Des enseignants référents entrent en résistance

Enseignants référents, enseignants détachés à la MDPH...
Répondre
monsieurbarthelemy
Visiteur
Visiteur
Messages : 6
Enregistré le : 17 sept. 2008 08:11
Localisation : Enseignant référent

Des enseignants référents entrent en résistance

Message par monsieurbarthelemy » 05 déc. 2013 16:34

Y'a pas d'mal à s'faire du bien !
Alors voici le lien vers un article que Daniel vient de consacrer à la mise à l'écart de l'ISAE dont pâtissent, entre autres, les enseignants référents, et l'action que viennent d'entreprendre les collègues du 9-5 :wink:

http://www.dcalin.fr/textes/referents.html

Un exemple à suivre ?
Cordialement,

monsieurbarthelemy
Enseignant référent

renavd
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 51
Enregistré le : 09 déc. 2007 22:48

Re: Des enseignants référents entrent en résistance

Message par renavd » 06 déc. 2013 17:58

Bonjour
L'argumentation de Daniel Calin au sujet de l'ISAE dans ce texte n'est pas seulement sympa pour nous ; elle est aussi parfaitement calibrée...
...et pourtant elle ne me convaint pas.
Les indemnités sont vraiment le piège que nous tendent les employeurs publics pour diviser la profession.
Il est très juste de dire comme Daniel Calin :
Cette prime a pour vraie fonction de « compenser » l’érosion des salaires de tous les enseignants
mais c'était déjà vrai de l'indemnité spécifique des ERH, dont on peut dire qu'elle a pour vocation de rattraper (un très petit peu) notre pouvoir d'achat - mais que nous l'avons touchée deux ans plus tôt que nos collègues en charge de classes.
Si les ERH se mettent à réclamer le bénéfice de l'ISAE, pourquoi les enseignant-e-s des classes qui accueillent effectivement un-e élève handicapé-e ne réclameraient pas aussi de bénéficier d'une indemnité spécifique en plus de l'ISAE ? Après tout, ce sont elles et eux qui fournissent [dans certaines situations] le travail le plus dur. On n'en finirait pas de réclamer des primes ! On a déjà vu le système pervers des indemnités offertes pour faire passer les évaluations de CE1 et de CM2. Et les indemnités R.A.R. "part fixe" et "part modulable", etc.
Et encore, dans l’Éducation nationale, on est relativement épargné par rapport à d'autres fonctions publiques où le montant des primes avoisine quasiment celui du salaire !
Sans compter que, contrairement à la NBI, les indemnités ne contribuent que faiblement aux retraites.
Il me semble vraiment que l'essentiel, pour les enseignants référents, c'est de revendiquer un équilibre nombre de dossiers/dispersion géographique et le remboursement des frais de déplacement à leur hauteur réelle. Plutôt que des primes pour nous, réclamons des créations de postes d'enseignants référents qui allégeront notre travail. Et pour tous les fonctionnaires, un rattrapage du pouvoir d'achat - ce qui ne peut se faire que par une augmentation de la valeur du point fonction publique.
Paradoxe ultime : prononçons-nous pour l'abolition de toutes les primes !
...et travaillons à l'amélioration des conditions de travail et à la création d'emplois statutaires !
Qui trop embrasse, mal étreint.

monsieurbarthelemy
Visiteur
Visiteur
Messages : 6
Enregistré le : 17 sept. 2008 08:11
Localisation : Enseignant référent

Re: Des enseignants référents entrent en résistance

Message par monsieurbarthelemy » 06 déc. 2013 18:54

D'accord, sur le fond, avec "renavd" pour ce qui est de l'inflation (?) du recours aux primes.

Un "combat" serait de se battre pour que les ER, recrutés parmi les enseignants spécialisés, touchent partout la NBI de spécialisation (et pas l'indemnité de fonction d'ER). Personnellement, je suis affecté comme "enseignant référent 1er degré sans spécialité"...

Un autre serait d'être remboursé des frais de transport "au réel". Personnellement, je fais environ 250 Km par mois non pris en compte parce qu'effectués dans ma commune de rattachement administratif...

Pour ce qui est du nombre d'accompagnements, c'est une variable soumise à appréciation : la loi, rien que la loi = 1 ESS/an, ou nombre d'ESS modulable dans l'année en fonction de la spécificité de chaque situation ? Dans certains départements, les collègues suivent 400 "dossiers" - ce qui les oblige à "rester au bureau"... Quid alors de l'accompagnement des familles ?
Cordialement,

monsieurbarthelemy
Enseignant référent

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 937
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Des enseignants référents entrent en résistance

Message par Daniel Calin » 07 déc. 2013 11:09

D'accord sur le fond, moi aussi, avec renavd, à quelques nuances près :
=> l'indemnité spécifique des enseignants référents est une compensation du fait qu'ils ne touchent pas la NBI, et non de l'érosion des salaires ; c'est bien cette NBI qu'ils devraient toucher, car elle est, elle, intégrée au calcul des retraites ;
=> je suis favorable à la suppression de toutes les primes destinées à compenser l'érosion des salaires, mais pas de celles qui sont liées à des fonctions qui dépassent les conditions ordinaires d'exercice du métier d'enseignant.

Concernant ce dernier point, par exemple, je considère que la NBI, que devraient, à mon sens, toucher tous les enseignants spécialisés, non seulement est parfaitement justifiée, mais est notoirement insuffisante - au point que l'EN a de grandes difficultés de recrutement, dans les options D et F en particulier.

Mon texte ne portait pas sur le fond, à savoir les principes de la rémunération des enseignants, mais bien sur une de ces petites maltraitances institutionnelles, insupportablement méprisantes, dont sont régulièrement victimes les enseignants spécialisés, ou telle ou telle catégorie d'entre eux - alors même que la grande majorité d'entre eux me semblent sauver l'honneur d'un corps enseignant globalement pour le moins problématique, comme le dit très bien le texte de Mme B. que je viens de publier.
Cordialement,
Daniel Calin

Répondre