Apprendre ou à laisser

Répondre
clairea
Animateur
Animateur
Messages : 258
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Apprendre ou à laisser

Message par clairea » 19 janv. 2012 21:37

Penser l'autre, c'est notre métier...
Penser l'autre ... mobiliser l'essence de notre psychisme pour laisser s'insinuer dans les méandres de notre conscience les indices des défaillances de l'être, ses silences et ses censures
Penser l'autre, sans complaisance ni morale qui pardonne ou juge,
Penser l'autre sans arme ou science qui évalue ou répare
Et offrir un regard pour remettre en cohérence les éléments épars d'un chemin de vie, un chemin vers le savoir.

Cette pensée portée par les RASED et nous psychologues scolaires au plus près des élèves dans les écoles primaires s'éteint, devenant à l'évidence obsolète ... et condamne l'école à être une entreprise rentable.



Regardant l'école et ses passagers voguer au fil des réformes et des théories définissant le mal d'apprendre des élèves, j'insiste depuis plusieurs années sur la valeur de l'incertitude et les pièges du diagnostic.

Inquiète de l'émergence d'un dyscours (dyslexie dyscalculie, dysgraphie, dysorthographie, dyspraxie..) qui s'insinue dans les couloirs de nos écoles, j'en mesure aujourd'hui hui les conséquences :

Apprendre ou à laisser... c'est la nouvelle logique d'une école qui suffoque sous les contraintes d'un logique politique légitimée par une médicalisation des difficultés d'apprentissage.

Déshumaniser l'apprentissage permet d'en faire un objet capitaliste.

Évaluer, diagnostiquer entraîner réparer rédiger des dossiers administratifs ou médicaux et finalement se rallongent les listes d'attente des centres publics à vocation diagnostique ou thérapeutiques (CMP Sessad IME...).

Extrait d'une Équipe de Suivi de scolarisation : "votre enfant est sur la liste d attente du SESSAD ... oui ... depuis deux ans je sais ... mais nous devons réactualiser le dossier MDPH cette année ... oui une fois encore ... votre enfant ne progressera pas sans une aide thérapeutique ... une AVS ... oui bien sûr cela l'aiderait ... on peut refaire la demande mais vous savez, nous avons de gros problèmes de recrutement"




Apprendre ou à laisser ... plus d'élèves dans les classes .0. diminution des aides spécialisée à l'école.0. et les différences portées en étendards...

Apprendre ou à laisser ... Il y a ceux qui apprennent et ceux qu'on diagnostique ... élève avec tel ou tel handicap ... élève avec ou sans SESSAD, avec ou sans AVS ... mais souvent élève sous liste d'attente.
Apprendre ou à laisser ... effet de dyscours ... où l'école abandonne à la science l'art pédagogique.

Apprendre ou à laisser c est une logique pragmatique, économique et dramatique...

Dont les perdant seront les enfants et plus particulièrement ceux dont les familles ne pourront se mobiliser pour payer les soins nécessaires.


La logique de l'objectivation du sujet apprenant qui suppose que toutes difficultés soient le résultats d'un dysfonctionnement dans la mécanique psychique... implique qu'au chevet de ce dernier soient mobilisés des spécialistes.
On étalonne et on ausculte on diagnostique et on statistique ... le calibrage de l'objet apprenant supporte un certain écart type... et quand l'écart est dépassé, l'école se pense impuissante et en appelle aux aides extérieures qui se monnayent avec ou sans remboursement des mutuelles.

Les enfants en difficulté ponctuelle ou persistante d'apprentissages sont ainsi souvent sur liste d'attente des services de soins gratuits (CMP SESSAD...) ou pris en charge par un thérapeute extérieur pour les familles les plus aisées. Que reste-t il des idéaux d'égalité de l'école publique quand cette dernière ne répond plus aux besoins de ces élèves et délègue les accompagnements au secteur privé ?

L'école a abandonné aux spécialistes, parce qu'elle ne se pensait plus compétente, aveuglée par un dyscours médicalisant le non apprenant, les élèves en difficultés.

Pourtant, il est extrêmement rare et heureusement qu'une difficulté fonctionnelle, neurologique entrave véritablement l'accès au savoir... la plupart des difficultés des élèves réside dans leur rapport même au savoir et à la situation d'apprentissage.

Comment a-t-on pu oublier que le savoir n'est qu'un appendice de l'autre, un objet à posséder et qui bien souvent échappe tant il se révèle toujours à saisir dans l'autre ?

Apprendre dans l'enfance n'est pas si différent de nos studieuses expériences d'adulte...
Apprendre est l'enjeu de cette relation si particulière à cet autre, le maître nommé par le philosophe, pourvu de cet objet mystérieux un savoir...
Cet autre dont l'élève guette un regard le validant comme apte à recevoir.
Cet autre dont la bienveillance et l'exigence fera naître le désir de s'approprier l'objet savoir.

Si Apprendre au sens étymologique revient à prendre, cela vaut aussi au sens affectif... cela ne peut se penser sans poser la question de la relation à l'autre, cela ne peut se penser sans psychologie et pédagogie.


Bien sûr, bon nombre de ces spécialistes (orthophonistes, psychomotriciens, ergothérapeutes), au-delà de leur spécialisation, ont une sensibilité particulière à la souffrance de l'enfant et apportent bien plus qu'une simple action chirurgicale. En vérité, ils sont tous un peu psychologues et pédagogues, car ils offrent cet espace relationnel bienveillant et exigeant qui conditionne tout apprentissage. Ce n'est pas leur pratique que je condamne mais la logique théorique qui la justifie et qui externalise et médicalise une aide que l'école devait apporter pour 98 % d'une cohorte d'enfants.

Dégrader les conditions matérielles et relationnelles de cette relation pédagogique du maître à l'élève, c'est aussi favoriser l'émergence de l'échec scolaire.
Externaliser les aides revient à creuser le lit des inégalités sociales et condamner certains élèves à être en attente …

Comme beaucoup, j'ai craint la mise en place de la MDPH pour sa logique nosographique et compensatoire. Les idéaux qui ont motivé sa création étaient légitimes mais si peu réalistes, si peu en adéquation avec la logique mouvante de la psychopathologie infantile.
Aujourd'hui, la MDPH s'étouffe dans son propre oxygène. Elle devait offrir à tous des droits aux soins mais elle ne fait que prolonger les listes d'attente et les lassitudes.
Les CMP et les SESSAD qui devraient être des relais thérapeutiques gratuits sont saturés faute de moyens financiers et ne peuvent plus répondre aux besoins.

Une attente de 6 mois parfois 3 ans dans la vie d'un élève en souffrance pour un accès à des soins revient à condamner ce dernier à un échec scolaire et à un parcours de vie compliqué.

Alors il reste cet indigne logique économique de ces familles qui pourront offrir le soin nécessaire et de celles qui ne pourront pas et porteront la fatalité de cette liste d'attente comme une des dernières injustices.


Apprendre ou à laisser, c'est le drame contemporain de l'éducation nationale.
Modifié en dernier par clairea le 21 janv. 2012 16:18, modifié 2 fois.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: apprendre ou à laisser.

Message par Pascal Ourghanlian » 19 janv. 2012 22:42

Merci Claire, pour ce beau texte - dont je sais combien vous auriez préféré qu'il le fut moins, et surtout moins vrai :cry:
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

virgule
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 15
Enregistré le : 09 oct. 2008 20:16

Re: apprendre ou à laisser.

Message par virgule » 20 janv. 2012 07:26

Magnifiquement écrit, "désolamment" vrai... Merci

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 258
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Re: apprendre ou à laisser.

Message par clairea » 20 janv. 2012 08:07

C'est un texte écrit il y a quelques jours avec tristesse et posté hier soir avec colère car je venais d'apprendre la fermeture des postes G dans mon département.

Si Daniel le souhaite, ce texte peut être mis dans mes publications.

Je pense reprendre la plume un peu comme un exutoire.

Je dépose ici également une pensée pour ces enseignants qui ont aimé leur métier et qui le voient nié en un simple budget.

Isabelle Psy
Visiteur
Visiteur
Messages : 9
Enregistré le : 31 mai 2008 16:13

Re: Apprendre ou à laisser

Message par Isabelle Psy » 18 févr. 2012 12:25

Hier, réunion avec l'IEN !

Hier, un moment de chavirement pendant la réunion.

Que vont-ils tous devenir ? les maîtres G, les maîtres E, les réseaux d'aide ?

Quelle angoisse de devoir être validé pour ce qu'on sait déjà faire et qui a déjà été validé ! Passer devant une commission garante de bonnes pratiques supposées au cours d'un entretien qui attribuera des postes à profil.... Les G/TC... vont être "nommés à" alors qu'ils étaient pleins de la richesse de l’exercice d'un métier !

Ce sont nos collègues et ils sont mis devant" le choix de Sophie" ! Il n'y a plus que de mauvaises réponses !

Que vont-ils tous devenir ? les enfants et leurs familles ?

Plus de lieu où se loger, dans l'école, si ça ne va pas. La classe seulement ou presque.

Un psychologue scolaire dont les missions vont changer, deux maîtres G qui ne pourront travailler dans les conditions minimales requises pour leur exercice, des maîtres E transformés et enfermés. Choix drastique de certaines écoles au détriment des autres....

Qu'allons-nous devenir si nous devons penser seuls ? Risque de dérive.... il n'y a qu'à voir ce qui se passe pour les médecins scolaires !

Merci Claire pour ton beau texte, l'esprit de notre conviction continue de souffler mais pourvu qu'il ne s’essouffle pas !

Écouter et écrire restent des possibles ! Lire le texte de Pineda sur ce site également, pour continuer de penser !
Isabelle psy

Schiltz Luc
Visiteur
Visiteur
Messages : 9
Enregistré le : 26 août 2011 11:36

Re: Apprendre ou à laisser

Message par Schiltz Luc » 18 févr. 2012 17:12

Merci pour ce texte émouvant qui nous donne des arguments pour continuer à défendre nos convictions.

Répondre