Professeur au collège et personne ressource ?

Questions spécifiques concernant les formations à l'enseignement spécialisé des professeurs de lycées et collèges (2CA-SH).
Répondre
lechelle02
Visiteur
Visiteur
Messages : 2
Enregistré le : 29 avr. 2011 10:54

Professeur au collège et personne ressource ?

Message par lechelle02 » 29 avr. 2011 18:55

Chers tous, je suis en M2 et je fais un mémoire de fin d'étude sur :
La prise en compte du handicap au collège : si l’urgence venait mettre à mal la construction de l’identité professionnelle du professeur certifié à l'enseignement spécialisé ? J'explique, entre autre, que l'urgence de la mise en place de la loi de février 2005 a généré dans les collèges une prise en compte soudaine de la différence par la découverte de certains handicaps (troubles autistiques, dysphasie...), entraînant des départs en formation de professeurs volontaires ou non mais qui de ce fait, n'ont pas toujours réfléchi à une posture qu'on veut parfois leur faire porter : celle de personne ressource ! J'ai rencontré des professeurs en chemin sur le 2CA-SH qui se refusent de devenir officiellement personne ressource. Certains m'ont dit qu'ils ne se sentaient pas à la hauteur, d'autres m'ont dit leur incapacité à se décentrer de leur discipline pour apporter aide aux collègues. Or, le nombre croissant d'élèves en situation de handicap au collège est source de résistance, parfois même de conflits avec une hiérarchie qui sous couvert d'une loi ne peut faire autrement que d'inscrire. Des professeurs partis en 2CA-SH ou parcours BEP-ASH (enseignement privé) sont partis pour des motivations souvent vraiment très éloignées des unes et des autres mais au final, ils se sentent parfois porter la responsabilité de la scolarisation d'élèves en SH au regard de leurs collègues. Je n'oppose pas didactique et pédagogie mais j'explique aussi qu'il est difficile de renoncer à son champ disciplinaire pour investir d'autres systèmes d'apprentissage et de privilégier plus que le savoir, la méthode. Je remets aussi complètement en cause la non reconnaissance officielle du 2CA-SH, heures non fléchées (sauf pour les ULIS) qui pour moi est aussi une des explications du refus de certains profs d'être suite à leur formation, identifiés personne ressource. J'identifie aussi les départs forcés en formation et j'ose le dire, pour se donner bonne conscience et les départs pour entrer dans une vraie démarche de formation telle qu'on peut le voir dans l'éducation permanente.
Attention de ne pas méprendre mes propos : nous avons toujours eu des élèves en SH dans nos effectifs mais il est incontestable que nous avons de plus en plus d'élèves en SH jusqu'à 2 voire 3 ou plus par niveau et que nous devons ouvrir nos portes à des formes de handicap jusque là admis dans des IME...
Merci de me donner votre avis chers collègues du 2nd degré (en formation ou déjà certifiés ou ayant eu la formation) sur la question : que pensez-vous du statut de "personne ressource" ? A quoi cela fait appel chez vous ? Vous sentez-vous investi par cette posture ? Hormis l'aide matérielle que vous pouvez suggérer aux collègues, avez-vous connu des situations où vous étiez personne ressource ?
Monsieur Calin, je suis aussi preneuse de toutes vos remarques !!!!
merci à tous pour votre aide !
bien cordialement chers collègues
CV

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 944
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Professeur au collège et personne ressource ?

Message par Daniel Calin » 30 avr. 2011 14:26

J'ai participé aux premières formations 2CA-SH données à l'IUFM, dans les options D et F. J'en étais même le "coordinateur". Comme je m'y attendais, nous avons immédiatement buté sur deux difficultés :

=> La première est l'absence quasi-totale de formation pédagogique, initiale ou continue, des professeurs de lycée et collège, sauf démarches très personnelles ou parcours très spécifiques, et sauf pour les professeurs d'EPS qui sont, de longue date, les seuls enseignants du secondaire à recevoir une formation professionnelle digne de ce nom. Comment, en quelques semaines, pallier cette absence de formation pédagogique "de base" et dispenser une formation pédagogique spécialisée ? Mission en toute rigueur impossible, évidemment.

=> La seconde, très proche des problèmes que vous soulevez, est qu'il n'existait pas pour les publics D et F, et qu'il n'existe probablement toujours pas, ni une culture pédagogique spécialisée adaptée aux particularités de chaque discipline du second degré, ni des formateurs capables de la transmettre (je ne sais trop quel serait ici l'ordre le plus logique). Et encore, nous disposions de vieux professeurs d'école normale dans la plupart des disciplines, issus eux-mêmes du second degré et expérimentés dans les problématiques pédagogiques du premier degré, spécialisées y compris pour certains d'entre eux. Ce n'était pas l'idéal, mais ça permettait au moins d'approcher ces problématiques. Ils sont maintenant tous, comme moi, partis en retraite. Et remplacés, au mieux, par des didacticiens, au pire par de purs "disciplinaires", voire violemment "anti-pédagogistes" pour certains. Je plains les collègues encore en fonction.

Conclusion : j'ai toujours pensé qu'avant de songer à accueillir sérieusement les élèves handicapés en milieu ordinaire, il aurait fallu songer à donner d'abord à tous les enseignants une sérieuse formation pédagogique, indispensable pour qu'ils deviennent un tant soit peu capables de prendre vraiment en compte leurs élèves en "simples" difficultés. Or, dans mes toutes dernières années d'exercice, j'ai eu affaire à des groupes de PE2 sur le point de sortir de l'IUFM sans avoir jamais entendu ne serait-ce que le nom de Célestin Freinet. Alors...

Comme chacun sait, on a depuis fait un grand pas en avant : il n'y a désormais plus aucune formation professionnelle initiale des enseignants... Et l'avenir du 2CA-SH est plus qu'incertain...
Cordialement,
Daniel Calin

lechelle02
Visiteur
Visiteur
Messages : 2
Enregistré le : 29 avr. 2011 10:54

Re: Professeur au collège et personne ressource ?

Message par lechelle02 » 02 mai 2011 20:58

Monsieur Calin, on se sent mieux quand on vous lit...!! Je vais tenter de dire la même chose que vous en 50 pages... Quel exercice ! Monsieur, expliquez-moi s'il vous plaît quelle différence vous faites entre didacticiens et disciplinaires. Je pensais les mêmes dans la même case... Merci pour votre aide ! CV

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 944
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Professeur au collège et personne ressource ?

Message par Daniel Calin » 07 mai 2011 15:45

J'ai donné la réponse à cette question dans l'introduction à mon article intitulé Quelle place pour les psychopédagogues dans un service de soins ? :
http://dcalin.fr/textes/psychopedagogie.html#1

Je ne saurais mieux dire.

Ceux que je nommais les "disciplinaires" dans mon message précédent supposent qu'il suffit de bien savoir pour bien enseigner. À mes yeux, c'est une position qui refuse toute réflexion sur les réalités de l'enseignement. Sauf démarche particulière, tous les universitaires, en tant que tels, sont sur une position de ce type. D'où les extraordinaires taux d'échecs des étudiants à l'Université. Par contre, s'il s'agit seulement de faire des colloques entre spécialistes ou de donner des conférences à un public d'initiés, cette conception fonctionne parfaitement, mais je n'appelle pas cela de l'enseignement.

Les didacticiens ont au moins l'intelligence et l'avantage d'admettre que les pratiques d'enseignement méritent d'être réfléchies en tant que telles. Même s'ils restent centrés sur les savoirs à transmettre, ils admettent que les savoirs doivent être "retravaillés" pour être transmis : réorganisation, ordre de transmission, art de l'exposition, distinction entre exposition et "exercice"... Le métier d'enseignant commence réellement avec la didactique. Les professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles sont typiques de cette position. Avec des élèves triés et motivés, ils ne produisent pratiquement pas d'échecs, contrairement aux universitaires qui pourtant les méprisent. Pour ma part, je serais favorable à ce que les enseignements universitaires, jusqu'à la licence, soient confiés à ce type d'enseignants, avec une organisation du même type - ce qui implique bien d'en virer les universitaires, de sortir complètement ce niveau de formation des universités. Il y aurait moins d'échecs et les étudiants bénéficieraient, dans leur discipline, d'une formation de base solide et cohérente, ce qui n'est jamais le cas dans le système actuel. Je viens de lire que le programme "socialiste" propose de "rapprocher universités et grandes écoles". Il faut comprendre qu'ils se préparent à détruire les classes préparatoires ou à les rendre aussi catastrophiques que les premières années universitaires. Ce qui se traduira inéluctablement en quelques années par l'apparition de formations privées payantes de haut niveau. Merci DSK !

Reste, après, à prendre réellement en compte l'élève : là commence la pédagogie, indispensable avec tous les élèves qui ne sont pas "nés coiffés", puis la psychopédagogie, indispensable avec tous les élèves qui éprouvent de sérieuses difficultés...
Cordialement,
Daniel Calin

ptitescargot
Visiteur
Visiteur
Messages : 11
Enregistré le : 02 sept. 2010 18:47

Re: Professeur au collège et personne ressource ?

Message par ptitescargot » 16 mai 2011 13:12

Pédagogie et didactique ne font malheureusement pas non plus partie des parcours de formation dans les grandes écoles ! Sans compter que la grande majorité des élèves qui s'engagent dans cette voie envisagent leur avenir professionnel bien souvent comme "tout sauf enseigner", les rares qui se retrouvent là parce qu'on leur a dit que c'était la "voie royale" non seulement pour la recherche mais aussi pour l'enseignement, ont de quoi être déçus.
Ce sont les conseillers carrières du rectorat qui repêchent ensuite un certain nombre de normaliens brillants et sur-diplômés qui sont totalement désemparés lorsqu'ils se retrouvent devant une classe... (la popularité des contrats doctoraux pour valider les stages d'enseignement en contournant le secondaire s'explique probablement au moins autant par là que par l'amour pour le sujet de thèse d'ailleurs.)

Alors effectivement, créer des classes prépa à objectifs réellement pédagogiques et didactiques, je ne pourrais qu'y applaudir - mais, outre que cela va à l'encontre des mesures d'austérités actuelles, cela supposerait d'admettre aussi clairement que les grandes écoles existantes ne mènent plus vers leur objectif d'origine...!

@CV : ton projet de mémoire est louable et je ne doute pas du fait que tu auras le plus grand mal à ne pas excéder 50p. ! S'il te reste un peu de place, je te recommanderais pourtant aussi d'aborder l'autre extrémité : les enseignants et futurs enseignants qui se sentent la vocation pour devenir enseignants référents, mais qui se heurtent à des obstacles qui vont aussi bien des préjugés comme "vous n'avez pas fait autant d'études pour aller vous occuper de handicapés", jusqu'aux postes budgétés à 99% premier degré alors que les formations 2CA-SH font miroiter des débouchés aussi aux gens du secondaire...

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 944
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Professeur au collège et personne ressource ?

Message par Daniel Calin » 19 mai 2011 11:02

ptitescargot a écrit :Pédagogie et didactique ne font malheureusement pas non plus partie des parcours de formation dans les grandes écoles !
D'abord, je parlais des classes préparatoires, pas des grandes écoles. Ensuite, je ne parlais pas des "parcours de formation", mais des enseignants eux-mêmes. S'ils sont rarement de bons pédagogues (et n'ont guère à l'être), je maintiens qu'ils sont souvent (même sans le savoir !) d'excellents didacticiens.

Pour le reste... Je sais bien que les sortants de Normale Sup tombent de très haut lorsqu'ils se retrouvent dans des établissements secondaires. Cela ne concerne d'ailleurs pratiquement que les disciplines littéraires : dans les autres disciplines, ils trouvent tous à se caser ailleurs (classes prépa, grandes écoles, universités, entreprises). Il serait bon de clarifier la mission de Normale Sup, qui n'a en réalité pas du tout mission à former des enseignants de lycées et collèges...
Cordialement,
Daniel Calin

Répondre