L'école de La Neuville

Toutes annonces concernant l'enseignement spécialisé. Les annonces commerciales ou contraires à l'esprit de ce site et de son forum seront supprimées sans préavis.
Répondre
Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

L'école de La Neuville

Message par Pascal Ourghanlian » 10 déc. 2006 17:51

Vient de sortir, chez mk2doc, avec le CRDP de Nice, un double DVD intitulé "Parole : l'héritage Dolto".

Un éclairage particulièrement intéressant et, à mes yeux, pertinent, sur ce que peut être l'école quand elle permet que de l'école advienne.

5 heures de films et de reportages, d'éclairages théoriques, qui rappellent ce que peut la parole, même lorsqu'elle n'est pas verbale et qui fait que, parfois, la pédagogie peut être à elle même sa propre ressource.

Ce que l'école ordinaire oublie souvent...
Modifié en dernier par Pascal Ourghanlian le 10 déc. 2006 22:23, modifié 1 fois.
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 264
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Message par clairea » 10 déc. 2006 21:52

Un livre sur cette expérience est paru en 1989, un cadeau reçu pour mon noël 1990 :roll: très instructif et agréable à lire.

Son titre : L'école avec Françoise Dolto le rôle du désir dans l'éducation.

Chez Hatier en 1989

Mais je suis très curieuse de ce DVD , serait-ce une idée de cadeau à laisser traîner en ces temps d'inspirations difficiles :wink:

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 10 déc. 2006 22:30

Ou sa réédition, 400 denses pages par les fondateurs de l'école, Fabienne d'Ortoli et Michel Amram, La Neuville : l'école avec Françoise Dolto - Suivi de Dix ans après, ESF, 2001.

Avec cette remarque, fondatrice pour ce qui me concerne, de Jacques Pain : "Et si la pédagogie, c'était l'école moins le scolaire ? Ou, plus exactement, moins la "scolastique", comme l'avait nommée Freinet, cette façon stéréotypée, mécanique, ignorant les élèves, de faire cours, bien loin des parcours et des particularités individuelles, des apprentissages" (p. 227).

À laisser traîner, effectivement, ne serait-ce que pour rappeler, en ces temps de livres noirs divers et variés, que la psychanalyse, malgré ses erreurs et ses errements, trouve son fondement essentiel en ce qu'elle permet aux mots de dire le monde, de dire son monde...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Répondre