Bouteille à la mer !

Répondre
anne58
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 11 juin 2008 21:37

Bouteille à la mer !

Message par anne58 » 15 nov. 2008 10:48

Quel silence autour des psychologues scolaires ! Depuis que Dark-vador-cos a dit qu'il ne nous supprimait pas... nous retenons notre souffle ?... Crainte que notre tour vienne à la prochaine charrette ? Malaise au sein des RASED, comment continuer à travailler ensemble, en tissage et maillage bien serré quand des maillons importants sont fragilisés ?
Faut-il commencer à apprendre à travailler seul ?
Y a-t-il quelqu'un qui lit ce message ???
anne58

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: bouteille à la mer!

Message par Pascal Ourghanlian » 15 nov. 2008 11:22

Tous les messages sont lus, Anne !... N'oubliez pas la "veille informatique" :lol:

Je suis certain que Claire, malgré son éloignement provisoire, va se faire un plaisir de vous répondre. :wink:
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

mf desprez
Visiteur
Visiteur
Messages : 1
Enregistré le : 19 oct. 2008 22:16

Re: bouteille à la mer!

Message par mf desprez » 15 nov. 2008 11:52

Oui c'est vrai. Le risque de division est grand au sein des RASED entre ceux qui sont dans la charrette et ceux qui retiennent leur souffle. Il me semble pourtant que simplement se rapprocher des collectifs (RASED en lutte par exemple), des syndicats ou des associations peut aider à rompre l'isolement, d'autant que les attaques du service public sont nombreuses et que nos collègues de maternelle (les TPS mais aussi bientôt les PS et les MS) ont besoin aussi de renfort.
La manif du 20 novembre sera aussi l'occasion de tisser des liens, de créer un ... réseau.
Courage, on va peut-être gagner !
Mf

anne58
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 11 juin 2008 21:37

Re: bouteille à la mer!

Message par anne58 » 15 nov. 2008 13:12

Merci à vous, il est bon de lire les impressions d'autres professionnels qui doutent et espèrent cependant, ça redonne du pep !..
anne58

Danièle
Visiteur
Visiteur
Messages : 9
Enregistré le : 14 sept. 2008 19:21

Re: Bouteille à la mer !

Message par Danièle » 15 nov. 2008 22:21

Je comprends votre désarroi, Anne. Il est difficile de s'exprimer de manière très construite (d'où le silence) tant nous sommes soumis à de multiples contraintes, parfois contradictoires.
Tout d'abord, pour les élèves, nous devons continuer à travailler, dans la durée, sans savoir si nous serons "dans la charette" ou pas, et nous devrons éventuellement réévaluer la durée de notre action auprès des élèves lors de la parution du mouvement. Nous devons aussi travailler alors que notre identité professionnelle est niée. Nous devons donc lutter collectivement pour survivre.
En même temps, nous devons nous préserver individuellement, et envisager un éventuel repositionnement professionnel qui concilie notre conception personnelle de notre identité professionnelle et les contraintes qui nous seront sans doute imposées. Nous serons éventuellement, lors d'éventuelles réaffectations, les uns en concurrence avec les autres.
Enfin, nous devons nous économiser, car ce petit jeu risque de durer trois ans, et nous aurons aussi d'autres combats à mener (maternelle, statut, paritarisme...) Est-ce vraiment vivable ?
J'espère vous avoir éclairée, cordialement,

anne58
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 11 juin 2008 21:37

Re: Bouteille à la mer !

Message par anne58 » 17 nov. 2008 23:10

Oui Daniele, désarroi est bien le mot, tant ce bon vieux travail d'équipe, malgré ses heurts internes inévitables , semblait un acquis ancré....quasi intouchable!...(depuis le temps!) et puis pif paf!
Mais en effet les mouvements d'opposition à la décision semblent se démultiplier ces dernières heures: à suivre donc ....avec passion!
Cordialement et merci encore!

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 258
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Re: Bouteille à la mer !

Message par clairea » 18 nov. 2008 10:20

Bonjour,

Voilà plusieurs jours que j'envisage de reprendre ma plume mais je ne savais à vrai dire comment aborder le contexte actuel sans que ma colère n'envahisse ces lignes... (au passage je remercie Daniel Calin pour son texte 'pour les rased' dont la lecture a été jouissive)

La distance, regarder sereinement l'autre dans chacun de ses contours, sans baisser les yeux, même quand celui qui est en face de moi se fait menaçant, c'est mon outil principal, distance et analyse de soi pour comprendre l'autre ... mais voilà depuis plusieurs jours une colère sourde me gagne malgré mes efforts pour penser.

De division dans les Rased, je n'y crois pas, elle n'adviendra que dans les équipes déjà fragilisées par de vieux conflits... les équipes qui travaillaient ensembles ne se diviseront pas ... car elles sont portées par le même idéal, la même éthique...

Les psychologues ne sont pas dupes, en annonçant la fin des rased, c'est tout un discours sur la souffrance des enfants, des familles et des enseignants qu'on bâillonne.
Regardons autour nous, l'attaque est générale, elle touche tout ce qui peut s'éloigner d'une pensée sécuritaire de toute puissance ... ne vous inquiétez pas, on évalue ... on soigne ... on maîtrise...
Et quand par mégarde, un réel s'impose aux yeux de tous, dans un passage à l'acte violent et destructeur, on convoque alors en urgence un groupe qui devra répondre quitte à créer des pansements délirants...
Mais si la logique commune supposait que, ne se suicide que celui qui a l'infortune d'avoir le gène défaillant, alors inutile d'essayer d'entendre sa souffrance ... inutile de penser ... enfermons les criminels potentiels et droguons les dépressifs ...

Chaque membre du RASED était garant d'un espace, accessible gratuitement et souvent rapidement, à cette souffrance... Un espace d'écoute, de bienveillance et d'accompagnement pour chacun sans autre contrainte que notre difficulté à répondre à tous.

Évidement, nous n'étions pas toujours remédiant, parfois seulement mais nous étions là ensemble pour entendre ce qui se tait d'ordinaire...

La disparition des RASED répond à une logique économique, certes mais aussi à une logique idéologique qui rend obsolète, dérisoire toute tentative de créer du lien social...

Le psychologue est directement touché par cette réforme...
Touché humainement car comment ne pas ressentir l'injustice faite à ses collègues dont l'investissement et l'identité professionnelle sont balayés par une logique réductrice de maitrise...

Plus encore, injustice cruelle faite à chacune de ces familles et enfants que nous connaissions et que nous accompagnions ensemble... Nous savons bien que beaucoup n'iront pas vers des services extérieurs loin ou couteux... mais peut être apprendra t on un jour qu'il existe un gène de l'échec scolaire...

Touché professionnellement, car nos missions ne resterons pas en l'état en l'absence du RASED et souvenez vous de l'attaque récente du SPEL reprise si aisément par certains... Alors charrette ou hangar, nous aussi psychologues nous sommes directement concernés par cette réforme... Nous ne sommes pas dupes.

Touché dans notre éthique, j'envisage difficilement un psychologue à rang égal d'un médecin, comme super-spécialiste qui, de son seul regard, prétendrait gérer les situations complexes et douloureuses qui émergent dans les écoles...

Alors, quel combat menons-nous finalement ?

Ce n'est pas un combat pour nos identités professionnelles ou nos salaires... ce serait déjà important mais cela va au-delà, et c'est en cela qu'il ne peut y avoir de division nouvelle dans les Rased et peut être entre tous ceux qui s'intéressent aux enfants en souffrance... Nous menons un combat pour le droit à une différence, le droit à un symptôme et le droit à une écoute de ce symptôme dans un espace laïque publique et gratuit...

Réussite de tous les élèves, oui réussite de chacun à son rythme avec des aides accessibles quand cela sera nécessaire, aide pour Kévin dont le père vient de mourir tragiquement dans un accident, pour Laura dont les parents divorcent bruyamment, pour Marwan qui aborde ce cours préparatoire avec encore un grand besoin de jouer, pour Leïla dont le trouble dyslexique annihile toute estime de soi en tant qu'élève, de chacun dont l'histoire ne sera pas un long fleuve tranquille...

Alors si ma colère transparait dans ces lignes, veuillez m en excuser, elle n'est que porté par l'inquiétude de laisser un enfant seul avec son silence... Cela ne serait pas tolérable !

anne58
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 11 juin 2008 21:37

Re: Bouteille à la mer !

Message par anne58 » 20 nov. 2008 07:27

Py scolère vaut vieux qu'anesthésie ! merci Claire !

anne58
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 11 juin 2008 21:37

Re: Bouteille à la mer !

Message par anne58 » 20 nov. 2008 07:29

Je reprends, psy scolère vaut mieux qu'anesthésie ! ...mais le mot "vieux" apparu va bien m'occuper !

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 258
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Re: Bouteille à la mer !

Message par clairea » 20 nov. 2008 11:01

Bonjour,

Vous vouliez juste illustrer une formation inconsciente ;)

Je vais aller voir si je ne peux pas trouver des lapsus chez nos hommes politiques :)

Je pense que cela serait savoureux ;)

Clairea

séverineb
Visiteur
Visiteur
Messages : 7
Enregistré le : 26 mars 2008 17:39

Re: Bouteille à la mer !

Message par séverineb » 21 nov. 2008 23:03

Bonjour,
Non je ne crois pas que les psys soient indifférents ou silencieux.
La disparition des RASED n'est pas qu'un simple tour de passe-passe pour faire quelques économies...
Quel travail avec les familles et les enfants sans un relais avec nos collègues spécialisés ? Sans cet espace proposé par les RASED, quelles seront nos missions ? Des bilans, des orientations et des dossiers pour la MDPH en tant qu'expert ? J'espère que notre rôle ne se cantonnera pas uniquement en une visée diagnostique.
Entendre une souffrance, mettre du sens, aider à penser, comprendre un symptôme ne serait-il alors plus possible à l'école ? L'individu serait-il à ce point aussi dénié ? Cela voudrait dire que les enfants qui arrivent à l'école devraient tous rentrer dans un moule, asymptômatique et formaté sans pouvoir discuter de la différence...
Alors oui, j'emploie encore le conditionnel. Non je ne veux pas que les RASED disparaissent. Non plus que mes collègues autant investis soient balayés avec autant de mépris et d'arrogance.
Au jour le jour, nous rencontrons les parents, délégués des parents et élus ; nous faisons passer la pétition et signer la motion aux conseils d'école... Nous souhaitons avoir le soutien de notre inspecteur qui n'a pas encore évoqué cette future charrette avec les principaux concernés...
Voilà, refuser la disparition des RASED, c'est aussi refuser une société dont les sujets ne seraient que pantins, vides de sens et de vitalité.

Répondre