Suppression des RASED

Problèmes généraux (psychologues scolaires, option E, option G).
Répondre
stevil
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 76
Enregistré le : 18 juin 2007 23:39

Suppression des RASED expliquée à TF1

Message par stevil » 16 nov. 2008 22:40

Journal télévisé de 20h, TF1, dimanche 16 novembre 2008 (vidéo visible sur le site TF1)

Mini-reportage où l’on voit un maître G du 77 jouer au football avec un élève.

Commentaire du journaliste : « Pour le recteur de l’Académie, ce système (RASED) n’est pas satisfaisant : beaucoup de trajets, peu d’élèves suivis, entre 40 et 50 par an, et des résultats difficiles à évaluer ».
« Ces enseignants seront réaffectés en classe : le projet du Ministère est de faire profiter tous les élèves des compétences des maîtres spécialisés ».

Paroles de Monsieur Jean-Michel Blanquer, recteur de l’Académie de Créteil : « Comme vous retirez l’élève de la classe, pendant ce temps-là, il ne suit pas le cours que les autres suivent donc paradoxalement vous lui apportez un traitement particulier mais il est déconnecté de ce qui se passe en classe. Il est beaucoup mieux d’avoir un temps spécifique en plus de la classe plutôt que d’avoir un temps pris sur la classe ».

Claire23
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 19
Enregistré le : 21 sept. 2007 18:21

Re: Suppression des RASED

Message par Claire23 » 16 nov. 2008 23:03

Peu d'élèves suivis...???
Ils pensent nous en mettre combien, dans ces classes où on sera tellement plus efficaces ? 58 ? 72 ? 125 ?

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Suppression des RASED

Message par Pascal Ourghanlian » 16 nov. 2008 23:10

Du temps où j'étais E en RASED :

6 périodes de 6 semaines :
la première : prévention en maternelle : tous les gamins de GS de mon secteur, soit 60 gamins
les 5 suivantes : 4 groupes par jour, 2 fois par semaine, de 4 gamins, soit 160 gamins

"en tout" : 220 gamins par an

et j'avais des collègues prenant 6 groupes par jour...

En G, moins, bien sûr, et heureusement !

On voit bien :
1. que leur connaissance du terrain est inexistante,
2. que leur logique comptable est une logique d'économie de postes et non de nombre d'élèves suivis

Donc rien ne sert d'argumenter sur ce genre de logique, puisque nous n'avons pas les mêmes, et que la leur est malhonnête...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

vercar
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 79
Enregistré le : 30 oct. 2008 13:33

Re: Suppression des RASED

Message par vercar » 16 nov. 2008 23:19

Il faut réagir:
- écrire à la rédaction de TF1
- exiger un droit de réponse, sur TF1 ou/et les autres média
- mettre en parallèle avec les refus du rectorat et du ministère de tourner pour un journaliste FR2 (moins assujetti au pouvoir ?.....) avec un RASED de Paris 19ème ....

eric94
Visiteur
Visiteur
Messages : 5
Enregistré le : 30 oct. 2008 15:15

Re: Suppression des RASED

Message par eric94 » 17 nov. 2008 23:53

Bonsoir,

Connaissez vous le pedigree de ce Mr Jean-Michel Blanquer, recteur de l’Académie de Créteil ?
Il y a de quoi se marrer!!
On peut le consulter ici http://www.ac-creteil.fr/rectorat/organ ... ecteur.htm

Et là on peut constater à quel point ce Mr est compétent en matière d'éducation, fin analyste, digne de confiance.
Et là on peut constater à quel point ce Mr peut nous donner des leçons à nous les professionnels de l'école.

Le droit mène à tout, même aux propos tordus !

vercar
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 79
Enregistré le : 30 oct. 2008 13:33

Re: Suppression des RASED

Message par vercar » 18 nov. 2008 18:10

Un syndicat d'inspecteurs soutient la grève du 20 :

Le SNPI-fsu comprend et soutient la grève du 20 novembre 2008 Version imprimable Suggérer par mail
18-11-2008

Pour le 20 novembre prochain, tous les syndicats enseignants de la FSU et la plupart des syndicats enseignants des autres fédérations ont appelé à une grande grève de protestation contre le budget de l’éducation et les réformes menées sans concertation et sans délai par les ministères de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.

Conscient de la réalité et de la légitimité des griefs qui ont été exposés pour justifier cet appel à la grève, le SNPI-fsu exprime solennellement son soutien à cette journée d’action qui réclame une véritable négociation de la politique en cours.

Observateur de l’état de notre système éducatif sur le terrain, le SNPI-fsu déplore le développement d’une ambiance invraisemblable qui met en péril la bonne marche de nos enseignements, qui ébranle dangereusement la sérénité nécessaire aux enseignants et qui, au final, fait croître un doute général inacceptable sur la qualité des apprentissages des élèves.

Le SNPI-fsu appelle les inspecteurs à s’associer à cette journée du 20 novembre 2008, selon les conditions locales, et à en respecter le sens. Car c’est de respect que notre système a besoin.


© 2008 Site du S

vercar
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 79
Enregistré le : 30 oct. 2008 13:33

Re: Suppression des RASED

Message par vercar » 18 nov. 2008 18:25

Le CV du recteur est INCROYABLE !! Une pure merveille !Je ne savais pas que ça pouvait exister. Tout cela à 44 ans. Il ne doit pas savoir ce qu'est un enfant en difficultés...

vercar
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 79
Enregistré le : 30 oct. 2008 13:33

Re: Suppression des RASED

Message par vercar » 19 nov. 2008 13:35

Pour ceux qui veulent témoigner sur ce que changent ou vont changer dans notre pratique professionnelle quotidienne les réformes menées par Mr X.


http://www.lemonde.fr/societe/appel_tem ... _3224.html

marijo
Visiteur
Visiteur
Messages : 2
Enregistré le : 19 nov. 2008 20:01

Re: Suppression des RASED

Message par marijo » 19 nov. 2008 20:30

L'émission Là bas si j'y suis (France Inter) de ce jour était consacrée aux RASED : enfin une émission intéressante ! Les commentaires sont aussi sur le site.
Vous pouvez la télécharger.

vercar
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 79
Enregistré le : 30 oct. 2008 13:33

un geste de jeunes enseignants

Message par vercar » 20 nov. 2008 21:21

Un geste citoyen de jeunes enseignants bien impressionnant:
http://pouruneecolerepublicaine.blogspo ... ectif.html
Lire cela après cette belle manif, ce n'est que du bonheur!
Bravo à eux.

ExNomade
Visiteur
Visiteur
Messages : 13
Enregistré le : 19 oct. 2008 15:35

Re: Suppression des RASED

Message par ExNomade » 20 nov. 2008 21:40

Oui, c'est bon de lire ça. Quand je vois que dans certains écoles, cette histoire de prime à l'évaluation divise déjà (n'etait ce pas le but ?)
je suis heureuse de constater que de jeunes enseignants sont lucides sur l'avenir de l'école et loin d'être dupes de l'entreprise de délabrement.

stevil
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 76
Enregistré le : 18 juin 2007 23:39

Suppression des RASED

Message par stevil » 21 nov. 2008 12:53

Article paru dans « l’Union »

Explications de l’IA de L’AISNE concernant l’avenir des RASED :


« Il est en effet question que les personnels de RASED soient stabilisés dans des écoles. Le ministère parle de sédentarisation dans les écoles où le besoin est le plus important ».

L’IA tente de calmer les inquiétudes : « Il n'est toutefois en aucun cas question dans notre département de supprimer des postes ni de remettre en cause leur spécialité ».

« Nous sommes en attente de la circulaire et pour l'appliquer ».

« Nous étudierons bien sûr les territoires afin de trouver les lieux où les besoins sont les plus flagrants en terme d'élèves en difficulté afin de renforcer les rangs d'équipes pédagogiques stables. Actuellement le diagnostic de territoire n'est pas encore fait. »

Claire23
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 19
Enregistré le : 21 sept. 2007 18:21

Re: Suppression des RASED

Message par Claire23 » 21 nov. 2008 18:10

En d'autres termes, il est plus que jamais d'actualité de poursuivre la résistance, continuer à faire signer les pétitions, et surtout, insister sur le non départ en formation de futures maîtres E et G l'année prochaine.
Ils essaient d'endormir tout le monde avec leur fameuse "sédentarisation" qui ne veut rien dire de plus que "fermeture de postes".
De même qu'ils essaient d'endormir tout le monde en ne parlant jamais de supprimer les réseaux, mais seulement d'enlever "un petit tiers des postes";

Continuons à faire signer la pétition, à informer les parents, à écrire aux élus.

Et aussi, demandons à nos représentants syndicaux d'être très clairs sur nos revendications : il s'agit bien de préserver tous les postes de RASED, et de pérenniser les départs en formation. Sans ces certitudes, il ne faut pas lâcher le morceau!

vercar
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 79
Enregistré le : 30 oct. 2008 13:33

Le compte n'est pas bon!!

Message par vercar » 21 nov. 2008 19:45

AME 28 attention aux chiffres !!!
>
>


>

La règle de trois bidouillée par Darcos


>

Chaque jour de grève, chaque manifestation est l'occasion d'un match de catch statistique. On sait avant qu'il commence qu'il y aura au minimum un écart de 1 à 2 entre les chiffres de manifestants ou de grévistes «selon la police» et les chiffres «selon les organisateurs». On s'y est habitué, on en rigole et pourtant, derrière cette bataille de chiffres et de com', il y a des enjeux politiques majeurs et de petites manipulations pas classes.


>

L'exemple de la grève d'hier est très parlant. En trois temps et un mouvement.


>

Premier temps : tôt le matin, le ministre Darcos matamore sur RTL en expliquant que les syndicats ne représentent qu'eux-mêmes, qu'ils sont réac' et que de toute façon la grève sera minoritaire dans le second degré.


>

Deuxième temps : les syndicats répercutant les remontées des établissements estiment qu'au moins un enseignant du secondaire sur deux est en grève.


>

Troisième temps : en pleine manifestation, le ministère annonce 24,41% de grévistes dans le secondaire. La grève est minoritaire et Darcos se pose en chevalier blanc de l'immense majorité silencieuse. On notera sans sourire la précision du taux au centième près. Ça fait vrai !


>

D'ailleurs ça l'est... selon le mode de calcul adopté...


>

Un peu de pédagogie :


>

Jusqu'alors et selon une logique implacable, le calcul du taux de grévistes était simple : on prend par établissement le nombre de grévistes, on le divise par le nombre de professeurs attendus et on multiplie par 100.

Prenons un exemple : le collège Schmul dans lequel sont nommés 60 enseignants.

Chaque jeudi, 43 d'entre eux travaillent (ben ouais ces fainéants de profs ne font que 18 heures de cours, alors forcément les plus chanceux d'entre eux ont une journée de non-cours dans la semaine).

Hier, sur ces 43 profs, 3 étaient absents pour des raisons diverses mais légales (maladie, garde d'enfant, mariage, divorce, garde à vue…). 40 profs étaient donc attendus au collège pour travailler. 20 d'entre eux étaient en grève.

On applique le calcul : 20 divisé par 40 multiplié par 100 =… 50%. Ça semble implacable.


>

C'est compter sans l'imagination zélée du ministère. Il a trouvé comment faire baisser les taux de grévistes sans en changer le nombre.

Et oui, il suffit de diviser le nombre de grévistes par un dénominateur plus grand.On ne divise plus le nombre de grévistes par le nombre de profs censés travailler mais par le nombre de profs tout court.


>

Les non travailleurs et les absents sont donc comptés comme non grévistes.

Et hop : 20 divisé par 60 multiplié par 100 = 33,33%


>

C'est mieux que de faire voter les morts !


>

On prétend que Darcos ne maîtrise pas la règle de trois. Mais c'est comme avec les élèves, il suffit de les motiver avec des exemples qui leur parlent. Dès qu'on lui parle de grévistes, not'ministre est super bon en division et même en soustraction. Quant à l'addition il en est le maitre : il a réussi à mettre tout le monde contre lui !

stevil
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 76
Enregistré le : 18 juin 2007 23:39

3000 postes RASEd et on s'arrête là ?

Message par stevil » 21 nov. 2008 20:54

Extraits dépêche AFP :

Le ministre de l'Education Xavier Darcos a assuré vendredi, au lendemain d'une grève des enseignants, qu'il allait "entendre" les syndicats du primaire, mais ceux-ci demandent de véritables "négociations", notamment sur les maîtres spécialisés, l'école maternelle et la formation.
"J'entends évidemment la grève, j'entends les manifestations, je ne suis ni sourd ni aveugle. (...) Et je vois bien qu'il faut que nous retrouvions des moyens de nous parler différemment, puisque les protocoles que nous signons ne suffisent pas", a déclaré M. Darcos sur France Inter.
"Je vais continuer à rencontrer (les syndicats du primaire) et leur demande d'être entendus sera évidemment reçue", a-t-il ajouté, au lendemain d'une grève dans la cadre de laquelle la mobilisation en primaire a été forte.
A son issue, les trois principaux syndicats des écoles avaient donné "cinq jours" à M. Darcos "pour ouvrir des négociations", à défaut de quoi ils lanceront de "nouvelles actions".
"On a entendu et senti que le ministre avait compris l'ampleur du mouvement et a changé de ton", a réagi vendredi Gilles Moindrot, secrétaire général du SNUipp-FSU, premier syndicat en primaire.
"On a l'impression qu'il fait patte de velours, mais en même temps l'ensemble des mesures auxquelles nous sommes opposés sont confirmées. On ne souhaite pas seulement une rencontre de courtoisie, mais de véritables négociations", a-t-il ajouté.

Même son de cloche au SE-Unsa (deuxième en primaire) qui souhaite de "vraies négociations" et propose au ministre de "rendre publiques ces négociations s'il les accepte, afin que désormais la transparence soit la règle devant tous".
Les syndicats contestent les 13.500 suppressions de postes du budget 2009 (après 8.500 en 2007 et 11.200 en 2008) et veulent en particulier des assurances sur l'avenir des maîtres spécialisés dans la lutte contre l'échec scolaire (dits "Rased"), sur l'école maternelle et sur la formation.

En résumé, le SNUipp veut l'assurance que les suppressions de postes de Rased ne se poursuivront pas au-delà de 2009.

De son côté, M. Darcos a expliqué la "montée" actuelle de la "tension" dans l'Education par l'approche des élections professionnelles, le 2 décembre.

Répondre