Les psychologues sont "oubliés"

Répondre
ARGUIN
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 42
Enregistré le : 01 oct. 2008 10:56

Les psychologues sont "oubliés"

Message par ARGUIN » 16 mars 2013 12:36

Avec deux lettres ouvertes, aux députés qui examinent la loi d'orientation et au THINK TANK PS Terra Nova, qui vient de publier un dossier sur l'aide aux élèves en difficulté, l'association des psychologues de l'éducation nationale relance le débat.

"Pourquoi laisser aux collectivités locales la mission «de garantir une réponse coordonnée à la difficulté scolaire»?", demandent les psychologues scolaires.
"Pour nous, la responsabilité d’un tel dispositif doit rester du côté de l’école. Jusqu’à présent, dans la pratique, c’est le psychologue de l'Education nationale qui coordonne le travail de médiation entre les différents partenaires dans l’accompagnement des situations d’élèves en grande difficulté...
Il manque dans ce projet un personnel jamais cité bien que très sollicité sur le terrain : le psychologue. Un projet qui traite de la grande difficulté scolaire et du travail en réseau dans un dispositif d’aides reliant les professionnels peut-il donc dénier leur existence sans les nommer, sans même les signaler ?"


LIEN vers l'article du Café Pédagogique : http://www.cafepedagogique.net/lexpress ... 26717.aspx

ARGUIN
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 42
Enregistré le : 01 oct. 2008 10:56

Re: Les psychologues sont "oubliés"

Message par ARGUIN » 16 mars 2013 13:51

Communiqué de l'AFPEN à propos du "PROJET DE LOI d’'orientation et de programmation pour la refondation de l’'école de la République".

Nous avons le plaisir de vous annoncer que l'amendement proposé par l'AFPEN aux députés concernant la mention des psychologues de l’Éducation nationale a été inscrit à l'alinéa 229 en page 73 du document joint. Cet amendement sera présenté au vote de l'Assemblée nationale le mardi 19 mars 2013. Nous restons attentifs jusqu'au vote définitif de la loi en mai. Nous nous réjouissons que les actions associatives et professionnelles de l'AFPEN et de ses adhérents permettent la reconnaissance de la place des psychologues et de la psychologie dans le système éducatif.


Extraits : alinéas 228 et 229 "L’école a pour responsabilité l’éducation à la santé et aux comportements responsables. Elle contribue au suivi de la santé des élèves. La politique de santé à l’école se définit selon trois axes : l’éducation, la prévention et la protection.

Elle s’appuie pour cela sur les médecins, les personnels infirmiers et les psychologues de l’éducation nationale, mais également sur l’ensemble des personnels, afin de dépister et de diagnostiquer les troubles susceptibles d’entraver les apprentissages, de scolariser les élèves atteints de maladies chroniques et en situation de handicap et de faciliter l’accès aux soins et à la prévention pour les élèves. L’action des personnels sociaux et de santé de l’éducation nationale constitue un outil majeur de lutte contre les inégalités sociales de santé et de prévention précoce des difficultés des élèves et du décrochage scolaire. Cette action s’exerce en collaboration avec l’ensemble des personnels de la communauté éducative et les partenaires de l’école.

La promotion de la santé contribue à réduire les inégalités de santé par le développement des démarches de prévention.


LIEN vers le PROJET DE LOI d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la République.
Texte résultant des délibérations de l’Assemblée nationale à l’issue de la seconde séance du 15 mars 2013 :

http://apps.nouveauxterritoires.com/sim ... efondation

daniele
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 59
Enregistré le : 14 avr. 2011 18:40

Re: Les psychologues sont "oubliés"

Message par daniele » 16 mars 2013 20:09

lu le texte terra nova, merci d'avoir transmis l'info
on dirait qu'ils découvrent notre boulot, ce qu'ils décrivent, il me semble que c'est ce qu'on fait depuis longtemps mais sans moyens ni reconnaissance statutaire, et sans pouvoir institutionnel autre que notre pauvre pouvoir de persuasion, on peut demander une réunion par exemple mais nous n'avons aucun pouvoir de l'imposer et bien souvent c'est entre deux portes qu'on travaille!!!
Coordonner les aides, c'est ce qu'on essaie de faire avec difficultés car notre discours n'est jamais légitimé et notre compétence dans le domaine de la "psychopédagogie" n'est jamais reconnue, et pourtant...
il ne faut pas jeter le bébé avec l'eau du bain et c'est ce que terra nova fait quand même, genre, les RASED sont démolis profitons en pour les remplacer !
Puis cette focalisation sur les dys c'est réducteur, et les troubles du comportement aussi, sûr que vu comme ça, c'est pas compliqué.
Il faut effectivement nous donner les moyens d'une approche réellement interprofessionnelle mais cela ne s'improvise pas : j'ai cherché de la doc sur le net et la seule qui théorise la collaboration interprofessionnelle vient du Québec je crois, en tout cas pas de France. Pour l'instant, cette culture n'existe pas en France. Pour preuve, à l'école, toute personne, (donc n'importe qui) peut animer une réunion sans qu'une formation apparaisse nécessaire, comme si une réunion professionnelle n'était pas différente de la discussion au café du coin finalement même quand il s'agit de discuter de l'avenir d'un enfant.
Renvoyer ça aux collectivités territoriales, pas d'accord, le service public ne peut être réduit à cet espace, cela risque à mon avis de générer pas mal d'inégalités des services proposés et une inégalité de la définition même de ce service selon les idéologies ou orientations des décideurs.
Quant à l'absence des psychologues dans les discours actuels, c'est pas nouveau !

références sur le travail "d'équipe" : "trois concepts de collaboration" (école en chantier), et "collaboration interprofessionnelle, des alliances au quotidien, la base de la collaboration interprofessionnelle" pdf trouvé sur le net travaux du Québec

Répondre