"Limites" du champ d'intervention

Les aides pédagogiques spécialisées (option E).
Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: "Limites" du champ d'intervention

Message par Pascal Ourghanlian » 07 oct. 2008 18:26

Merci Céline :wink:

La tâche qui nous attend, tous, en ces temps ô combien difficiles, est celle-ci : comment, sur la durée, être à la bonne distance*, à la distance "suffisamment bonne" pour plagier un des seuls grands noms de la psychologie qui ne me soit pas trop hermétique :wink:

* dans notre boulot au quotidien, dans les attaques récurrentes contre l'école, par rapport aux enfants, aux familles, aux soins, aux collègues, à nous-même...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

crepchanty
Visiteur
Visiteur
Messages : 6
Enregistré le : 15 sept. 2008 20:51

Re: "Limites" du champ d'intervention

Message par crepchanty » 31 oct. 2008 14:39

sophie m a écrit : - dans mon école de rattachement se trouve une CLIS. Pour avoir beaucoup travaillé en liaison avec les UPI dans les SEGPA où j'étais en poste auparavant, je n'ai pas tiqué lorsque l'enseignante de cette classe m'a demandé de l'aide en début d'année pour évaluer quelques élèves plus précisément et avoir des conseils à leur sujet. Or dans le réseau quelques collègues se sont récriés que ce n'était pas à nous de le faire, et que nous n'avions pas à intervenir avec les élèves déjà orientés dans des classes où ils étaient pris en compte pour leur difficulté. Quid ?
Bonjour Sophie
J'interviens tard, c'est les vacances, en surfant un peu sur ce super site, je tombe juste sur votre courrier... Voici ma petite opinion : qu'une enseignante de CLIS demande de l'aide pour un bilan, je trouve cela tout à fait normal. Le propre des enseignants de CLIS, c'est qu'ils sont souvent livrés à eux-mêmes... Ce n'est pas l'instit' du SESSAD qui prend Arthur 2 fois 40 mn ni le chauffeur de taxi qui vient chercher Elodie pour l'amener à l'IME ni les synthèses ici et là qui vont permettre de passer du temps en début d'année à mieux cibler les besoins de tel ou tel enfant... Quand on enseigne en CLIS, on se sent bien seul, je le dis parce que je l'ai vécu au début de ma "carrière" d'enseignante spé... Alors je pense qu'il n'y a pas de scrupule à avoir à aider cette maîtresse. Par rapport au suivi après cette évaluation, c'est vrai qu'il faut voir au cas par cas, suivant le profil de l'élève, les besoins de la maîtresse. Dans le secteur de notre RASED, il y a une CLIS et il arrive à ma collègue E qui intervient sur cette école de prendre en charge l'un ou l'autre enfant (toujours en groupe). Quant à la psy scolaire, elle apporte soutien et contribution toutes les semaines ! Vous n'avez pas à culpabiliser à vouloir aider... parce que des regards croisés, c'est toujours ce qu'il y a de mieux pour prendre de la distance et voir différemment tel ou tel élève... Et puis je crois que septembre est vraiment fait pour ça ! (on commence les prises en charge début octobre dans notre Réseau= avant Toussaint! :D ).
Bon courage! :wink:
Réseau-lument attachée aux élèves en difficulté
crepchanty

vercar
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 79
Enregistré le : 30 oct. 2008 13:33

Re: "Limites" du champ d'intervention

Message par vercar » 08 nov. 2008 18:22

N'oublions pas que, pour l'instant, nous sommes régis par la loi 2002-113 où il est effectivement fait état de la co-intervention.
Mais cette co-intervention nécessite beaucoup de travail en amont. Aujourd'hui, avec les heures d'aide personnalisée, les enseignants n'ont déjà plus de temps pour eux, alors pour de la co-intervention...! Cela risque bien d'être du soutien pour répondre à la collègue, et cela ne fait pas partie de nos fonctions.
J'ai une question : qui est ce "on", Sophie, dont vous faites état ? Ce"on " semble être très exigeant. :D
Cordialement

sophie m
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 19
Enregistré le : 04 oct. 2008 18:53

Re: "Limites" du champ d'intervention

Message par sophie m » 18 mars 2009 17:43

Merci Vercar et Crepchanty !

Nouvelle interruption sur mon nouveau poste pour congé mater... d'où l'absence de réponse à vos messages, désolée !
Je reprends depuis dix jours et c'est difficile : la co-intervention est acceptée sur le principe par les collègues des différentes écoles, on commence à discuter des modalités possibles de mise en oeuvre dans leur classe, et lorsque je reviens dans les écoles pour commencer, on me dit que bon, c'est bien joli, mais pour les élèves concernés, il est préférable que je les sorte de la classe... :? Pas gagné cette histoire-là.

Le "on" exigeant ici, c'est la hiérarchie ! Résultat, mon emploi du temps n'est pas du tout dans les limites officialisées en réunion RASED... et les endroits où je rentre dans la co-intervention sont ceux où 'lenseignant pense avant tout à un soutien à un élève comme tâche particulière, ce qui relève des aides personnalisées en effet. Lorsque les différents maîtres E du RASED ont soulevé ce risque en réunion, on nous a répondu que c'était une possibilité, mais déjà une façon de mettre un pied dans la classe... et que c'était à nous de "vendre" des propositions intéressantes.
Sur le principe tout cela ne me gênait pas. Pour avoir bossé pas mal à deux avec des collègues de Segpa, ou Segpa/UPI, je trouve cela enrichissant et pratique.
Dans les faits, si les gamins repérés ont par exemple de gros soucis de lecture et/ou de langage, je ne vois pas comment gérer cela dans la classe. Même la formule "ateliers" ou "groupes de niveaux" ne permet pas forcément un travail efficace avec les enfants à aider. Et peu de collègues souhaitent s'organiser ainsi.
Enfin, je m'aperçois qu'en élémentaire, beaucoup de collègues ont une disposition de classe "en frontal" et varient peu l'organisation de leurs séances... du coup, me voilà dans une des classes à papillonner entre les tables pour aider trois CP, et résultat, cela n'a aucun intérêt, aucune efficacité, et ça perturbe tout le monde.
J'interviens de plus, dans pas mal d'écoles éloignées laissées de côté par mes prédécesseurs (je les comprends, 70 bornes par jour pour pas un rond... bref)... où on est resté aussi sur une image du maître E sortant forcément les élèves et "libérant" les collègues des cas... :roll:

Donc, en bref, je propose de tout prendre en charge, organisation et écriture des projets complets, mais même ainsi... :?

Répondre