Nommée sur classe d'adaptation réseau

Questions spécifiques concernant les formations à l'option E (aides pédagogiques spécialisées en RASED).
Répondre
PE2 perdue

Nommée sur classe d'adaptation réseau

Message par PE2 perdue » 22 juin 2005 20:13

Bonjour,
Je viens d'apprendre mon poste... À quel type de poste dois-je m'attendre ? Je suis complètement perdue, merci pour votre aide...

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 24 juin 2005 08:11

Bienvenue dans le monde de l'AIS... et pas de panique !

"Classe d'aptation réseau" est l'intitulé habituel, au mouvement, des postes E. Ces derniers, pour l'essentiel, fonctionnent en RASED, les classes fermées ayant quasiment disparu, même si elles peuvent prendre une forme "déguisée" baptisée CLAD (pour CLasse d'ADaptation) dans certains départements, généralement sur une courte période de l'année ou sur l'équivalent d'un mi-temps.

Le dernier texte officiel en vigueur qui réglemente le RASED est la circulaire 2002-113 et précise vos missions : prévention et remédiation, auxquelles il faut ajouter relation (référentiel de l'ex-CAPSAIS), le maître E étant de plus en plus appelé à "trianguler" les relations (enseignants, enfants, parents, institutions, etc.).

Au quotidien, vous pourrez vous appuyer sur l'aide de vos collègues du RASED (ou du réseau de secteur si vous êtes sur un département important) qui mettront à votre disposition leurs outils et leurs pratiques.
Dans un premier temps, l'idée essentielle, je crois, est de se placer en situation d'observateur des modes de fonctionnement de l'enfant : comment s'y prend-il pour réaliser telle ou telle tâche, l'important étant sa manière de faire plus que l'attention à un couple échec/réussite dont il faut l'aider à sortir.
Dans un deuxième temps, il s'agit de l'aider à verbaliser ce qu'il a compris de ce qu'il avait à faire, de ce qu'il a fait, de comment il a fait. Jamais de questions en "pourquoi ?", toujours des questions en "comment ?" : il s'agit de rendre possible un retour réflexif sur sa propre action, pas de culpabiliser ou de faire jouer à la devinette "mais qu'est-ce qu'il veut que je lui réponde ?". En quelque sorte, l'enfant a toujours raison, même lorsqu'il se trompe ou échoue. L'aider à verbaliser ce qu'il a fait l'aide peu à peu à prendre conscience des manières de faire qui conduisent à la réussite.

Surtout, ne jamais oublier que l'enfant peut faire plus avec accompagnement qu'il ne ferait tout seul (cf. Vygostki) et que l'essentiel de votre travail c'est de trouver les tâches qui vont se situer dans cette mince zone qui va lui permettre de progresser.

Vous trouverez, dans les prodondeurs de ce site et de ce forum, de nombreuses pistes (plus que vous n'en utiliserez cette année).

N'hésitez pas à poster d'autres messages, plus ciblés, sur tel ou tel point qui vous mettraient en difficulté pour que l'un ou l'autre des visiteurs du forum vous réponde dans le détail.

Et, pour faire confiance aux enfants et à leurs possibilités de "rebondir" et d'avancer malgré tout, faites confiance à votre bon sens.

Bon courage.
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

PE2 perdue

merci

Message par PE2 perdue » 19 juil. 2005 20:29

Merci pour vos encouragements et votre soutien !!
La personne que je vais remplacer m'a dit que ce poste de maître E cycle 3 est une complète nouveauté....
Elle m'a dit qu'elle travaillait toujours autour des jeux (français et mathématiques) afin que les élèves puissent montrer en classe leur travail. Qu'en pensez-vous ? Quelles autres idées peuvent être mise en place ? Livres à consulter ?
Merci par avance

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 20 juil. 2005 09:34

Bonjour,

"Poste E cycle 3", on en rencontre de plus en plus : la fermeture des classes de perf', d'une part, l'attention prioritaire portée au cycle 2, d'autre part, ont fait que, peu à peu, les maîtres des classes de cycle 3 se sont trouvés démunis devant des difficultés de plus en plus grandes, qui peuvent, pour l'essentiel, se résumer à une interrogation : "qu'est-ce que je suis en train d'apprendre quand je suis en train d'effectuer telle ou telle tâche scolaire ?" et à deux grands champs : l'écrit, en réception et en production, et la conceptualisation du nombre.

L'interrogation ci-dessus est à prendre en compte de manière prioritaire : la question du sens étant parfois évacuée au cycle 2 pour développer avant tout des compétences techniques (déchiffrement, opérations), les jeunes pré-ados de cycle 3 ne sont pas capables de mettre en perspective ce qu'ils apprennent (ce que ça signifie, ce à quoi ça sert) (sur la clarté cognitive, en lecture-écriture, voir par exemple de Fijalkow : http://www.bienlire.education.fr/01-act ... jalkow.pdf).

Arrivent donc en CE2, des élèves qui ont des difficultés dans les domaines techniques dans lesquels ils ne sont pas rentrés (pour des raisons diverses et variées, qui sont souvent très loin des dys- dont on nous rebat les oreilles...) ET qui ne donnent pas de sens aux apprentissages.

De mon point de vue, ce n'est pas en "en remettant une couche" qu'on va les aider. D'où une démarche possible, que voici, et qui en aucun cas n'est modélisable :
1. Se donner le temps de l'observation fine (en classe, en individuel, dans le groupe d'aide).
2. Mettre à jour, pour chacun, des objectifs individuels fins et évaluables (jusqu'à 6 objectifs, tous n'étant pas travaillés durant la même séance).
3. Regrouper les élèves (jusqu'à 6, grand maximum) autour d'objectifs de groupe qui vont fédérer ce dernier autour d'un projet d'apprentissage (on vient dans le groupe pour apprendre ça et ça, pas pour jouer). Pour l'articulation projets individuels/projet de groupe, voir : http://dcalin.fr/fichiers/ppi-pg.pdf
4. Ce projet d'apprentissage va se fonder sur un ou des support(s), la conception, la fabrication et la mise en oeuvre de jeux étant une activité souvent attractive, riche de possibles et médiatisable lors du retour en classe.

L'important, c'est de ne pas les conduire à confondre ce qu'ils font (fabriquer un jeu) et ce qu'ils apprennent (construire la numération de position au-delà de 100, construire la représentation d'un texte, mettre à jour des inférences, etc.).

Quelques pistes cycle 3…

- pour le travail sur les inférences, voir le mémoire CAFIPEMF de Thierry Berthou sur son site : De la compréhension littérale à la compréhension inférentielle : http://www.aideeleves.net/recherches/te ... res.htm#tb (Thierry est aussi maître E, sa démarche est bien ancrée sur la difficulté)
- sur la lecture-compréhension : classeurs Compréhension La Cigale : http://www.editions-cigale.com/fr/rubri ... ubrique=15 (le classeur CE1 convient fort bien à une exploitation cycle III) et SURTOUT le travail de Roland Goigoux : http://eduscol.education.fr/D0049/lire_ ... ension.pdf
- sur la numération et la résolution de problèmes, une foultitude de pistes dans la collection ERMEL chez Hatier, avec des « jeux ».

D'autres pistes encore, élaborées pour les classes-relais, mais bien utiles en cycle 3 (et en SEGPA) : http://eduscol.education.fr/D0049/

Bon courage…
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

pe2 perdue

merci

Message par pe2 perdue » 27 juil. 2005 20:54

Merci!!!!!!!!!!!!!!!!! Je ne sais combien exprimer ma gratitude. J'ai été avec intérêt sur les liens et j'avoue me sentir rassurée concernant la maîtrise du langage. Par contre, pas trop niveau maths, auriez-vous des liens pour comprendre les erreurs des élèves ? Un titre de livre en particulier ? J'en demande beaucoup je sais mais on ne sait jamais :oops: Merci

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 27 juil. 2005 23:03

Bonsoir,

Beaucoup de travaux de qualité sur l'erreur - mais aucun ne dépasse Bachelard, La Formation de l'esprit scientifique (en poche, aux PUF, collection Quadrige).
De bonnes pistes dans http://www.prepaclasse.net/fichiers/essai.html

La "bible" en maths : Rémi Brissiaud, Comment les enfants apprennent à calculer, Retz (nouvelle édition, 2003) et les livres du maître, du même, coll. J'apprends les maths GS et CP (méthode Tchou) [pas les fichiers élèves, supports essentiellement commerciaux], toujours utiles, même pour des cycles III.
Plus quelques liens que voici :
- la construction du nombre : http://ien.marignane.free.fr/documentat ... s%2099.htm
- la "méthode" Tchou : http://ame.95.free.fr/divers/Brissiaud- ... -Tours.pdf
- indispensable, sur les fractions et les décimaux : http://perso.wanadoo.fr/page.perso.bris ... Page2.html
- et, enfin, sur les grands nombres et les opérations : http://www.editions-retz.com/upload/pro ... JLMCM1.pdf

L'idée générale de Brissiaud, c'est que conceptualiser le nombre, c'est être capable de proposer des équivalences de procédures pour symboliser une quantité.

Ne pas négliger : Stella Baruk, Comptes pour petits et grands, Magnard (2 tomes), éminemment pratique, surtout pour la numération orale.

Plus les liens classes-relais maths, déjà donnés :
- jeux sur les nombres, fractions, décimaux, calculettes
- aire et périmètre sous le lien : http://eduscol.education.fr/index.php?. ... 3enseigner

Bon courage !
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

PE2 soulagée

Message par PE2 soulagée » 04 août 2005 11:52

Encore une question... Combien de temps consacrer à un projet ? Cette question peut paraître un peu bête mais en fait, je me demandais ceci : vaut-il mieux réaliser un projet de français sur l'année et un en maths ou faire pleins de mini-projets moins aboutis ? Vaut-il mieux travailler d'abord le français (par ex jusqu'en janvier) puis les maths ou travailler les deux en même temps ? Combien de séances consacrer à un projet ? Les projets en classe dite "normale" peuvent durer 3 semaines donc peut-on faire durer un projet trois mois avec les enfants suivis au RASED ? On m'a dit de ne pas prendre un train donc... je ne sais plus trop !
Un projet ou plusieurs ? Français puis maths ? Ou français et maths ? Merci de m'éclairer.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 04 août 2005 19:14

Bonjour,

De perdue à soulagée, bravo ! Quel chemin, déjà... :wink:

Votre dernière question, cependant, ne laisse pas de m'interroger sur ce que seront les conditions réelles de votre poste.
De deux choses l'une :
- soit votre poste en CLAD fait de cette dernière une structure fermée, auquel cas il y a lieu de penser à un projet de classe qui articule les projets individuels - et la question de l'ordre français-maths ou maths-français ne se pose pas : vous gérez 26 h./sem. une classe et, grosso modo, ce qu'on attend de vous c'est de travailler les compétences de cycle II non acquises, avec des élèves d'âge cycle III, dans l'ensemble des disciplines (même s'il y a un plus mis sur les disciplines instrumentales) ;
- soit votre CLAD est un dispositif ouvert, qui accueille sur certains temps certains élèves, et la première chose à faire est de penser des modalités de regroupement qui répondent aux besoins de chacun et fixent des priorités différentes pour chacun : après, il s'agit de jongler... entre les besoins en lecture, les besoins en numération, etc. - mais le reste devrait pouvoir être travaillé dans leurs différentes classes d'accueil.

Et dans ce cas-là, c'est un travail de maître E en réseau assez habituel : "prise en charge" sur 20 à 25 séances de 3/4 h.-1 h., autour d'un objectif général qui permet de décliner plusieurs objectifs individuels pour chacun, organisé autour d'un projet (en gros, 3-4 séances d'observation du groupe en train de se constituer (après une observation/évaluation fine individuelle de chacun), une quinzaine de séances de mise en oeuvre du projet (émergence, définition des tâches par rapport à des objectifs d'apprentissage, mise en oeuvre avec retour réflexif, etc.) et quelquers séances de finalisation du projet et présentation au(x) groupe(s) classe(s) pour qu'ils s'approprient les outils créés en petit groupe.

J'ai l'impression que, pour le moment, vous en savez trop et pas assez de ce que seront les conditions effectives de votre poste : des petits groupes de remédiation (maître E RASED) ou CLAD fermée type perf' (objet non identifié mais qui perdure, du fait de l'incapacité qui est la nôtre à penser différemment que par le "traitement à part" les difficultés pédagogiques).

Si je peux me permettre : j'ai l'impression que vous avez déjà beaucoup "bossé". Laissez reposer, reposez-vous et mettez-vous en position d'accueillir ce que seront les besoins des élèves dont on vous parlera. Normalement, vous ne serez pas seule : il y aura bien soit un G soit un psy pour travailler avec vous...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

pe2 de plus en plus soula

Message par pe2 de plus en plus soula » 04 août 2005 20:24

Merci, en fait, vous avez surement raison, je me pose enormement de questions concernant mon poste car je me sens tellement impuissante et je ne veux pas mal faire: j'ai l'impression d'avoir une mission sans avoir les armes et les compétences d'ou une peur qui se traduit par beaucoup de recherches et de questionnements.
Concernant mon poste, je vais travailler avec des petits groupe de 4 à 6 élèves de chaque niveau du cycle 3 et ce 2 séances par semaine (je suis sur 4 écoles).
Peut on m'imposer plus d'élèves ds un groupe sous pretexte de ne pas etre un vrai "maitre E". L'ancienne maitre E m'a dit d'etre prudente et que l'on ne me confie pas un role de MAZEP....JE ne sais pas ce que c'est, à vrai dire....
Cela peut sembler bete mais merci de m'avoir dit que l'on avait un temps d'observation en classe des élèves....Au moins on peut mieux cerner les difficultés.
Sinon, comment commencer? Que dire à ces élèves le premier jour? Bonjour et on commence....Faire des evaluations diagnostiques? Dois t on leur dire que l'on est ensemble pr palier les difficultés ?
Certes il y a un psychologue mais j'avoue que deja avoir en tête un minimum d'idées est rassurant pour affronter ce premeir poste dans un quartier difficile...
Merci

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 04 août 2005 23:04

Bonsoir,

Je serai absent une dizaine de jours du forum (histoire de repartir pour de nouvelles aventures à la rentrée...). Donc pas d'idées à partager durant ce temps, ce qui laissera peut-être la place à d'autres pour vous aider...

Quelques réflexion en vrac sur votre dernier post :
- "peut-on m'imposer" : tout dépend du "on"... Si c'est l'IEN, tout est possible, de la plus grande liberté jusqu'à la contrainte la plus forte. Votre seule arme, les textes, les textes, encore les textes : pour vous, la circulaire 2002-113 à connaître dans ses moindres détails. Si c'est les collègues, rien ne peut vous être imposé : travailler en réseau, c'est partager avec d'autres (le maître de la classe, les maîtres du cycle, les collègues G et psy) la réflexion sur ce qui peut être proposé aux élèves pour prendre en compte leurs difficultés : c'est un travail de co-responsabilité, de co-construction, de croisement des regards pour une réponse la mieux adaptée possible.
- "je ne veux pas mal faire" : n'oubliez pas votre simple bon sens, l'indéfectible confiance portée aux possibilités des gamins.
- "on avait un temps d'observation" : dans la classe (si l'instit' vous accueille) ou hors la classe (si votre regard sur sa pratique lui est insupportable), ce temps d'observation/évaluation est indispensable : comment l'enfant s'y prend-il quand il effectue une tâche, qu'est-ce qu'il dit de la manière dont il s'y prend, etc. Une règle : pas de groupe de 4 ou 5 ou 6 si pas d'observation individuelle des 4 ou 5 ou 6. C'est cette obseravtion initiale qui va vous conduire à vous dire que, peut-être, ces 4 ou 5 ou 6 là pourraient être regroupés pour travailler tel ou tel objectif. Ce n'est jamais le projet du groupe qui est premier, mais les besoins individuels de chacun qui vont constituer, au fur et à mesure des séances, le projet commun. Donc, ne pas arriver avec un projet tout ficelé (même si ça rassure...) mais laisser le projet naître de la rencontre des 4 ou 5 ou 6.
- "ne pas être un vrai maître E" : vieille rengaine... qui a la vie dure. OK vous n'êtes pas formée, OK vous débutez dans le métier - mais l'institution vous confie une mission (par manque de moyens, manque de respect aux personnes, incompétence, tout ce qu'on veut) et personne ne peut vous dénier le droit (et le devoir) de remplir cette mission, avec vos moyens, qui ne sont pas négligeables (voir tiret 2).
- "comment commencer" : on en reparlera, si vous le souhaitez. Un seul mot d'ordre : toujours éclairer les enfants sur le pourquoi il vous retrouve tel jour à telle heure avec tels autres camarades : pour travailler telle ou telle compétence, dont on (leur maîtresse) pense qu'elle n'est pas encore totalement construite et qui est importante pour apprendre ça, ça ou ça (toujours être claire, et au clair, vous comme eux). Donc oui aux évaluations diagnostiques, et oui au parler vrai sur les difficultés. Pour peu que toujours un point positif sur lequel ils peuvent s'appuyer soit lui aussi éclairci.

A bientôt.

Au fait : la réponse... c'est la question :wink:
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Répondre