Lettre ouverte à tous ... pour tous nos enfants à l'Ecole

Toutes annonces concernant l'enseignement spécialisé. Les annonces commerciales ou contraires à l'esprit de ce site et de son forum seront supprimées sans préavis.
Répondre
Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Pourquoi je ne signe pas cet appel

Message par Pascal Ourghanlian » 13 juil. 2006 11:20

La médecine scolaire, je suis pour, a priori.

Je sais la tâche harassante des 5 médecins scolaires avec lesquels je travaille quotidiennement, la démesure de leur secteur, l'ampleur de leurs missions, le nombre toujours croissant des élèves auxquels ils ont affaire.
Je sais l'efficacité d'un travail en réel partenariat médecin scolaire/psychologue scolaire/enseignant référent dans le suivi des situations de handicap.

Je sais aussi la tendance actuelle à médicaliser tout et son contraire, et combien cette pente peut satisfaire tout le monde : les familles, dans l'attente du médicament miracle susceptible de faire disparaître leur difficulté avec leur enfant ; les enseignants, qui peuvent ainsi renvoyer leur difficulté à faire classe à cet enfant à d'autres professionnels ; les enfants eux-mêmes qui développent une dualité d'attribution externe de leurs difficultés les dédouanant de tout effort.

Je sais enfin ma difficulté à moi à entrer dans des considérations comme celles-ci d'associations signataires de cet appel :
- CORIDYS : "Dyslexies-Dysorthographies, Dyscalculies-Dysgraphies, Troubles attentionnels, Dyspraxies, Hyperactivité, Dysphasies"
- HyperSupers : "Trouble Déficit de l’Attention / Hyperactivité" - et vive le Ritalin !
- APEDYS : dyslexie, le retour - voir l'article de Fijalkow sur le site de Daniel.

DONC, ENTRE l'entrée précautionneuse et respectueuse de l'enfant dans sa globalité telle qu'elle est pratiquée par les médecins scolaires que je fréquente ET l'entrisme neuro-comportementaliste que je ne peux pas ne pas voir derrière cet appel, je décide de NE PAS le signer, voire de dissuader de le faire.

La médecine scolaire doit être défendue, voire sauvée : je ne suis pas convaincu que le présent appel soit de nature à le faire, vus l'amalgame et les confusions auxquelles il prête...

Je laisse à Daniel le soin de juger de la pertinence de le laisser sur le Forum.
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 264
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Message par clairea » 13 juil. 2006 14:58

Le rôle des médecins scolaires est en effet essentiel dans le cadre de l'accueil des enfants porteure de handicap, leur secteur et leur moyen semblent dérisoires face à l'ampleur de la tâche...

Alors je ne résiste pas à reposer cette question anodine... Pourquoi donc les médecins scolaires occupent-ils nombres de leurs matinées à aller vérifier la conscience phonologique des enfants de GS grâce à une batterie de tests bien familière aux maîtres d'adaptation ???
Cela me rend perplexe...

Le rôle des médecins est primordial face à tant de situations complexes et graves et leur temps précieux ... surtout quand on pense que nos adolescents n'ont que de rares interlocuteurs dans les collèges pour entendre leur souffrance somatique et psychologique. Peut-être que cette période critique du développement de nos enfants ne mérite pas qu'on s'y attarde plus que sur les éventuelles futures dyslexies de nos grandes sections... Pourtant pourtant...

Bref, plus de moyen oui ! mais aussi plus de cohérence ! la lecture des missions du médecin scolaire est éloquente... Vous avez dit mission impossible ou toute puissance utopique ?

Cordialement ;)

PS : (question à méditer sur la plage) Pourquoi dit-on si facilement qu'un enfant est dyslexique et qu'on évite le verbe être quand on parle d'une maladie... Allez j'ose la provocation, (c'est les vacances) On dira :
"Thomas est dyslexique" mais jamais on n'osera : "Thomas est cancéreux" ... parfois le registre sémantique nous parle de nos représentations ...

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin » 13 juil. 2006 19:44

Je prends effectivement la décision de supprimer cet appel, ainsi que de retirer l'inscription de "youc" à ce forum. Mon site est très clairement construit sur une éthique de l'éducation incompatible avec le neurocomportementalisme dont cet appel se fait le relais. Ce genre de discours n'y a pas sa place.

Les seuls problèmes "médicaux" qu'il évoque explicitement sont le "trouble spécifique du langage", les "troubles des apprentissages", sans parler de la référence à la circulaire 2003-210, texte hallucinant qui vise à mettre en place un flicage généralisé et obligatoire de la "santé mentale" des enfants, remarquablement décortiqué par Claire Blain dans son article Santé mentale à l’école, publié sur ce site.

Je suis a priori favorable au maintien d'une médecine scolaire publique, mais à condition qu'elle fasse une médecine digne de ce nom. Malheureusement, de nombreux signes montrent une tendance de plus en plus lourde de nombreux médecins scolaires à se faire les relais zélés du neurocomportementalisme, et cet appel est malheureusement un signe clair de plus de cette regrettable tendance. Non seulement l'idéologie neurocomportementaliste n'a aucun rapport avec une médecine digne de ce nom, mais ses principes mêmes sont incompatibles avec l'éthique de l'éducation, et même avec l'éthique tout court. Dressages et camisoles chimiques ne sont pas des procédés éducatifs, mais des atteintes à la dignité des enfants auxquels on les applique. Il est désolant de voir des médecins publics penser se défendre en se faisant les promoteurs de pratiques dignes des pires régimes totalitaires.

Je maintiens seulement un lien vers cette pétition afin que les lecteurs de ce forum puissent se faire une idée par eux-mêmes de cette étrange façon de défendre la "médecine" scolaire : pétition close
Cordialement,
Daniel Calin

Répondre