Recensement des élèves en danger psychologique ou physique

Enseignants référents, enseignants détachés à la MDPH...
Répondre
renavd
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 52
Enregistré le : 09 déc. 2007 22:48

Recensement des élèves en danger psychologique ou physique

Message par renavd » 16 mai 2014 07:29

Bonjour
Notre département s'illustre régulièrement par sa politique sécuritaire. Récemment, les directeurs et directrices ont été sollicité-e-s pour fournir des listes d'élèves à problème. Heureusement, les syndicats ont réagi et ça en est resté là.
Maintenant, ce sont les enseignant-e-s référent-e-s qui sont mis-e-s à contribution. Ils et elles ont reçu de l'ASH un courrier ainsi libellé :
Mesdames et Messieurs les Enseignants référents,
Comme demandé par le ministère, une commission d'examen des situations critiques concernant les élèves en situation de handicap va être organisée ponctuellement par la MDPH.
Aussi, il faudrait que vous listiez, parmi chaque élève ayant un P.P.S. de votre secteur, ceux qui semblent en danger psychologique ou physique.
Par exemple :
  • l'enfant est déscolarisé, en attente d'un ESMS et les choses se passent très mal à domicile
    l'enfant semble en danger, malgré une(des) information(s) préoccupante(s) déjà effectuée(s)
    l'enfant bénéficie d'une orientation qui semble totalement inadaptée et le met en grande souffrance et sa famille refuse de ressaisir l'EPE pour envisager une autre orientation
    ...

Les seules informations nécessaires à la MDPH sont les noms prénoms et dates de naissance des élèves.
Je vous remercie de bien vouloir compléter le tableau joint et de nous le renvoyer avant le vendredi 23 mai 2014.
Bien cordialement
Avez-vous aussi reçu une telle commande, soi-disant ministérielle?
Qui trop embrasse, mal étreint.

Francis
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 32
Enregistré le : 23 nov. 2011 04:53

Re: Recensement des élèves en danger psychologique ou physiq

Message par Francis » 17 mai 2014 20:19

C'est où chez toi ?
Pas encore arrivé ici en Côte d'Or, tout au moins sous cette forme.

Mais je n'ai pas le sentiment qu'il soit vraiment judicieux d'utiliser le terme "politique sécuritaire". Ne s'agit-il pas de "protection de l'enfance" ? Et quand il s'agit d'enfant parfois particulièrement sensibles, de familles éprouvées, désemparées, maladroites... voire même de "prévention sociale"...

Un "audit" des listes d'attente a été commandé l'an passé par l'ARS au CREAI ( http://www.ars.bourgogne.sante.fr/filea ... _06_13.pdf). Le CREAI a enquêté auprès de chacun de nous ERSEH afin de vérifier sur le terrain de tout le département l'ampleur (et l'honnêteté) de ces listes qui étaient contestées. Résultat : des réouvertures en ESMS, des ouvertures en SESSAD dans l'été 2013... aubaine vite comblée !

Et le "danger pédagogique" quand l'éducation nationale n'ouvre pas de places en nombre suffisant en CLIS, ULIS pour répondre aux décisions de la CDA ! 3 années de suite avec un effectif complet de CLIS "dans la nature des classes ordinaires" dans et autour de la même petite ville de mon secteur... (y sont aussi toujours 25 en attente de place dans le SESSAD local !) ça "prend la tête" de tous : parents, enseignants, ERSEH...
Pris en flagrant délit de gestion approximative, autant dire carrément de défaut de gestion, cela ne semble pas empêcher nos chefs de dormir.


Et pendant "qu'on tourne la manivelle", d'autres sont très occupés à tourner le grand cirque des rythmes scolaires, comme un cheveu sur la soupe, ou une peau de banane sur le trottoir on émeut le pays autour d'un jour de rentrée... et en catimini, ne démontrait-on pas l'EGPA ???

daniele
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 59
Enregistré le : 14 avr. 2011 18:40

Re: Recensement des élèves en danger psychologique ou physiq

Message par daniele » 18 mai 2014 11:08

Est-ce le rôle des enseignants référents ou pas d'aller cibler des situations "où ça se passe très mal à domicile !!!" et s'il y a eu information signalante que la MDPH s'adresse donc au conseil général !!
Il me semblait que les parents restaient les seuls à saisir la MDPH et donc les seuls habilités à donner les informations concernant leur enfant et c'est valable pour tous !! les services sociaux sont là pour aider si nécessaire.
Choquant de demander à un enseignant ce type de renseignements. Choquant même de demander à un référent une liste de noms. Quelle institution se permettrait ce genre d'enquête ? La MDPH est un service public pas une agence de renseignements !
définir danger psychologique !!

renavd
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 52
Enregistré le : 09 déc. 2007 22:48

Re: Recensement des élèves en danger psychologique ou physiq

Message par renavd » 24 mai 2014 05:40

En tout cas, renseignement pris, il s'agit bien d'une commande ministérielle, mais du Ministère des affaires sociales et de la Santé, pas de l'Education nationale, d'autant qu'elle concerne les enfants comme les adultes.
La circulaire est téléchargeable ici.
Les situations critiques qu'elle aborde sont ainsi définies :
- dont la complexité de la prise en charge génère pour les personnes concernées des ruptures de parcours : des retours en famille non souhaités et non préparés, des exclusions d’établissement, des refus d’admission en établissement ;
- et dans lesquelles l’intégrité, la sécurité de la personne et/ou de sa famille sont mises en cause.
Ces deux conditions doivent être réunies pour qualifier les situations critiques.
La commission opérationnelle est ainsi composée :
la MDPH, l’ARS, le CG, la CPAM, le secteur hospitalier (psychiatrie et/ou somatique) adulte et enfant, les représentants des gestionnaires médico-sociaux, les représentants des personnes et de leurs familles et l’Education Nationale, en tant que de besoins, le ou les directeur(s) des établissements concernés, le cas échéant. La commission peut s’autosaisir de situations critiques connues par l’un de ses membres.
Elle doit notamment gérer les remontées du numéro national contre la maltraitance 3977.
L'ambiguïté de notre circulaire départementale, c'est qu'elle amalgame des situations de danger qui relèvent de l'Information préoccupante avec les situations critiques telles que définies dans la circulaire, qui stricto sensu impliquent forcément un établissement - on croit comprendre : un établissement médico-social, non un établissement sanitaire ou scolaire, mais ce n'est pas explicite dans la circulaire nationale. Elle ajoute donc abusivement à ses missions le contrôle social des familles au lieu de se cantonner à la recherche de solutions médico-sociales.
Qui trop embrasse, mal étreint.

daniele
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 59
Enregistré le : 14 avr. 2011 18:40

Re: Recensement des élèves en danger psychologique ou physiq

Message par daniele » 04 juin 2014 13:25

Ethique !!!! code de déontologie !!
Les missions des référents ne sont absolument pas encadrées par des références éthiques et opérationnelles, si bien que ce qui les définit est la disparité des approches où chacun estime individuellement ce qu'il est en droit de dire ou de faire, ce qui ne saurait être la définition d'une fonction et encore moins d'un métier dans le sens le plus noble du terme. Une intervention auprès de personnes à besoins particuliers ne s'improvise pas, chaque intervenant doit pouvoir se référer à des références claires et respectueuses des personnes. Chacun son rôle et sa place et le fait que vous n'ayez aucune définition précise de votre approche brouille les interventions, il n'y a qu'à lire les débats posés ici pour s'en convaincre.
En tant que psychologue, je suis trop souvent heurtée par la violence institutionnelle qui dérive de ce système. Le risque que vous prenez à ne pas poser cette réflexion est ce genre d'instrumentalisation. Je vous renvoie aux écrits des sociologues qui analysent comment certaines catégories professionnelles peuvent abuser du pouvoir qui leur est donné dans les institutions et ainsi que les dangers inhérents à ces fonctions d'accompagnement aux personnes dites en difficultés. Ils démontrent la nécessité d'un cadre clair. J'ai d'ailleurs pris l'habitude de me référer à des écrits "scientifiques" pour convaincre du bien fondé de ma parole, ce qui en soi dénote de la surdité de certains de mes interlocuteurs et de l'institution à des arguments professionnels.
Un exemple pour terminer, quand la MDPH réclame l'intervention du psychologue pour analyser la pertinence du renouvellement d'AVS, le référent la qualifie de caprice administratif, une formalité obligatoire, alors que j'y vois moi le respect d'une approche et une volonté de répondre au mieux aux besoins des enfants. Sa demande se réduit à une feuille verte et il ne lui vient pas à l'idée que je puisse avoir une opinion sur l'élaboration du projet. Un exemple parmi d'autres. Un autre référent n'estime pas utile que je voie un enfant (alors que les textes et mon IEN me confirment que je dois le voir !!) et pour l'avoir vu, je peux assurer que cela n'a pas semblé inutile à l’enseignant !! Ce n'est donc pas une question de personnes mais de professionnalisation. Pas étonnant qu'on vous demande tout et n'importe quoi si vous faites tout et n'importe quoi, ceci dit avec humour !!

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Recensement des élèves en danger psychologique ou physiq

Message par Pascal Ourghanlian » 09 juin 2014 11:08

Il y aurait certainement à dire sur "le tout et le n'importe quoi" des psychologues... sauf que poser le débat ainsi, c'est amalgamer fonction/missions/profession/métier (voire emploi) en généralisant des cas particuliers - ce qui revient à "caféducommerciser" ce forum. Le code de déontologie des psychologues a le mérite d'exister, certes, mais il vaut ce que vaut un tel code à la portée "contraignante" limitée. On peut toujours se cacher derrière le petit doigt en lequel il se résout.
Nous connaissons tous des dysfonctionnements. Éventuellement, nous dysfonctionnons nous-mêmes, notre/nos institution/s n'étant pas avare/s d'injonctions paradoxales. L'Éducation nationale n'a pas fait le travail nécessaire de définition du "métier" d'ER, définition éthique, fonctionnelle, écologique, épistémologique - nous avons été bien près de le faire quand nous avions été invités au ministère par Pierre-François Gachet, alors conseiller. Nous n'avons pas su/pu nous regrouper départementalement/nationalement - la messe est dite.
Pour finir : sur mon département, nous sommes 48 ER. Et je suis convaincu que nous ne sommes pas si nombreux à dysfonctionner de la manière dont "daniele" le décrit à longueur de posts (comme quoi l'humour, dont je ne crois pas manquer, est à géométrie variable : pas forcément envie de me gausser en permanence de gens qui essaient de faire proprement ce que la plupart ont choisi de faire).
Et pour en revenir au débat initial : j'ai toujours dit, écrit, me suis battu pour qu'aucune liste nominative d'élèves catégorisés ne soit transmise à qui que ce soit. Pour ma part, par exemple, lorsque j'envoie les CR d'ESS, seuls sont précisés le prénom et l'initiale du nom. C'est vrai pour les élèves en situation de handicap (on sait ce que ce genre de listes a donné dans notre beau pays il y a quelques décennies). Mais c'est vrai pour tous, pratiquassent-ils le judo ou la peinture à l'huile (un petit détour par Base Élèves pourrait donner des haut-le-cœur...).
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Francis
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 32
Enregistré le : 23 nov. 2011 04:53

Re: Recensement des élèves en danger psychologique ou physiq

Message par Francis » 10 juin 2014 19:18

Merci Pascal.

daniele
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 59
Enregistré le : 14 avr. 2011 18:40

Re: Recensement des élèves en danger psychologique ou physiq

Message par daniele » 17 juin 2014 12:42

Rhétorique.
Ici sont pointés les dysfonctionnements d'où une focalisation de fait.
Les faits sont des faits, ils signalent des dysfonctionnements et sont évoqués après une tentative de réflexion plus large.
Je passe sur le "je me gausse à longueur de post" et "café du commerce", décrédibiliser la source d'un message est une technique courante.
Je retiens la réponse sur la tentative de définition des missions de chacun. Il y a donc au moins quelques phrases dans mes posts qui ne relèvent pas du café du commerce.
Ceci dit, je vais me chercher un troquet où me gausser à mon aise et vous laisse à vos manières de débattre car je n'ai apparemment pas les moyens formels de communiquer pour être capable d'ouvrir ici un débat serein.

Répondre