Prévention et remédiation

Questions spécifiques concernant les formations à l'option E (aides pédagogiques spécialisées en RASED).
Répondre
vero
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 57
Enregistré le : 27 janv. 2005 20:57

Prévention et remédiation

Message par vero » 02 févr. 2005 13:51

Bonjour !
Merci pour vos réponses.
Pouvez-vous m'éclairer ? La prévention est-elle uniquement du domaine du cycle2 et la remédiation du cycle3 ? Ou bien y a -t-il des interactions entre les 2 ?
Merci...
la solution est ailleurs

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 02 févr. 2005 17:40

Bonsoir,

Prévention/remédiation, débat ancien, réponses (peut-être) nouvelles...

Les RASED, en cela héritiers des GAPP, fonctionn(ai)ent souvent selon le "découpage" que vous indiquez : prévention = cycle 2 (voire cycle 1 pour les G), remédiation = cycle 3, parfois sous l'impulsion des IEN fixant le cycle 2 comme priorité.
Les choses bougent, sous deux orientations nouvelles : la disparition des classes de perf' (temporairement relayées, sur certains départements, par de hors-la-loi CLIS E) et le dispositif "CP renforcés" (dans le cadre de la prévention de l'illettrisme).
La première orientation, qui rebascule dans une scolarité ordinaire des élèves qui auraient été orientés en perf', oblige à s'en préoccuper, même au cycle 3, pas forcément sur le mode de la remédiation mais, parfois, sur ceux des préventions secondaire voire tertiaire.
La seconde de ces orientations, qui renvoie aux maîtres des classes, une plus grande part du "traitement" de la difficulté, recentre le RASED sur les difficultés les plus grandes et peut conduire à plus de remédiation dès le cycle 3.

Au-delà de l'histoire et des mots, la centration sur les besoins des élèves, et non plus seulement sur leurs difficultés (il est difficile d'apprendre), conduit à une ouverture simultanée des rôles de chacun, maître de la classe et maître E, du côté du premier plus et mieux de différenciation au sein de la classe, du côté du second plus et mieux d'attention aux processus de pensée et à l'accompagnement dans la prise de conscience des manières de faire.

Je vous invite à (re)lire les dernières pages du livret Lire au CP 2 http://www.bienlire.education.fr/ , qui donne de la prévention et de la remédiation des définitions qui me paraissent assez opératoires et qui donnent à chacun un rôle bien différencié.
Je cite la fin (et c'est moi qui souligne) :
"On doit se rappeler la double fonction des réseaux d'aides spécialisés aux élèves en
difficulté (RASED) à la fois ressource pour les maîtres et ressource pour les élèves.
Dans le cas des CP, les membres du RASED (tous ou l'un d'entre eux déterminé en
fonction de ses compétences particulières et dans le cadre d'un projet global)
peuvent grandement aider à l'observation des élèves en situation scolaire (modes de
travail ; "positionnement" dans le travail scolaire avec des stratégies d'évitement, de
masquage, etc.), à l'évaluation des acquis et des besoins des élèves, soit en
approfondissant l'examen par le recours à des outils particuliers, soit en participant à
l'évaluation dans une position d'observateur direct.
Leur formation spécialisée les a dotés de compétences permettant de discerner et
de comprendre des processus mis en oeuvre par les élèves face à des activités dans
lesquelles les modalités de résolution importent tout autant pour comprendre la
dynamique de l'enfant que ses productions seules.
Ils peuvent également enrichir
l'analyse des productions des élèves, de leurs erreurs en particulier, ou des points
de blocage dans une progression et nourrir la recherche de réponses pédagogiques
pour satisfaire les besoins diagnostiqués.
Le dispositif mis en place ne doit pas priver les élèves qui en auraient besoin
d’interventions spécialisées. Il ne semble pas que l'on dispose aujourd'hui de critères
qui permettent de faire le partage entre les difficultés qui peuvent/doivent être prises
en charge en classe et celles qui appellent des réponses particulières dont la mise
en oeuvre relève de "spécialistes".
Il est probable d'ailleurs que ce partage est
largement lié à des critères conjoncturels et ne saurait valoir de manière absolue.
En première approche, peut-être est-on fondé à dire qu'aussi longtemps qu'un élève
a des réussites dans un contexte scolaire aménagé, il n'est sans doute pas utile de
recourir pour lui à une prise en charge directe par des spécialistes (même si ceux-ci
se trouvent en position de conseils pour le maître).
Cette expérience constituera une bonne occasion pour affiner les critères de recours
au RASED."
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

vero
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 57
Enregistré le : 27 janv. 2005 20:57

prévention remédiation

Message par vero » 06 févr. 2005 18:13

merci pour toutes ces infos !
A bientôt :P
la solution est ailleurs

Répondre