Manque de considération des PE en Itep

(option D)
Répondre
Tiger18
Visiteur
Visiteur
Messages : 4
Enregistré le : 27 janv. 2015 23:28

Manque de considération des PE en Itep

Message par Tiger18 » 01 sept. 2015 22:25

Bonjour,
Je suis PE spécialisé exerçant en ITEP et Sessad. Depuis 2 ans, j'exerce à mi-temps la fonction de coordination. Je suis de plus en plus inquiet du manque de considération des enseignants qui exercent dans ces EMS. Un manque, de la part de notre administration, de la part des directions de ces EMS, ainsi que des syndicats. Je m'explique:
- Il y a de moins en moins de PE avec une option, et de plus en plus de jeunes collègues T1 nommés. Notre administration ne semble pas se soucier plus que cela de cet état de fait. L'autorité fonctionnelle des Directeurs d'EMS prend même le pas sur notre hiérarchie.
- Les EMS comptent de plus en plus sur les UE pour organiser la semaine, cela comble le manque de soin offert, faute de thérapeute.
- Il n'y pas d'ESS au sein des établissements, on économise de l'argent, des postes d'enseignants référents.
- Ces jeunes en souffrance, de part leurs fonctionnements, nécessitent une disponibilité psychique et physique, or les textes proposent de travailler 24h minimum face aux élèves quand nos collègues de SEGPA travaillent 21h et pour certains 18h. Cette situation n'est plus tolérable.
- J'ai signalé aux syndicats ces difficultés, mais cela n'intéresse pas. A ce jour, on se bat plus pour travailler moins et obtenir plus, alors qu'on dispose déjà d'indemnisation ou de bonification indiciaire. Ce combat est sans doute légitime mais il prend toute la place et on ne parle plus du reste. J'ai proposé un jour de profiler les postes, les syndicats ont hurlé, mais quand pour une rentrée 2015, 5 nouveaux nommés et plus un seul enseignant spécialisé, se retrouvent en ITEP, on entend plus personne, c'est dur à encaisser.
- Exercer en ITEP aujourd'hui n'est pas reconnu financièrement, et cela rend les postes de moins en moins attractifs.

Bref, j'avais ce besoin de partage, c'était juste l'histoire d'un enseignant qui espère toujours et veut y croire encore.

akila m
Animateur
Animateur
Messages : 161
Enregistré le : 19 mars 2006 21:19
Localisation : yvelines

Re: Manque de considération des PE en Itep

Message par akila m » 02 sept. 2015 19:30

Tout à fait d'accord avec vous.

il y a beaucoup de chose à dire et à articuler sur cette désaffection des enseignants spécialisés D : ma petite observation est bien sûr limitée à ma circonscription où je suis psychologue. (ex enseignante en hôpital de jour)

-la formation de ces enseignants s'est dégradée depuis 15 ans. Ils ne sont plus préparés psychologiquement comme j'ai pu (ex centre de formation Molitor) l'être. Effectivement, ces jeunes exigent un grande disponibilité physique et psychique et des enseignants qui ont besoin de modèles théoriques pour penser leur souffrance. (cette formation existe-t-elle toujours à Montpellier avec Sylvie Canat ?)
- beaucoup de ceux qui actuellement font cette formation la font par défaut (ne pas avoir été pris en E, G, ou C) pour avoir des ouvertures dans leur carrière ( devenir enseignants référents, directeurs d'établissement, inspecteur .. formateur). Ils n'ont pas l'intention de rester plus de 3 ans sur un classe ( ullis, clis etc). Et choisir un itep ou une classe en hôpital de jour encore plus dites intégrées à une école est la dernière des choses qu'ils souhaitent. Très peu ont un désir, une curiosité pour passer et donner du temps à ces enfants. Il est vrai qu'ils ne trouvent pas de formateur qui le leur impulse.
- Ces structures sont de moins accueillantes et soignantes pour les enfants puisque la rentabilité est devenue la priorité. Les enseignants deviennent du personnel rentable fournit gratuitement par l'éducation Nationale. (comme vous le dite aussi) Les intégrer à un projet de soin et les protéger (par des supervisions, et de la considération) n'est plus à l'ordre du jour. De plus ils n'ont aucun avantage financier à travailler dans ces structures. (par exemple s'ils travaillent dans une classe intégrée en rep plus ils n'auront pas la nouvelle prime)
-Ils sont facilement pointés du doigt et culpabilisés quand leur classe ne tient pas par les soignants du centre de soin.
-Quand un enseignant affecté sur ces classes se trouve en congé longue maladie, il n'est pas remplacé. Ce qui fait que les enfants n'ont plus de scolarité. L'inspection dit qu'elle ne trouve personne, pourtant il y a un nombre impressionnant d enseignants supplémentaires en REP plus qui font parfois double emploi.
-Ces enfants (du moins ceux d'itep) sont diagnostiqués porteurs de troubles très médicalisés qui cachent bien l'idée répandue et vraie qu'ils sont insupportables et impossibles à scolariser si on n'a pas pensé la manière de le faire. Les parents vont peu se mobiliser pour exiger une scolarisation minimale car ils pressentent cela malgré le handicap déclaré de leur enfant. Ils savent bien qu'ils sont pointés comme responsables. Et surtout ils ne vont pas oser revendiquer un enseignant quand leur enfant a mis à mal plusieurs écoles.

Bien pessimiste tout ça. Mais tout ce que vous pourrez faire dans votre petit coin existera quand même.

Romain23
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 23
Enregistré le : 04 avr. 2013 14:29

Re: Manque de considération des PE en Itep

Message par Romain23 » 10 sept. 2015 15:22

J'ajouterai que, non seulement nous ne sommes pas considérés, mais on nous laisse parfois dans des conditions de travail illégales. J'ai fait un signalement au CHSCT concernant l'état des locaux dans lesquels nous exerçons : amiante, installation électrique non aux normes, toilettes hors d'usage, hygiène déplorable (2 ménages /semaine pour 63 élèves), l'eau qui gèle dans le bâtiment en hiver.

Visite du CHSCT (avec la SG de la DSDEN), résultat rien....

Nous avons demandé les suites, rien.

Accessoirement, aucune HSE payée depuis janvier 2015, engagement pris de la DSDEN de verser en juin, rien depuis. 40 HSE, une paille...

Depuis 3 ans, le 4eme poste de l'ITEP (le seul non spécialisé) est pourvu 3 jours après la rentrée, par un T1. Le pompon cette année, la collègue repart au bout d'une journée et nous avons une TR qui vient à l'année. Le premier jour, agression de la part d'un élève. Elle va passer une bonne année (ou elle s'arrêtera)

Répondre