L'écume des heures » Censure de Jacques Sapir, suite