Le projet de l'élève

Questions spécifiques concernant les formations à l'option E (aides pédagogiques spécialisées en RASED).
Répondre
elisabs
Visiteur
Visiteur
Messages : 11
Enregistré le : 03 oct. 2008 21:25

Le projet de l'élève

Message par elisabs » 05 nov. 2008 22:31

Le projet de l'élève

A: Daniel Calin
Bonjour
Tout d'abord merci pour ce site... vraiment formidable

Je suis cette année en formation CAPASH option E, sans avoir fait fonction auparavant... évidemment les questionnements fusent... positionnement du maître E... formation... examen... mémoire... etc... un tantinet de surcharge cognitive... qui a pour conséquence l'urgence d'un recentrage...
J'ai vu les élèves pour les observations et évaluations 3 semaines et je retourne sur le terrain lundi
mes réflexions
en terme de priorité
1 essayer de constituer des groupes pertinents
2 construire mon emploi du temps
3 m'essayer avec les groupes constitués sur des projets de séances qui me permettront d'affiner mes observations et de mieux connaitre les élèves ,
pour moi c'est essentiel

Je ne me sens pas capable aujourd'hui de rédiger des PAS en bonne et due forme et de bâtir un projet de groupe...j'ai besoin d'être sur le terrain
... pour l'instant c'est trop abstrait...

J'ose suggérer un questionnement...pourquoi faudrait il constituer des groupes par entrée disciplinaire...
pourquoi cloisonner apprentissage des maths et du français ?
Les démarches cognitives sont elles si différentes ???
Je suis sur une réflexion sur le transversal au service des "disciplinaires" mais sans appui théorique... je suis plutôt dans
l'intuitif... puisque nous devons travailler sur le métacognitif... pourquoi agir sur une seule discipline ???
Beaucoup de situations de vie concrète nécessitent dans un même temps des opérations linguistiques, de numérations et logiques...ex... lire et réaliser une recette de cuisine....
Puisque nous avons la chance en tant que maître E de pouvoir faire une pédagogie du détour... pourquoi ne pas jouer cette carte totalement ???
ET
pourquoi ne pas construire le projet de groupe avec les enfants...
1...que chacun sache ce qu il doit apprendre, améliorer pour mieux suivre dans sa classe, et qu'en regroupement d'adaptation il pourra prendre du temps pour y réfléchir et y remédier (je n'oublie pas le transfert)...
mais qu'ici il va apprendre pour... réaliser son projet... avec son groupe... et avec mon aide...
mon questionnement sous-jacent est peut-être d'éviter des projets trop scolaires, trop proches des projets de classe pour que l'enfant puisse prendre de la distance... se réapproprier son désir d'apprendre...
L'essentiel ne serait-il pas le positionnement de l'enfant face aux apprentissages, prendre conscience de ses stratégies et de ses blocages ???
Par conséquent j'ai envie d'axer ma réflexion sur la pédagogie du projet... et la problématiser pour le mémoire... il s'agirait... de donner du sens aux apprentissages... dans des situations concrètes et motivantes pour les enfants apprendre pour réaliser son projet...
Est ce un sujet trop transversal ??? Je le souhaite axé sur la métacognition...

écrire... me permets de mettre en relief mes questionnements... méta !!!!
Merci...

Je serais heureuse si vous pouviez me dire votre sentiment .

Merci beaucoup

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Projet 'élève

Message par Daniel Calin » 05 nov. 2008 22:36

Je suis totalement d'accord avec vous, les pratiques "E" axées sur les entrées disciplinaires ont tendance à m'énerver, sauf cas très particuliers, et encore ; tout à fait d'accord avec votre... projet, donc.
Cordialement,
Daniel Calin

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Le projet de l'élève

Message par Pascal Ourghanlian » 06 nov. 2008 09:12

D'accord aussi.
À un bémol près : sauf à constituer une matière disciplinaire distincte (ce qui a été fait, il y a quelques années, dans les collèges en particulier avec la méthodologie) ou à ne faire que des activités de catégorisation (qu'on ne fait d'ailleurs pas assez) ou de type PEI ou ARL, même une entrée transversale s'ancre sur des supports qui eux renvoient à une discipline. Et les didacticiens sont assez d'accord pour dire que la pensée logique à l'œuvre dans la compréhension syntaxique d'un texte narratif (vs documentaire) ne fonctionne pas de la même manière chez l'individu que celle à l'œuvre dans un raisonnement mathématique - par exemple.
En conséquence, s'interroger sur des catégories cognitives, c'est une chose, les faire travailler par l'élève, c'en est une autre : il faut bien contextualiser à un moment ou à un autre (quitte à décontextualiser ensuite pour favoriser un transfert), il faut bien travailler sur du concret - sauf à voir ce qu'on peut voir dans certaines séances de remédiation, à savoir : 3/4 d'h. de "bavardage" sur "comment tu as fait" sans qu'il n'y ait rien eu à faire !

Pour ce qui est des projets, par contre, aucun bémol : ils n'ont de sens que si les élèves se les approprient, donc s'ils ont l'occasion de participer à leur élaboration (et les temps 1 et 3 de la séance de remédiation ont aussi cette vocation-là).

Bon courage, et merci de continuer à vous poser ce genre de questions en ces temps où les faits nous imposeraient presque de considérer que l'année en cours est déjà achevée...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

elisabs
Visiteur
Visiteur
Messages : 11
Enregistré le : 03 oct. 2008 21:25

Re: Le projet de l'élève

Message par elisabs » 06 nov. 2008 22:51

Merci de votre réponse... Justement, aujourd'hui, je me questionnais au sujet de la catégorisation... Catégoriser pour se souvenir (voir fenêtre sur cours sur la mémoire), catégoriser pour conceptualiser, catégoriser pour clarifier sa pensée... ça a peut-être un rapport avec les contenants de pensée... intuitivement, je dirais oui... à suivre

virgule
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 15
Enregistré le : 09 oct. 2008 20:16

Re: Le projet de l'élève

Message par virgule » 13 nov. 2008 20:39

Moi aussi, je suis en formation CAPA SH E et cette surcharge cognitive pèse. Elle est couplée avec la surcharge de colère.
En ce qui concerne le transversal, je suis tout à fait d'accord. De mon côté, je compte mettre en pratique la conceptualisation selon Britt-Mary Barth. Ce n'est pas simple mais innovant. Si l'entrée reste disciplinaire dans l'emploi du temps, c'est bien sur la capacité à conceptualiser chaque notion que je vais orienter mon travail. Je compte même en faire mon sujet de mémoire. Bon courage Siguret ;-).

Dominique Douay
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 12 oct. 2005 22:22

Re: Le projet de l'élève

Message par Dominique Douay » 15 nov. 2008 07:24

Je suis maître E en RASED, depuis 5 ans, et au départ, je pensais qu’il était possible de travailler certaines compétences de façon transversale. Je me suis rendue compte (suite à ma petite expérience et de l’auto-formation - pour moi, ce forum et le site de Daniel Calin est une mine de renseignements et me permets d’approfondir certains sujets- merci à tous ceux qui contribuent à le faire vivre et M Calin de l’avoir inventé -) que certaines compétences ne sont pas acquises dans un domaine particulier. Par exemple, je suis un élève de CE1 qui a des problèmes d’ordre spatial, il ne sait jamais trouver où il doit écrire sur ses cahiers, en mathématiques, il est complètement perdu, que ce soit en numération ou en géométrie mesure, mais il sait lire. Il fait donc partie d’un groupe qui travaille les compétences transversales d’espace et les supports sont des activités de gestion de l’espace (jeu du cactus, activités tirées du livre Faites vos jeux à l’école de François Boule, Matériel à construire soi-même pour donner du sens en mathématiques à l'école maternelle ou élémentaire Ed Didier). En mathématiques, j’essaye de lui faire reconstruire la chaîne numérique de façon différente car je pense que pour réussir certains exercices (nombre précédent) et donc d’accéder au niveau de la chaîne sécable; il faut absolument réussir à isoler le nombre. Je pars donc de ce que l’élève a comme représentation (pour cet élève c’est une représentation orale) et je souhaite réussir à lui faire construire des représentations plus adéquates (je m’appuie sur le livre pré-cité, sur les représentations de son camarade, lors des conflits socio-cognitifs suite à une activité). Je me détache de plus en plus de la pédagogie de projet tel qu’on l’entend. En effet, si l’on pense projet en tant que jeu à construire, album à écrire, j’ai peur que pour les élèves suivis, cela leur fasse perdre le sens de ce qu’ils doivent travailler. (cf travail de Sylvie Cèbe sur la pédagogie de projet en maternelle). Je raisonne plutôt en projet d’apprentissage et je suis d’accord avec Siguret, l’élève doit prendre conscience de ces difficultés. : L'essentiel ne serait-il pas le positionnement de l'enfant face aux apprentissages, prendre conscience de ses stratégies et de ses blocages ??? A partir du moment où l’élève a bien compris ce qu’il venait faire en séance, qu'il connaît ses difficulté, ce qu’il doit travailler plus particulièrement, le projet peut être un support. Je ne comprends pas le sens du projet trop scolaire. Les projets que je propose sont des projets scolaires ; avec des CE1 apprenti-lecteurs (suivis au CP), j’interviens en classe lors de la production d’écrits sur un projet d’écriture d’un conte. Je modifie les outils d’aide mis en place l’année dernière, je les adapte à l’évolution de leurs besoins particuliers et les élèves sont très heureux de pouvoir s’investir dans un projet commun à la classe. Par contre, avec ces mêmes élèves, j’ai des temps de travail hors de la classe (ce n’est pas facile car je n’ai pas de local, je suis dans le couloir !!!) pour travailler plus particulièrement l’attention. Mon « domaine » pour travailler ces compétences c’est … l’éducation musicale. (Travail sur les rythmes, le codage des rythmes, j’espère pouvoir aller jusqu’à l’accompagnement d’un chant appris en classe avec de petits instruments à percussion, le projet mûrit.) Par exemple, au départ, pour l’élève présenté précédemment, je voulais plutôt démarrer en arts plastiques, mais comme le collègue de classe ne travaille pas sur la lecture d’images, et que l'autre élève du groupe, n’a pas tout à fait les mêmes difficultés que son camarade en espace (c’est aussi les compétences de numération qui lui font défaut), j’ai axé mon travail en mathématiques.
Bon courage, en cette année particulière !
D.D.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Le projet de l'élève

Message par Pascal Ourghanlian » 15 nov. 2008 11:18

Bonjour Dominique,

À propos de votre élève de CE1 : sans vouloir trop pathologiser, et sans me permettre de poser un diagnostic (surtout à distance !), ce que vous en décrivez me fait penser à certains types de dyspraxies (visuo-spatiale en particulier). Peut-être en creusant dans cette direction, vous trouverez des outils utiles, en plus de ceux que vous utilisez déjà. Voir les travaux, et les conseils, de Michèle Mazeau, déjà repris sur ce forum.
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Dominique Douay
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 12 oct. 2005 22:22

Re: Le projet de l'élève

Message par Dominique Douay » 15 nov. 2008 17:43

Merci de votre regard. Il est vrai que je continue de bien l'observer en séance, et c'est un élève dont je devais parler lors de ma prochaine synthèse en réseau, car je me posais la question de savoir s'il ne s'agissait pas d'un trouble de l'apprentissage particulier, du fait du décalage entre ses réussites en mathématiques et en français.
Cordialement
D.D.

Répondre