Relaxe pour SamiL'action citoyenne ne doit pas être un délit

Toutes annonces concernant l'enseignement spécialisé. Les annonces commerciales ou contraires à l'esprit de ce site et de son forum seront supprimées sans préavis.
Répondre
pinson
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 38
Enregistré le : 21 août 2008 16:28

Relaxe pour SamiL'action citoyenne ne doit pas être un délit

Message par pinson » 23 févr. 2009 19:57

Ce lundi 23 février, jour de rentrée à Nantes. Pourtant, je n'étais pas dans ma classe. En grève...
Rappel des faits déjà évoqués sur ce forum.
Le 11 juin 2008 une délégation intersyndicale et la FCPE devaient être reçues par l’Inspecteur d’Académie pour lui remettre les avenants au projet d'école non-remplis et notifiant le refus de la nouvelle organisation du temps scolaire (Aide personnalisée entre autre..). Environ 400 personnes (enseignant-es, militant-es syndicaux ou associatifs, parents d’élèves et enfants …) occupent symboliquement et pacifiquement les locaux. Elles ne demandent qu’une seule chose : être enfin entendues. Mais très rapidement (30 mn) les forces de l’ordre font évacuer les locaux sans aucune sommation préalable. Les manifestants sont malmenés, molestés, bousculés. Les nombreux coups qu’ils reçoivent témoignent de la violence de l’intervention policière. Plusieurs plaintes ont d’ailleurs été déposées.
Au moment où se négocie le départ des locaux des forces de l’ordre puis des manifestants et dans l’attente d’une intervention publique de l’Inspecteur d’Académie, un enseignant, Sami Benméziane est brutalement interpellé, menotté et emmené à l’Hôtel de police.
Après son interpellation, Sami apprend qu'il est accusé d'avoir volontairement occasionné à un agent une blessure à un doigt nécessitant une interruption temporaire de travail.
A l’issue de la garde à vue le procureur ne retient pas les accusations de coups et blessures. Sami est néanmoins convoqué au tribunal le 23 février 2009 pour avoir “résisté avec violence à un agent de la force publique”. Aujourd’hui il risquait un an d’emprisonnement et 15000 euros d’amende pour rébellion sans parler des éventuelles sanctions administratives. Chacun de ceux qui étaient présents ce jour-là (et j'en étais) aurait pu se retrouver à sa place.
Nous étions donc en grève, un millier devant le palais de justice de Nantes. Le ministère public par la voix du procureur a requis 2 mois d'emprisonnement avec sursis et 600 euros d'amende. C'est évidemment
trop. Encore une fois, j'y étais avec des collègues, des parents, des enfants. La violence n'était vraiment pas de notre côté. Je suis convaincu que nous aurions tous pu être à la place de Sami.
Le jugement est mis en délibéré ; réponse le 10 mars à 8h30.
Non, l'action citoyenne ne doit pas être un délit. Oui, relaxe pour Sami.




Adresse du site du comité de soutien pour Sami : http://comitedesoutiensami.hautetfort.com/

Répondre