Test de l'alouette

Les aides pédagogiques spécialisées (option E).
Répondre
lboutier
Visiteur
Visiteur
Messages : 1
Enregistré le : 23 nov. 2005 08:20

Test de l'alouette

Message par lboutier »

Qui pourrait me faire parvenir le test de lecture de l'alouette dont parle Zorman dans son test de la dyslexie ou me dire où on peut le trouver?
Merci d'avance.

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 946
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin »

Référence : Lefavrais, P. (1967). Test de l'Alouette. Editions du Centre de Psychologie Appliquée, Paris.

Commentaire personnel : c'est un des sommets de la stupidité dans les "tests de lecture" !!! Et pourtant, la concurrence est féroce...
Cordialement,
Daniel Calin

marbo

non le test de l'alouette est très bien

Message par marbo »

Ce test est un très bon test et des gens formés à l'utiliser y trouvent de précieuses informations quant au processus de lecture utilisé par l'enfant.
Il n'est certes pas complet mais apporte des informations très précises.

une orthophoniste

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 946
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin »

Je maintiens mon appréciation quant à la stupidité intrinsèque de ce test. Qu'on soit "formé" ou non à l'utiliser, il ne peut renvoyer qu'aux conceptions les plus acéphales de la lecture... Il est vrai que ces conceptions stupides sont fort à la mode, et fort bien relayées par la télévision et "notre" Ministre soi-même !
Cordialement,
Daniel Calin

orthophiste

l'alouette

Message par orthophiste »

Il s'agit apparemment d'un test qui soulève des polémiques... Malheureusement pour le moment c'est le seul permettant de donner un âge lexique, dans une ère où, permettez-moi de le rappeler, l'éducation nationale est perpétuellement en demande de chiffres....

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian »

Bonjour,

Évitons raccourcis et jugements à l'emporte-pièce : il peut arriver à l'EN de demander des "chiffres" (type QIV/QIP) dans les rares cas d'orientation. Les psychologues scolaires y pourvoient largement, sans oublier de prendre toutes les précautions nécessaires à leur interprétation et à leur divulgation (voir de Bernard Jumel, dir., l'excellent et fort précautionneux Guide pour un usage critique des tests chez l’enfant, 2003, Aubin).
D'autres "chiffres" peuvent être fournis par les dispositifs d'évaluations nationales (CE2 et 6e, désormais CE1) mais qui ne sont pas référés à des normes statistiques (type tests étalonnés) et ont vocation diagnostique (dont il n'y a pas lieu de méconnaître les contradictions) et formative (dont il convient de dire qu'elle ne fait pas encore partie intégrante d'une pratique professionnelle de masse), non sommative et normative. Certains utilisables de manière intelligente en classe ou en RASED, sans faire appel à un "âge lexique".
Pour ce qui est de la lecture, enfin, qui nous préoccupe plus particulièrement dans ce post, outre les évaluations sus-mentionnées, l'école fait grand usage du MÉDIAL qui permet de faire un point précis sur la représentation de l'acte lexique et ses modalités de mise en oeuvre, ainsi que l'inscription (ou non) dans le principe alphabétique.
Pour terminer, je citerais aussi, de la même époque que l'Alouette, mais revues et réétalonnées, les batteries d'André Inizan, tout aussi "vieillotes" mais autrement plus "intelligentes" (et redoutable d'efficacité en lien avec la notion de "temps fécond" de cet auteur).
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

invitée

test l'alouette

Message par invitée »

Je suis d'accord avec une utilisation parcimonieuse de tests chiffrés, qui ne donnent qu'un aspect du fonctionnement de l'enfant. Bien d'autres facteurs sont évidemment pris en compte et notamment le fonctionnement cognitif des voies de lecture et autres facteurs cognitifs associés. L'ensemble permet de faire le diagnostic différentiel retard d'acquisition/trouble structurel.
Il demeure donc utile mais intelligent ? tout dépend de ce qu'on attend de cet outil et la compréhension n'étant pas testée (alors que c'est le but ultime de la lecture), il ne s'agit en aucun cas d'un test de lecture mais d'un test leximétrique. La nuance est importante.
Quant au test d'Inizan, je ne le connais pas suffisamment pour en parler. Il évalue les troubles instrumentaux et c'est une notion désuète, qui est remise en cause actuellement.
Rappelons que le test de l'alouette a été très souvent réétalonné et que les résultats sont les mêmes depuis vingt ans.
Enfin, je ne suis pas l'auteur de ce test, je ne touche pas de droits dessus, je trouve simplement la polémique autour de ce test intéressante !!!
Cordialement
une orthophoniste, vous l'aurez bien entendu deviné.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Message par Pascal Ourghanlian »

Bonjour,

Merci de votre position nuancée : ce qui importe, effectivement, c'est le fonctionnement de l'enfant (cognitif, mais pas seulement...).

Pour le langage, la NEEL et l'ECOSSE me paraissent des outils utiles (et, pour le dernier, très parlant pour l'enseignant).

Mais les orthophonistes qui partagent leurs outils sont rares et les enseignants formés à la NEEL ou à l'ECOSSE encore plus...

Je rappelle enfin que le protocole national de dépistage des troubles sévères du langage s'appuie sur l'ODEDYS, extraits du BALE, et que les enseignants sont associés à la passation.

Enfin, je redis que, de mon point de vue, et sans remettre en cause le travail des professionnels du langage, ce qui pèche le plus souvent, c'est le relationnel..., avec effets seconds sur le langage (rarement primaires). Vieux débat avec les orthophonistes, bien sûr... (voir, de Bernard Jumel, l'excellent Comprendre et aider l'enfant dyslexique, Dunod, 2005 - mais serait-il disqualifié sur cette question du fait qu'il est psychologue ?).
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Répondre