Évaluation pour maître E cycle 3

Questions spécifiques concernant les formations à l'option E (aides pédagogiques spécialisées en RASED).
Répondre
perrine
Visiteur
Visiteur
Messages : 3
Enregistré le : 20 août 2007 19:56
Localisation : tourcoing

Évaluation pour maître E cycle 3

Message par perrine » 11 sept. 2007 21:14

Bonjour,

Je suis nouvelle enseignante spécialisée (E) en cycle 3 et j'aimerais avoir des évaluations pour mes élèves. Pour l'instant, je me base sur les anciennes évaluations CE2 et celles de CM2... On m'a parlé de batelem mais je ne sais pas où me le procurer. Je ne sais pas non plus quelles autres évaluations je peux faire pour cerner davantage les difficultés...
Merci de votre aide

perrine

nami
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 32
Enregistré le : 18 sept. 2005 11:31

Message par nami » 15 sept. 2007 13:48

Bonjour,

Sur mon département, les évaluations CE2 sont reconduites (au besoin, je pourrai les envoyer en Pièces jointes, mais ça fait pas mal de photocopies)

Pour la Batélem, il faut se renseigner auprès des psy scolaires (seuls les psychologues peuvent l'acheter mais le maître E peut ensuite l'utiliser puisque ce test évalue des compétences strictement scolaires).

Le RASED de ma circonscription l'utilise pour les CM1 depuis 3 ans ; étant donné notre "échantillonnage" conséquent, nous avons pu cibler les limites pour aider la grande difficulté.

perrine
Visiteur
Visiteur
Messages : 3
Enregistré le : 20 août 2007 19:56
Localisation : tourcoing

Message par perrine » 23 sept. 2007 12:28

Merci beaucoup pour les infos....
Je suis en train de faire passer les évaluations nationales....
Pour le batélem, la psy n'est pas trop pour !!!
perrine

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 264
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Message par clairea » 23 sept. 2007 13:21

Les tests scolaires à destination des psychologues, fournis donc par les éditions spécialisées à cette profession (ECPA par exemple), n'ont rien de mystérieux ni d'incontournables. On retrouve des items entiers de l'ECS dans certaines évaluations nationales, par exemple.

Franchement, je ne vois pas l'intérêt d'aller chercher d'autres évaluations scolaires que celles reconnues par votre spécialisation de maître E.

C'est comme si un psychologue allait cherchait dans les outils d'un maître E un support à passation projective.
Et, en toute honnêteté, je ne vois pas non plus l'intérêt d'utiliser des tests scolaires pour un psychologue. A moins de penser que les évaluations des pédagogues ne sont pas assez pertinentes, et de ne se faire confiance qu'à soi-même.

Vous n'avez nul besoin des tests scolaires, qui dorment dans les armoires des psychologues. Ils ne sont pas plus instructifs que d'autres et sûrement moins précis que ceux qui sont utilisés par des pédagogues chevronnés.

Il me semble que l'éducation nationale n est pas avare dans le domaine de l'évaluation, il y a sûrement matière suffisante pour trouver dans ce domaine les évaluations recherchées.

Bon courage à vous.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 23 sept. 2007 16:19

100% d'accord avec Claire A.
D'autant que je regrette toujours que le maître E se transforme (ou soit transformé...) en "spécialiste" de l'évaluation.
Le maître E a besoin d'une observation fine des procédures des élèves en train de faire, pas d'un rapport à la norme que sont par définitions les tests, qu'ils soient pédagogiques ou psychométriques.
Attention, en débutant dans cette fonction, de ne pas répondre à une demande trop pressante des maîtres des classes qui vous enjoignent d'évaluer leurs élèves : ce sont eux les premiers spécialistes de la chose...
Votre travail est différent, ailleurs...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

perrine
Visiteur
Visiteur
Messages : 3
Enregistré le : 20 août 2007 19:56
Localisation : tourcoing

Message par perrine » 26 sept. 2007 21:18

Merci pour les infos....
C'est vrai que je cherche sûrement à trop évaluer !!!! C'est certainement parce que je débute et que j'ai peur de passer à coté de certaines choses !!!!
Avec le temps, je cible un peu mieux mon "nouveau métier" mais j'ai encore une multitude de choses à apprendre !
perrine

Dominique Douay
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 12 oct. 2005 22:22

Evaluations pour des élèves de cycle 3

Message par Dominique Douay » 29 sept. 2007 08:17

Je commence ma 3ème année sur le terrain et je suis les directives de notre Inspectrice qui nous "défend" de faire des évaluations à la place des enseignants, et je rejoins tout à fait son avis. En effet, les maîtres spécialisés faisaient des évaluations en début d'année (NBBT, concept de Boehm,....) et en fin d'année (NBBT, TLCP...). Les collègues ont donc pris l'habitude de compter sur le RASED pour réaliser leur profil de la classe. Alors, lorsque je suis arrivée dans le RASED, j'ai été fortement sollicitée les deux premières années pour aider à la passation des évaluations diagnostiques de début d'année, d'autant plus que je suis sur un secteur rural avec des collègues de classe qui ont des effectifs de plus en plus chargés avec des double, triple ou quadruple cours. Je peux t'affirmer que cela conduit à décharger l'enseignant de classe de la connaissance de ses élèves, au profit de la focalisation sur le programme à faire. D'ailleurs, là où j'ai aidé à faire passer les évaluations CE1 l'année dernière, j'ai eu des difficultés pour travailler en collaboration avec les enseignantes, qui s'étaient déchargées des difficultés de leurs élèves sur moi, et ne connaissaient pas les difficultés de leurs élèves, elles ne pouvaient donc pas mettre en place de remédiation pédagogique au sein de la classe ou de l’école. Cela m’a conduit à faire du travail de maître de soutien (il existait un poste de maître de soutien rural, il y a quelques années dans les secteurs ruraux) et ne m’a pas permis de prendre une posture de maître spécialisé. J’ai d’ailleurs mis deux ans pour réussir mon CAPA-SH. J’ai maintenant mieux cerné mon identité professionnelle, et je ne fais plus d’évaluations « de classe », d’autant plus que j’ai l’appui de mon Inspectrice, qui exige des enseignants de classe de réaliser leur profil de classe de début d’année. Par contre, j’aide les collègues à exploiter leurs évaluations diagnostiques de début d’année en réunion de cycle, ce qui permet de mieux cerner les élèves, et de ne pas faire d’évaluations supplémentaires mais de savoir les exercices que je vais proposer pour réussir à cerner les besoins éducatifs particuliers. Je me sers toujours des huit points de P. Nagel (voir dans un autre message) pour établir le profil de l’élève. Lorsque je n’ai pas réussi à cerner les besoins éducatifs particuliers de certains élèves suivis l’année dernière, je les prends en bilan individuel et je me sers des évaluations réalisées en classe pour conduire mon entretien d’explicitation. Je demande à l’élève, ce qu’il devait faire, comment il s’y est pris, s’il pense avoir réussi, et pourquoi d’après lui c’est réussi ; s’il a échoué, je lui demande s’il sait comment s’y prendre pour réussir la première fois. Suite à ce bilan, je peux donc esquisser le profil, que je vais affiner en proposant, cette fois-ci en petit groupe, des exercices qui me permettront de répondre à la question : « Qu’est-ce qui empêche cet élève d’apprendre en classe ? ». Contrairement aux deux premières années, je prends le temps qu’il faut pour connaître correctement les élèves (cela peut prendre trois à cinq séances préparatoires) et suite à ces séances, je présente le profil en synthèse pour que les membres de l’antenne de réseau puissent statuer sur le suivi le plus approprié. Nous avions d’ailleurs une fiche détaillée, qui nous permettait de séparer la décision de suivi de la première analyse de la demande d’aide, qui n’existe plus dans la nouvelle demande d’aide. A l’occasion, je mettrai cette partie en téléchargement, car je trouve que cela permet d’éviter de travailler dans l’urgence.
J’espère que tu y vois un peu plus clair, reprends les évaluations CE2 et CM2 réalisées, laisse parler tes élèves de leur travail, et cela te permettra de comprendre comment ils s’y prennent pour arriver à produire leurs réponses. Je me rappelle de mes mauvaises habitudes de « bonne maîtresse » ayant tendance à souffler la réponse par mes attitudes spontanées ; je suis très expressive de visage et les élèves sont très sensibles à ce langage, j’ai dû apprendre à faire un visage impassible, ou dès que je m’en rends compte, je fronce les sourcils à la bonne réponse pour forcer l’élève à se justifier. L’année dernière, lors d’un bilan individuel avec un élève de CE2, j’ai levé la tête avec étonnement, car il avait oublié une majuscule à un nom propre. Analysant ce geste de désapprobation, il met une majuscule, et j’approuve son P majuscule. Page d’après, un mot avec la même initiale, il remet une majuscule. Quand je lui demande pourquoi, il me répond mais vous m’avez dit qu’il fallait mettre une majuscule au P. Moralité, ces élèves de cycle 3, installés dans la grande difficulté scolaire détectent les moindres informations pour réussir à donner la bonne réponse attendue par le maître, et c’est justement en groupe d’aide pédagogique qu’on doit leur faire comprendre que l’important à l’école ce n’est pas de réussir mais d’apprendre, c’est-à-dire d’avoir une démarche d’apprenti, de s’impliquer dans les apprentissages.
Bon courage,
Tu verras, c’est un boulot passionnant, les élèves en difficulté sont des élèves ayant développé des procédures souvent très logiques et je pense que c’est eux qui permettent à la pédagogie d’avancer. Ils montrent les contradictions de notre code numérique, de notre orthographe et les travers de notre enseignement (Cf. Stella Baruk). D’ailleurs, si l’on se penche sur l’historique de certains codes (mots de numération comme soixante-dix et quatre-vingt-dix ; orthographe compliquée) on se dit que certaines choses sont bien réalisées pour éviter à certains de s’élever socialement, on préfère les instruire comme des moutons, si on les fait trop réfléchir (ateliers philosophiques) cela risque de les rendre trop « rebelles » à l’ordre établi. Mais cela est une autre histoire…
Au fait, qu'est-ce qu'un support à passation projective ?
D.D.

sandrine13
Visiteur
Visiteur
Messages : 12
Enregistré le : 06 juin 2007 15:28

Message par sandrine13 » 27 nov. 2007 22:05

Bonjour,

Pourriez-vous me procurer ces fameux points de Nagel ? Je ne parviens pas à les obtenir par l'auteur.
Merci beaucoup
(si vous êtes d'accord, je vous donnerai mon mail personnel pour cela)

Répondre