Article de Yanous sur AVS

AVSi, AVSco, EVS...
Verrouillé
Boogie
Animateur
Animateur
Messages : 187
Enregistré le : 28 mars 2006 16:20
Localisation : dans l'Ouest
Contact :

Article de Yanous sur AVS

Message par Boogie » 05 juil. 2010 09:32

http://www.yanous.com/espaces/parents/p ... 00702.html

AVS : les grandes manoeuvres.
Le transfert par l'Éducation Nationale des Auxiliaires de Vie Scolaire vers les emplois de service à la personne s'enclenche sur fond d'austérité gouvernementale servant l'initiative privée. (...)
"Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m'émerveiller des vrais miracles." (PB)

nowhere
Visiteur
Visiteur
Messages : 11
Enregistré le : 14 janv. 2010 21:30

Re: Article de Yanous sur AVS

Message par nowhere » 06 juil. 2010 11:54

Merci pour cet article intéressant ... et édifiant.
Mais contrairement à son auteur qui a l'air de croire que l'État se désengage progressivement du dispositif AVS-EVS, je pense au contraire que rien n'est fait à l'heure actuelle.
Certes, l'État AIMERAIT se désengager totalement de ce dispositif AVS. Mais rien ne fonctionne tout simplement parce que peu d'associations sont prêtes à engager des AVS (soit par manque de budget, soit par guéguerres entre assos...).

Résumons un peu la situation:
- 700 AVS repris par des assos théoriquement à la rentrée 2010-2011. Un chiffre dérisoire et risible par rapport aux 22000 AVS en poste.
- la proposition de Inclusion 22, irréaliste dans la mesure où l'aide de l'État n'est pas donnée au Fonds d'Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique. et quand bien même elle serait acceptée, rien n'est garanti pour sortir les AVS de la précarité.
- Encore plus grave, le basculement progressif des EVS vers les écoles au détriment des AVS qui sont obligés d'intégrer des collèges ou lycées.
Les contrats EVS sont théoriquement de 2 ans maximum, mais actuellement ce sont des contrats de 6 mois (voire 4 mois) qui sont signés (c'est réel, je connais des personnes concernées).
Ces contrats EVS ne sont pas gérés par l'EN, mais apparemment par le Ministère du Travail (corrigez-moi si je me trompe).
Mais dans quel but ? Faire des économies de bouts de chandelle au budget de l'EN réservé aux AVS-AE ? Si c'est le cas, il ne s'agit plus d'économies, car les salaires des EVS sont également versés par l'État (bien que ne dépendant plus de l'EN).

Bref la situation des AVS était déjà chaotique depuis leur création, mais là on atteint des sommets de précarité...

la mouette
Visiteur
Visiteur
Messages : 5
Enregistré le : 14 juin 2010 15:11

Re: Article de Yanous sur AVS

Message par la mouette » 11 juil. 2010 19:59

Bonjour,
Permettez moi de rectifier quelques inexactitudes dans votre commentaire:

"les contrat EVS ne sont pas gérés par l'EN":
Par circulaire DAF-C2/2008 n° 353, le ministère de l 'Education nationale affirme : "Les EPLE bénéficient du financement intégral des rémunérations des agents employés sous CAE et sous CAV, d’une part, et des charges annexes liées à ces dispositifs, d’autre part.
Ce financement est constitué d’un versement du ministère de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi, des collectivités départementales et du ministère de
l’Education nationale.
L’aide du ministère de l’Education nationale correspond à la part complémentaire nécessaire au financement complet du coût de la rémunération et des charges
afférentes, après déduction de la participation des autres partenaires. Le versement de cette aide s’effectue par le biais du Centre national pour l’aménagement des structures des exploitations agricoles (CNASEA) sur production des justificatifs correspondants.(...)

Autrement dit, les salriés EVS sont bels et bien bien gérés par l' Education nationale. Le ministère de travail, de l'industrie et de l'emploi, les collectivités départementales n'interviennent qu'en partie (75% globalement) dans le financement du dispositif.

"Le basculement progressif des EVS vers les écoles au détriment des AVS qui sont obligés d'intégrer des collèges ou lycée ....je connais les personnes concernées."

Une affirmation péremptoire qui demande à être rectifier
1- pour rappel: le terme AVS dans l'Education nationale correspond à une mission celle d'accompagnement scolaire des enfants handicapés. Cette mission est assurée par 2 types de personnel salariés: les assistants d'éducation (dits AED de statut de droit publique) et les les employés de vie Scolaire (dits EVS de statut de droit privé).
Ils existent aussi des Employés de vie scolaire exerçant des missions assistant administratif à la direction d'école comme il existe aussi des assistants d'education exercant des missions vie scolaire.
2- Le personnel salariés exerçant des mission AVS est à ce jour 22 500. Il se répartit en 9000 Assistants éducation et 13 500 EVS. Ils exercent leurs missions strictement identiques dans les collèges, les lycées et les écoles selon les besoins fixés par les services IA-ASH. Affirmer que ces services IA-ASH établiraient la répartition des EVS au détriment des AVS relèvent du non-sens et particulièrement irrespectueux envers la conscience professionnelle des équipes IA-ASH.
3- La durée de contrat d'un assistant Education est de 3 ans renouvelable 1 fois. Celle d'un employé de vie scolaire, compte tenu des nouveaux contrats en cours, est de 6 mois à 60 mois maximum. la spécificité des contrats des EVS relevant du droit privé du travail fait que les services de l'education nationale ont toute pour possibilité de gérer au mieux les besoins d'accompagnement notifiés par les MDPH en cours d'année scolaire.

"la proposition de Inclusion 22, irréaliste dans la mesure où l'aide de l'État n'est pas donnée au Fonds d'Insertion Professionnelle des Personnes Handicapées dans la Fonction Publique. et quand bien même elle serait acceptée, rien n'est garanti pour sortir les AVS de la précarité"

Irréaliste ? j'ai parcouru cette proposition inclusion 22. Un travail remarquable salué par les experts du monde de l'Économie sociale et solidaire, du monde politique. Mais à part cela, cela reste une proposition dont les auteurs eux mêmes précisent qu'elles demandent à être discutée, à être amendée si nécessaire en préambule. Avez-vous seulement pris contact avec ces auteurs avant d'affirmer qu'elle est irréaliste ?
Elle a un mérite à mes yeux cette proposition inclusion 22. Pour une fois, elle aborde l'urgence sociale de front : celle de trouver une solution de sortie vers un emploi même provisoire à un personnel précaire assistants d'éducation et employés de vie scolaire en fin de contrat légal aujourd'hui. Ils sont 4000 dans ce cas-là. Pensez-vous que ce personnel précaires apprécie la garantie que vous leur offrez de se trouver au pôle emploi parce qu'une proposition vous apparaît irréaliste sans en avoir au préalable examiner avec les auteurs sa faisabilité ?

Boogie
Animateur
Animateur
Messages : 187
Enregistré le : 28 mars 2006 16:20
Localisation : dans l'Ouest
Contact :

Re: Article de Yanous sur AVS

Message par Boogie » 12 juil. 2010 10:58

avec seulement 25% MEN du financement des contrats EVS
un recrutement fait par "pôle emploi"

il est tout aussi faux de dire que "les contrats EVS sont gérés par l'Education Nationale" que de dire que ce n'est pas le cas. Il importe de distinguer "gestion" et "financement". Les contrats EVS sont dans une position de gestion ET de financement croisés où le MEN n'intervient que très marginalement : il ne recrute pas ces agents, et vous dites par ailleurs vous même que 75% de l'argent vient d'ailleurs.

Par ailleurs, dans de nombreux départements, il est avéré que le choix des inspections académiques se porte sur ce que décrit Nowhere, à savoir que les AVS-AED se trouvent réservés pour le secondaire, et le personnel AVS-EVS pour le primaire et élémentaire. La gestion de ce personnel est différenciée selon les départements et encore une fois, il est tout aussi faux de dire que c'est généralisé que de dire que ça n'existe pas.

Votre enthousiasme autour du projet d'inclusion 22 est bien grand. Faire face à l'urgence sociale en transformant le caractère temporaire des contrats aidés en durée indéterminée ne me semble pas relever d'un progressisme extraordinaire.

De plus, avoir occupé un poste quelques mois n'ouvre pas un droit inaliénable à poursuivre son occupation. Ceux qui, parmi les anciens occupants du poste, avaient le plus de légitimité, ce sont les AVS-AED qui étaient auparavant AIS associatifs, et qui ont occupé le poste pendant plus de dix ans. Là on commence à savoir de quoi on parle. Après deux ans d'AVS-i, sauf votre respect, on a encoire pas mal de choses à apprendre pour seulement comprendre dans quelle position on est.

C'est de mon point de vue la définition du poste (donc les missions et les pratiques) et les conditions de son occupation qui doivent être la priorité : défendre sans concession le droit pour les AVS et EVS à se maintenir dans ce poste sous le seul prétexte qu'ils l'ont occupé revient à rendre invisible et impossible toute réflexion sur la position et la nature du poste, et à naturaliser de plus le fait que les conditions d'occupation (en terme de formation) ne sont pas appelées à être modifiées : si une catégorie de la population (définie par le fait qu'elle a été éligible à des contrats aidés - ce qui est un dénominateur issu de la classe dominante : revendiquer une unicité pour les personnes en contrat EVS revient à avaliser leur processus de classement, en d'autres termes à se penser dans des catégories imposées par ceux qui nous exploitent) revendique un accès prioritaire à un poste au seul motif qu'elle l'a occupé dans le cadre d'une politique de l'emploi, il semble évident que c'est le niveau de formation général de cette catégorie qui va servir de base à la construction d'un métier.

Et le niveau de formation des EVS, malgré les exceptions, est vraisemblablement en dessous du baccalauréat.

Sur cette base, la question se transforme en : est-il nécessaire d'avoir une maitrise minimum des connaissances disciplinaires et de l'écriture, est-il nécessaire d'avoir des qualités scolaires pour exercer ce métier ?

Il n'est pas étonnant que l'UNCEVS et inclusion 22 n'abordent pas la question de la formation : ils postulent que la catégorie de la population définie par l'élite politico-administrative comme étant éligible à des contrats aidés doivent par priorité, parce qu'ils sont nombreux et parce qu'ils ont occupé le pose quelques mois (les EVS), continuer à occuper le poste. "J'y suis, j'y reste".

Ce postulait ("j'y suis, j'y reste"), je le défend si et seulement si il est accompagné d'un positionnement fort sur le niveau de formation. Soit : ok, ceux qui occupent le poste et qui souhaitent rester le peuvent, mais il doit leur être offert une formation adéquate (c'est à dire, de mon point de vue, avec un niveau élevé de qualification), et l'entrée dans le poste doit, par la suite, ne plus être limité aux mêmes critères que ceux qui présidaient jusque là, à savoir "être éligible à un contrat aidé".

L'entrée dans ce poste ne doit plus dépendre de politique d'insertion.

L'entrée dans ce poste doit plutôt répondre de logiques qui lui sont propres, internes, et non plus d'objectifs extérieurs qui s'imposent à lui.
"Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m'émerveiller des vrais miracles." (PB)

la mouette
Visiteur
Visiteur
Messages : 5
Enregistré le : 14 juin 2010 15:11

Re: Article de Yanous sur AVS

Message par la mouette » 16 juil. 2010 23:07

Bonjour,
En réponse à Monsieur Boogie,

J'avoue ne pas très bien comprendre votre réponse.
Vous affirmez d'abord: (...)il importe de distinguer "gestion" et "financement" et ensuite, (...)les contrats EVS sont dans une position de gestion et de financement croisée(....)
Si vous vous reportez à la circulaire DAF-C2/2008 n° 35, la distinction entre gestion effective de salariés employés de vie scolaire par un EPLE dépendant du MEN est clairement distincte du financement croisé MEN/ministère du travail/collectivité territorial. Dans le même ordre d'idée, la distinction entre gestion effective d'un EPLE ou d'une école dépendant du MEN est clairement distincte de son financement ou de son entretien dévolu aux collectivités territoriales.

puis vous affirmez un peu plus loin "( (..)il est avéré que le choix des inspections académiques se portent ...les AVS-AED se trouvent réservés pour le secondaire, et le personnel AVS-EVS pour le primaire et élémentaire", ce qui revient ....à reconnaitre finalement que le MEN gère bel et bien les contrats aidés.

Vous affirmez que "il (le Men) ne recrute pas ces agents EVS:
Là, aussi, c'est assez difficile à comprendre compte tenu la procédure engagée pour ce type de personnel.
Pour mémoire: Pour un poste EVS, la procédure de recrutement s'effectue en 3 phases: 1-phase pôle emploi: sélection des candidats (sur dossier et entretien avec éventuellement test psychotechnique destiné à écarter les cas sociaux types psychopathes, troubles comportementaux,etc... 2-phase Inspection académique circo: examen candidature et entretien 3- phase EPLE ou école: entretien final. 3 phases où l'iA joue pleinement son rôle de recruteur final.
Rappel: pour un AED, un dépôt de candidature validé et un entretien avec Inspection académie suffit pour être recruté. Vous revendiquez d'être ancien AVS-I, je ne vous ferais pas injure que l'inspection académique lors de votre phase de recrutement a souhaité le passage préliminaire d'un test Psychotechnique pour vérifier si vous n'étiez pas un psychopathe en puissance ou cas social atteint de graves troubles comportementaux.

Vous affirmez: "le niveau de formation des EVS, malgré des exception, est vraisemblablement en dessous du baccalauréat"
Si je m'en tiens aux instructions mêmes établies par les iA-ASH de nombreux départements, le niveau de formation exigé pour ce personnel AED ou EVS pour des missions AVS-i, sont strictement identiques. Mais, comme vous revendiquez le soin d'être étudiant master 2 en sciences de l' Education travaillant sur la question, je suis prêt à admettre votre affirmation mais votre "vraisemblablement" est plutôt surprenant. Il me semble que pour un travail de qualité en Master 2 science de l'Education, on se donne la peine de vérifier au préalable.

S'agissant mon "grand" enthousiasme pour ce projet "inclusion 22", il s'agit de votre propre interprétation.
Dans mon propos adressé au Monsieur Nowhere (et non à vous même), il s'agissait de faire partager la nécessité, à mon sens, de vérifier auprès d'auteurs de ce projet inclusion22 eux-mêmes des doutes quant à la viabilité ou de fiabilité de leur projet. Ce qui signifie nullement qu'une confrontation d'idées dans le respect réciproque avec ses auteurs constitue un partage absolu pour un projet.
La précarité du personnel de l'Education nationale, et tout particulièrement du personnel AED et EVS est un sujet auquel je m'intéresse tout particulièrement. J 'ai la conviction toute personnelle que la sécurisation des parcours professionnels de ces agents précaires de l'Education est une nécessité absolue à engager pour éviter qu'ils se retrouvent dans une situation de précarisation accrue scandaleuse en fin de leur contrat légal ,que ce soit au bout de 2 ans pour un salarié EVS ou de 6 ans pour un AED.
En interrogeant à plusieurs reprises les auteurs de ce projet, je constate qu'ils ne sont pas du tout indifférents comme le semble transparaître leur projet inclusion22 au volet "formation", "qualification" des salariés EVS et AED. J'ai été assez surpris d'apprendre que leur démarche actuelle était dans une grande réflexion en cours autour du volet "qualification", "compétences" des EVS et AED. La maturité d'esprit, la capacité de ses auteurs du projet à remettre en cause leur certitude comme de tenir compte des remarques "autorisées" du monde associatif, politique, enseignants, universitaire..., leur pragmatisme face à la situation vécue des salariés AED et EVS sont assurément marque de qualité et de sérieux et méritent d'être suivi attentivement.
Vous n'êtes effectivement pas tenu dans le cadre de vos études master2 sciences de l'éducation et compte tenu de la nature de vos centres de préoccupation de vous intéresser au travaux de réflexions de ces auteurs de ce projet dont je découvre qu'ils mettent à contribution des salariés EVS et AED.

Boogie
Animateur
Animateur
Messages : 187
Enregistré le : 28 mars 2006 16:20
Localisation : dans l'Ouest
Contact :

Re: Article de Yanous sur AVS

Message par Boogie » 17 juil. 2010 16:12

Vos circonvolutions obséquieuses masquent mal votre agressivité et votre volonté de "vous payer" votre interlocuteur - tout autant que vos effets rhétoriques votre flagrant parti pris pour un projet (inclusion 22) dont vous tentez de nous faire croire que vous n'êtes qu'un commentateur extérieur.

A leur propos, vous écrivez par exemple : "grande réflexion en cours", "maturité d'esprit", "capacité (...) à remettre en cause leur certitude" et à "tenir compte des remarques", "pragmatisme", "marque de qualité et de sérieux"

Vous avez certainement raison, j'interprète outrancièrement quand je parle de votre "grand enthousiasme" pour Inclusion 22.

Par ailleurs, votre obsession du Texte, pour chipoter sur des points de détails (du genre : "le pôle emploi ne recrute pas les EVS, il ne fait qu'être responsable de la première étape des trois étapes de recrutement"...), m'ennuie - et je n'ai pas dit que le cadre réglementaire n'était pas important, mais à ce niveau de pointillisme ça confine à l'esprit (maladif) de contradiction.

Je vous laisse le soin de continuer à pérorer sur la grandeur d'âme d'inclusion 22, décidément les seuls, seuls et uniques, à défendre les précaires de l'éducation nationale - tandis que les autres, qu'ils soient "du monde associatif, politique, enseignants, universitaires", ne font que produire des remarques infondées à son propos, sans jamais, oh non jamais, "mettre à contribution des salariés EVS ou AVS".

Bon courage dans votre œuvre d'évangélisation.
"Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m'émerveiller des vrais miracles." (PB)

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Article de Yanous sur AVS

Message par Daniel Calin » 18 juil. 2010 11:38

Je bloque ce fil de discussion.

Je prie les propagandistes de l'UNCEVS, d'Inclusion 22 et autres officines du même tonneau de cesser de se répandre sur ce forum, sous peine d'exclusion.
Cordialement,
Daniel Calin

Verrouillé