Syntaxe

Les aides pédagogiques spécialisées (option E).
Répondre
cerfi
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 26 janv. 2006 15:07

Syntaxe

Message par cerfi » 05 mars 2009 11:56

Bonjour,
Souvent, comme le préconise Brigaudiot, je pose cette question aux élèves auteurs de phrases syntaxiquement incorrectes : "Est-ce que quelqu'un qui lirait cette phrase pourrait la comprendre ?" Ces élèves répondent par oui même si ce n'est pas le cas, ou par non sans pour autant être capables de la reformuler correctement. Dans ce cas-là, j'interroge les autres élèves du groupe, s'il y en a, qui sont aussi embêtés que l'intéressé pour répondre à ma question. S'il n' y en a pas, je suis obligé d'apporter moi-même la réponse.
Quelle autre question que celle suggérée par Brigaudiot ou quelle autre modalité de travail que l'échange mutuel des productions pourrait amener les élèves à pointer l'inexactitude de leur formulation ?

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Syntaxe

Message par Pascal Ourghanlian » 05 mars 2009 16:08

Si la syntaxe est comme la signature d'une langue, si elle permet d'en affiner la compréhension, elle n'est pas l'élément qui déclenche cette dernière en premier, tâche dévolue au lexique. La grammaire générative a montré que la structure profonde permet de comprendre en détails (et de faire des inférences, ce qui pour un enseignant et/ou un maître E n'est pas sans conséquences importantes), mais que la compréhension de surface est portée par le vocabulaire.
Lorsque vous interrogez vos élèves sur la comprehension, possible ou non d'une phrase syntaxiquement fautive, vous focalisez leur attention à votre insue sur le sens qu'ils donnent... aux mots. La phrase "moi y'en a vouloir des sous" de Jean Yanne est normativement incorrecte du point de vue syntaxique, mais tout à fait compréhensible 1. parce que les mots portent à eux seuls le sens de cette phrase ; 2. parce que la syntaxe est grossièrement préservée (mais "sous vouloir moi" fonctionnerait aussi bien).

D'où deux questions : 1. quel est votre objectif lorsque vous souhaitez leur faire remarquer qu'ils ont écrit de manière "fautive" ? 2. quel niveau (rapporté aux travaux du groupe Ecouen/Jolibert) souhaitez-vous travailler en production d'écrits (macro-structures ? micro-structures ? textes ? paragraphes ? phrases) dans quel projet d'écriture ?

Si vos élèves en sont à travailler la correction syntaxique en référence à la "norme" du Grévisse, ont-ils besoin d'être "pris" en remédiation ?
S'ils ont besoin d'apprendre à écrire une phrase, la constitution d'un répertoire de phrases de base (S+V, S+V+C, C'est... qui...) par rapprochement de phrases repérées dans des lectures et qui "se ressemblent", "ont l'air de marcher pareil" peut être un travail fructueux.

Mais peut-être suis-je loin du compte ? Essayez de nous en dire plus sur vos élèves, votre projet, leurs difficultés.

Bon courage.
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

Répondre