Mes collègues refusent d'intégrer

(option D)
Répondre
Béné84
Visiteur
Visiteur
Messages : 4
Enregistré le : 04 oct. 2008 11:17

Mes collègues refusent d'intégrer

Message par Béné84 »

Bonjour à tous,
C'est la première fois que je participe à un forum.
Je suis T5, titulaire du CAPA-SH depuis 2 ans, et enseignante en CLIS depuis 5 ans. Je suis passionnée par mon métier.
J'ai travaillé dans 3 écoles du 84 et du 13. A chaque fois, la majorité des collègues s'est positionnée contre les intégrations, soutenue par le directeur.
Leurs arguments : je veux me débarrasser de mes élèves alors que j'en ai peu, ils ont trop d'élèves dans leurs classes (26-27), ils considèrent qu'ils ont des élèves relevant de CLIS (à leurs yeux). Certains collègues ont dit à une T2 de se méfier de moi car j'allais lui "refourguer" mes élèves.
La référente, l'inspectrice, les conseillers pédas me disent d'attendre que les mentalités évoluent !
En attendant, la CLIS n'apparaît pas dans le projet d'école, et les collègues refusent de travailler sur le fonctionnement pour qu'elle y figure.
Je suis complètement désemparée. Suis-je un cas isolé ?! Que faire dans ces cas-là, si ce n'est fonctionner en classe fermée ?
Les collègues sont sur la défensive, voire agressifs, et j'ai une nature plutôt sensible et diplomate ! Je craque de me faire agresser personnellement depuis tant d'années !
Si vous avez des conseils, ou si vous vivez une situation similaire que vous avez réussi à décanter, n'hésitez pas à m'en faire part. Merci d'avance.
Bénédicte

bab
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 19
Enregistré le : 03 mars 2007 16:35

Re: Mes collègues refusent d'intégrer

Message par bab »

Bonjour

Un petit mot d'encouragement et quelques idées pour peut-être t'aider.
J'ai vécu un peu la même situation et je suis passée par différentes phases :
- la phase séduction: en effet, j'avais un projet cuisine et toute les semaines, les élèves allaient offrir à leur enseignant de classe de référence une part de gâteau. ça a bien marché surtout avec les nouveaux PE qui avait surtout peur de l'inconnu
- la phase repli sur soi même : ça ne marche pas et ce n'est pas l'objectif de la CLIS
- phase agressive : ça ne marcha pas non plus
- phase voir au-dessus : j'ai été beaucoup aidé par l'enseignante référente ainsi que par l'inspectrice qui a toujours soutenu la CLIS

Pense également aux élus des parents d'élèves ainsi qu'aux syndicats.

La lecture de la circulaire de 2002 peut aussi recadrer les choses avec la directrice et apporter un poids législatif.

J'ai travaillé dans cette école 4 ans avec des moments de joie mais aussi beaucoup de pleurs et ne voyant pas les choses bougées assez vite, j'ai préféré partir vers une autre aventure, celle de l'UPI et là c'est le bonheur.

Alors surtout pense à toi et préserve-toi car même si c'est une passion, il y autre chose dans la vie que le boulot.

bon courage

Béné84
Visiteur
Visiteur
Messages : 4
Enregistré le : 04 oct. 2008 11:17

Re: Mes collègues refusent d'intégrer

Message par Béné84 »

Merci pour ta réponse.
Pour la circulaire, je l'ai lue et distribuée à tous les enseignants cette année (plus l'année dernière !), sans succès !
Même le directeur parle en termes "d'efforts" à faire de ma part, et non de professionnalisme ! Il n'a pas du tout compris malgré la note de rentrée de l'inspectrice et la circulaire, que la CLIS ne fonctionne pas en terme "d'échanges d'élèves" mais d'intégrations d'enfants handicapés !
Pour les parents, j'hésitais à les contacter, de peur de me mettre aussi la hiérarchie à dos (on m'a souvent dit que les problèmes devaient se régler "en interne")...
Quant aux syndicats... que crois-tu qu'ils puissent faire ?
Je compte partir dès que possible de cette école, mais c'est la 3ème fois que je change en 5 ans !... Du coup je me demande tout simplement si le principe même de la CLIS fonctionne vraiment...

J'aime l'enseignement spécialisé, mais je ne sais plus quelle direction prendre...
A bientôt

niouchkara
Visiteur
Visiteur
Messages : 9
Enregistré le : 01 oct. 2008 19:02
Localisation : Ongles (04) école à Forcalquier (04)

Re: Mes collègues refusent d'intégrer

Message par niouchkara »

Pour ma part, même si l'ambiance à l'école n'est pas facile, les personnalités des enseignants fortes (dont la mienne), la CLIS a ouvert il y a 3 ans et tous les collègues ont intégré depuis ce temps là. J'ai essayé de répartir un élève ou 2 max par classe, jamais en même temps, et sur de petites durées pour la plupart (genre 45 minutes de sport par semaine). Les collègues ont vu qu'en général ça n'était pas si terrible que cela. J'ai aussi proposé de faire des décloisonnements, ce qui permet de mélanger des élèves de la CLIS à d'autres. Ca a marché sur certaines périodes en arts plastiques et en sciences avec les CP. Ceci dit, c'est difficile, souvent mal compris, et effectivement nos collègues ont beaucoup de travail et d'élèves difficiles. Cette année, une collègue a refusé d'intégrer au prétexte qu'elle avait une classe chargée. Je n'ai pas insisté, car je me suis dit que ça se passerait mal pour l'élève qui serait intégré. Mais 2 nouveaux élèves viennent de m'arriver et donc, je pense que je vais malgré tout la solliciter...
La CLIS reste une classe à part, on a l'impression d'être toujours en demande alors qu'on essaie simplement de faire notre boulot et je trouve moi aussi que ce n'est pas facile tous les jours. Et effectivement, la hiérarchie ne soutient pas trop. Cependant, je ne pense pas qu'une intégration puisse marcher par la force, comme le suggère le collègue précédent.
Courage, et puis, après tout, il peut aussi se passer des choses super à l'intérieur de la CLIS, et ça fait moins de galères d'emploi du temps si les élèves ne sortent pas tout le temps!!

bab
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 19
Enregistré le : 03 mars 2007 16:35

Re: Mes collègues refusent d'intégrer

Message par bab »

bonsoir

Surtout ne perd pas courage pour les intégrations car dans certaines écoles ça fonctionne et que une ou deux intégrations, c'est déjà pas mal.
As-tu essayer d'en parler à ton enseignante référente ? Elle peut faire le relais auprès de l'inspectrice.
Pour les syndicats, tu peux toujours les appeler et par exemple dans mon département, ils nous aidé à faire le "forcing" pour ouvrir des UPI même si on reste hors loi avec 11, 12 gamins par classe.
Mais c'est clair qu'il faut se battre et ce boulot n'est pas fait pour les gens réservés mais plutôt pour les forts caractères et qui se bougent même si parfois c'est très fatigant.
Alors bon courage et à bientôt sur le forum

pinson
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 38
Enregistré le : 21 août 2008 16:28

Re: Mes collègues refusent d'intégrer

Message par pinson »

Bonjour,
J'ai suivi le cours de ce sujet depuis la semaine dernière. Par chance, je n'ai jamais vécu de telles situations dans les écoles dans lesquelles j'ai enseigné en CLIS.
D'une part j'ai toujours été dans de plutôt grandes écoles, au moins 10 classes. C'est important pour une bonne répartition des élèves à intégrer. Et puis, statistiquement, sur 10 collègues il y en a toujours au moins 2 ou 3 naturellement volontaires. Et j'ai remarqué qu'il suffit d'une intégration réussie dans l'école pour que les autres collègues acceptent plus facilement.
Bien souvent, derrière le refus, il y a de la crainte. Crainte de la différence certes mais aussi de ne pas savoir comment faire, d'être obligé d'organiser un emploi du temps strict.
Pour ma part, j'essaie d'être très conciliant. Il m'est arrivé plusieurs fois de comprendre la gêne de certains collègues : "le problème, c'est que je ne fais pas toujours sciences exactement à la même heure,...". J'essaie donc le plus possible d'être flexible et d'accepter des modifications de dernière minute. Bien souvent, d'ailleurs, les collègues font en sorte au bout de quelques semaines de se tenir à leur emploi du temps. J'essaie aussi de présenter ces intégrations comme ne devant pas être une surcharge de travail pour l'enseignant. Je propose la présence de l'AVSco. Car, il est vrai que les classes ordinaires sont souvent surchargées, qu'elles ont aussi leurs élèves en difficulté et que les moyens RASED sont de plus en plus réduits (d'ailleurs, je me sens parfois bien mieux loti avec mes 12 élèves). Là aussi, bien souvent, les collègues se prennent au jeu et adaptent d'eux-mêmes leur pratique.
Il est évident, comme cela a été précisé dans un précédent message, qu'une intégration nécessite le plein consentement de l'élève mais aussi de l'enseignant concerné. La contrainte (IEN, syndicats,...) mène forcément à l'échec.
Jusqu'à maintenant, je touche du bois, ça a toujours bien fonctionné. Ce sont même les collègues qui proposent d'intégrer un élève ou d'augmenter le temps d'intégration. Bien sûr, il y a toujours ceux avec lesquels cela semble impossible. Au risque de me répéter, j'y vois plus de la peur que de la mauvaise volonté. Notre fonction nécessite beaucoup d'écoute : des élèves, des parents et des autres enseignants. C'est à nous d'essayer de rassurer.

Avec quelques années de recul, mon constat est plutôt positif. D'autant que dans l'école, tout le monde y trouve son compte finalement. Car le regard des enseignants et des élèves ordinaires se modifie. Ils ont tout autant à prendre et à apprendre de ces intégrations que nos élèves de CLIS. Si "échange" il doit y avoir, c'est bien dans ce sens.
Intégrer coût que coût n'est pas une fin en soi. C'est un moyen de faire vivre ensemble les élèves ordinaires avec nos élèves extraordinaires. Du coup la CLIS a naturellement sa place.

Encore, une fois, je mesure la chance que j'ai de ne pas avoir à vivre les situations que vous mentionnez. Je ne suis pas certain d'avoir des recettes ou des méthodes "miracles" (d'autant que, très laïc, je n'y crois pas...).
bab a écrit :Du coup je me demande tout simplement si le principe même de la CLIS fonctionne vraiment...

C'est juste pour répondre à cette interrogation que je me suis permis d'écrire ce message. C'est pas toujours facile, certes, mais...

Cordialement et Bon courage

Richard

PS : suis-je le seul bienheureux enseignant de CLIS sur ce forum ???

riri
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 54
Enregistré le : 16 sept. 2007 16:53
Localisation : france

Temps et patience

Message par riri »

Laisse faire le temps, fais les choses petit à petit.

La classe dont j'ai la charge cette année a ouverte il y a trois ans... Petite école de 5 classes (la CLIS étant la sixième), configuration de l'école assez spéciale puisque deux bâtiments différents et pas d'AVS.

Les collègues avaient de gros effectifs : on a commencé par le sport et la piscine avec les intervenants extérieurs : je leur proposais gentiment en insistant sur les textes les objectifs pour le gamin et tout ce qu'il pourrait lui apporter. Au bout de la première année, tous les gamins allaient en sport dans différentes classes et à la piscine. Au troisième trimestre, un allait en sciences chez une collègue volontaire..

L'année suivante, cette même collègue m'a proposé de reprendre le gamin, d'ajouter des temps (histoire et arts plastiques) et m'a dit qu'elle pouvait aller jusque trois gamins si on continuait de travailler ensemble (c'est moi qui fait les adaptations quand il y en a besoin : étiquettes, agrandissements, recopie du cours etc.).

Les autres voyant cela à la réunion de prérentrée et moi disant " Pour le sport c'est OK pour tout le monde, je présume, mais dans les projets de certains enfants on pourrait...." et me voilà repartie sur tout ce qu'apporte une intégration, sur les objectifs qui ne sont pas forcement d'avoir une super note au "contrôle" etc.

L'an dernier s'est terminé sur 11 enfants en intégration de 1 à 12h par semaine (en général 2 à 4). Le dernier étant intégré en CLIS, il a été décidé en équipe que ce n'était pas souhaitable pour l'enfant.

Cette année commence à peine et sur 12 élèves :
- un intégré quasi toute la semaine (maths sciences techno hist géo arts plastiques sport anglais)
- quatre intégrés en sport + arts plast + une autre matière (sciences, anglais ou histoire)
- 5 intégrés en sport et arts plast
- 2 nouveaux très jeunes qui prennent déjà leurs marques. Des équipes de suivi se réunissent en novembre pour faire le point sur ce qui est souhaitable pour eux.

Je précise que la collègue de départ volontaire en a cette année 5 mais à part en sport et en arts plast elle ne les a pas ensemble. Et le tout avec un double niveau à 26 !

Elle dit elle-même qu'elle avait peur au début.

J'ai toujours des collègues qui "reculent" pour des raisons diverses : " j'en ai trop (28/29) et je ne peux déjà pas prendre le temps nécessaire aux enfants en difficulté de ma classe", " les autres vont se moquer" , " le gamin va pas être bien (dans le sens il va souffrir dans ma classe)" etc.

Petit à petit, les esprits changent.

Mais ce serait plus facile avec un accompagnement AVSco : si tu en as une, propose à tes collègues d'emmener deux de tes élèves au stade avec eux et de prendre l'AVS pour accompagner.

Ce qui a bien débloqué aussi la situation, c'est l'intégration inverse : je prends un groupe de 12 / 15 enfants en informatique une fois par semaine.

Mais preuve qu'il y a encore du travail : un parent a retiré son gamin des cours de "soutien" le midi parce qu'il était avec l'"enseignante" pour handicapés...

Ne te décourage pas, c'est sur la durée et avec de la patience qu'on y arrive.
"Biens placés bien choisis quelques mots font une poésie... Les mots il suffit qu'on les aime pour écrire un poème" (Queneau)

Béné84
Visiteur
Visiteur
Messages : 4
Enregistré le : 04 oct. 2008 11:17

Re: Mes collègues refusent d'intégrer

Message par Béné84 »

Merci à tous pour vos témoignages.
Pour ma part, je me suis résignée à fonctionner en classe fermée, car mes collègues m'ont expliqué qu'ils étaient contre le principe même d'intégration.
Ils pensent que s'ils acceptent, le gouvernement supprimera les Clis et leur imposera d'avoir des handicapés dans leurs classes...
Voir de telles mentalités dans notre métier est vraiment désolant...
Je vais m'orienter vers des établissements spécialisés, et tenter de quitter le milieu scolaire au plus vite.
Je n'ai pas les épaules, ni la force, ni l'envie de continuer à travailler dans un tel climat négatif, intolérant, égoïste...
Chaque situation est différente, et je suis rassurée de voir qu'il y a des endroits où cela fonctionne, et que le principe même de l'existence de la Clis n'est pas remis en question.
Merci encore, et bonne continuation.

Bénédicte

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Mes collègues refusent d'intégrer

Message par Pascal Ourghanlian »

Je comprends bien ce besoin d'aller voir ailleurs. Préservez-vous.
Faites aussi attention en ces temps incertains : il n'est pas sûr que l'EN abreuve les établissements par des MàD. Or les établissements spécialisés n'ont des enseignants que par MàD...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Béné84
Visiteur
Visiteur
Messages : 4
Enregistré le : 04 oct. 2008 11:17

Re: Mes collègues refusent d'intégrer

Message par Béné84 »

Pardonnez mon ignorance, mais que signifie "MàD"?
Merci d'avance!
Bénédicte

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Mes collègues refusent d'intégrer

Message par Pascal Ourghanlian »

Mis à Disposition.
Les fameux postes qui sont récupérés à tout-va en ce moment, qui permettent à bon nombre de CMPP, IME et autres ITEP de fonctionner...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Répondre