La mémorisation de tables

Les aides pédagogiques spécialisées (option E).
Répondre
cerfi
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 26 janv. 2006 15:07

La mémorisation de tables

Message par cerfi »

C'est un problème récurrent, pour lequel les maîtres me sollicitent souvent. Existe-t-il une solution miracle pour que les élèves apprennent les tables d'addition comme celles de multiplication ? Sinon, quels outils puis-je utiliser pour faciliter cet apprentissage ? Ce problème était-il traité dans un livre qui traiterait plus généralement des problèmes de mémorisation (des leçons, des tables, des poésies...) ?

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian »

Bonsoir,

Désolé de renvoyer une nouvelle fois à Brissiaud (livres du maître GS, CP et CE1). Rémi vous dirait que les tables d'addition ne se mémorisent pas (mais les doubles et les compléments à la dizaine). Pour la multiplication, voir un de ses articles ici : http://www.cahiers-pedagogiques.com/art ... ticle=1134 .
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

nami
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 32
Enregistré le : 18 sept. 2005 11:31

tables de multiplication

Message par nami »

J'encourage le calcul pensé pour retrouver un résultat. Pour celà, j'utilise le support d'un collègue :
Un tableau de 10 sur 10
Sur la 1ère ligne sont notés les nombres de 1 à 10 (ou à 12 éventuellement) ; cette 1ère ligne est répétée 10 fois

Quand un élève ne connaît pas ses tables, il peut utiliser ce tableau, en utilisant différentes stratégies, comme l'addition réitérée, les doubles, les décompositions additives...
(ex: 8 X3= ? 8 et 8=16 et encore 8, ça fait 24)

cerfi
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 26 janv. 2006 15:07

Jouer pour apprendre

Message par cerfi »

J'ai tenté une approche par le jeu avec des CE2 et je me suis heurté à un problème de taille : les élèves ont perçu le jeu comme un jeu et non comme une manière d'apprendre, et ce bien que j'aie précisé au départ de la prise en charge que nous jouerions pour apprendre. Je suppose que c'est un problème récurrent quand on joue pour apprendre au cycle 3 voire 2 alors qu'on en a perdu l'habitude depuis la maternelle. Doit-on déplorer cet état de fait ? Comment faire comprendre aux élèves qu'on peut apprendre en jouant, peut-être en leur proposant des supports beaucoup moins ludiques voire barbants ? Enfin, ce sujet est-il débattu dans d'autres forums :( ?

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 947
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin »

Je ne comprends pas votre question. Que les élèves perçoivent le jeu comme un jeu n'est en rien un problème : si ce n'était pas le cas, ce ne serait pas un jeu ! Même en maternelle, les enfants perçoivent le jeu comme un jeu ! Donc, il n'est pas question de déplorer cet état de fait, bien au contraire. Utiliser des supports barbants leur apprendra seulement que l'école, c'est chiant, ce qu'ils savent déjà de longue expérience ! Le jeu permet des apprentissages qui n'ont justement pas à être vécus ni pensés comme des apprentissages au moment où ils sont réalisés. En cela, la pédagogie du jeu est aux antipodes des pédagogies de la métacognition, qui ont certes leur utilité, mais qui sont hautement barbantes, et même, souvent, durement intrusives. Vous ne pouvez pas choisir ces deux orientations pédagogiques antagoniques en même temps, c'est absurde.

Que vous perceviez leur jeu comme une occasion d'apprentissage vous concerne vous, mais pas eux. Que vous l'ayez précisé au départ est normal, cela fait partie de la position du cadre de travail en regroupement d'adaptation. Mais, en principe, il n'y a guère à y revenir, en dehors des phases de bilan, surtout en fin de prise en charge.

Le seul problème, en fait, pour vous, c'est de savoir si vos élèves apprennent ou non au cours des jeux que vous leur proposez. Si oui, c'est bien, c'est même idéal, d'apprendre sans se barber ! Si non, c'est que vous choisissez mal ces jeux, c'est tout. Ou que vous attendez des jeux ce qu'ils ne peuvent pas donner par définition, en particulier la conscience métacognitive.
Cordialement,
Daniel Calin

cerfi
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 26 janv. 2006 15:07

Message par cerfi »

En faisant appel au jeu, c'est la gestion du groupe qui pose problème et quand au sein de ce groupe, il y a un enfant qui en profite pour faire le zouave, l'usage d'un support ludique n'est peut-être pas la meilleure solution. Quels autres supports seraient plus adaptés à des enfants très impulsifs (comme ceux qui me sont souvent confiés en l'absence de maître G et par manque de disponibilité de la psychologue scolaire) ?

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 947
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin »

Vous donnez vous-même la réponse à votre question dans votre question : c'est qu'une prise en charge pédagogique n'est pas adaptée à ces enfants, qui relèveraient évidemment d'une approche rééducative ou psychologique, comme vous le sentez manifestement bien.

Conséquence logique, mais certes pas évidente à assumer : vous devriez refuser de prendre des enfants pour lesquels, quels que soient les "supports", vous ne pourrez rien, uniquement parce que vous faites votre métier et pas un autre. Le problème n'est pas dans le choix des supports, mais dans le choix du type de prise en charge. Si vous restez dans cette logique de la recherche d'un support "adapté", vous allez mécaniquement vous orienter vers des choses qui vont vous rapprocher de logiques du dressage... Attention !
Cordialement,
Daniel Calin

Répondre