Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Questions spécifiques concernant les formations à l'option E (aides pédagogiques spécialisées en RASED).
elisabs
Visiteur
Visiteur
Messages : 11
Enregistré le : 03 oct. 2008 21:25

Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par elisabs »

... Enseignement spécialisé, ça ne veut rien dire... Tous les élèves sont spéciaux, si on parle d'élèves en difficulté par rapport à une indispensable adaptation au monde et donc à l'école... Je parlerais d'enseignement personnalisé, là au moins, il est question de personnes et des besoins de ces personnes, et nous sommes dans le sujet !! Je ne veux pas jeter le bébé avec l'eau du bain ... mais ce terme ne me plait pas... Nul n'est spécial ou banal... REVENONS au mot différence qui a le mérite de mettre en valeur chacun et tous...
patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par patrick »

Votre interrogation me plait ! A mon avis en première réaction "Enseignements spécialisés" ne veut pas dire que les élèves sont spéciaux mais que justement la spécialisation n'est pas du côté des enfants mais du côté des enseignants. Tous les enfants sont égaux et c'est nous qui devons faire l'effort de différenciation en nous et non en "triant" les enfants en normaux et spéciaux.
Par contre la différenciation de "l'enseignement différencié" c'est l'indifférenciation car elle évite l'effort de penser l'enfant, elle banalise la situation scolaire, elle amène la confusion là où l'enseignant doit sortir de ses schémas de pensée.
Votre interrogation dans la période actuelle montre bien que derrière les intentions égalitaristes, le soutien pour les élèves en difficulté, le terme même de difficulté comme moyen d'évacuer les questions d'échec, de handicap, de troubles... il y a peut-être en fait un abandon de la pensée.
Soutenir le soir ou à la cantine un enfant, c'est se donner bonne conscience sans avoir à le penser.
Nous ne sommes pas des spécialistes qui n'aurions pas à penser mais à appliquer notre spécialité, nous sommes des enseignants spécialisés qui devons penser notre aide qui elle doit être spécialisée.
Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par Daniel Calin »

D'accord sur l'essentiel avec Patrick (pour une fois :) ).

"Enseignement spécialisé", ça veut dire quelque chose, mais ce quelque chose ne renvoie pas à une catégorie d'élèves, mais à une catégorie d'enseignants. Définition institutionnelle, donc : relèvent de l'"enseignement spécialisé" les diverses modalités d'enseignement spécialisé effectuées par des enseignants possédant les certifications de l'enseignement spécialisé, quand ils travaillent dans le cadre de ces certifications (un enseignant certifié ASH mais "surnuméraire" n'est plus un enseignant spécialisé !).

J'ai bien peur que, derrière l'interrogation légitime d'elisabs, il y ait les idéologies pseudo-égalitaristes qui font que l'on trouve des opposants radicaux à l'enseignement spécialisé chez des gens qui se croient de gauche... "Tous les élèves sont spéciaux", ça fait généreux comme ça, mais ça ne veut pas dire grand chose, c'est indifféremment vrai et faux. Le problème, effacé par ce genre d'affirmations, c'est que certains sont plus "spéciaux" que d'autres !!! C'est ce genre de confusion conceptuelle qui a fondé, précisément, la grosse arnaque jospinienne de "l'enseignement différencié" comme solution à tous les problèmes. Principe à ne jamais perdre de vue : il n'y a pas d'"enseignement différencié" avec des enseignants indifférenciés face à des élèves indifférenciés dans des cadres indifférenciés...
Cordialement,
Daniel Calin
bluenote
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 34
Enregistré le : 15 janv. 2009 06:09
Localisation : créon (gironde)

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par bluenote »

Bien d'accord avec tout ça confrontée à "l'aide individualisée" sans avoir le savoir pour le faire !! :!: Quand on a un problème "spécial" on va consulter un "spécialiste".
patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par patrick »

Je sais que je suis un peu énervant avec mes fixettes, mais j'insiste lourdement, qui dit enseignement spécialisé ne dit pas enseignant spécialiste. Un spécialiste applique sa spécialité, un dermato applique ses pommades dermato ! Un enseignant spécialisé n'est pas un spécialiste qui applique des techniques de spécialiste.
C'est évident pour les E et G qui mettent en place des "aides spécialisées" donc c'est clair ce sont les aides qui sont spécialisées pas l'enseignant. Ce n'est pas une pirouette à mon avis cela sous entend que l'important est dans la démarche.
Pour les autres spécialités, je ne les connais pas toutes mais à partir du moment où il n'y a pas de pédagogie spécialisée quand j'étais en IMP comme instit ou en EREA je ne me suis jamais positionné comme spécialiste.
C'est important car comme la tendance est à la marchandisation on peut marchandiser une spécialité mais on ne peut pas marchandiser une démarche de recherche spécialisée.
Ce qui se joue en ce moment avec les attaques contre la démarche clinique dans le domaine psy devrait nous faire réfléchir et à mon avis dans le domaine pédagogique nous n'en sommes pas loin.
Bon je pousse un peu c'est juste pour que Daniel ne soit plus d'accord avec moi !!
Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par Pascal Ourghanlian »

Daniel réagira s'il le souhaite...
Pour ce qui me concerne : d'accord à 100% !
La distinction spécialisées/spécialiste me semble essentielle, fondatrice de nos métiers.
Cordialement,
Pascal Ourghanlian
bluenote
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 34
Enregistré le : 15 janv. 2009 06:09
Localisation : créon (gironde)

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par bluenote »

Désolée je n'ai pas compris... Pouvez-vous m'expliquer ?
akila m
Animateur
Animateur
Messages : 161
Enregistré le : 19 mars 2006 21:19
Localisation : yvelines

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par akila m »

Pareil que vous, bluenote, je n'ai pas compris. Où est le problème ? Dans notre concret de tous les jours, une maman déçue, me disait qu'elle croyait que comme j'étais spécialisée, elle pensait que j'aurais une méthode, une technique pour son petit garçon. Je me suis trouvée gênée devant tous les espoirs qu'elle mettait en moi pour faire entrer son enfant dans les apprentissages. Je n'avais qu'un cahier vide. A ce moment, son fils qui ne parle pas est venu me serrer dans ses bras. Il m'a donné le courage de dire que justement parce j'étais spécialisée je n'avais pas de technique à appliquer sur son fils. Est-ce la question dont vous parlez ?
mescudie
patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par patrick »

Tout à fait c'est de ça dont il est question et surtout de notre "gêne" à ne pas avoir de réponse autre qu'un cahier non pas vide mais à remplir ! Mais tout est dans la gestion de cette "gêne". Notre métier, notre formation, notre spécialisation c'est cette "gêne" que vous décrivez parfaitement, évitez cette gêne et nous ne sommes plus dans l'aide mais dans la réparation !
Que cette gêne ne soit pas porteuse d'inquiétude mais d'espoir, que cette gêne ne soit pas défensive mais ouverture à l'inattendu etc...
Mais cette gêne, encore faut-il avoir le courage, l'honnêteté de la reconnaître comme vous l'avez fait, faut-il encore pouvoir la contenir et la renvoyer positivement à l'autre. Par contre, la mettre à distance en employant des bons mots comme dyslexie, traumatismes,angoisses... et donner la technique pour réparer ne fait que cacher notre gêne mais pas avancer sauf hasard heureux, la problématique gênante.
Ce qui est étonnant, c'est que ces distinctions qui sont importantes ne soient pas assez portées par les membres des rased, comme si quand même on ne voulait pas lâcher ce bon statut de spécialiste qui est, il faut le dire, bien gratifiant et plus facile à porter.
L'enjeu de la structure rased par rapport à d'autres dispositifs certainement très intéressants et que je caricature "un peu" se situe à mon avis dans cette perspective de non savoir et cependant de non désarmé.
Tout les dispositifs sont intéressants, ce qui est inefficace ce sont les mesures ponctuelles d'appoint sans cohérence ou les rased qui ne se positionnent pas et restent dans le flou artistique permettant de jouer sur tout les tableaux.
Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par Daniel Calin »

Forcément, Patrick réussit à me forcer à être en désaccord avec lui... et même avec Pascal, du coup, ce qui est quand même beaucoup plus rare...

D'abord, sa distinction entre les "aides spécialisées" et les enseignants "non spécialistes" qui les dispensent est pour le moins tirée par les cheveux. Il ne suffit pas, que je sache, d'être nommé sur un poste E ou G pour pouvoir ipso facto dispenser des "aides spécialisées". Pas même en singeant le "cadre" refilé vite fait et gratos par un maître chevronné... Même la comparaison avec le dermatologue ne tient pas la route. Un dermatologue n'est pas qu'un dispensateur de pommades. C'est un médecin qui a approfondi sa connaissance théorique et pratique des problèmes dermatologiques et un clinicien qui jongle au mieux entre ce qu'il observe et son arsenal thérapeutique - lequel, soit dit en passant, peut inclure des passations de relais vers d'autres spécialistes, dont les psychothérapeutes. :) Un "spécialiste" ne peut pas être réduit à une technique ou une collection de techniques, ni dans le domaine médical, ni dans tout autre domaine un tant soit peu complexe.

Pour en revenir aux maîtres E et G, contrairement à ce que ne cesse de laisser penser Patrick sur ce forum, son "métier" ne se réduit pas au "cadre" qu'il se donne. Je n'ai d'ailleurs toujours aucune idée de ce que Patrick fait avec les enfants. Après plusieurs années de fréquentation, c'est quand même étonnant. J'ai par contre une idée assez précise de la façon dont Mme Escudie "travaille" avec les enfants, encore confortée par son dernier message...

La "spécialité" des E, c'est pour moi avant tout une connaissance approfondie des processus de pensée et de leurs blocages ou dysfonctionnements, le tout au moins en situation scolaire. Et la "spécialité" des G, c'est essentiellement la connaissance approfondie de l'investissement des activités de pensée et de ses blocages ou dysfonctionnements, le tout au moins en situation scolaire. Les questions de "cadre", comme les questions de démarches et de techniques, ne prennent sens que par rapport à cela.

Je souligne au passage que les enseignants ordinaires n'ont pas besoin de ces connaissances, ni des démarches ce qui en découlent, tant qu'ils ont affaire à des élèves "ordinaires", c'est-à-dire à des élèves préparés à recevoir les modalités ordinaires de l'enseignement. Bien sûr, certains enseignants "ordinaires" ont des connaissances en ces domaines, et développent des pratiques de classe qui leur permettent de toucher des élèves éloignés de l'ordinaire. Mais combien sont-ils ? Et peut-on raisonnablement exiger que tous les enseignants soient formés à de telles complexités ? Question ouverte...

Quant à la marchandisation, je vois mal ce que ça vient faire là. Certes, de multiples charlatans fleurissent sur la souffrance des enfants et de leurs parents. Mais la marchandisation est un mode d'organisation sociale, qui ne se réduit en aucun cas à un manuel d'escroquerie. Elle ne concerne pas plus les "enseignants spécialisés" ou les "enseignants spécialistes" que les enseignants les plus "ordinaires". D'ailleurs, l'enseignement primaire revisité par Darcos, c'est un bon plan, coco. C'est tellement stupide qu'on peut le confier à des bacs moins 5, payés au lance-pierre, précaires de préférence - de quoi permettre aux "entrepreneurs" scolaires de se faire des plus-values confortables pour engraisser les paradis fiscaux !!!
Cordialement,
Daniel Calin
bluenote
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 34
Enregistré le : 15 janv. 2009 06:09
Localisation : créon (gironde)

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par bluenote »

Bon il est temps de dévoiler un peu de ma vie privée, j'en suis désolée mais c'est trop tentant...

Note de Daniel Calin :

J'ai supprimé la suite de ce message (ainsi qu'un deuxième message ultérieur dans la même veine), pour trois raisons :

1/ il n'avait aucun rapport clair avec la question centrale de ce fil de discussion ;

2/ ce forum n'est pas destiné aux parents : voir ICI ;
Et encore moins aux enseignants qui s'expriment comme parents, dans une confusion des genres qui est la plus mauvaise condition imaginable pour une réflexion un tant soit peu sensée.

3/ ce forum exige une bonne tenue linguistique : voir ICI.

Pour le reste, je m'en explique directement avec la personne concernée.
Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par Pascal Ourghanlian »

Différence de lecture d'avec Daniel, donc.
C'est ce qui arrive avec l'écrit : il permet plusieurs lectures.
C'est ce que permet l'amitié : être d'accord sur l'essentiel, pas forcément sur les détails.

Pour "patrick" : je continue d'être d'accord avec sa proposition de considérer que ce qui est spécialisée, c'est la démarche, et non le "spécialiste" ; et de considérer que la capacité à mettre en oeuvre cette démarche est construite par la formation et la pratique d'enseignant spécialisé plus facilement que par l'absence de formation et la pratique ordinaire de la classe. Mais 1. que ce n'est pas impossible malgré tout ; 2. que ça explique ma réticence constante à définir une "spécificité" ou une "identité" du maître E...

Pour "bluenote" : ce forum n'a pas vocation à être "joli"...
Une nouvelle fois, votre situation montre combien il est difficile de venir sur un forum professionnel, même en tant que professionnelle, avec des interrogations d'ordre privé... Le temps du parent confronté à ses difficultés n'est pas le temps de la réflexion du professionnel. Les deux sont nécessaires, ont vocation à converger - mais vos "démêlés" avec les différentes instances montrent qu'il y faut encore un troisième temps...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian
vercar
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 79
Enregistré le : 30 oct. 2008 13:33

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par vercar »

Bonsoir
Comme le disait Daniel Calin lors de la conférence de rentrée à Paris, "les spécialisés" ne sont pas là "par hasard".
Bluenote confirme donc cette assertion. Nous avons tous, en effet, quelque chose qui nous a poussé à "sauter le pas".
Maintenant, tout ce que vous vivez vous servira par la suite, dans le spécialisé, mais pour l'instant cela vous "envahit" et je suis d'accord avec Pascal lorsqu'il parle de troisième temps et, j'ajoute, peut-être même de quatrième.
Bon courage à vous.
Céline71
Animateur
Animateur
Messages : 122
Enregistré le : 05 oct. 2008 10:54

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par Céline71 »

J'édite parce que du coup en relisant ce post, je n'en suis pas satisfaite...

Alors pour apporter ma pierre à l'édifice, pour moi, mon "boulot de G", c'est de (re)mettre en route la pensée, l'imaginaire, la créativité psychique, d'aider l'enfant à construire un monde interne suffisamment sécurisant pour lui autoriser la solitude, à laquelle il sera inévitablement confronté lors de l'apprentissage , parfois même de permettre simplement que ce monde interne existe, avec un travail sur la prise de conscience de l'activité de pensée, de voir que "oui c'est possible", qu'il y ait une brèche, une ouverture, un peu de distanciation pour ces enfants très "collés" au réel, et qui du coup dans la classe ont du mal à entrer dans toutes les activités de réflexion, de recherche mais aussi parfois (et ça je crois qu'on le "squizze" souvent) dans des apprentissages plus "instrumentaux" (c'est-à-dire que dans ces cas-là on pense tout de suite à déficit donc entraînement supplémentaire voire rééducation instrumentale ou fonctionnelle alors que c'est peut être aussi une question de "distanciation")... Du coup, je ne vois vraiment pas cela comme simplement une différenciation mais bien comme une démarche spécialisée. Je me sens une "spécificité de G", je me sens "enseignante spécialisée" de par ma formation et de tous les apports et outils qu'elle m'a fournis et pour autant je ne me sens pas une "spécialiste", en tout cas pas dans le sens d'expert. Parce que du coup, si spécialiste=expert, je trouve que ça enlève l'idée de travail partenarial, d'avoir à construire "ensemble", dans la complémentarité des regards, une réflexion pour un enfant.
Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Enseignement spécialisé ou enseignement différencié ?

Message par Pascal Ourghanlian »

De la part de Claudine :
pour Benjamin et Natacha
Spontanément, le terme de «spécialiste» convoque chez moi l’idée du médical. Aller voir un spécialiste, c’est ne pas s’en remettre au seul généraliste, c’est faire appel à des compétences plus fines, plus pointues, plus ciblées, plus approfondies - parce que développées dans un domaine plus restreint.

Le terme «spécialisé» est, quant à lui, fortement attaché au monde de l’Éducation : il y a des éducateurs spécialisés et des enseignants spécialisés.
Les premiers choisissent d’emblée d’être spécialisés [mais il n’y a pas de profession d’éducateur «ordinaire»]. Ils vont développer des connaissances, des compétences adaptatives et relationnelles qui leur permettront d’exercer auprès de publics variés (jeunes ou adultes, mondes de l’enfance, du handicap ou de la Justice) et selon des modalités extrêmement diverses - mais toujours à la marge (i. e. auprès de populations marginalisées ou courant le risque de l’être).
Les seconds sont d’abord enseignants «ordinaires» avant de devenir, dans le cadre d’une évolution professionnelle, «enseignants spécialisés». Ils sont, eux, étiquetés d’une option, définie par un lieu d’exercice et/ou un type de public, lui aussi marginal ou courant le risque de l’être. Ils enseignent à des enfants sourds ou malentendants OU à des enfants porteurs d’un handicap moteur OU... - mais le tronc commun des formations reste important et l’idée d’une certification unique, si elle devait être maintenue, est dans l’air du temps...

Au-delà de ces différences, éducateurs et enseignants spécialisés partagent quelques valeurs et quelques pratiques qui les rapprochent.
Ils sont, les uns et les autres, particulièrement préoccupés par la question de la marginalité et donc intéressés à la question du tissage, ou du ravaudage, des liens sociaux.
Ils repoussent les frontières du «il ne relève pas de moi», imaginent toujours plus loin l’idée d’une éducabilité possible. Un spécialiste peut dire «ce n’est pas pour moi, cela ne concerne pas mon champ d’intervention (ou mon organe...), je ne suis pas compétent pour cela». Un professionnel spécialisé est toujours concerné par la situation, même si c’est pour passer la main, jouer un rôle de relais.
Ils ont une éthique de la personne comme sujet. Ils ne voient pas qu’un aspect de celle-ci, mais la considère dans la globalité de son fonctionnement et de son histoire.
Ils ne se posent pas en spécialistes, détenant une réponse, en ce qu’ils ne traitent pas seuls le «problème». Ils contribuent, de leur place, dans le cadre de relations partenariales, à la mise en oeuvre d’un projet dont la finalité est toujours de favoriser l’autonomie de la personne.
Ils n’exercent pas en spécialistes dans la mesure où leur profession engage leur personne. S’il y a des postures différentes selon les sphères de vie, il ne saurait y avoir de clivages entre la personne dans son humanité et le professionnel dans sa technicité. Ce sont des métiers qui se revendiquent des métiers de la relation.

Pour résumer, je dirais qu’être «spécialisé», c’est exercer auprès d’un public pour lequel l’adaptation, l’intégration, la participation ne vont pas de soi. C’est aussi avoir développé la capacité à se poser des questions pour s’ajuster et ajuster son action. Mais c’est d’abord, et avant tout, partager et défendre certaines valeurs.
Tous éléments qui pris séparément pourraient aussi définir tel ou tel «spécialiste». Mais qui, lorsqu’ils convergent, me semblent mieux à même de «définir» le «spécialisé».
Cordialement,
Pascal Ourghanlian
Répondre