ULIS école

Enseignants référents, enseignants détachés à la MDPH...
Répondre
renavd
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 53
Enregistré le : 09 déc. 2007 22:48

ULIS école

Message par renavd » 27 juin 2015 19:27

Bonjour
On ne trouve pas grand-chose sur internet à propos de l'annonce de la circulaire de rentrée, à savoir la création d'ULIS dans les écoles, en lieu et place des CLIS.
S'agissant de la scolarisation des élèves en situation de handicap, pour favoriser la continuité des parcours et harmoniser les pratiques entre le premier et le second degrés, la [future] circulaire sur les unités localisées pour l'inclusion scolaire (Ulis) redéfinit les classes pour l'inclusion scolaire (Clis) qui deviennent des « Ulis école ». Désormais appelés « Ulis école », « Ulis collège » et « Ulis lycée », ces dispositifs ont vocation à accompagner les élèves en situation de handicap vers une meilleure insertion professionnelle.
Apparemment, la circulaire d'application serait encore en cours d'élaboration; elle aurait été présentée au CNCPH, ainsi qu'aux syndicats.
Sur le site de l'un d'eux, on lit notamment :
Le projet de nouvelle circulaire ULIS, qui avait fait l’objet de travaux préalables dans le cadre du CNCPH (Conseil national consultatif des personnes handicapées), a été présenté aux organisations syndicales le 29 mai dernier
Sur le site d'un autre, on trouve un compte-rendu qui précise notamment :
Il est rappelé que « les ULIS constituent un dispositif ». Les ULIS École, comme les ULIS 2nd degré, ne doivent donc plus être considérées comme des classes fermées. Dans le 1er degré, le travail d'équipe sera nécessaire pour faciliter l'organisation des emplois du temps des élèves entre moments d'inclusion et regroupement au sein de l'ULIS.
Il faut être attentif à cette volonté inclusive forcénée. On a déjà pu constater des dérives :
  • . dans les lycées avec la disparition des UPI au profit des ULIS : désormais, ne peuvent prétendre à y aller que les élèves dont on présume qu'ils seront "employables" à la fin de leur cursus et pourront profiter d'une inclusion dans les classes de C.A.P.; tous ceux qui, avec des déficiences plus importantes, trouvaient leur place dans les UPI conçues comme fermées, avec des inclusions très limitées, mais aussi avec des stages en entreprise, sont désormais orientés vers les établissements médico-sociaux et, faute de place dans ceux-ci, sont renvoyés vers les dispositifs d'insertion ou de la MLDS.
    . dans certains collèges, où certaines ULIS "ouvertes" excluent de fait toutes celles et ceux qui au contraire ont besoin de structure contenante, que ce soit du fait de leur structure psychique ou des limitations de leur efficience intellectuelle; tel collège a ainsi demandé - et obtenu - la réorientation d'un de ses élèves vers l'ULIS de tel autre collège, au motif qu'il ne correspondait pas au projet d'établissement!
Le travail d'inclusion dans les classes ordinaires se pratique au cas par cas pour les élèves des CLIS actuelles. Il y a bien des choses qui pourraient être améliorées de ce point de vue. Le système actuel en effet est pervers : chaque classe doit être pédagogiquement inclusive, mais les élèves handicapés sont administrativement surnuméraires dans la classe - et éventuellement perçus comme de trop. Or cette perversité n'est pas remise en cause dans le projet de circulaire. Pour ma part, je trouverais intéressant, d'un point de vue symbolique, que les élèves soient a priori inscrits dans une classe ordinaire de façon qu'ils en soient perçus comme membres à part entière ; mais à condition toutefois que cette inscription ne préjuge pas de leur emploi du temps : certains d'entre eux doivent pouvoir continuer à travailler la grande majorité de leur temps, voire exclusivement, au sein d'un petit effectif si c'est leur intérêt. Certaines problématiques ont besoin de ce cadre contenant.
Qui trop embrasse, mal étreint.

Répondre