L'écume des heures » Miroir, ô miroir…