Problème de segmentation

Problèmes généraux (psychologues scolaires, option E, option G).
Répondre
Dominique Douay
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 12 oct. 2005 22:22

Problème de segmentation

Message par Dominique Douay » 27 mai 2006 15:10

J'ai un élève qui relève des apprentissages ordinaires, il a déjà fait deux CP, est inscrit au CE1 mais retravaille le matin au CP pour les séances de lecture. En début d'année, j'ai retravaillé la numération positionnelle (à partir de la construction du tableau à double entrée des nombres, de jeu de bataille navale...) avec lui et deux camarades, les deux autres ont désormais compris, lui n'arrive toujours pas à fixer les noms des nombres au-delà de 39. En production d'écrits, il a des difficultés pour retrouver les syllabes à écrire. Il n'arrive pas à segmenter, à prendre chaque syllabe l'une après l'autre. Les mots du lexique initial sont écrits de façon globale. C'est un élève volontaire, mais je n'ai pas encore réussi à trouver les activités qui lui permettraient de travailler la segmentation afin qu'il puisse ensuite accéder à la numération positionnelle et à la combinatoire. Quelqu'un a-t-il déjà eu un problème semblable ? Je n'arrive pas à trouver des activités qui me permettraient de l'aider, car il me semble que son problème aussi bien en lecture qu'en mathématiques est lié à ce souci.
D'avance merci.
D.D.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 27 mai 2006 16:24

Bonjour Dominique,

Question préliminaire : que disent le G et le psy du réseau ?

Parce que les "trucs" qui me viennent (syllabes en couleurs en réception, passage par l'ordi' ou l'imprimerie en production) me semblent, dans ce que vous décrivez, être des "trucs" justement. Pas de segmentation (séparation d'avec la maman ?), pas de numération de position (place du papa ?) - cela renvoie trop à une psycho de bazar, qui s'avère parfois assez juste...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Dominique Douay
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 12 oct. 2005 22:22

Message par Dominique Douay » 28 mai 2006 10:33

Merci de la réponse rapide. Dans l'antenne de réseau où je travaille, il n'y a plus de maître G, nous ne sommes que deux, un maître E en formation CAPA-SH et un psychologue scolaire. Lors de la prochaine synthèse, j'essaierai d'en savoir plus par le psychologue qui l'a vu en bilan psychologique l'année dernière. Quant à vos pistes par rapport à la séparation, il est vrai que cet enfant (il a des frères plus âgés et une soeur jumelle) est élevé par sa mère, je ne sais pas s'il a connu son père. Il faudrait peut-être que je me rapproche de maîtres G de la circonscription, pour savoir s'ils peuvent me donner des pistes de travail (je sais qu'ils ne pourront le suivre). Quant à la production d'écrits, j'essaierai d'utiliser des couleurs, mais si la problématique est plus de l'ordre du G, je crains de ne pas être d'un grand secours. Il faudrait plus de postes de maître G, mais ce sont souvent (malheureusement) les premiers à disparaître. D'ailleurs, même les collègues de classe ordinaire du secteur regrettent le manque de maîtres G, ils se rendent compte que de plus en plus d'élèves de cycle 2 ont des difficultés à entrer dans les apprentissages.
D.D.

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 264
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Message par clairea » 28 mai 2006 14:33

Bonjour,


Cet enfant vous évoque une difficulté spécifique si je vous ai bien lu dans le traitement séquentiel de l'information.
La passation du Kabc par la psychologue scolaire pourrait corroborer ou invalider votre hypothèse puisque c'est un test psychométrique qui est basé sur les processus mentaux composites : pensée séquentielle et simultanée.
En revanche, les tests psychométriques étant très chers, il n'est pas certain que votre psychologue possède ce test car le WISC III ou IV est bien plus utilisé.

Néanmoins, je formule deux remarques dont je ne peux faire l'économie :

Si cet élève présente une difficulté 'instrumentale' comme vous le supposez, je pense qu'il serait plus respectueux et économique d'enrichir ses stratégies adaptatives plutôt que rechercher absolument à ce que cet enfant segmente.
L'entrée dans le code écrit peut passer par différents chemins et si la segmentation est une impasse, je vous inviterais plutôt à rechercher un autre chemin plutôt que de chercher des outils pour qu'enfin et péniblement l'enfant arrive à segmenter.

Cette remarque ne vaut que si votre hypothèse d'une difficulté instrumentale est validée par un bilan complet par le psychologue scolaire.

La deuxième remarque va nuancer la question du trouble instrumental et comme le suggère Pascal Ourghanlian, interrogera le désir de cet enfant. Car ce n 'est pas rien d'avoir bénéficié de trois années d'apprentissage du code écrit sans acquisition simple. Cet enfant aurait il quelques bénéfices secondaires à ne pas entrer dans le code ? Quels enjeux psycho-affectifs ?
Les réponses à ce qui résiste trop bien sont souvent dans un ailleurs de l'espace pédagogique strict.

Bon courage

Claire Anatole.

patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Message par patrick » 28 mai 2006 14:45

Cet élève est "volontaire", pourquoi ne pas partir de là?
Bien sùr qu'un RASED complet permet de poser des indications de façon plus appropriée et d'amorcer une réflexion avant de s'engager. De ce point de vue Pascal avait bien ressenti à travers votre message ce manque.
A votre lecture j'ai eu une réaction moins pro, et j'ai réagi plus sur votre position qui ne semblait pas laisser de place au cheminement de recherche personnellle de l'enfant.
La réponse E ou G n'est pas une réponse diagnostique, ce n'est qu'une proposition pour penser la difficulté de l'enfant. Proposition qui doit permettre au maitre, à l'enfant et au membre du réseau de se remettre en activité de penser là où tout nous pousse à mettre des actions bouche trou de l'angoisse: l'élève en construisant des mécanismes de défense classique du mauvais élève, le maitre en tirant des photocopies adéquates, le maitre spécialisé en constituant le groupe d'aide,boite à chaussure idéale(idéale pour son emploi du temps,idéale pour son image dans l'école,c'est pas un fainéant qui ne prend qu'un élève à la fois,idéale pour l'enfant,petit groupepour souffler et réussir...); fonctionnement où tout le monde se rassure comme il peut mais où il ne se passe rien. C'est l'action contre la mise en sens.
En tant que maitre E vous vous devez de vous poser les questions techniques que vous vous posez, mais c'est pour mieux permettre à l'enfant de construire sa propre recherche, pas pour lui proposer une boite à chaussure parfaite dans laquelle il n'aurait plus qu'à rentrer.
Cet élève est volontaire, ça me suffit en tant que maitre E comme piste de travail initiale. Volontiare pour faire quoi? où s'arrete son volontarisme? Mettre en place des exercices qui lui permette de se tester sur son volontarisme.Moi je commencerai par là . A plus j'espère.

Dominique Douay
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 12 oct. 2005 22:22

Message par Dominique Douay » 28 mai 2006 18:58

Vos réponses m'ouvrent des voix auxquelles j'avais pensées, mais sans réussir à les mettre en place actuellement. Etant en préparation de mon CAPA-SH, j'ai suivi les voies "habituelles" tracées par les collègues rencontrés tutrice, conseiller pédagogique, et je ne me suis pas encore aventurée sur d'autres chemins. J'avais d'ailleurs dit à la collègue de la classe, que dès que j'aurai un créneau, j'essaierai de le reprendre seul pour comprendre un peu mieux ce qui le "bloque". Je ne sais pas si cet élève a une difficulté « instrumentale », peut-être que le psychologue pourra m’aider sur ce point (il travaille souvent avec le WISC III ou IV), ce que je sais c'est que je n’ai pas encore réussi à analyser finement comment il fait pour réussir à encoder un mot simple. Pour écrire des nombres, il fait confiance à sa mémoire, et les récite l’un après l’autre en voyant défiler la file numérique, mais il n’a pas réussi à expliquer comment il faisait pour écrire le mot « garçon ». Je crois que c’est là mon problème, je ne prends pas assez de temps pour analyser les stratégies des élèves, il faut dire que je ne me sens pas encore assez formée pour cela. A l’IUFM, certains profs ne parlent que du MEDIAL, d’autres de séances préparatoires où l’enseignant spécialisé prend le temps d’analyser finement les élèves, mais la nouvelle formation, ne nous permet pas d’aller au fond des choses. D’ailleurs, je ne me sens pas du tout à l’aise pour donner par exemple les différentes stratégies mentales possibles pour acquérir la numération positionnelle ou l’entrée dans l’écrit.
Merci pour vos éclairages, et merci à Daniel Câlin de nous offrir cet espace de rencontre qui nous permet de nous sentir moins seul et de nous ouvrir d’autres pistes de réflexion.
D.D.

patrick
Animateur
Animateur
Messages : 166
Enregistré le : 25 mai 2005 22:41

Message par patrick » 28 mai 2006 22:10

Je n'avais pas lu le message de Claire A,elle l'envoyait alors que je tapais le mien!! Je le trouve précis et vous ouvrant des chemins trés intéressants.
En tout cas un enfant ne ressort pas d'un redoublement de CP et d'un CE1 difficile sans se défendre!! Courage pour lui aussi.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 29 mai 2006 07:08

Bonjour,

D'un point de vue "technique" de maître E, mettre à jour les "stratégies" peut passer par l'entretien d'explicitation.

Avez-vous eu une formation dans ce domaine ? Le CAPA-SH ne doit pas être un temps permettant ce genre de "détour", si le CAPSAIS pouvait l'être (on ne passe pas impunément de plus de 900 h de formation à 400 environ).

Si, au plan de formation de votre département (ou de votre académie), l'opportunité d'une formation expérientielle à l'explicitation se présente, n'hésitez pas : les formations du GREX, malheureusement, sont un peu coûteuses.
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Répondre