Enfant difficile en CLIS

(option D)
Répondre
nono
Visiteur
Visiteur
Messages : 5
Enregistré le : 16 juin 2006 16:30

Enfant difficile en CLIS

Message par nono » 25 oct. 2006 22:58

Je suis en CLIS 1. C'est mon premier poste, demandé, 12 élèves, ZEP, une AVS par "intermittence". Je rencontre quelques difficultés relatives au climat de classe. Les enfants pètent toujours les plombs à partir de 10h30 retour de récré, et j'avoue que je ne sais pas trop quoi faire, gestion des conflits en 5 points, conseil coopé, critiques et félicitations, règles (ou loi plutôt comme je viens de lire). Mais en fait j'ai pas mal de difficultés avec l'un des enfants en particulier qui parfois perd son contrôle et ne supporte plus les autres, il insulte et les autres ne le supportent plus. Pour couronner le tout, ma directrice à qui j'ai eu le malheur de parler de mes petits malheurs (j'avais essayé de prendre contact avec la maman de cet enfant en mettant des mots, je sais c'est pas forcément le meilleur moyen) m'a prise en grippe, m'accusant de détériorer le climat de l'équipe pédagogique, de me décharger des enfants difficiles sur le reste de l'équipe, et dernière accusation en date, de dresser un tableau terrifiant de ma classe à ma remplacante. Je suis découragée, parce que j'aime travailler avec ces enfants, même si c'est physiquement épuisant, il y a des moments de communion, quand on ne s'y attend pas et surtout là où c'est le moins bien préparé, mais à côté de ça j'en ai marre des conseils : mettez vos objectifs, faites des fiches de prép, et des accusations.

Gwenaël
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 36
Enregistré le : 06 oct. 2004 18:48

Message par Gwenaël » 02 nov. 2006 15:53

Bonjour !
C'est toujours difficile de répondre à ce genre de question, chaque cas étant tellement unique ...
Néammoins, j'ai eu dans ma classe, l'an dernier, un élève dont le portrait ressemble un peu au tien (et, oh joie, il n'était pas prévu dans ma liste de début d'année ... petit cadeau début octobre :roll: )
Bref, entre les parents débordés (ils l'avaient placés eux-mêmes en foyer) et les collègues bienveillants, mais déjà occupés par leurs élèves (et les CLIS intégrés), j'ai dû gérer le cas "in situ" .

En gros, et en plus des lois de classe, des conseils, etc. (qui sont de toute façon indispensables, mais n'avaient pas beaucoup d'effet sur le chérubin ... 7 écoles différentes en 8 années, il avait de quoi être blasé !), j'ai tenté de l'amener à gérer ses colères, son envie de nuire aux élèves de la classe.
En fait, j'ai remarqué que ses difficultés de comportement étaient instables, cycliques (le lundi, après le week-end à la maison par exemple).
Dans ses moments calmes, cet élève comprenait que son attitude gênait parfois les autres, et l'empêchait de se concentrer.
Au cours de l'année, j'ai donc mis en place des dispositifs pour qu'il prenne conscience de son comportement (cahier de suivi, de comportement etc.) une fois la journée finie.
Je lui ai aussi accordé quelques outils spécifiquement liés à ses troubles (droit d'aller aux toilettes se passer de l'eau sur le visage, d'interrompre son travail pour écrire à sa mère ...), pour minimiser ceux-ci, et par la suite les prévoir...

Ça a fonctionné une bonne moitié d'année (la première félicitation en conseil, quel sourire !), et puis sa situation au foyer et à la maison l'ont rattrapé. :(

Voilà, j'espère que je t'ai apporté quelque info, ne perds pas confiance, et n'hésite pas à proposer des activités plus "légères" aux moments où les élèves ont du mal à se concentrer : graphisme, réinvestissement avec du découpage ludique etc.

nono
Visiteur
Visiteur
Messages : 5
Enregistré le : 16 juin 2006 16:30

Message par nono » 04 nov. 2006 15:15

Merci beaucoup pour ces conseils. En fait ce petit garçon est assez conscient de ses difficultés, je crois qu'il appelle à l'aide en se comportant comme cela, nous faisons déjà les conseils, le cahier de suivi, je vais essayer de lui proposer quelques activités qui pourraient peut-être plus l'attirer (recherches sur le Piton de la Fournaise par ex puisqu'il vient de la Réunion). En fait je me sens très destabilisée, non seulement par cet enfant, la première fois que j'ai du l'empêcher de courser une autre petite, j'en avais les jambes qui tremblaient, mais aussi par l'équipe autour.

Répondre