Organisation en CLIS 1 maternelle

(option D)
Répondre
Béa
Visiteur
Visiteur
Messages : 8
Enregistré le : 22 juil. 2005 15:48

Organisation en CLIS 1 maternelle

Message par Béa » 16 oct. 2006 20:46

Bonsoir à tous,

Pour la deuxième année, je suis en poste dans une CLIS maternelle. Si l'an passé, j'ai (plus ou moins) réussi à m'organiser (9 inscrits seulement, beaucoup de temps partiels, quelques intégrations en classes ordinaires), cette année, c'est beaucoup plus difficile : j'ai 12 élèves, plusieurs temps pleins ou 3/4 temps, plusieurs demi-journées où les enfants sont 11, et un mélange de difficultés pas toujours compatibles (autistes, élèves déficients, IMC, dyspraxique, psychotiques, hyperactif). Aucun de ces enfants ne peut réaliser une activité en autonomie (à l'exception des jeux libres évidemment, mais plusieurs d'entre eux ne jouent pas) et il n'est pas réaliste de faire travailler plus de deux élèves simultanément avec un adulte (au-delà on ne fait rien de sérieux). J'ai jusque-là adopté un fonctionnement proche de celui d'une classe de maternelle ordinaire avec des temps d'ateliers durant lesquels tous les coins-jeux restent ouverts, des jeux sont laissés à disposition (jeux de manipulation surtout). 2 à 3 ateliers (3 quand j'ai l'ATSEM plus l'ASEH) sont accompagnés par un adulte (dont un seulement est enseignant). Ce qui me chagrine est que le nombre d'élèves réellement en activité n'est pas suffisant. Ceux qui ne sont pas avec les adultes jouent rarement de manière constructive, papillonnant souvent d'un espace de jeux à un autre, voire venant perturber les ateliers. Sans compter qu'il me faut gérer les situations conflictuelles ou de mise en danger qui se jouent à la périphérie des ateliers.

J'ai vraiment l'impression de m'épuiser dans la gestion de la classe (et d'ailleurs aussi dans sa préparation, chaque parcours étant complètement individualisé dans le domaine du langage et des "mathématiques" tout au moins) pour un faible bénéfice pour chacun des ces enfants.

Je travaille depuis fort longtemps dans le milieu du handicap (j'ai été ergothérapeute avant d'être enseignante et j'ai enseigné avec de jeunes handicapés moteurs) et j'ai réellement le souci de faire progresser chacun dans les meilleures conditions possibles.

Je me demande si mon organisation de classe est adaptée à mes élèves, s'il est possible de la penser autrement ou si la mission qui m'a été confiée est simplement impossible, or, tout le monde le sait, à l'impossible nul n'est tenu.

Tous les conseils, toutes les expériences sont les bienvenus. Je pensais passer cette année le CAPA-SH D dans le cadre d'une reconversion d'option pour laquelle on m'offre généreusement 4 jours de formation (!) mais je doute de plus en plus en me disant que si aucun poste dans mon option d'origine n'apparaît au prochain mouvement, soit je retournerai vers l'enseignement ordinaire, soit j'abandonnerai l'enseignement pour revenir à mon premier métier dans lequel j'ai toujours travaillé dans des conditions satisfaisantes.

Merci de m'avoir lue.

Une enseignante un peu découragée...
PE spécialisée option C avec enfin un poste dans mon département

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 17 oct. 2006 19:22

Bonsoir,

J'ai hésité à répondre à votre post, parce qu'il me semble se suffire à lui-même. Vous décrivez l'existant, les points sur lesquels vous pouvez agir, ceux qui vous laissent perplexe ou sans réponse.
Vous soulignez l'un des aspects les plus difficles de la CLIS : maintenir une classe, malgré le disparate des projets individuels. C'est amplement vrai de toute classe, a fortiori lorsque les difficultés des gamins ne sont que peu compatibles.
Vous avez vu l'an dernier que c'est possible. Vous touchez du doigt cette année que c'est difficile. Nul autre que vous ne peut se déterminer pour l'an prochain... On a besoin d'enseignant impliqué, comme on a besoin d'ergo au fait des difficultés spécifiques de ces gamins à l'école...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Répondre