Effectifs des classes de l'enseignement spécialisé

(option D)
Répondre
Meemi
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 19
Enregistré le : 17 nov. 2006 21:47

Effectifs des classes de l'enseignement spécialisé

Message par Meemi » 09 févr. 2007 21:25

Bonsoir,

Je viens de faire connaissance avec l' E.T.P., joli trompe l'œil qui signifie Equivalent Temps Plein. Conséquence, deux élèves d'I.M.E scolarisés à mi-temps en C.L.I.S. "valent" 1 ETP. L'effectif de la C.L.I.S. peut donc dépasser allègrement les 12 élèves.
Encore une belle façon de réduire le travail des enseignants. Bien entendu, ces deux élèves n'ont pas été clonés avant leur intégration. Ils ont donc DEUX projets individuels, pierre angulaire de feu l'enseignement spécialisé....
Est-ce une nouvelle règle nationale ? :evil:

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 09 févr. 2007 21:56

La circulaire 2002-113 stipule : "L’effectif de ces classes est limité à 12 élèves, mais, dans certains cas (par exemple, troubles graves du développement), l’effectif envisagé doit être très sensiblement inférieur. La CLIS compte pour une classe dans le calcul du nombre de classes de l’école, notamment pour l’attribution des décharges de direction. L’effectif des élèves de CLIS est comptabilisé séparément de l’effectif des autres classes de l’école en ce qui concerne les mesures de carte scolaire".
Cette circulaire a toujours été lue, jusqu'à présent, selon les principes suivants : la CLIS a un effectif, dont le compte est séparé de celui des autres classes, mais plafonné à 12 inscrits et non 12 présents.

Sauf que le texte permet une autre lecture, pour des gestionnaires en mal d'"optimisation" des coûts, du type : 3 intégrations à 1/3 temps égalent 1 intégration à temps plein. Et, dans la logique actuelle de l'intégration à tout va en milieu ordinaire (dont les CLIS), on peut parier sur l'extension de cette lecture...

Tous les IEN ou IEN ASH, loin s'en faut, ne sont pas sur cette logique du remplissage. Mais quels moyens auront-ils de s'opposer à des demandes pressantes de leur hiérarchie ? Sauf "à faire les morts" ?
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

*
Visiteur
Visiteur
Messages : 4
Enregistré le : 27 mai 2006 13:34
Localisation : IDF

Message par * » 26 févr. 2007 09:07

En principe, c'est 12 PPS (pour 12 élèves inscrits) maximum en CLIS, soit 12 "temps pleins" dans l'école déduits des réductions ou partages du temps de scolarisation.

Dans ta CLIS, tu as 13 élèves inscrits et 13 PPS. Un de trop par rapport aux textes officiels.

Pas facile, cependant, d'aller au-delà de protestations formelles : quel élève refuser ?

Ça devient agaçant si on a l'impression que la hiérarchie (l'IEN), quand elle est informée de cette limitation à 12 inscrits en CLIS, compte sur une acceptation tacite de l'enseignant par obligation envers les élèves présents, ou encore sur l'inexpérience d'un jeune enseignant.

Qu'en pensent le psychologue scolaire qui suit ta CLIS, ton référent handicap et ton IEN ?

AVD
Animateur
Animateur
Messages : 112
Enregistré le : 05 févr. 2006 12:48

effectif

Message par AVD » 26 févr. 2007 10:02

Bonjour,

J'ai juste une précision, qui est en même temps une question, à apporter : notre objectif, en CLIS, est bien l'intégration. Qui peut, en début d'année, être partielle et qui peut, en fonction de différents paramètres, évoluer vers une scolarisation en CLIS à temps complet.
Imaginons que nous ayons, dans notre classe, 12 élèves scolarisés à temps partiel : on pourrait donc en ajouter 12 autres pour parvenir à 12 ETP. Imaginons ensuite que ces 24 élèves deviennent scolarisables, en cours d'année, à temps plein.
Avec un effectif qui serait le double de celui prévu à la base et surtout, inscrit dans les textes.
Et dans ce cas, comment ferions-nous ?
Ça reste de la théorie, ça va de soi, mais c'est pour montrer le peu de cohérence et surtout, le manque d'anticipation de nos supérieurs.
Je crois qu'il faut tout simplement et surtout tout bêtement se réfugier derrière les textes de loi, pour se protéger et protéger nos élèves des dérives et des abus de l'administration. Je me suis déjà retrouvée dans ce cas de figure et c'est l'argument (celui de l'évolution du temps d'intégration) que j'avais donné.
Argument qui reste difficilement attaquable, car il met en avant un des principaux objectifs de la CLIS, à savoir passer d'une intégration partielle à une intégration totale (de l'institution ou établissement vers la CLIS), dans la mesure du possible. Et c'est quelque chose que personne ne peut prévoir en début d'année, au moment des inscriptions.
Ceci étant et une fois de plus, ça reste mon avis.
Bonne journée et surtout, bonnes vacances.
AVD

Nicolas PIEDALLU
Visiteur
Visiteur
Messages : 3
Enregistré le : 06 sept. 2007 00:10
Localisation : CLIS 1 - St Jean de Braye (45)

Message par Nicolas PIEDALLU » 06 sept. 2007 20:40

Bonjour,

Nouveau sur ce forum, je prends la parole pour râler...

J'ai 8 années d'expérience en CLIS 1, le CAPA-SH option D depuis 2 ans, une ATSEM mise à disposition par la mairie à plein temps sur la classe, un cadre idéal (équipe sympa, classe très intégrée dans la vie de l'école).

Sauf que là, je rumine...

Je découvre à la rentrée que l'on m'a "collé" treize élèves, sans m'en parler au préalable, avec de surcroît une fratrie dans ce joli lot...

Je me doutais qu'une fois titulaire du CAPA-SH, je serais susceptible d'avoir à gérer les pressions hiérarchiques en ce domaine. "Vous êtes spécialisé, vous saurez mettre en place les conditions optimales pour que chacun de vos élèves soit placé en situation de progrès dans ses apprentissages, etc..."

Ben voyons...

:?

Sauf que je trouve le procédé un tantinet cavalier !
Personne, à ce jour, ne s'est donné la peine d'un coup de fil à l'école ou d'un message internet pour justifier, argumenter, expliquer, voire remercier... (là, je rêve un peu !)

Je pourrais, à la rigueur, concevoir qu'une intégration à temps plein incite à un tel élargissement. Mais d'intégration à plein temps, à mi-temps ou à quart-temps, il n'est point question !

Les CLIS sont toujours régies par la circulaire de 2002, ou j'ai rêvé ?...

:roll:

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 944
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin » 07 sept. 2007 15:07

Les CLIS sont bel et bien toujours régies par la circulaire de 2002.

Et ce texte me semble plus clair que ce que Pascal laisse entendre, en particulier en évoquant une comptabilisation séparée de l'effectif des CLIS. Il est très probable que tout tribunal administratif sollicité sur cette question invaliderait les lectures en termes de présents et non d'inscrits.

Conclusion : tant qu'un élève est inscrit dans la CLIS, c'est-à-dire tant qu'il n'a pas été officiellement réorienté, il reste comptabilisé dans les effectifs de la CLIS, même s'il ne met plus les pieds dans cette classe. Logique : sa réorientation officielle reposera de toutes façons d'abord sur les épaules de l'enseignant de la CLIS, à qui il reste officiellement confié.

Quant au jeu pervers de certaines autorités académiques sur l'inépuisable sentiment de culpabilité des enseignants spécialisés... c'est une autre histoire !
Cordialement,
Daniel Calin

Nicolas PIEDALLU
Visiteur
Visiteur
Messages : 3
Enregistré le : 06 sept. 2007 00:10
Localisation : CLIS 1 - St Jean de Braye (45)

Message par Nicolas PIEDALLU » 07 sept. 2007 18:45

Voici un extrait du courrier de M. l'Inspecteur d'Académie, que j'ai reçu aujourd'hui, adressé aux enseignants en CLIS et en UPI de mon département :

"[...], compte tenu des besoins, nous avons été contraints d'affecter de manière systématique 13 élèves en CLIS et 11 en UPI pour cette année scolaire.

Cette démarche s'explique par la nécessité de pouvoir répondre à l'ensemble des orientations posées par la CDA d'une part. Elle prend d'autre part en compte le fait que par les intégrations et les prises en charges extérieures l'effectif présent ne devrait pas dépasser la moyenne habituelle.

Je vous remercie de votre compréhension."
Modifié en dernier par Nicolas PIEDALLU le 07 sept. 2007 22:32, modifié 1 fois.

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 944
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin » 07 sept. 2007 22:31

Je comprends bien les contraintes qui pèsent sur cet Inspecteur d'Académie, mais il n'empêche que ses décisions sont strictement hors la loi.

Les suppressions massives de postes, conjointes à la montée en puissance de la démographie française, ne vont cesser dans les années à venir de multiplier ces situations ingérables. De l'enseignant de base à l'inspecteur d'Académie, tout le monde va devenir fou, dans ces injonctions paradoxales.

Dans cette situation, je conseillerais aux collègues en activité (je viens de prendre ma retraite) de jouer les cons bornés : les textes, rien que les textes. Je ne vois pas d'autre issue. Bien sûr, ça veut dire faire sauter la baraque...
Cordialement,
Daniel Calin

riri
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 54
Enregistré le : 16 sept. 2007 16:53
Localisation : france

effectifs... loi et réalité...

Message par riri » 17 sept. 2007 20:15

La loi dit 12...
Moi l'an dernier j'en avais 13 ...

Le plus grand avait... 13 ans...

Non non pas d'AVS, même pas à temps très partiel ...

Non non pas de poste informatique... même pas un vieux PC pour faire du traitement de textes...

bBudget pour l'année (celle de la rentrée 2007) : 300 euros (fournitures incluses...) Déduisez les cahiers feuilles pour la photocopieuse, la peinture et autres petites fournitures indispensables et vous imaginez le nombre de livres ou de jeux éducatifs que je peux acheter...

Je ne m'en plains pas, je constate juste que les conditions sont déplorables.

Intégrer oui mais pas n'importe comment pas à n'importe quel prix.

On peut scolariser des enfants en CLIS mais il faut des conditions adaptées. On peut intégrer ces enfants dans les autres classes de l'école quand les conditions sont là : l'enfant prêt (principal quand même, on ne va quand même pas intégrer pour intégrer !) les collègues partants et volontaires (ça aussi ça se construit et la CLIS peut aussi accueillir des enfants d'autres classes) et des écoles adaptées !!! Quand vous avez une rue à traverser entre deux bâtiments de l'école et pas d'AVS ça devient limité !

Les lois progressent mais la réalité est loin encore de ce qu'il y a sur le papier !

Pour la petite histoire : je suis en formation CAPA-SH cette année (eh oui j'en veux encore :P ) mais la formation débute en octobre ... et je n'ai pas encore de remplaçant nommé sur mon poste !

Pense-t-on réellement aux enfants là ?
"Biens placés bien choisis quelques mots font une poésie... Les mots il suffit qu'on les aime pour écrire un poème" (Queneau)

Répondre