MACLÉ : les précisions d'André Ouzoulias

Questions spécifiques concernant les formations à l'option E (aides pédagogiques spécialisées en RASED).
Répondre
Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Quelques précisions d'André Ouzoulias

Message par Pascal Ourghanlian » 25 nov. 2007 18:47

Voici quelques précisions que m'envoie André Ouzoulias (merci André :wink: ) et qu'il m'autorise à citer sur le Forum.

"Je suis sensibilisé depuis assez longtemps à ces réticences de certains maîtres E et G à leur participation à des MACLÉ ou autres opérations similaires conçues et conduites collectivement par une équipe d'école, qu'il s'agisse de prévention (en GS en fin d'année par exemple) ou de remédiation (au CE2 en tout début d'année par exemple).
Connaissant les exigences incontournables de clarté dans la définition de la posture professionnelle des maîtres E, déontologique et pédagogique, cette réticence ne me surprend pas. Elle me paraît même tout à fait saine. Mais elle me semble exagérer les risques encourus par les élèves. Quand cette réticence devient un refus, je crois que c'est regrettable, car sans le RASED, il est difficile de réussir un MACLÉ. Pas seulement et pas essentiellement parce que l'équipe est alors privée de la possibilité d'encadrer un groupe par un enseignant expérimenté et très au fait des obstacles rencontrés par les enfants dans l'apprentissage de la langue écrite. Mais surtout parce que cette expertise du RASED (davantage bien sûr que du seul maître E) est précieuse pour aider l'équipe à diagnostiquer les besoins des élèves, pour envisager des situations d'apprentissages différentes de celles qui n'ont pas bien réussi dans la cadre ordinaire de la classe, bref, pour épauler les autres enseignants dans la préparation de cette action et pour en faire ensuite une action réussie. Il ne faudrait pas oublier en effet que, tout en s'adressant à tous les élèves, celle-ci doit viser prioritairement l'accélération de la dynamique d'apprentissage des élèves les moins avancés, parmi lesquels il y a nécessairement tous les élèves pris en charge par le RASED.
De plus, je crois qu'il est bon d'encourager les enseignants non spécialisés à encadrer des groupes d'élèves en grande difficulté face à l'écrit, comprenant même des élèves habituellement pris en charge par le RASED, dans la mesure où l'on y voit une source de progrès possibles pour l'école. Bien entendu, cela suppose du même coup que les maîtres du RASED animent alors des groupes d'enfants différents — pour l'essentiel — de ceux avec lesquels ils travaillent en temps normal dans le regroupement d'adaptation ou au sein de la classe. Mais l'expérience montre que cette façon de s'organiser dans le cadre spécifique du MACLÉ permet très souvent aux enseignants d'affiner leur regard sur les élèves les moins expérimentés en lecture-écriture et ainsi, ultérieurement, dans le cours ordinaire de la classe, d'ajuster les situations d'apprentissages et les consignes à leurs représentations et à leurs manières d'entrer dans les tâches proposées. C'est ce processus que cherchent à stimuler les collègues des RASED qui acceptent de "laisser" leurs élèves durant une douzaine de séances de MACLÉ, pour prendre en charge des élèves dont les difficultés face à l'écrit sont (un peu) moindres.
Mais il serait paradoxal de faire une fixation sur cet aspect organisationnel si cela devait empêcher la participation du RASED, et particulièrement du maître E, à la préparation et au déroulement d'un MACLÉ. Cette recommandation n'est pas un précepte religieux ! La meilleure organisation n'est pas décrite à l'avance dans un livre sacré. Elle dépend toujours des réalités locales, des dispositions et des investissements des enseignants non spécialisés, des relations habituelles entre eux et les maîtres RASED, etc.
"
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Inès111
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 19
Enregistré le : 14 nov. 2007 12:13

Message par Inès111 » 26 nov. 2007 19:44

Je susi toute émue et merci beaucoup encore.

Répondre