RASED : attention danger !

(option G)
laplume13

Message par laplume13 »

Je suis nouvelle sur ce forum et je confirme ! Un drôle de monsieur dans le 13 ! Il semble faire des émules ! gros problèmes dans ma circo ! Plus de synthèses de réseau le samedi matin donc impossibilité de les reporter hors temps scolaire... Consigne arrivée dans les écoles par courrier adressé aux directeurs !!!!! Aucune concertation !!! Insinuations méprisantes par des modalités de fonctionnement du RASED transmises aux directeurs du genre : <<Les ens. spé. devront avoir un emploi du temps opérationnel le 10 septembre ! Les PC se terminent le 30/06 ! Afficher nos emplois du temps dans les écoles ! Donner des doubles aux directeurs des fiches de signalement, des comptes-rendus de synthèse !!!! Interrogation de collègues inspectés sur le fonctionnement du RASED !!!!! Cela s'est précipité avant les vacances ! Nous lui avons écrit... Nous attendons sa réaction ! Que pouvons-nous faire ????
Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin »

Je ne suis pas certain qu'écrire à ce genre de personnage soit la bonne solution. Personnellement, histoire de génération peut-être, j'aurais penché vers quelque chose de l'ordre de la désobéissance civile. Quand un pouvoir devient fou, il perd toute légitimité et on ne discute pas avec lui. On l'ignore, on fait comme s'il n'existait et l'on prend sa vie en mains. On peut tout au plus lui signifier qu'on refusera désormais toute rencontre, toute discussion, tout ordre.

Comme, en l'occurrence, ce petit personnage n'est qu'un échelon de base dans une hiérarchie, on ouvre ensuite une discussion avec les échelons supérieurs : c'est probablement à ces échelons supérieurs qu'il fallait vous adresser. Cela signifie : concertations, définition d'un "cahier de doléances" commun, recherches d'appuis associatifs, etc.

Ne jamais oublier que le pouvoir que l'on a en face de soi n'a jamais que le pouvoir qu'on veut bien lui reconnaître. A fortiori dans une démocratie ! Et puis, peut-être, lire ou relire Le traité de la servitude volontaire de l'ami La Boétie...
Cordialement,
Daniel Calin
patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Message par patrick »

J'ai essayé de trier les exigences de cet IEN entre celles qui sont la preuve d'une position sur le "contrôle" (certes désagréable et manifestant une médiocrité professionnelle mais que beaucoup d'enseignants et de salariés en général peuvent rencontrer de la part de leur petit chef) et des exigences qui sont hors la loi.
1 La demande d'un emploi du temps opérationnel le 10 septembre
L'IEN fait partie de l'équipe de RASED : une telle exigence est possible mais alors le projet de réseau doit être mis en cohérence par celui qui fait une telle proposition ! donc plus de projet de réseau mais projet de l'IEN à lui de l'écrire et de définir le cadre théorique qui détermine une telle prise en charge précoce. Les membres du réseau ne peuvent s'inscrire dans un tel projet que s'il est explicite et comme il ne paraît pas en accord avec nos formations nous lui demandons qu'il nous écrive le projet !! Par contre on ne peut pas m'obliger à écrire un projet de réseau qui a une aussi forte contrainte initiale : prise en charge débute le 10 09.

2 Afficher l'emploi du temps dans les écoles. Bien évidement hors de question de fournir un emploi du temps au directeur faisant état des prises en charge. Maintenant aucun problème à fournir au directeur de chaque école mon temps de présence dans son école. Il n'a pas à savoir où je suis quand je ne suis pas dans son école. Si l'IEN le souhaite je peux lui fournir la répartition de mon temps entre les différentes écoles.

3 Que l'IEN questionne lors d'une inspection un membre du réseau sur le fonctionnement réseau et du positionnement de cet enseignant sur le fonctionnement institutionnel c'est non seulement pas scandaleux mais partie intégrante de notre travail. Si ce questionnement est plus policier que professionnel, ça c'est à l'enseignant de se tenir sur le registre professionnel et à ne pas se laisser manipuler.

4 La demande que les prises en charge se terminent le 30 06 est par contre illégale. La liberté pédagogique même dans le cadre d'un projet de réseau écrit par l'IEN comme dit dans le point 1 me laisse le choix des modalités. Il demande des prises en charge précoce, il argumente le pourquoi d'une telle précocité d'accord !! mais moi je suis libre des réponses et si mes prises en charge se terminent le 30 05 ou le 30 09 à moi d'argumenter comme lui le pourquoi mais je suis libre de le faire. Et si mon argumentation ne lui convient pas, il me déclare mauvais mais il ne peut pas me contraindre. (pour ma part sur ce point précis je me refuse de donner des limites de temps à mes prises en charge individuelles)

5 Donner le compte rendu des synthèses :
Je fais la distinction entre concertation et synthèse. Concertation : toutes les réunions entre instits et réseau, Synthèse : réunion des membres du réseau entre eux.
Concertation : si c'est un conseil de cycle c'est au directeur à tenir un compte rendu, si c'est une rencontre avec un enseignant bien évidement que cela ne concerne que cet enseignant et aucun écrit ne peut être fourni à personne, aucune liste d'enfants ne sera fournie au directeur. Le travail de la demande avec cet enseignant nous oblige à la discrétion professionnelle et nous nous devons d'être "contenant". Si c'est une équipe éducative elle s'est faite sous la direction du directeur et c'est lui qui en fait le compte rendu. Les feuilles de demande d'aide appartiennent au réseau et ne doivent pas passer par le directeur. Nous nous devons de n'avoir aucune archive de réseau, donc nous nous devons de contrôler le devenir de tous ces documents et éviter toute circulation intempestive de ces outils. Là aussi c'est la loi qui nous le demande.
Synthèse : je suis favorable à ce que l'indication d'aide soit parlée et décidée en l'absence de l'enseignant dans une réunion de synthèse qui ensuite fait une proposition d'aide écrite à l'enseignant demandeur.
Cette proposition indique le type d'aide proposé et le responsable de cette aide que la famille doit contacter. Plus tard, après les séances préalables, un projet sera donné à l'enseignant indiquant les modalités et les pistes initiales de travail.
Un cahier de synthèse tient le registre des décisions, il ne contient pas les hypothèses et les observations des membres du réseau. Il sert aux membres du réseau pour gérer le tableau de bord et le bilan. Je tiens mon cahier personnel dans lequel j'écris ce que je veux, je ne le partage avec personne, surtout pas avec l'IEN.
Si les enseignants veulent donner à leur directeur la liste des élèves de leur classe pris en charge c'est leur choix mais nous nous devons de les mettre en garde sur l'illégalité à conserver un tel document.

L'attitude des IEN envers les réseaux est souvent favorisée par le fait que les réseaux ne définissent pas assez leur fonctionnement institutionnel. (J'ai écrit un petit texte sur "les réseaux étaient fermés de l'intérieur" sur ce site) Si on se trouve face à un IEN s'inscrivant dans le contrôle, à nous d'affirmer un projet de réseau cohérent et de mettre en avant le travail de la demande qui est inscrit dans les textes. S'il refuse d'appliquer la loi qui oblige l'enseignant à d'abord tenter une aide dans la classe alors il faut laisser Caligula écrire le projet et le laisser à ses contradictions. En général ce genre de personnage n'osera pas écrire un projet de réseau en contradiction avec les textes en vigueur. S'il le fait franchement vous avez affaire à un beau cas et ça peut être intéressant de rester dans sa circonscription comme expérience pour voir mais à mon avis il vaut mieux alors demander le mouvement !
Une fois de plus c'est souvent la confusion des uns qui nourrit la confusion des autres.
Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin »

D'accord avec cette réponse très circonstanciée de Patrick. À la réflexion, je voulais d'ailleurs revenir sur mon message précédent pour opérer un tel tri dans les anomalies mises en avant par laplume13 sans suffisamment de précisions.

Il est vrai qu'on ne peut commencer à se rebeller à bon droit que si l'on a d'abord balayé devant sa porte et défini rigoureusement ce que l'on veut défendre, qui doit être à la fois professionnellement légitime et conforme aux réglementations (sauf, en ce qui concerne ce dernier point, à passer à un niveau très supérieur de contestation !).
Cordialement,
Daniel Calin
laplume
Visiteur
Visiteur
Messages : 1
Enregistré le : 13 févr. 2006 18:41

Message par laplume »

Merci à vous Patrick et Daniel
Vos réponses m' apportent quelques éléments qui me réconfortent ! Mon IEN désire me rencontrer pour avoir des éléments sur le fonctionnement de notre réseau (le 3 mars), date fixée avant notre réponse. J'espère une discussion constructive. Je vous tiendrai au courant.

Cordialement
laplume13

Message par laplume13 »

Je désire vous apporter le plus de précisions possible afin d'avoir des conseils avant mon entretien (outre ceux qui m'ont déjà été donnés) :

Voici les faits chronologiquement :

1) 3 réunons avec les 3 RASED de la circo : (3 RASED dont celui où je suis : un maître E en formation, une maîtresse E qui se présentera en candidate libre, moi même (G), poste du psy non pourvu)

1ère réunion : l'IEN nous dit <<vous devez afficher vos emplois du temps dans les écoles où vous travaillez.>> .... <<vous anticipez les PC du 1er trimestre lors des dernières synthèses>>
Pas de réaction ... effet de surprise ???

2ème réunion : En présence de l'IEN AIS qui déclare <<sortir un enfant de sa classe , c'est grave>>
L'IEN de circo déclare <<Les aides doivent commencer très rapidement, 10 jours après la rentrée>>
Pas de réaction...

2) Lors d'une réunion de directeurs, l' IEN précise à ces derniers sans que nous ayons été informés auparavant (mis à part ce que j'ai évoqué plus haut) les éléments suivants : (J'en prends connaissance car 1 des directeurs établit un compte rendu écrit dont il informe les enseignants) :

- <<Dans les 10 jours après la rentrée, le RASED doit être opérationnel avec un emploi du temps ; les dernières synthèses et conseils de cycle de fin d'année servent à définir l'emploi du temps de l'année suivante ; les aides se poursuivent jusqu'au 30 juin>> ...

<<Un double de la fiche de demande d'aide est donné aux directeurs>>

<<Un projet d'aide spé doit contenir ce qui est fait dans la classe par le maître, ce qui est fait en commun, ce qui est fait en regroupement d'aide ; il faut construire l'évaluation dès le départ>>

Lors d'un entretien avec la collègue E il lui demande de remettre un double du projet à l' enseignant.

<<Dans le cahier journal des enseignants doivent figurer les fiches de synthèses avec le RASED... Les directeurs doivent conserver dans une pochette le suivi des élèves + le double des réunions de synthèses que le RASED doit leur communiquer>>

Suite dans le message suivant.
Invité

Message par Invité »

Suite

Le 06/02 arrive dans les écoles le message suivant :

1) mail aux directeurs :
M. le d ...
Je vous adresse ce rappel concernant l'emploi du temps des personnels du RASED. Il indique notamment que les maître E et G assurent le même nombre d' heures hebdo que leurs collègues... Merci de remettre ce courrier aux enseignants spé du RASED de votre école.

2) Lettre adressée aux ens spé S/C des direct, les conseillers péda, le coordo REP, la secrét CCPE pour info.

<<La lecture de 3 emplois du temps d'ens spé du RASED de la circo de ... me conduit à rappeler l'org de votre temps de service.>>
(En tout il y a environ 12 personnes, je pense)

<<La circ de 2002 rapelle que maîtres E et G assurent le même nbre d'h hebdo que leurs collègues ... Je vous demande donc d'établir votre emploi de temps sur 9 demi-journées .>>
(ce que nous faisons sur notre réseau )

<<La réunion de synth de réseau est inscrite dans votre temps de service. Elle ne peut se dérouler hors temps scol ... Ne pas la placer le samedi afin que la psy puisse y participer>>
(notre réunion est inscrite le samedi matin (2h) associée à la 27ème h.
De fait nous la faisons le vendredi entre 11h45 et 13h45 ; nous commençons à 14h)

<<Les rencontres avec les parents, hors équipes éduc, ... ne figurent pas dans votre emploi du temps.
En dehors des 36h par an consacrées à conf, conseils de cycles ... , vous devez assurer des aides spé le samedi matin.>>

Voilà les faits. Pour ce qui est de notre réseau, nous avons toujours fait notre travail (et bien plus, avec à ce jour une quarantaine d'h sup en synthèses avec les enseig notamment )
Nous avons été très choqués par le fond et la forme, par les sous entendus... Nous avons donné un double de notre réponse pour info aux directeurs en demandant qu'elle soit communiquée aux enseignants dans les même conditions qu'a été portée à leur connaissance ou non le courrier de l' IEN (parfois affiché dans la salle des maîtres, parfois dans la chemise du courrier, parfois remise en main propre)

Merci par avance pour l'attention que vous porterez à ce message !
Nous nous sentons un peu seuls et désarmés devant une telle stigmatisation bien négative et injustifiée à notre égard, il nous semble !
Je pourrais adresser un double de notre lettre en privé si vous m'en faites la demande.

Bien cordialement
patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Message par patrick »

Comme élément de réponse à votre IEN ce qui me semble être foireux d'entrée c'est le projet de réseau au niveau de la circo.
Votre formulation "les 3 réseaux de la circo " vous fait d'entrée partir sur une fausse route. Il y a UN réseau de circo, ce réseau décide dans son projet de sectoriser le territoire en 3, mais il reste LE réseau de la circo, maître de cette sectorisation qu'il peut modifier tous les ans. D'entrée ce débat-là n'a visiblement pas eu lieu chez vous. Vous êtes partis chacun comme si vous étiez un réseau, ce qui est faux et pas conforme aux textes. Si vous laissez l'IEN faire la sectorisation il est normal qu'il continue à se croire chez lui, chez vous. Lui, il est clair, pas de réseau mais des maîtres spé au service des directeurs. C'est pour cela qu'il est cohérent et qu'il met le directeur au centre du travail réseau.
En réunion de réseau, l'IEN souhaite une sectorisation et la demande, vous n'êtes pas d'accord mais vous vous pliez à sa demande : il sait au moins votre position institutionnelle. Et vous vous retrouvez sectorisés par l'IEN mais vous pouvez face au directeur, réclamer votre dépendance institutionnelle au réseau de circo. Si le directeur profite du pouvoir abusif que lui donne l'IEN alors il en est responsable personnellement et l'assume face à vous. Mais vous vous êtes clair : vous subissez une situation et vos collègues en profitent, chacun se regarde le soir dans sa glace.
Une fois de plus si c'est l'IEN qui fait le projet on ne peut pas l'en empêcher, on lui fait remarquer qu'un autre fonctionnement institutionnel est inscrit encore dans les textes. Que ce fonctionnement donne tout son sens à notre travail, que sans ce cadre institutionnel effectivement tout le reste de notre pratique n'a pas de cadre mais des petites règles au jour le jour en fonction des événements. Et si nous n'arrivons pas nous à nous inscrire dans un ordre institutionnel je ne vois pas comment on va pouvoir aider des enfants à le faire.
L'occupation du territoire ça les mauvais élèves savent mieux le faire que quiconque et ils n'ont pas besoin d'enseignants spé en occupation de territoire pour l'apprendre.
A votre place j'argumenterais sur l'absence de psy dans votre secteur pour que vous rejoignez un secteur avec un psy, ainsi vous cassez sa logique, s'il refuse vous réclamez des réunions de réseau "plénières" au moins une fois par mois, et vous inscrivez votre projet de secteur dans un projet de réseau écrit par tous. S'il refuse ce projet de réseau de circo vous n'écrivez pas de projet de secteur. Facile à dire sur ton ordi bien au chaud !!
patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Message par patrick »

Je suis habitué sur ce site à ne pas avoir de réponse quand j'insiste lourdement sur la dimension institutionnelle de notre travail !!
Je ne pense pas que cela soit un hasard mais bien une insuffisance de nos formations et de nos recherches, les rééducateurs perçoivent souvent ces contraintes comme bureaucratiques, instrument de contrôle de l'admistration, ou lourdeurs empêchant la relation "directe" avec l'enfant.
Je pense au contraire que l'institutionnalisation de nos prises en charge est fondamentale et déterminante quant aux objectifs poursuivis. Le RASED s'est construit après le GAPP en mettant en avant le travail de la demande. La difficulté n'était plus que du côté de l'élève mais dans la prise en compte de sa relation avec le maître. Les propositions des rumeurs sur le maître supplémentaire ou les positions de l'IEN dont il est question plus haut sont régressives, rétrogrades et reviennent sur les positions du GAPP. Là effectivement, pas besoin d'institutionnalisation de l'aide puisqu'il ne s'agit que de réparer une fonction, repérer comme en panne. Il n'est alors pas besoin de positionner institutionnellement les partenaires, ils sont positionnés : réparateur, réparé.
Un IEN qui ne positionne pas ses membres du réseau comme acteurs d'un projet de circo mais comme instrument mis à disposition des équipes pédagogiques ne permet pas à ses enseignants de penser ses élèves en difficulté, au contraire il les conforte dans leur position de maîtrise et du tout pédagogique. Tout le travail du RASED qui consiste à amener de l'extériorité dans un système trop plein de certitude est détruit.
Sortir un élève de la classe est effectivement un acte important, qui ne peut pas se faire sans un cadre institutionnel précis. L'école est obligatoire, mais tout ce qui sort du registre scolaire classique doit être légal, structuré, argumenté. Une prise en charge précoce en début d'année se basant sur des observations de l'an passé est illégale (elle sous entend que des archives du RASED gardent les infos d'une année sur l'autre), elle ne prend pas en compte la structure scolaire (le maître a changé et sa perception de cet élève n'est pas la même que celle du maître de l'an dernier). La seule argumentation d'une telle prise en charge précoce se situe dans une conception très restrictive de la difficulté scolaire, un tel sectarisme dogmatique doit être explicite et un projet de réseau doit argumenter une telle attitude. (Une telle conception ne peut à mon avis se retrouver que dans une démarche marchande, mais un projet laïque ne peut faire du clientélisme pour une chapelle sectaire)
isabelle

Message par isabelle »

Décidement, les rééducateurs victimes pleurent beaucoup. Je ne pense pas cette attitude très positive pour des personnes qui se proposent d'aider.
Oui être fonctionnaire et ne pas avoir un rapport de clientèle avec les enfants est un choix intéressant qui nous permet de travailler de façon très particulière et dans des conditions que beaucoup doivent nous envier.
Cette grande liberté, ces conditions privilégiées nous obligent à faire avec les contraintes institutionnelles. Mais je trouve que si nous n'avons pas nous-mêmes une aptitude au changement et si nous nous vivons comme des fonctionnaires rond de cuir immuables, je ne comprends pas comment on peut proposer à des enfants de changer dans leurs habitudes.
Nous devons au contraire utiliser notre statut de fonctionnaire comme un instrument de liberté et préserver une relation à l'enfant au-delà des évolutions de la société, des modes et des politiques.
Je trouve que nous nous montrons sous un angle qui prête le flanc aux crtiques des libéraux ; les enseignants ne sont pas ces personnels uniquement soucieux de leurs acquis qu'ils veulent bien croire.
Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian »

Bonsoir Isabelle,

Je pensais ne pas intervenir sur le forum G, ne m'estimant pas compétent.
Je le fais en endossant mon statut de "modérateur".
Il me semble justement que la richesse des échanges qui viennent d'avoir lieu dans ce fil est tout à l'honneur de personnels qui essaient de penser leur pratique de manière institutionnelle, appliquant à eux-mêmes ce que François Dubet considère comme le propre du travail institutionnel, c'est-à-dire "le travail sur autrui" (voir Le déclin de l'institution, 2002).
Ce ne sont pas quelques considérations sur la charge de travail, les horaires ou l'incompétence de certains IEN qui peuvent effacer cette richesse-là.
Un peu de bienveillance, que diable !
Cordialement,
Pascal Ourghanlian
laplume13

Message par laplume13 »

Isabelle

1) Sur le fond de ton message

Je ne pleure pas et ne me sens pas victime . C'est la spécificité des enseignants spé qui est en cause ici du fait de la toute puissance de certains et de leur méconnaissance de notre travail. Il est très difficile de travailler sereinement quand on se sent injustement stigmatisé par ceux qui pensent que nous sommes privilégiés alors qu'à mon sens nous ne le sommes pas du tout. Au nom de ces prétendus privilèges, nous devrions être plus qu'exemplaires, muets, acceptant tout sans broncher, ne pas la ramener, avoir la <<positive attitude>> !!!! Tel n'est pas mon point de vue !
L'aptitude au changement n'est pas l'aptitude à l'acceptation de n'importe quelle modalité de travail !!!
Comment préserver notre travail et l'exercer correctement si l'institution
ne nous reconnaît pas !!!
Enfin je ne me sens pas au-dessus des critiques de certains. J'aspire simplement à ne pas devoir les encaisser sans réagir, à les accepter si elles sont fondées et à les rejeter si elles sont injustifiées !

2) Sur la forme
J'ai perçu un ton un peu moralisateur sans beaucoup d'empathie ! Mais peut-être me suis-je trompée !

Rééducateurement vôtre...
laplume13

Message par laplume13 »

Merci Pascal pour ton intervention.
Cordialement
laplume13

Message par laplume13 »

bonjour Patrick

En relisant les échanges, je me rends compte que je n'ai pas répondu à tes 2 derniers messages !
je m'en excuse d'autant que j'adhère pleinement à ce qui y est dit et que cela me permet de structurer mes arguments pour la discussion à venir, ce dont je te remercie !
C'est bien de l'institution de l'aide spé dont il s'agit en effet ! Face à une telle position de l'IEN, si elle devait se confirmer, je ne vois qu'une seule solution : le départ... !

Je voudrais aussi rajouter que, pour ma part, je ne me sens nullement coupable d'aborder aussi les problèmes matériels... Je sens bien que cela gêne parfois comme si nous étions des privilégiés et qu'il faille ne pas trop la ramener sur certains aspects...
J'ai enseigné en classe ordinaire, en CLIS, en tant que maître E, et depuis 5 ans comme maître G, et cette dernière fonction est pour moi la plus difficile ! Je ne me sens pas privilégiée du tout surtout dans le contexte actuel de ma circo mais aussi des textes qui sortent depuis quelque temps et que je ressens à tort ou à raison comme la mise au placard avant l'estocade finale !

C'est vrai que continuer à travailler dans les RASED dans ces conditions
me paraît aller à l'encontre de nos missions même ! Jusqu'où reprendre à notre compte les courants qui inspirent les textes ??? Comment institutionnaliser dans un environnement qui va à l'encontre de nos missions et qui nie notre approche des élèves en difficulté tout en nous laissant vivre ??? Politique ô combien perfide !!!!
Certes les RASED continuent d'exister pour l' instant, mais à quel prix !

Il nous faudrait donc être irréprochables face aux demandes institutionnelles ! C'est un peu présomptueux pour moi !

Je ne pense pas être pessimiste mais simplement réaliste au vu de ce qui se passe !!!
L'analyse de la difficulté scolaire me semble sur une pente bien étroite et je me sens de plus en plus <<esquichée>> comme on dit à Marseille !!!

Cordialement
laplume13

Message par laplume13 »

A ceux que ces échanges intéressent , je communique la suite des événements :

Suite à notre lettre, notre IEN nous répond entre autre ceci :

<<je renouvelle ma commande de ne pas fixer la réunion de synthèse le samedi matin, car le poste de psy scol sur votre commune est, certes, vacant mais il reste ouvert .>>

.........Ok sur l'interdiction de la déplacer entre 11h45 et 13h45 , mais peut-on nous l'imposer hors du samedi matin ? L'argument de la présence du psy ne tient pas car pas de psy dans notre secteur !

<<J'ai déjà demandé au RASED d'avoir un emploi du temps établi au plus tard 10 jours après la rentrée et jusqu'à la fin de l'année scolaire. Un délai plus long pour mettre en place des aides spé ou des actions de prévention au profit des élèves n'a aucune justification pédagogique et, ne s'appuie, là encore que sur l'usage.>>
.........
<<Je vous prie de prendre contact à titre personnel avec le secrétariat de l'inspection afin de fixer un rendez-vous. L'application d'un texte réglementaire ne relève pas d'un débat avec l'ensemble du RASED. Je réserve ce temps pour le travail sur les projets de secteur ou la formation >>
réponse à notre demande d'une réunion avec tout le RASED de la circo.

Merci à ceux qui pourront apporter des éléments à cette discussion.
Répondre