Suppression des RASED

Problèmes généraux (psychologues scolaires, option E, option G).
stevil
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 76
Enregistré le : 18 juin 2007 23:39

Suppression totale des RASED ?

Message par stevil » 27 oct. 2008 21:35

Bonsoir,
Je viens d'écouter l'émission de France-Inter. J'ai beaucoup apprécié l'intervention de Monsieur Calin.
Je m'interroge quant aux précisions de Monsieur NEMBRINI.
Il affirme que les RASED ne seront pas supprimés et ne mentionnait que les 3000 postes concernés par le budget 2009.
Je ne sais donc quoi penser : peut-on croire Monsieur NEMBRINI ou doit-on prendre en compte les informations qui circulent (compte-rendu de la réunion du jeudi 16 octobre au MEN) concernant la fin de la formation initiale et la suppression totale des RASED programmée sur 3 ans ?
Bonnes vacances à tous.

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Suppression des RASED

Message par Daniel Calin » 27 oct. 2008 21:48

Merci pour votre appréciation. J'ai horreur de ce genre de "débat" (totalement bidon, au fond : il est clair que le représentant du pouvoir n'est absolument pas là pour "débattre", mais uniquement pour vendre sa soupe). En sortant, on a tellement l'impression d'avoir été mauvais, d'avoir mal dit, et c'est vrai, en plus, on aurait pu mieux dire, plus clairement, de façon plus percutante... Enfin...

Vous avez bien entendu Mr Nembrini, qui était très clair au moins sur ce point : pas question de supprimer les RASED, seulement ces 3.000 postes. C'est à mon sens ce qu'il faut en retenir et le message qu'il faut faire passer pour soutenir le moral ces collègues. C'est clairement un premier recul du pouvoir face à la mobilisation. Bien sûr, la crédibilité de ce pouvoir est inférieure à zéro et on ne gagnera vraiment à terme que si on parvient à les faire reculer sur ces 3000 suppressions de postes. Sinon il est très probable que l'an prochain il rejoueront le même scénario.

Haut les cœurs, ce soir, la pétition se rapproche des 75.000 signatures.

Bon courage à tous.
Cordialement,
Daniel Calin

Dominique Douay
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 12 oct. 2005 22:22

Re: Suppression des RASED

Message par Dominique Douay » 28 oct. 2008 07:59

J’ai écouté hier, le téléphone sonne sur France Inter, et même si j’ai beaucoup apprécié les interventions de M. Calin et M .Buttard, :wink: j’ai trouvé que pour un auditeur lambda, suite à cette émission, c’est la position du gouvernement qui était la bonne : redéployer les instituteurs spécialisés sur un poste en zone sensible, là où ils seront le plus utiles. :twisted: L’émission avait pourtant bien commencé, une maman disait tout le bien qu’elle pensait des membres du RASED, notamment d’un rééducateur qui avait permis à son enfant d’entrer dans les apprentissages. Par contre, l’intervention du directeur d’école a donné de l’eau au moulin de M. Nembrini, en expliquant que les membres des réseaux choisissent les élèves et qu’ils ne sont pas efficaces. Cela n’est pas nouveau http://www.cahiers-pedagogiques.com/art ... ticle=1239, M. Maire exprimait déjà en 2004 le malaise de certaines équipes de travailler avec les réseaux. Il est vrai qu’il y a encore quelques années, j’ai moi-même été très acerbe envers une psychologue de réseau qui se posait en tant que spécialiste de la difficulté des élèves, considérant les enseignants de classe, le directeur de l’école comme des « ignares » de la « vraie difficulté ». Comme l’a souligné M. Buttard, il est difficile de mesurer l’efficacité des réseaux, car les élèves suivis progressent, mais il est très difficile d’attribuer le seul mérite au suivi en aide spécialisée, le maître de la classe mettant en place une pédagogie différenciée pour cet élève, les parents prenant part au projet d’aide, d’autres personnes intervenant aussi (soins extérieurs). Le seul mérite du réseau est justement d’être cette plate-forme d’échanges entre professionnels autour de la difficulté. Cependant, je vois poindre un déplacement de cette plate-forme « extérieure » aux établissements, vers une plate-forme « interne » à l’établissement avec la mise en place des EPLE en école primaire. Déjà pour les élèves relevant de la MDPH, ce n’est plus le réseau qui sert véritablement de plate-forme, mais l’équipe éducative réunie par le directeur, il est donc dans la logique que le traitement de la grande difficulté sera elle aussi gérée à l’interne des établissements. Il est donc tout à fait clair que les maîtres E et G seront donc au plus près des difficultés en étant dans les équipes pédagogiques. Cependant, ce que M. Nembrini ne sait pas, c’est que notre travail de prévention et de médiation est une fonction à plein temps, et que s’il me remet dans une classe, certes je ferai classe, peut-être mieux qu’auparavant, ma formation spécifique et continue (ce sont les élèves en grande difficulté qui me forment en montrant comment ils apprennent) m’ayant ouvert les yeux sur certains de mes travers d’enseignant, mais je ne pourrai plus faire ce que je fais cette année, en tant que maître E de réseau. A la limite, en aides personnalisées, je pourrais prendre des élèves relevant d’aides spécialisées, mais je ne serai plus disponible pour être la personne-ressource à laquelle on s’adresse pour aider à mettre en place les aides personnalisées, les PPRE, un groupe de prévention en compréhension, en lecture (au sein de MACLE, par exemple…), qui va rencontrer des parents qui ne viennent pas facilement à l’école pour les aider à comprendre le rôle de l’école, leur rôle en tant que parents… Je serai trop accaparée par ma gestion de classe. Merci M. Calin d'avoir essayé de faire comprendre que même si nous sommes des enseignants, nous pourrons certes reprendre une classe, mais alors nous ne pourrons plus faire notre travail de membre de réseau. Je crains cependant que M. Nembrini n'ait pas entendu ce message, étant pris dans une logique comptable. Je travaille dans un secteur rural, et beaucoup de collègues apprécient le travail du réseau et se demandent comment ils vont faire pour gérer les élèves en grande difficulté si l’antenne est supprimée, certains cependant, se disent que, de toute façon, les élèves en grande difficulté sont «irrécupérables», même s’ils sont aidés par le RASED au cycle 2, ils seront toujours en grande difficulté au cycle 3 et au collège et qu’il est temps de nous remettre en classe, pour que nous soyons efficaces :twisted:
J’ai été surprise d’entendre M. Nembrini dire qu’il ne remettait pas en cause les réseaux, et que si 1/3 des effectifs partaient sur des classes, les 2/3 restant pourraient continuer à faire leur travail de réseau, il n’a donc pas confirmé la disparation complète des réseaux alors qu’il venait de dire qu’ils sont inefficaces. Je crois que nous serons fixés sur notre sort lors du vote du budget et suivant la mobilisation des collègues de classe, des parents d’élèves. :wink:
Pour finir sur une note d’espoir, un collègue directeur a tenu à mettre à l’ordre du jour de son conseil d’école la disparition des RASED pour alerter les parents et les élus de ce qui se trame. Il m’a laissé présenter la différence entre aide personnalisée (soutien) et aide spécialisée, et je crois que c’est grâce à ces collègues qui reconnaissent notre travail que nous pouvons espérer. :wink: Les parents ont compris que pour certains élèves, les aides personnalisées sont inefficaces, et que le réseau en apportant son regard pluriel est une des réponses les plus appropriées, car elle est aussi portée par des enseignants. En supprimant les réseaux, on supprime la grande difficulté scolaire, considérant qu’elle n’existe pas, car d’après M. Nembrini, elle sera réglée en amont par les aides personnalisées. En simplifiant, si l’élève est en grande difficulté, soit c’est un problème d’ordre pédagogique qui sera traitée dans le PPRE avec des aides différenciées en classe, des aides personnalisées, ou soit c’est un problème qui relève du champ médical (MDPH). Les difficultés plurielles n’existent plus dans l’ordre pédagogique nouveau où tout est clair et limpide à l’image de la méthode de lecture prenant la lettre comme unité de départ ! :(
D.D.

ExNomade
Visiteur
Visiteur
Messages : 13
Enregistré le : 19 oct. 2008 15:35

Re: Suppression des RASED

Message par ExNomade » 28 oct. 2008 08:17

J'ai aussi beaucoup apprécié les interventions de D. Calin , notamment a la fin, quand il était clairement prouvé que tout ceci n'était qu'une mascarade à la suppression de postes.
Une chose m'apparaît avec une force incroyable :
Il n'y a pas d'évaluation "sérieuse" ne cessait-on de nous seriner des RASED. En existe-t-il une "sérieuse" des enseignants en général ? La seule existante est une "inspection" si je ne m'abuse.
D'autre part, si les postes sont "redéployés", il s'agit bien de la FIN du RASED, n'en déplaise à Mr Nembrini. Il s'agira, peut-être, d'un maître spécialisé dans sa classe, mais il ne travaillera plus en RASED. Il ne prendra plus en charge les élèves en difficulté ne serait ce que de son école à part les siens. Car, on l'a bien dit "l'Aide personnalisée" remplace tout, alleluia !(comme si les instits ne le faisaient pas déjà avant !!)
Je suis cynique, mais n'est-ce pas exactement ce qui se trame ?
Et bravo lorsque vous avez rappelé que le directeur devait être, LUI, responsable de l'animation.
Une chose encore : je suis estomaquée par la réaction de certains collègues. Ils ne se rendent pas compte de ce qui se dessine. Pour eux aussi.

Céline71
Animateur
Animateur
Messages : 122
Enregistré le : 05 oct. 2008 10:54

Re: Suppression des RASED

Message par Céline71 » 28 oct. 2008 09:09

[quote=Dominique Douay"]En supprimant les réseaux, on supprime la grande difficulté scolaire, considérant qu’elle n’existe pas, car d’après M. Nembrini, elle sera réglée en amont par les aides personnalisées. En simplifiant si l’élève est en grande difficulté, soit c’est un problème d’ordre pédagogique qui sera traitée dans le PPRE avec des aides différenciées en classe, des aides personnalisées, ou soit c’est un problème qui relève du champ médical (MDPH).[/quote]
Oui, à mon avis c'est un déni des origines (multifactorielles) qui peuvent être en jeu dans la grande difficulté scolaire. En même temps, ce qui est dénié a tendance à se manifester plus fort par la suite. Je crains que l'enfant, celui qui n'arrive pas à être élève, qui est "resté devant chez lui et n'a même pas envie d'aller à la gare prendre le train" pour reprendre la métaphore de M. Buttard dans l'émission d'hier (j'ai beaucoup apprécié) ne se manifeste d'autant plus qu'il n'est pas reconnu et vienne affirmer sa singularité et sa subjectivité avec force. Le comble du système serait que ces "manifestations aiguës de subjectivité" n'en viennent à augmenter le nombre d'enfants passant à la MDPH et en ressortant avec un diagnostic... enfin bref... J'ai tendance à voir l'avenir sous cet angle et cela ne me réjouit pas.
J'ai apprécié l'émission d'hier. M. Nembrini nous a montré qu'il était un parfait sophiste mais je ne suis pas sûre que les gens soient dupes. Il ne débattait pas, essayer de vendre la soupe ministérielle en essayant de la changer de bol pour la faire mieux passer, et en nous passant de la pommade. Une vraie manipulation... M. Calin et M. Buttard sont restés clairs et posés. Le seul point qui m'a manqué, c'est la question de la formation. "Les enseignants pourront eux aussi quitter leur rôle de maître, écouter..." : oui mais ils n'ont pas la formation qui aide à changer de posture,ils n'ont pas toutes les clés en main pour savoir ce qui peut se jouer dans une relation d'aide.... Et si les enseignants spécialisés sont si compétents (dixit M. Nembrini), pourquoi vouloir supprimer des formations si performantes ?

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Suppression des RASED

Message par Daniel Calin » 28 oct. 2008 10:34

Tout à fait d'accord avec Céline71 quant au fait qu'il aurait fallu aborder la question de la formation des enseignants. Il était diplomatiquement hors de question d'attaquer les compétences des enseignants ordinaires, ni en général, ni pour le traitement de la difficulté "ordinaire", même s'il y aurait beaucoup à dire là-dessus. Il ne faut quand même pas oublier que, lors de cette émission, les seules attaques contre les RASED sont venues... de collègues - bien plus que de Mr Nembrini lui-même, trop subtil pour se laisser aller à ce genre d'aigreurs.

J'aurais cependant souhaité dire, sans en avoir trouvé l'occasion, qu'il était paradoxal de confier le traitement des difficultés scolaires aux enseignants ordinaires au moment même où le pouvoir s'apprête :
= d'une part, à finir de détruire toute formation professionnelle sérieuse des professeurs des écoles en supprimant les IUFM (même si la formation donnée en IUFM s'était déjà terriblement dégradée par rapport à la formation donnée par les écoles normales, merci Jospin) ;
= d'autre part, à recruter les professeurs des écoles sur une épreuve de "leçon"... sans élèves (voir la maquette du nouveau concours).
Cordialement,
Daniel Calin

Céline71
Animateur
Animateur
Messages : 122
Enregistré le : 05 oct. 2008 10:54

Re: Suppression des RASED

Message par Céline71 » 28 oct. 2008 12:10

Oui c'est sûr que c'est très délicat ce genre de questions (la formation),cela peut être vite une pente glissante... et il faut arriver à souligner son bienfondé sans donner l'impression de critiquer les collègues, arriver à souligner les places de chacun sans les mettre en concurrence ou en rivalité... M. Nembrini semblait parfois mélanger les places de chacun. Le soutien, le renforcement pédagogique, c'est vraiment quelque chose que les enseignants savent faire et qui peut aider les enfants "à l'arrière du train". Je pense pour ma part que cela pourrait très bien s'articuler avec les aides spécialisées si dans les faits cela n'était pas amené à les remplacer. Il me semble que M. Nembrini prenait hier soir en exemple cet enfant de GS suivi par une rééducatrice pendant 2 ans (1er témoignage)... "Si l'aide personnalisée avait existé, est-ce qu'il n'aurait pas pu en tirer tout autant profit (sous entendu aussi bien qu'avec l'aide spécialisée...) ?" C'est là où ça devient compliqué et où la pente glissante se profile ;-)... M. Nembrini nous savonne la piste à ce moment-là, il parle d'écoute (terme cher aux rééducateurs) et moi mon 1er réflexe c'est de m'y jeter ;-), je le reconnais... Donc effectivement il vaut peut-être mieux à ce moment là axer l'argumentation sur la fonction de médiation, fonction tierce des gens de RASED.
Modifié en dernier par Céline71 le 29 oct. 2008 08:51, modifié 2 fois.

stevil
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 76
Enregistré le : 18 juin 2007 23:39

On n'en sait pas plus !

Message par stevil » 28 oct. 2008 14:06

Il y a quand même une grande confusion concernant l'avenir des RASED et la mise en place de la "réforme" de ce dispositif.
Entre les annonces de Monsieur NEMBRINI et le compte-rendu de la réunion des IA au MEN, c'est à n'y plus rien comprendre.
Pour mon inspecteur ASH, la chose est claire, on leur a présenté le plan de disparition totale des RASED programmée sur 3 ans et l'IA va sortir une circulaire fin novembre à ce sujet.

Y-a-t-il une circulaire du MEN en préparation ?

Monsieur NEMBRINI affirme que seuls 3000 postes sont concernés (Suis-je naïf ?).

Pour couronner le tout, l'IA de CAEN propose des départs en formation E et G pour l'année 2009-2010 (http://www.ac-caen.fr/manche/site/pers/ ... CAPASH.pdf).

Si quelqu'un de "bien placé" travaillant dans une IA ou inspection ASH avait des informations, elles seraient bienvenues.

Bonnes vacances à tous.

crepchanty
Visiteur
Visiteur
Messages : 6
Enregistré le : 15 sept. 2008 20:51

Dans RASED, il y a Réseau !

Message par crepchanty » 28 oct. 2008 15:03

Merci Messieurs Calin et Buttard pour la clarté de vos propos hier à l'émission de France inter. En plus, vous avez été poètes et pédagogues !!! :wink:
On axe beaucoup le débat sur la perte de l'aide aux élèves, c'est vrai que c'est ce qu'on a appris dans la formation... Si les maîtres spécialisés retournent dans la classe, ils vont au moins essayer de faire profiter leurs chers bambins d'un peu de métacognition, de beaucoup de gain de confiance en soi et d'autres "petits trucs" qui aident à mieux comprendre, apprendre et appliquer...
Ce qui me dérange le plus, c'est le côté RESEAU qui a une portée non négligeable... Parce qu'aussi volontaire qu'on soit, quand on a une classe, on est vite submergé par le fonctionnement de cette dite-classe : je ne parle pas des fondamentaux et je passe sur les heures de prépa pour rendre acceptables les séances de sciences et d'histoire, mais je pense aux "t'es inscrit à la visite au musée ? t'as récupéré l'argent de la coop ? qui vient aider à couvrir les livres de la BCD ? mince, il a encore mouillé son pantalon ! qu'est-ce qu'on va faire comme cadeau à la fête de mères ? on peut se voir entre midi et deux pour caler l'utilisation de la salle de musique ? et les frites de la kermesse, qui les cuit ?..." qui sont inévitables dans la richesse de notre corps de métier (d'ailleurs, j'imagine que si on est dans le primaire, c'est souvent aussi parce qu'on aime la polyvalence de notre profession, non ? :roll: ).
Quand on est au RASED, on fait des liens. On connaît plein d'équipes pédas. On retrouve les frères et sœurs de élèves. On a la possibilité d'appeler les assistantes sociales, parler aux parents réticents, vérifier les prises en charge avec le CMPP, chercher les outils les plus adaptés pour travailler telle compétence et en faire profiter l'enseignant Lambda qui galère avec Steven, Dylan ou Anaïs...
La mort des RASED, c'est la mort de ce LIEN, de ces échanges, de ce regard extérieur qui permet de rester vigilant sur le cas d'un Théo, pour pas qu'on dise à ses 11 ans 1/2 devant une saisine de MDPH : "comment ça se fait qu'il en est là et qu'on l'a pas plus aidé avant ?". Il y a beaucoup d'enfants qui passent entre les mailles du filet, hélas. Qui sont dans le train mais qui n'ont pas le bon ticket. Tout simplement parce que les conducteurs et contrôleurs du train sont surchargés, dépassés, espionnés et infantilisés par une compagnie qui leur demande des chiffres et des rapports, par des voyageurs qui préfèrent les WI aux leçons de choses et par une ligne de chemin de fer qui va toujours plus loin, toujours plus vite...
Lorsque je reprendrai une classe, je ne pleurerai pas l'aide à la difficulté. Il y en aura toujours, même avec l'"aide personnalisée" !
Quand je reprendrai une classe, je pleurerai le manque de liens.
J'espère à ne pas avoir à sortir les mouchoirs.
Courage ! :D
Une enseignante de Réseau
PS : en plus de la pétition en ligne, n'oublions pas celle à signer par les conseils d'école. Dans notre secteur, on a fait mettre le sujet à l'ordre du jour de tous les conseils d'école qui viennent.

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 951
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: Suppression des RASED

Message par Daniel Calin » 28 oct. 2008 16:56

crepchanty a écrit :PS : en plus de la pétition en ligne, n'oublions pas celle à signer par les conseils d'école. Dans notre secteur, on a fait mettre le sujet à l'ordre du jour de tous les conseils d'école qui viennent.
Il ne s'agit pas à proprement parler d'une pétition, mais d'un modèle de motion des conseils d’école pour la défense des RASED à faire voter en conseil d'école (format DOC).

Sur le même site, celui du SNUipp 05, voir aussi trois autres excellents outils de mobilisation, un modèle de lettre aux députés et sénateurs, un modèle de lettre aux IEN et un modèle de lettre aux parents. Tous ces documents sont au format DOC.
stevil a écrit :Y-a-t-il une circulaire du MEN en préparation ?
(...)
Si quelqu'un de "bien placé" travaillant dans une IA ou inspection ASH avait des informations, elles seraient bienvenues.
Mr Nembrini est certainement la personne la mieux placée pour répondre à votre question. Il n'a pas donné l'impression d'avoir une réponse claire à donner, c'est le moins qu'on puisse dire. Au contraire, il a systématiquement brouillé les cartes. Il faut y voir un pilotage à vue, très général avec ce gouvernement, plus encore qu'avec les précédents. La vivacité des réactions à la suppression des RASED a dû les surprendre. Donc, ils temporisent, calment un peu le jeu tout en tentant de maintenir leur cap, attendent de voir venir. Et ne vont certainement pas sortir dans la précipitation une circulaire qui risquerait de mettre, encore plus, le feu aux poudres...

Je salue au passage le courage de l'IA de Caen qui fait, dans les circonstances, son travail de cadre de la République : appliquer les textes réglementaires actuellement en vigueur. Et non courir au devant des desiderata du pouvoir, manifestes ou supposés, comme le font la majorité de ses regrettables collègues.
Cordialement,
Daniel Calin

stevil
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 76
Enregistré le : 18 juin 2007 23:39

Déclaration à l'Assemblée Nationale

Message par stevil » 29 oct. 2008 22:46

PARIS, 29 oct 2008 (AFP) - Le ministre de l’Education, Xavier Darcos, a estimé que les postes de professeurs des écoles spécialisés dans l’échec scolaire (dits "RASED") étaient "utiles" et assuré que "nous avons besoin d’eux", devant l’Assemblée nationale mercredi.

Le ministre répondait à une question du député Bruno Le Roux (PS, Seine-Saint-Denis) au sujet de la suppression, dans le budget 2009, de 3.000 postes enseignants spécialisés qui interviennent, par petits groupes, en plus du maître de la classe, au sein des Réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté (RASED).
Ces 3.000 enseignants seront réaffectés, chacun, devant une classe entière.
"Il s’agit de prendre 3.000 postes de RASED, qui sont des itinérants, de les sédentariser, de les implanter dans des classes, là où on a précisément besoin d’eux, où ils vont s’installer dans des équipes pédagogiques permanentes", a dit M. Darcos.
"Ils nous rendront les services dont nous avons besoin, car de fait ces RASED sont utiles, ils ont fait l’effort de se former, ils sont des spécialistes de la difficulté scolaire, nous avons besoin d’eux", a-t-il ajouté.
"Ils sont d’ailleurs 3.000 que nous allons sédentariser en 2009, sur 11.000" existants, a-t-il encore dit.
"Je pense qu’il serait (...) absurde que la solution unique à l’échec scolaire soit de la traiter d’une manière qui est considérée aujourd’hui comme psychologisante ou médicalisante", a affirmé le ministre.
"Evidemment, il y a des cas psychologiques, des situations extrêmement difficiles, je ne le conteste pas, aussi n’avons nous pas du tout touché aux psychologues scolaires", a-t-il assuré.

crepchanty
Visiteur
Visiteur
Messages : 6
Enregistré le : 15 sept. 2008 20:51

déclaration assemblée nationale du 29 octobre

Message par crepchanty » 29 oct. 2008 23:36

Ça y est, je crois que je comprends ! En lisant les propos tenus aujourd'hui par notre ministre lors des débats de l'assemblée nationale, je me suis rendue compte d'un point (je dois être un peu limitée !). En fait, il croit qu'on est juste des répétiteurs...
Cf. le discours qui suit (trouvé sur le site de l'assemblée nationale http://www.assemblee-nationale.fr/13/cr ... 090038.asp) - je préfère ne rien dire et vous laisser juger par vous-mêmes en lisant en particulier en gras l'exemple concret donné par Monsieur Darcos sur ce que doit faire un maître spécialisé...

Suppressions de postes d’enseignants des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté
M. le président. La parole est à M. Bruno Le Roux, pour le groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche.

M. Bruno Le Roux. Monsieur le ministre de l’éducation nationale, ma question s’intéresse à la formation des jeunes et à l’emploi dans l’éducation nationale. La communauté éducative, elle l’a montré ces dernières semaines, est très inquiète de la politique de suppression de moyens que vous menez dans l’éducation nationale.

Je souhaite ici, au nom de très nombreux députés socialistes, être très précis sur les conséquences directes de la suppression, annoncée dans le cadre du projet de budget pour 2009, des 3 000 postes d’enseignants – postes E et G – des réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

Au moment où vous prétendez lutter contre l’échec scolaire, cette mesure, qui annonce la suppression pure et simple des RASED, va de fait priver des dizaines de milliers d’élèves des aides spécialisées mises en œuvre dans le cadre de pédagogies différenciées, aggravant ainsi les inégalités entre les élèves.

M. Yves Censi. C’est faux !

M. Bruno Le Roux. Elle signifie aussi aux enseignants chargés de classe qu’ils seront de plus en plus seuls, là où justement ils réclament de l’aide et du soutien pour faire face aux difficultés du quotidien. Aux enseignants et aux familles confrontés à ces difficultés, votre décision résonne comme un : « Débrouillez-vous tout seuls ! »

De plus, à l’heure où le Gouvernement feint de se préoccuper de l’emploi et ne fait qu’accentuer la précarité, je souhaite aussi vous interroger sur les EVS – emplois de vie scolaire –, qui se sont intégrés totalement aux équipes éducatives et ont montré leur absolue nécessité, et sur les AVS – auxiliaires de vie scolaire –, permettant la scolarisation et l’accompagnement des enfants handicapés.

Si le Gouvernement est réellement attaché à mettre en oeuvre des mesures dans le domaine de l’emploi, alors vous devez, monsieur le ministre, pérenniser les EVS et les AVS dans leur emploi, augmenter leurs effectifs et renforcer leur formation (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR), formation que vous avez progressivement abandonnée pour tous les contrats aidés.

M. Yves Censi. C’est faux !

M. Bruno Le Roux. Monsieur le ministre, les parlementaires socialistes souhaitent le maintien des aides spécialisées proposées par le dispositif des RASED (Applaudissements sur les bancs du groupe SRC et sur plusieurs bancs du groupe GDR) et de ses trois catégories de professionnels titulaires de diplômes spécifiques – maîtres E, rééducateurs et psychologues de l’éducation nationale –, l’abandon par le Gouvernement de la suppression de ces 3 000 postes, la pérennisation des AVS et des EVS pour que l’éducation soit remise au cœur des priorités de l’État. (Applaudissements sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

M. le président. La parole est à M. le ministre de l’éducation nationale.

M. Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale. Examinons la situation objectivement ! Transportons-nous dans une classe de l’école primaire où les élèves suivent un cours de français. Ils étudient le passé composé et l’un d’eux éprouve une très grande difficulté à suivre. Ce dont il a besoin, c’est que son professeur le prenne à part, le jour même, pendant un quart d’heure ou une demi-heure, afin de lui expliquer ce qu’il n’a pas compris. (Interruptions sur les bancs du groupe SRC.) Il n’a pas besoin qu’on lui dise que, dans deux ou trois jours, quelqu’un vienne exprès lui expliquer ce qu’est le passé composé pendant que le reste de la classe apprendra l’imparfait ! (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP. – Protestations sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

Je ne crois pas – il serait même absurde et improductif de prétendre le contraire – que la solution unique à l’échec scolaire soit de le traiter d’une manière considérée aujourd’hui comme psychologisante ou médicalisante. Dans votre département, il y a 338 maîtres E, mais la question de l’échec scolaire y est-elle pour autant complètement réglée ? (Exclamations sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

Nous avons donc demandé à tous les enseignants, sans exception, de prendre en charge une partie de l’échec scolaire, à raison de deux heures pendant leur service. (Applaudissements sur les bancs des groupes UMP et NC.)

M. Jean-Yves Le Bouillonnec. C’est pas possible !

M. Xavier Darcos, ministre de l’éducation nationale. Il y a naturellement des cas psychologiques, des situations extrêmement difficiles, je ne le conteste pas, et c’est pourquoi nous n’avons pas touché aux psychologues scolaires.

Trois mille personnes travaillant dans les RASED, et qui sont des itinérants, seront sédentarisés dans des classes où l’on a précisément besoin d’eux, et travailleront dans des équipes pédagogiques permanentes. Ils nous rendront ainsi les services dont nous avons besoin, car ces RASED sont utiles. Ces personnels ont fait l’effort de se former ; ce sont des spécialistes de la difficulté scolaire et nous avons besoin d’eux ! Nous allons donc en sédentariser 3 000 – et non les supprimer – sur un total de 11 000. De grâce, monsieur le député, ne caricaturez pas mon action ! Les décisions que je prends n’ont qu’un seul but : rendre service aux élèves de la République ! (Applaudissements sur les bancs des groupes UMP et NC. – Protestations sur les bancs des groupes SRC et GDR.)

vercar
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 79
Enregistré le : 30 oct. 2008 13:33

Re: Suppression des RASED

Message par vercar » 30 oct. 2008 13:45

Bonjour
C'est tout à fait sidérant!!Ceci dit, nous nous doutions bien que notre fonction n'était pas clairement définie à ses yeux et au moins, ce discours à mis en évidence ce que l'on supposait.Il ne reste plus qu'à participer massivement le 4 novembre.
Les conseils d'école vont avoir lieu à la rentrée:téléchargeons les documents du SNUIPP 05 et informons les parents de la pétition en ligne.

Céline71
Animateur
Animateur
Messages : 122
Enregistré le : 05 oct. 2008 10:54

Re: Suppression des RASED

Message par Céline71 » 30 oct. 2008 20:36

Je suis tombée sur ce site sur le compte rendu d'une conférence de Meirieu donné en 2005 sur le thème "aide individualisée, programme personnalisée: est-ce la bonne solution pour lutter contre l'échec scolaire?".
Je cite un extrait du compte rendu (à propos des essais de soutien en collège) " L'augmentation de la quantité d'école profite aux élèves un peu faibles qui ont besoin de reprendre plusieurs fois une même notion avant de la fixer, le quantitatif a une signification pour enraciner. En revanche, ce supplément d'école ne sert à rien avec les enfants en échec, il va falloir développer une approche qualitative. On est trop dans la pédagogie de la compensation par rapport à l'échec, on donne plus de ce qui n'a pas marché ou bien on anticipe l'orientation.(...) Plus de la même école donne moins d'école. Le cumulatif génère du rejet".

Je ne sais pas vous mais ce petit bout de compte rendu me parle bien. :D

Marnie
Visiteur
Visiteur
Messages : 9
Enregistré le : 26 oct. 2008 16:53

Re: Suppression des RASED

Message par Marnie » 30 oct. 2008 22:44

de vercar
C'est tout à fait sidérant!!Ceci dit, nous nous doutions bien que notre fonction n'était pas clairement définie à ses yeux et au moins, ce discours à mis en évidence ce que l'on supposait.
Je ne sais pas si cela a un rapport, mais Il me semble que Cette confusion a été depuis quelques années introduite, avec la création dans les Bouches du Rhône de postes de maîtres "PARE".
J'ai découvert ce type de poste l'année dernière après avoir quitté ma clis et intégré une classe ordinaire dans une nouvelle école. PARE signifie "projet d'aide pour la réussite des élèves" (ou quelque chose d'approchant). C'est un enseignant surnuméraire (donc aucune spécialisation en dehors de 2 jours de formation) dans une école. Il a pour mission d'aider les enseignants dans la prise en charge d'élèves en difficulté scolaire ; son intervention peut se faire dans la classe avec l'enseignant ou bien à l'exterieur de la classe (bcd, salle, informatique, etc.) en menant des projets de travail à partir de PPRE établis par l'enseignant responsable de la classe. J'ai participé l'année dernière à 2 journées de formation pour les "néo" au cours desquelles j'ai fait par à l'IEN de mes difficultés à distinguer en quoi le travail du maître "pare" était différent de celui du maître E. La réponse ne m'avait pas convaincue, mais ce qui était sûr pour l'IEN, c'était qu'il ne fallait surtout pas que le rôle, le travail du maître PARE vienne empiéter sur celui maître E. En tout cas la confusion entre les deux missions était "claire" pour les participants à la formation !
Etait-ce déjà la mort annoncée du métier du maître E ?
En tout cas, il y a fort à parier qu'apparaîtront à l'avenir, des postes "fléchés" de ce type réservés pour les maître E.

Répondre