Positionnement de l'IEN AIS

Inspecteurs ASH et conseillers pédagogiques ASH.
Répondre
mpetit32
Visiteur
Visiteur
Messages : 8
Enregistré le : 03 févr. 2006 19:36

Positionnement de l'IEN AIS

Message par mpetit32 » 23 avr. 2006 18:48

En tant qu'IEN AIS ou IEN ASH, je lis et relis le décret sur le parcours de formation des élèves handicapés (n° 1752) et je suis toujours aussi sceptique sur le positionnement des enseignants référents. Si les enseignants référents sont sous la responsabilité d'un IEN AIS (je suis seul dans mon département, ce sera plus facile), je comprends fort bien ce que revêt ce concept de responsabilité pour des professeurs des écoles (PE). Je vais fonctionner , par analogie, comme je le faisais avec le secrétaire CCPE ou le secrétaire CCSD. Mais si l'enseignant référent est un professeur des lycées ou collèges (PLC) ... que devient cette responsabilité ? Un PLC est sous la responsabilité administrative d'un chef d'établissement (principal ou proviseur) et sous la responsabilité pédagogique d'un IA-IPR ou un IEN ET ou EG. Mais dans le cadre où il devient enseignant référent, que signifie cette double responsabilité confiée à un IEN AIS ? Si certains ont des éléments de réponse, je suis preneur.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian » 23 avr. 2006 19:51

Bonne question.

En voici une autre : sur un département où il y a 28 IEN, dont 3 IEN AIS, comment penser l'articulation IEN AIS / IEN de circ' ? Les élèves intégrés le seront sur le territoire d'un IEN. Le référent aura affaire à l'IEN AIS coordinateur. Le PPS sera une commande (si si) de la CDAPH, que le référent, prestataire de services, aura à monter pour un élève sur un territoire d'IEN mais en en référant (...) à l'IEN AIS.

Concrètement, on peut dire : rien ne change, on fait comme avant. Sauf, qu'avant, le lien du secrétaire de CCPE avec l'IEN ordinaire, était de subordination directe. Là, le référent sera "comptable" devant l'IEN AIS. Et si les logiques n'étaient pas compatibles ???...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

mpetit32
Visiteur
Visiteur
Messages : 8
Enregistré le : 03 févr. 2006 19:36

Message par mpetit32 » 26 avr. 2006 14:27

96 départements en France métropolitaine (Corse comprise), 96 façons différentes de fonctionner. En se référant au décret, l'IEN AIS (eh oui je suis unique dans mon département) a sous sa responsabilité pédagogique et administrative les enseignants référents. Ceux-ci sont sur des zones géographiques délimitées comprenant des écoles, des collèges, des lycées, des établissements spécialisés. Lorsque l'enseignant référent apporte des éléments à l'équipe pluridisciplinaire pour l'élaboration du PPS, cette dernière soumet et fait acter en CDA-PH un PPS. Pour le bon déroulement de ce dernier (temps scolaire respecté, temps de soins articulé, matériel dapaté si nécessaire, accompagnement par un AVS éventuellement ou bien intégration collective en CLIS ou en UPI), qui est responsable ? La réponse est institutionnelle :
- comme les directeurs d'école ne sont pas les supérieurs hiérachiques de leurs adjoints, c'est l'IEN de la circonscription où est implantée l'école. L'enseignant référent reste en contact étroit avec l'IEN ou les IEN de sa zone d'intervention. Dans mon département, les IEN auront une copie du PPS des élèves en SH scolarisés dans les écoles de leur circonscription. Il y a forcément un dialogue qui doit s'instaurer, une relation à établir car quel serait le "pouvoir" d'un enseignant référent qui constaterait que dans une école le PPS n'est pas suivi ?
- pour les collèges et les lycées où le chef d'établissement (principal ou proviseur) a l'autorité hiérarchique (décret de 1985), l'enseignant référent sera en étroite relation avec eux. Car comment réunir une équipe de suivi en collège si l'enseignant ne s'adresse pas au principal pour que lui provoque cette réunion ?
- il en sera de même pour les établissements spécialisés.
Le schéma est ainsi établi. Certes nous avons du mal dans le cadre de l'application de cette nouvelle loi à formater notre disque dur. Nous sommes toujours en train d'agir par analogie, par comparaison. Or, il faudrait repartir de zéro.
A très bientôt,

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 937
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin » 26 avr. 2006 15:28

Il me semble qu'en décrivant très rigoureusement la situation institutionnelle qui se met actuellement en place, vous posez bien l'énorme problème induit par une loi qui me semble de plus en plus mal conçue (et pas seulement pour ce qui est de la scolarisation, mais c'est un autre problème).

Pour résumer ce nouveau cadre :

1/ Le PPS est élaboré par l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH. Des enseignants spécialisés y sont détachés, donc sans lien hiérarchique avec l'Éducation Nationale, en tant que membres de cette équipe pluridisciplinaire tout du moins. Le lien entre l'enseignant référent et cette équipe pluridisciplinaire, en particulier sous sa forme "ascendante", reste en l'état actuel des textes, pour le moins flou, pour ne pas dire ténu jusqu'à la limite de l'inexistence. Aucun lien direct, a fortiori, entre les enseignants de l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH et les enseignants en charge de l'enfant.

2/ Le PPS est décidé par la CDAPH, dans laquelle une seule personne représente l'Éducation Nationale, l'IA ou son représentant. Et qui travaille strictement sous contrôle des élus départementaux. Il faut d'ailleurs s'attendre à de sérieux retours de manivelle de ce côté. J'ai déjà entendu une élue locale dire très publiquement et textuellement qu'il était "hors de question que la scolarisation des élèves handicapés perturbe la scolarisation des autres". Et ce n'était pas une idéologue ultra-réactionnaire, bien loin de là, mais une élue expérimentée, déjà habituée à gérer ces dossiers.

3/ L'enseignant référent est chargé ensuite de suivre l'application de ce PPS. Placé sous l'autorité directe de l'IA, représenté par l'IEN-AIS chargé de la supervision des référents, il n'a aucun lien hiérarchique avec les autorités en charge des équipes pédagogiques qui devront appliquer les PPS. Ni avec les IEN de circonscription, ni avec les principaux de collèges, ni avec les proviseurs de lycée. De plus, aucune de ces autorités n'aura participé à l'élaboration des PPS, ni de près, ni de loin - en l'état actuel des textes, on ne voit même pas très bien comment elles pourraient être seulement consultées...

Conclusion : comme vous dites, "il y a forcément un dialogue qui doit s'instaurer". Le problème est que tout a été fait, institutionnellement, pour empêcher un tel "dialogue" ou le rendre pratiquement impossible. Il faut regarder les choses en face : pour ce qui est de la scolarisation, cette loi a clairement été faite pour déposséder l'Éducation Nationale et ses différents acteurs, y compris ses autorités hiérarchiques, de tout pouvoir sur la scolarisation des élèves handicapés, parce que les associations de parents les plus bruyantes lui reprochaient (parfois à juste titre) de s'opposer à l'intégration scolaire. Le problème est que ce sont bien les acteurs de l'Éducation Nationale qui, évidemment, vont devoir réaliser cette scolarisation. C'est tout bête, mais cela semble totalement ignoré par ce nouveau cadre. Plutôt : cela en a été volontairement écarté. Il est quand même hallucinant qu'un PPS puisse être élaboré sans que les enseignants effectivement en charge de l'enfant ne soient seulement consultés ! Et directement consultés, évidemment !

Pour en revenir aux enseignants référents, j'imagine la "position" qu'il vont avoir pour "instaurer un dialogue" avec le proviseur d'un établissement de 3000 élèves, dont des centaines de préparationnaires aux concours d'entrée dans les grandes écoles. Et l'IEN-AIS chargé de le superviser ne sera certainement guère mieux "positionné" que lui !

Bon courage, Pascal ! Et bon courage à vous aussi, mpetit32 !
Cordialement,
Daniel Calin

Tigli
Visiteur
Visiteur
Messages : 5
Enregistré le : 07 août 2007 17:50

Message par Tigli » 19 août 2007 19:02

Bonjour,

Je suis enseignante depuis la rentrée dernière et j'ai effectué mon premier poste avec des TPS-PS-MS en maternelle.
Pour cette deuxième rentrée, j'ai été nommée sur un poste spécialisé, option C. Je n'ai aucune formation pour enseigner sur ce type de poste mais j'essaie de me documenter au maximum.

Ça me fait peur, d'autant plus que je me fais inspecter cette année. Comme je vois que vous êtes IEN, puis-je vous demander ce qu'un inspecteur en ASH demande en premier lors d'une inspection? Qu'attend-il essentiellement ?

Je vous remercie d'avance pour votre réponse.

Répondre