L'ULIS, oui mais pour qui ?

(option D)
Répondre
Steph
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 19 nov. 2006 16:52

L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par Steph » 20 sept. 2012 19:01

Je suis enseignante en ULIS depuis 2 ans et en voyant mes élèves chaque jour, je me pose des centaines de questions quant au pourquoi de leur présence, et plus largement au pourquoi de l'ULIS.
Quand j'observe mes élèves, 9 cette année, je me dis que 2 ou 3 seulement ont vraiment leur place, et tire un réel bénéfice d'être en ULIS.
Les autres élèves sont là, comme ils étaient en CLIS, avec des inclusions en EPS, seule matière qu'ils sont capables de "suivre", pour le reste l'AVS est morcellée. Ils sont non lecteur, n'écrivent même pas phonétiquement, ne reste pas concentrés sur quelque chose plus de 5 minutes... Je ne comprends plus pourquoi je suis là, je dois préparer des élèves non-lecteurs au CFG, ou plutôt à l'IMPro ou en ITEP...?? Je ne fais pas de miracles, et à part les emmener à Lourdes, je ne vais pas apprendre à lire en 1 ou 2 ans à un élève non-lecteur, dyslexique, et/ou avec des troubles du comportement.
Je me dis parfois qu'ils seraient mieux en IME pour se préparer à l'IMPro, travailler manuellement, découvrir un métier... car au collège, sans SEGPA, tout est difficile pour eux et à des milliers lumières de leurs intérêts et de leur niveau.

Alors est-ce moi qui n'ai rien compris au système, sont-ce mes élèves qui ont mal été "orientés" ou tout cela est-il normal ???

Merci de m'éclairer...
Steph

Ulis38
Visiteur
Visiteur
Messages : 7
Enregistré le : 25 août 2012 08:28

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par Ulis38 » 20 sept. 2012 23:03

Bonsoir,
J'ai les mêmes interrogations.
Cette année particulièrement, plusieurs élèves ne pourront pas vraiment bénéficier des inclusions et du collège.
Déficience importante ou TED.
Après avoir bataillé pendant 4 ans pour faire évoluer le dispositif Ulis vers un fonctionnement plus conforme aux textes et au besoin des élèves, je me retrouve avec un groupe d'élèves presque en permanence avec moi, à part 2 heures d'EPS, ou une h de musique...
Ces orientations sont liées au manque de place en IME ou établissements spécialisés, ou à des parents qui refusent cette orientation.
Pas facile !

pirçè
Visiteur
Visiteur
Messages : 10
Enregistré le : 15 oct. 2010 18:50

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par pirçè » 21 sept. 2012 12:01

Le problème, c'est qu'en passant de l'upi à l'ulis il s'est opéré une révolution qui va s'avérer dramatique pour l'ulis et aussi les collèges et lycées.
Ces dispositifs vont exploser car il n'y a plus d'exigences minimales de comportement et d'apprentissages à l'entrée et certains élèves orientés par défaut dans ces structures sont non seulement violentés par l'institution, mais leur cas ne fera que s'empirer. Ils n'ont à leur disposition que deux solutions : soit il se font transparents dans leur classe et rentrent dans une profonde déprime très inquiétante à l'adolescence, soit ils font tout pour se faire exclure, ce qui est un comble pour une classe d'inclusion. C'est le collège qui va devoir s'adapter à tous les publics mais nous en sommes encore bien loin. Il faut tirer la sonnette d'alarme car cette fausse inclusion va devenir une intrusion que tout le monde rejettera.

Steph
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 19 nov. 2006 16:52

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par Steph » 21 sept. 2012 12:54

Je suis d'accord avec vous, et je pense que la plupart des ULIS rencontrent les mêmes difficultés : orientations par défaut, car pas de place en IME, ITEP ou refus des parents de ces structures. Mais je pense quand même que c'est aux enseignants référents d'être plus informés sur l'ULIS, il doivent connaître les exigences minimum pour qu'un élève puisse entrer au collège, à savoir, adapter son comportement aux règles sociales (donc refuser tout élève violent, agressif...) et avoir acquis les apprentissages fondamentaux comme lire et écrire un minima. Et comment la CDAPH (professionnels et enseignants) peut admettre en ULIS un élève déchiffrant à peine...? Pour info, j'ai un élève testé par la COP : 6 ans d'âge mental maxi, dessine le bonhomme têtard... et cela ne questionne personne à part moi...
Donc oui, pirçé, on va arriver à l'explosion de ces classes d'ici peu...
Bon courage à tous
Steph

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 935
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par Daniel Calin » 22 sept. 2012 17:19

D'accord avec vos constatations, sauf en ce qui concerne le passage de l'UPI à l'ULIS, qui a certes aggravé le problème dans certains cas, mais sans rien changer de fondamental. Ce que vous décrivez dans les ULIS, je l'ai constaté dès le début dans la plupart des UPI.

Les enseignants référents ne sont pour rien dans ces dysfonctionnements. Ils n'ignorent pas "les exigences minimum pour qu'un élève puisse entrer au collège", pour une raison bien simple, c'est que cela n'existe pas, ou plutôt n'existe plus depuis la loi de 2005. Il faut savoir que, lorsque cette loi a été débattue, les députés ont refusé un amendement des sénateurs qui introduisait cette limitation à l'inclusion, en particulier par rapport à des élèves dangereux pour les autres. Même cette limite de simple bon sens a été rejetée. Idéologues délirants et députés irresponsables : vous et vos élèves payez maintenant les pots cassés par ces "beaux messieurs", comme dirait le camarade Méluche :twisted: ...

Bon courage à vous et à vos élèves :cry: .
Cordialement,
Daniel Calin

janmiche
Visiteur
Visiteur
Messages : 7
Enregistré le : 04 févr. 2009 04:23

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par janmiche » 25 sept. 2012 05:44

Bonjour à tous,

Mêmes constatations en ULIS lycée pro que je découvre cette année. Des élèves préparant le CAP petite enfance ont un niveau d'à peine CE1 dans certains domaines. La conseillère pédagogique me dit qu'il faut relever le niveau. Je me dis qu'après toutes les années qu'ils ont passées en CLIS et ULIS, le niveau ne sera pas relevé en 2 ans.

pirçè
Visiteur
Visiteur
Messages : 10
Enregistré le : 15 oct. 2010 18:50

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par pirçè » 27 sept. 2012 16:17

bonjour
J'ai redemandé des bilans psy pour mes élèves pour qui des demandes de sortie d'ULIS ont déjà été demandées par les collèges précédents.
La copsy confirme comme la précédente que mes élèves ont une intelligence dans la moyenne ! (comme vous et moi ! j'espère)
Que dois je faire ? On me dit qu'il est trop tard pour les sortir d'ULIS (entendez : personne n'en veut !)
On me dit qu'il vaut mieux quand même les laisser dans le champ du handicap pour bénéficier des 999 points pour l'orientation !
Est-ce que c'est légal ? Leur handicap est comportemental uniquement et personne n'en veut, alors on les mets en ULIS TFC !
Sauf que dans le cadre institutionnel d'un collège, leur état ne fait que s'empirer et cela tout le monde le sait très bien.
Existe-t-il des classes d'ULIS TCC ? Quand j'en parle aux éduc de l'ITEP, ils n'en reviennent pas.
Comment inclure des élèves qui font tout pour se faire exclure par instinct de survie ?
J'essaye de contenir et d'apaiser tant que je peux, mais ce qui me paraissait déjà difficile à faire en ITEP est impossible à faire dans un collège.
Est-ce que nos décideurs en sont conscients ?
J'ai l'impression que l'on est dans la non assistance à personne en danger !
C'est encore un double paradoxe ça : travailler en ULIS TFC sans déficience où tous les gens autour seraient sourds aveugles et muets...

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 935
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par Daniel Calin » 28 sept. 2012 10:36

Sur le fond, l'assimilation des problèmes de comportement à un handicap est effectivement plus que problématique. C'est ce qui m'avait amené à être un des promoteurs de la pétition Les élèves en difficulté à l’école ne sont pas tous des enfants handicapés ! C'était en décembre 2007, déjà ! Nous n'avons évidemment pas été entendus. Au contraire, les choses depuis n'ont cessé d'empirer. Et il faudrait une rupture "politico-sociétale" majeure pour que le mouvement "inclusif" soit ne serait-ce qu'interrogé. C'est comme pour la construction européenne (il y a d'ailleurs un lien, Bruxelles poussant massivement à "l'inclusion" inconditionnelle), plus on va droit dans le mur, plus on accélère !

Vous vous posez la question de savoir si tout cela est légal. La réponse est oui, sans conteste. Voir mon message précédent.

Il existe des ULIS TCC, dans certains départements. Ce n'est pas du tout, en soi, une solution, vous vous en doutez : c'est de fait votre situation. Il existe par contre quelques "classes externées" de certains ITEP, avec soutien fort de l'ITEP, en général avec un enseignant et un éducateur spécialisé de l'ITEP, et possibilité d'allers et retours souples en cette classe et l'ITEP. Expériences rares, difficiles mais très intéressantes.

Je ne me prononcerai pas sur la consciences de nos "décideurs" :evil: .

Enfin, oui, c'est de la non assistance à personne en danger. Et, oui, tout cela est paradoxal, pour le moins doublement !
Cordialement,
Daniel Calin

pirçè
Visiteur
Visiteur
Messages : 10
Enregistré le : 15 oct. 2010 18:50

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par pirçè » 28 sept. 2012 14:07

Merci
Effectivement la rupture "politico sociétale" est nécessaire.
L'inclusion à n'importe quel prix est une aberration et repose actuellement uniquement sur les épaules des CLIS et des ULIS que l'on multiplie sans vergogne.
D'autant que ça permet au RASED de ne plus intervenir avec les élèves les plus en souffrance de l'école.
C'est vrai que le mur se rapproche de plus en plus vite !
Être adolescent aujourd'hui est-ce être en situation de handicap ? Je reçois souvent des élèves du collège qui me supplient de venir dans ma classe maintenant qu'ils savent que la pression y est moins forte et, vu qu'ils ont un niveau scolaire plus faible que mes élèves, je les comprends.
Je devrais peut-être lancer une nouvelle rubrique : travailler en ULIS TCC ? ou en ITEP collège ? ou en IMpro pour élèves d'intelligence moyenne (j'en ai visité un), mais je ne crois pas que ce soit la bonne réponse pour ces ados qui ont surtout besoin qu'on leur "foute la paix" et qu'on les sorte la tête haute enfin de l'institution sans les stigmatiser et vouloir à tout prix les "caser" dans le champ du handicap, alors qu'ils ont besoin d'adaptation.
Je suis en effet très agréablement surpris de constater que ces élèves impossibles à gérer au collège ont eu des rapports de stage élogieux à l'extérieur ! Pas si surprenant que ça d'ailleurs !
En tout cas, ça fait du bien de ne pas être seul pour en parler.

zuzubis57
Visiteur
Visiteur
Messages : 3
Enregistré le : 25 juil. 2009 10:37

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par zuzubis57 » 30 sept. 2012 14:53

Nous sommes une ULIS LP TFC.
L'année dernière, le dispositif accueillait 9 élèves.
Cette année : 15, dont 6 TED....

pirçè
Visiteur
Visiteur
Messages : 10
Enregistré le : 15 oct. 2010 18:50

Re: L'ULIS, oui mais pour qui ?

Message par pirçè » 01 oct. 2012 07:57

bonjour
Faute de place dans les IME et ITEP, on met ensemble des élèves qui avant relevaient de ces deux structures.
Et bien sûr on essaye aussi d'y faire entrer les adolescents en crise du collège que l'on ne veut plus dans les classes.
Ce qui, non seulement n'est pas la solution, mais aggrave encore le cas de ces élèves ! Que devons-nous faire ?
Exercer notre droit de retrait ? Dénoncer ce cas flagrant de délit de maltraitance ? À qui ?
Car la décision de la MDPH fait force de loi et elle est incontestable.
Il me semble que c'est aux enseignants référents de faire remonter les besoins à l'IA et de donner à la MDPH les informations
pour répartir au mieux les effectifs et éviter ces ULIS et CLIS aux interactions "pathogènes"
(Comment un élève autiste pourrait-il s'identifier à un élève ayant des troubles du comportement et inversement ?)
(l'ULIS ne devrait pas être un laboratoire d'expériences aussi hasardeuses et dangereuses)
Or il semble que, pour la MDPH, seul compte le coût du transport et donc la proximité est la seule règle pour les affectations,
et cela même quand la famille s'y oppose !
La carte scolaire n'a pas disparu pour les élèves d'ULIS, bien au contraire elle s'est renforcée.
Courage à tous

Répondre