprise vaine. Le reproche fait par l’IGAS de recourir à des non experts, à des pratiques non codifiées, non validées par les autorités sanitaires, montre le gouffre entre la réalité complexe du terrain et des présupposés issus d’instances estampillées. La savoir issu de l’inconscient est une production chaque fois novatrice, non prévisible, mais reposant sur la conviction que le sujet sait et que le crédit fait à ce savoir est le moteur d’un possible changement. Ce n’est pas le spécialiste, l’expert qui sait, mais bien cel.ui.elle qui souffre. Aider les sujets porteurs d’autismes et leurs proches, c’est être là à leurs côtés, présents, ouverts à découvrir l’émergence de possibles, d’infimes changements.

 

Daniel Charlemaine
31 octobre 2019

 
*   *   *
*

Informations sur cette page Retour en haut de la page
Valid XHTML 1.1 Valid CSS
Dernière révision : samedi 29 août 2020 – 12:30:00
Daniel Calin © 2014 – Tous droits réservés