CLIS 1 maternelle

Questions spécifiques concernant les formations à l'option D ("troubles importants des fonctions cognitives").
Répondre
Béa.

CLIS 1 maternelle

Message par Béa. »

Bonjour à tous,

Je suis enseignante spécialisée option C, mais n'ai pas de poste dans cette spécialité depuis un changement de département. Après plusieurs années d'enseignement dans le milieu ordinaire, j'ai fait le choix de retourner vers l'AIS à la prochaine rentrée. J'attends actuellement mon affectation définitive : soit un poste E en RASED, soit un poste D en CLIS 1 maternelle. Après de longues hésitations, ma préférence va à ce deuxième poste, même si c'est celui qui présente le plus d'inconnues pour moi.

Certains parmi vous auraient-ils l'expérience de ce type de poste en maternelle ?

Ne connaissant pas mon affectation (prévue au troisième mouvement), je ne peux rien véritablement préparer pour la rentrée, mais j'aimerais me documenter. Quels ouvrages essentiels lire pour approcher le handicap mental chez l'enfant très jeune et pour me constituer une première idée des approches pédagogiques possibles ?

Merci pour vos réponses et bonnes vacances à tous !

Béa

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian »

Bonsoir,

Je vois que votre message reste sans réponse - aussi "je m'y colle"... Pas tant pour vous apporter des réponses que pour vous dire mon interrogation : je ne connais pas de CLIS 1 maternelle, si je connais des enfants de maternelle orientés en CLIS 1 - ce qui n'est pas la même chose.
Sur mon département, les CLIS 1, grosso modo, sont différenciées selon que l'on a affaire à des enfants dont les difficultés penchent du côté cognitif ou du côté difficultés d'adaptation et de comportement - très ancien distinguo des classes de perf', réactivé avec les CLIS 1.

J'imagine bien quelques activités : autour de la catégorisation essentiellement (voir le mémoire de Claudine sur ce site : http://dcalin.fr/publications/claudine_ ... ipemf.html et celui de Sophie : http://dcalin.fr/publications/memoire_s ... autin.html ).

Même si mes rapports à l'orthophonie "pure et dure" sont assez distants, je vous livre ce que je lis sur le site http://www.orthophonistes.fr/upload/pratiq12.htm et qui me paraît assez juste : "si le développement du langage oral doit rester l'objectif majeur de toute intervention langagière chez les handicapés mentaux, l'intervention ne doit pas s'appuyer uniquement sur le système de communication auditivo-verbal qu'est le langage oral, mais utiliser également le système de communication visuo-moteur qu'est le langage gestuel, en vue d'être une intervention communicative totale.

Après s'être assuré de l'intégrité de la motricité bucco-linguo-faciale, de la motricité manuelle fine, de l'audition et de la vision, peut être entrepris le développement du lexique (apprentissage d'un vocabulaire réceptif et expressif) auquel succèdera, dès que le sujet disposera d'un répertoire lexical minimum, le développement de l'acquisition de la morphologie et de la syntaxe (mise en place de la base sémantique structurale du langage, travail de la compréhension et de la production d'énoncés à plusieurs mots, puis de celle de différents types de phrases, apprentissage des marquages morpho-syntaxiques). Enfin, le travail portera sur la généralisation des apprentissages, en dehors du milieu de rééducation."
.

Si vous avez des expériences à partager, à partir de la rentrée, merci de nous en faire profiter...

Bon courage !
Modifié en dernier par Pascal Ourghanlian le 22 août 2005 22:44, modifié 1 fois.
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Béa.

Message par Béa. »

Merci beaucoup pour votre réponse.

J'ai bien conscience que les CLIS 1 maternelle constituent une originalité. Les élèves accueillis dans celle dans laquelle je suis susceptible de travailler ont de 4 à 7 ans. Les difficultés qu'ils présentent sont très variées, avec notamment des autistes et des dysphasiques. Pour eux, une intégration individuelle en milieu ordinaire à temps plein ne semble pas un choix adapté. En revanche, une intégration collective au sein d'une école ordinaire avec une collaboration étroite avec le CMP proche géographiquement et, dès que possible, des temps d'intégration dans les classes ordinaires paraît pertinent.

Pas facile de trouver de la documentation relative à la pédagogie dans ce type de classe en effet. Je vais donc consulter attentivement les liens que vous proposez et vous en remercie encore.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian »

Bonjour,

Pour les enfants étiquetés (j'adore...) autistes, la littérature commence à être vaste, y compris sur un plan pédagogique - vous allez trouver.

Pour les enfants dysphasiques, voici quelques "infos" :
- selon les départements, ces enfants sont : 1. intégrés individuellement dans des classes ordinaires, 2. intégrés collectivement dans des CLIS "dysphasiques", 3. suivis par des itinérants spécialisés dysphasie ;
- selon les départements toujours, les CLIS dysphasies (qui n'existent pas dans les textes, bien sûr...) sont confiées à des enseignants spécialisés A (versant déficit auditif), C (versant enfants malades), D (versant déficiences cognitives) ou E (afin que le pédagogique tienne l'équilibre face à la médicalisation à outrance) - ce qui est le cas de Claudine qui va "ouvrir" sur notre département une CLIS dysphasie confiée à une maîtresse E... Peut-être pourra-t-elle vous donner quelques pistes dans quelque temps...
Ces variations montrent à quel point l'étiquetage est peu sûr, et variées les tentatives de réponses.

Trouvables en librairie (à la FNAC) :
- Dominique-Anne Romagny, Repérer et accompagner les troubles du langage : outils pratiques, mesures pédagogiques, adaptatives et rééducatives, Chronique sociale, 2005 ;
- Geneviève de Weck et Marie-Claude Rosat, Troubles dysphasiques : comment raconter, relater, fair agir à l'âge préscolaire, Masson, 2003 ;
- Michèle Mazeau, Dysphasies, troubles mnésiques, syndrome frontal chez l'enfant : du trouble à la rééducation, Masson, 1997.

Une orthophoniste, deux psychologues-logopèdes et une médecin de rééducation neuropsychologue !!!...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Béa.

Message par Béa. »

Merci pour cette nouvelle réponse.

En effet, en tant qu'enseignante C, j'ai reçu une formation concernant la dysphasie et j'ai même pu assister à une intervention du Pr Mazeau (remarquable) mais qui était davantage orientée vers la dyspraxie visuo-spatiale. Maintenant, je reconnais que durant ma pratique C, je n'ai pas rencontré d'élèves présentant ce type de troubles et mes connaissances, déjà modestes sur le sujet, se sont diluées. Je vais ressortir l'ouvrage du Pr Mazeau et essayer de me procurer les deux autres que vous évoquez, le premier affirmant un versant pédagogique et le deuxième semblant plus particulièrement concerner des enfants de la tranche d'âge qui m'intéresse.
Pour ce qui est de la question des "CLIS dysphasie", j'avais assisté lors de ma formation à Suresnes à une intervention d'une enseignante C en charge de ce type de classe. Même si mes souvenirs ne sont pas d'une grande précision, j'en ai retenu que travailler face à un public ainsi concentré autour d'une problématique langagière, même si celle-ci n'est bien évidemment pas homogène, était tâche difficile (et donc défi passionnant). Bon courage donc à votre collègue dans cette ambitieuse, mais certainement nécessaire, entreprise.

cri

clis mater

Message par cri »

Bonjour,
Il se trouve que j'ai été enseignante spécialisée (option D) dans une CLIS 1 maternelle durant trois années auprès d'enfants présentant des "troubles autistiques" âgés de cinq à sept ans.
Je suis en mesure d'échanger quelques pratiques liées à mon expérience avec ces enfants-là, mais il n'y a pas de recette si ce n'est celle de les considérer comme des personnes avec leurs centres d'intérêts particuliers(car il y a en toujours).
Dans la pratique, effectivement, beaucoup d'opérations de catégorisation, activités langagières(désignation souvent à partir de situations vécues: EPS, atelier cuisine,piscine, ludothèque),le chant(au sein de la clis et avec les autres classes)trouve également toute sa place dans les activités langagières ..et dans bien d'autres domaines...
A bientôt donc

Béa
Visiteur
Visiteur
Messages : 8
Enregistré le : 22 juil. 2005 15:48

Message par Béa »

Merci beaucoup pour cette réponse, Cri. Je ne connais actuellement toujours pas mon affectation définitive : Ce sera en principe au troisième mouvement, soit deux jours après la rentrée, ce qui signifie qu'il s'agira pour moi de prendre ce type de classe "au pied levé" sans m'y être préparée de manière approfondie et sans avoir pu aménager l'espace classe "à ma manière". Ce ne sont donc pas des conditions idéales, mais je risque de n'avoir d'autre choix que celui de relever le défi !

J'ai tout de même réfléchi à l'organisation possible d'une première journée dans cette classe (mais cela reste bien flou).

Comment organisiez-vous les premiers jours d'école lorsque vous exerciez en CLIS maternelle ? J'imagine que la plus grande souplesse est de rigueur évidemment !

D'avance merci si vous pouvez me donner quelques pistes.
PE spécialisée option C avec enfin un poste dans mon département

cri

clis maternelle

Message par cri »

Bonjour,
Il me semble qu'il vous serait nécessaire d'avoir plus d'infos à propos de cette classe : combien d'élèves ,à quels rythmes(en terme de jours voire demi-journées par semaine en songeant qu'il est plus facile d'ajouter des temps scolaires que d'en retirer), avec quelles structures de soins ,avec ou sans une première scolarisation, avec quels niveaux de communication,quelle place dans cette école(création? sauvetage?projet "intégratif"?..."placard?)Bénéficierez-vous de l'aide d'un(e) auxiliaire d'intégration et à quel rythme?
Ce temps de concertation(familles, école, centre de soins) est nécessaire avant l'arrivée des élèves.
D'autre part , il me souvient d'avoir eu à aménager la classe : favoriser les "coins": regroupement, à thèmes(nous sommes en maternelle) ou non(repli), éviter les grands espaces vides , donner une table à chacun(le vis à vis est-il supportable?), comment gèrer les points d'eau : évier, toilettes qui sont des lieux d'attraction/répulsion.Quand à la première journée,ayant beaucoup exercé en maternelle avant d'être spécialisée, après un temps d'accueil de chacun(amenés par les parents ou les taxis?) se présenter(même si on a l'impression que l'on parle seule,cela s'inscrit),leur laisser le temps de faire le tour du lieu:avec les mains la bouche, l'odorat, il me faut préciser que j'avais à faire à des enfants ne possédant pas ou peu le langage ou bien stéréotypé .L'objectif de cette première journée est de trouver quelque chose que l'on va faire ensemble après les "rituels" et qui va débuter l'histoire du groupe : cela va de la lecture d'un album(histoire randonnée) à la chanson, la construction d'une tour (lego ou modelage) etc.. Ce temps de regroupement peut ne durer que trois minutes mais s'il a existé , on va pouvoir le retrouver!!!Il m'est difficile d'être brève en la matière, il s'agit avant tout d'inter-action et elle existe toujours même si elle met du temps à s'installer.Bon courage , n'hésitez pas faire partager vos réussites, questionnements.cri

Béa
Visiteur
Visiteur
Messages : 8
Enregistré le : 22 juil. 2005 15:48

Message par Béa »

Merci beaucoup Cri pour votre réponse. J'ai appris aujourd'hui (alors que je faisais la pré-rentrée sur un autre poste !!!) que la CLIS maternelle m'était bien attribuée. J'ai donc pu participer à une demi-journée de pré-rentrée dans ma nouvelle école et obtenir quelques renseignements sur les 10 élèves de la classe. Bon nombre en seront à leur première scolarisation et la quasi-totalité sera suivie simultanément à l'hôpital de jour voisin. J'ai pu avoir un contact assez rapide avec la coordinatrice de l'HJ et j'ai récupéré les comptes-rendus des équipes éducatives des trois enfants scolarisés dans cette même classe l'année dernière. Il est difficile a priori de se faire une idée autre que très floue de ce que sera le groupe-classe. Les temps de scolarisation varient du mi-temps au temps plein.
Je serai accompagnée à temps plein par une ATSEM qui a l'habitude (et le goût) de travailler avec de jeunes enfants handicapés mentaux.

Je pense que le premier jour (lundi donc) je laisserai les enfants explorer l'espace classe effectivement organisé en coins (je n'ai pas eu le temps d'apporter de grandes modifications à l'existant mais il me convient a priori) et que je proposerai des activités simples (de type modelage ou jeu de construction en effet) en restant dans le registre de l'invitation.
Bien sûr lecture d'un album simple, chants à gestes, jeux de doigts seront au programme.

J'ai enseigné dans une classe spécialisée de maternelle (en établissement) destinée à des enfants handicapés moteurs avec d'importantes atteintes cognitives (et parfois des traits psychotiques voire autistiques) et je pense pouvoir m'inspirer de cette expérience.

Lundi sera donc le grand jour et, même si j'ai quelques appréhensions, je l'attends avec impatience.

A bientôt,

Béa
PE spécialisée option C avec enfin un poste dans mon département

Cri

clis maternelle:je bricole, tu rapièces, ils s'accomodent

Message par Cri »

Bonjour Béa,
Bien que respectueuse de l'engagement professionnel dont vous faites preuve et toujours prête à partager l'expérience acquise, je ne peux m'empêcher de m'interroger à propos de la lente mais progressive (programmée?) dégradation des conditions d'exercice de nos professions d'enseignant(e)s spécialisé(e)s.
Comment se positionner devant une telle casse si ce n'est en refusant de participer à l'inacceptable, mais alors où poser les limites quand celles-là mêmes de l'institution sont largement dépassées avec la bénédiction plus ou moins embarrassée des instances hiérarchiques...?
Voilà, c'est dit!
Afin d'illustrer mon propos, il vous serait peut-être utile d'avoir connaissance de la convention (si elle existe) qui régit le fonctionnement de la CLIS...
Cordialement
Cri

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

CLIS maternelle : je bricole, tu rapièces, ils s'accomodent

Message par Pascal Ourghanlian »

Bonjour Cri,

Vieux débat, effectivement, qui doit remonter à 1909, au moins, et à la création des classes de perf' : à partir de quel moment devient-on "complice" des dysfonctionnements du système ?

J'imagine que la réponse à cette question redoutable est nécessairement personnelle, les limites des uns etc. etc. Pour ce qui me concerne, j'essaie de poser trois "principes" :
1. faire confiance aux individus (quelques vieux restes, sans doute, du pari de l'éducabilité cognitive...) ;
2. faire passer ce que je perçois être l'intérêt de l'enfant avant toute autre considération (ça c'est mon espace de liberté à moi, qui n'est fonction que de ce que je suis) ;
3. référer toute décision concernant l'enfant à ces deux points, sans illusion de "pouvoir", mais sans abdiquer sur les "principes".

Il me semble qu'en CLIS, particulièrement, même si le recrutement peut sembler aléatoire, mal pensé, peu construit, l'enseignant dispose d'un lieu et d'un temps d'action - qui ne dispense pas d'un militantisme pour faire bouger les choses, mais qui permet d'accompagner ces gamins-là dans ce lieu-là durant ce temps-là, au plus près de leurs besoins et de ce qu'ils portent de potentialités.

C'est notre pari à nous dans l'AIS : il vaut ce que valent les paris, moins bons que certains, sans doute, meilleurs que beaucoup...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

sophie.v
Visiteur
Visiteur
Messages : 9
Enregistré le : 10 mai 2007 23:05
Localisation : Troyes

Message par sophie.v »

Message doublé supprimé
A bientôt

sophie.v
Visiteur
Visiteur
Messages : 9
Enregistré le : 10 mai 2007 23:05
Localisation : Troyes

Message par sophie.v »

Cela fait près de deux ans que plus personne ne s'exprime à ce sujet ? Qu'à cela ne tienne !

J'ai connu d'assez près un fonctionnement CLIS 1 en maternelle. Ce que je peux en dire c'est que les petits bonshommes étaient inscrits dans leurs classes d'age. Ils étaient pris en charge par l'enseignant spécialisé dans sa classe dite "ouverte", par petits groupes, selon un emploi du temps précis, évolutif dans le temps, avec des objectifs relevant du D. Je dis ça car on pourrait à première vue penser qu'il s'agissait plutôt d'un mode RASED. Mais non pas du tout.

De plus, le responsable du CMP du coin se déplaçait une fois par semaine à la maternelle pour faire le point, accompagner l' enseignant spécialisé et les enseignants accueillants, et en parallèle pour affiner ensuite son travail avec les membres de son équipe CMP.

Ce qui est sûr, c'est qu'une orientation en CLIS dès la maternelle peut paraître suspecte. Étiquetage etc. Malgré tout, j'ai eu la surprise de constater qu'après la GS, un retour en classe ordinaire pouvait être possible pour certains d'entre eux.

Mais le dilemme est posé : faut-il étiqueter, soupçonner très tôt une différence, dès la maternelle, avec orientation CLIS maternelle ? Franchement, je reste très partagée quant à la manière de conduire ce type de classe. C'est pas si simple.

Voilà voilà.
A bientôt

kipluspaulin
Visiteur
Visiteur
Messages : 1
Enregistré le : 07 avr. 2011 11:27

Re: CLIS 1 maternelle

Message par kipluspaulin »

Questionnaire pour les enseignants d'enfants dysphasiques en école spécialisée (n'hésitez pas à transmettre ce mail à des collègues ayant ou ayant eu par le passé des élèves dysphasiques)

Merci d'accepter de répondre à ces quelques questions concernant l'intégration scolaire des enfants souffrant de dysphasie.
Etudiante en deuxième année de master "Métier de l'enseignement et de la formation", j'ai en effet choisi de travailler sur cette problématique dans le cadre de mon mémoire.
Je souhaiterai, dans le cadre de ces recherches, faire le point sur la dysphasie dans un premier temps, afin de permettre éventuellement à n'importe quel enseignant accueillant dans sa classe un élève dysphasique de pouvoir se référer à mon travail, pour mieux connaître les caractéristiques de ce trouble du langage mais aussi, et surtout, recenser les diverses manières de différencier l'enseignement à l'égard de ces élèves afin de leur permettre l'intégration en classe ordinaire la plus réussie et aisée possible.
Votre expérience au quotidien avec ces enfants vous aura certainement permis de développer de nombreuses méthodes et stratégies afin de les aider à progresser dans l'acquisition des savoirs fondamentaux mais aussi, je suppose, dans l'amélioration de l'estime de soi, l'augmentation de la confiance en eux etc…
Ce sont toutes ces petites pistes, parfois très simples à mettre en place, d'autre fois plus complexes et ayant nécessitant beaucoup plus de réflexion, que vous aurez su mettre en place afin d'aider vos élèves et qui auront porté leurs fruits, que je recherche pour mon travail.
Il me serait donc très intéressant d'avoir votre témoignage à ce sujet afin, je l'espère, de pouvoir aider par la suite d'autres enfants dysphasiques.
Répondre à ce questionnaire vous prendra, approximativement ….. min.


Si vous le souhaitez, ce questionnaire pourra être dépouillé de façon anonyme, c'est-à-dire que votre nom ne sera pas cité dans mon travail.

Je souhaite que le questionnaire soit traité de façon anonyme:
OUI / NON

Souhaitez-vous, à la fin de mon travail, avoir le résultat de ces recherches?
OUI / NON


1. De combien d'enfants dysphasiques vous occupez-vous?


2. Depuis combien de temps?


3. De quels types de dysphasie souffrent ces enfants?


4. Comment abordez-vous les apprentissages avec eux?


5. Quelles méthodes de travail utilisez-vous?


6. Quels conseils pourriez-vous donner aux enseignants de classe ordinaire accueillant dans leur classe un élève dysphasique? (matériel, attitudes…)


7. Les enfants dysphasiques, selon leur dysphasie, souffrent de différents maux:

- Comment travaillez-vous sur la qualité du regard que l'enfant porte sur lui-même? (confiance et estime de soi)


- Comment travaillez-vous sur les troubles de mémoire?


- Comment travaillez-vous sur la conscience phonologique?


- Comment travaillez-vous la compréhension du langage?


- Comment travaillez-vous la production langagière? (vocabulaire, syntaxe…)


- Travaillez-vous également la motricité d'une manière particulière et si oui comment?


8. Quel matériel pédagogique pouvant être conseillé, utilisez-vous?


Merci d'avoir pris le temps de répondre à ces questions!
(Si vous avez des photos d'outils que vous avez achetés ou même fabriqués pour vos élèves, en recevoir des photos serait très précieux pour l'avancée de mon travail

Répondre