Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

(option D)
Répondre
solal
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 08 juin 2007 23:53

Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par solal » 09 mars 2008 19:57

Bonsoir
J'ai dans ma classe (clis 1) un élève autiste. Le quotidien est très difficile. Il est en alternance à l'HJ. La psychologue scolaire m'a parlé de "packing", disant que c'était une méthode de soins intéressante. N'y connaissant rien, j'ai fait des recherches sur internet. Je n'ai trouvé que des témoignages négatifs. Continuant mes recherches, je me suis rendu compte de la multitude de théories concernant l'autisme et je me suis également rendue compte que je n'étais pas capable de faire la synthèse de toutes ces approches. Je me suis alors demandé si quelqu'un se sentirait capable de "résumer" tout cela afin que j'en aie une vision plus claire (ou alors de me diriger vers un lien, un article, un ouvrage ...) car c'est très difficile quand on ne possède pas les bases théoriques nécessaires.
Merci de votre aide

Solal

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 258
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par clairea » 12 mars 2008 12:37

Bonjour ,

L'autisme est un thème plusieurs fois abordé sur ce forum, vous pouvez consulter plusieurs textes sur le site également de D. Calin.

Néanmoins, toutes les théories ne vous permettront pas de faire l'économie d'un certain sentiment d'étrangeté face à cet enfant, ni d'un questionnement constant sur le "comment l'accompagner dans sa scolarité". Les théories sont en effet multiples, et controversées, peut être à l'image de la complexité de l'autisme... mais aucune ne résumera votre élève. Inutile d'essayer de vous convaincre que le courant qui est le mien( la psychanalyse) est le juste, cela ne vous aidera pas dans votre rencontre avec cet élève... Mais si vous avez des questions précises... je peux essayer de vous répondre selon mes orientations théoriques.

Peut-être que ce qui pourrait vous être plus bénéfique, ce serait de parler de cet enfant, de votre relation complexe à cet élève...
Votre recherche de théorie n'est elle pas une tentative de mettre en sens des comportements qui vous étonnent, qui vous intriguent ou vous déconcertent... Car, je fais souvent l'expérience de la particularité de cette rencontre avec l'enfant dit autiste (il y a selon les classifications plusieurs formes d'autisme et je me méfie des diagnostics)... Ce n'est pas facile..

Vous pouvez donc trouver de multiples réponses théoriques sur ce forum ou évoquer cette situation particulière sous le couvert de l'anonymat afin que l'on réfléchisse ensemble à la difficulté d'être maître ou maîtresse de cet élève .

Cordialement
Modifié en dernier par clairea le 12 mars 2008 17:01, modifié 1 fois.

solal
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 08 juin 2007 23:53

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par solal » 12 mars 2008 15:36

Merci de votre réponse.
Ma recherche de théorie est en effet liée à un désir de m'en sortir avec mon élève. J'ai très mauvaise conscience en ce qui concerne mon travail avec lui. Je pense que certaines personnes seraient bien plus compétentes que moi et qu'il perd son temps dans ma classe. Pour lui (à mon avis) tout n'est que souffrance et frustration, contrainte. Je sais ce que je fais avec les autres, pourquoi je suis là, même s'ils ont de très grandes difficultés (les 3/4 de mes élèves sont en alternance à l'HJ). Avec lui, j'essaie de faire le moins mal possible, mais je ne sais pas ce que je dois faire de toute façon. J'ai essayé de me documenter sur internet car c'est le seul moyen pour moi d'apprendre des choses. Mon objectif n'était bien sûr pas de trouver une méthode, juste d'en savoir un peu plus afin d'élargir la vision que j'ai de lui.
Vous me parlez d'un "questionnement constant sur le "comment l'accompagner dans sa scolarité"" mais j'ai l'impression qu'il n'y a pas de scolarité, juste de la présence physique. Je me dis qu'il s'en serait peut être mieux sorti avec un autre enseignant. Même si ce n'est pas la bonne interrogation à avoir, c'est celle qu'on a quand on a l'impression de ne pas savoir ce que l'on fait, quels sont les besoins réels de l'enfant... d'où ma recherche de théorie, même si je sais que ça ne peut pas résoudre mes problèmes de classe.
C'est un enfant qui parle à peine, il répète des choses plutôt. Il n'a aucune relation avec les autres. Il fait parfois des choses (=travail scolaire) mais j'ai l'impression que c'est surtout pour qu'on le laisse tranquille par la suite. De plus, ce qu'il demande appelle des compétences inférieures aux siennes. Nous avons des problèmes avec les enfants des autres classes qui ne sont pas tendres avec lui. Il peut être très violent et dangereux à la moindre contrainte, je dois donc épargner mes élèves en ne lui en demandant pas trop, du coup, j'ai l'impression de l'abandonner un peu, de ne pas faire ce qu'il faut.

Solal

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par Pascal Ourghanlian » 12 mars 2008 16:52

Je m'y colle à mon tour, n'étant pas psy, seulement pédagogue :?

Les théories sont nombreuses, diverses, contradictoires - elles tournent vite à la querelle de chapelle.
Ce qui m'a le plus éclairé sur l'"autisme", c'est le témoignage d'une jeune femme diagnostiquée "autiste de haut niveau". Sans doute ce qu'elle décrit n'est-il pas transférable ex abrupto à toutes les situations d'autisme, mais...

Ce qu'elle décrivait, c'est un rapport au monde différent du "nôtre", un rapport sensoriel exacerbé, souvent mono-canal. Un rapport aux sons, aux odeurs, aux visions, aux sensations tactiles ou gustatives poussé à l'extrême qui, à la fois, permet le rapport au monde (et aux autres) et le limite (ou l'empêche). Ce qui conduit l'enseignant, à la fois, à repérer pour l'utiliser le canal privilégié et, petit à petit, à ouvrir les autres pour augmenter les modalités d'approche du monde.

C'était aussi un besoin irrépressible de repères anticipables, dans le temps et dans l'espace. Ce qui signifie pour l'enseignant (sans être un tenant des méthodes comportementalistes TEACH ou ABA) - et que n'importe quel enseignant ordinaire met en place dans sa classe - à proposer un emploi du temps simple et repérable des activités de la demi-journée (voire moins au-début : d'abord tu vas faire ça, après tu feras ça ; d'abord tu fais ton algorithme après tu iras en récréation) et un repérage des lieux de la classe et de l'école (les changements de lieux sont impérativement à anticiper, tant ils sont porteurs d'angoisse : photos repères en lien avec les activités de l'emploi du temps, annonce par un code (musical ou autre) des changements d'activités ou de lieux, etc.).

C'était enfin (si je puis dire...) un vrai rapport aux autres, mais sans les contraintes sociales habituelles et sans les codes communs (le visage est souvent occulté, donc les mimiques, les sourires, les traits du regard ne sont pas nécessairement perçus comme porteurs de sens). D'où un travail spécifique sur la gestuelle, le rapport au corps, les mimiques faciales en situation de communication.

Ce que je crois : seule la foi inébranlable en l'autre comme sujet permet d'avoir le courage, la patience, le temps d'aller vers lui - sans forçage, mais sans laxisme particulier (le "non" est aussi indispensable à un enfant avec autisme que pour un enfant "ordinaire"...).

Et, surtout, le (peu de) temps passé dans la classe, même sans retour explicite et avec l'impression que "rien ne se passe", manifeste le pari que quelque chose est possible, que quelque chose advient.
Le problème, c'est : de quel temps dispose-t-on pour se "former" ? comment se positionner face aux autres de la classe ? et même : est-il bien raisonnable de penser que la scolarisation en milieu ordinaire (dont la CLIS) est la réponse univoque et systématique pour des enfants avec autisme ?

Des limites de l'intégration (comme on ne dit plus...) !
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 258
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par clairea » 12 mars 2008 16:56

Je comprends mieux votre message, car il existe des formes légères de l'autisme (Asperger) où des apprentissages sont possibles ou du moins plus faciles, mais c'est une autre histoire...

L'autisme, comme vous en faites l'expérience, est avant tout un trouble de la relation allant jusqu'au repli autistique que vous trouverez si bien décrit chez Bettelheim dans La forteresse vide. Si je simplifie, dans toute situation d'enseignement et d'apprentissage (voir le triangle didactique), il y a de la relation, et plus encore de la relation transférentielle, de l'identification et du désir... Un élève apprend car il peut supporter une position de manque (de non savoir), accepter que le savoir est dans l'autre et construire par le biais d'identification narcissique un désir de savoir qui sera moteur du processus d'apprentissage...

Mais quand l'enfant coupe la relation car celle-ci lui fait souffrance, vous vous retrouvez seul(e) à porter la situation d'apprentissage.
Votre mauvaise conscience ne s'alimente que du mythe de croire que vous êtes maître de l'axe relationnel... Or, dans la situation d'une rencontre avec un enfant autiste, vous ne pouvez que constater combien vous n'êtes qu'un élément de cette relation et que cette dernière peut s'épuiser dans le refus de l'autre (l'enfant) de vous rencontrer (au sens de vous prendre comme un partenaire). L'autisme met en échec la relation à l'autre, d'où votre sentiment d'inutilité ou de contrainte... Votre métier est d'amener l'autre à entrer dans un système relationnel de soumission, partenariat et d'apprentissage, l'autisme est une lutte désespérée contre ce genre de relation, vécue là comme une intrusion.

Cela ne veut pas dire qu'il n y a pas d'apprentissage, mais aussi paradoxal et difficile à comprendre que cela soit, ces apprentissages se feront presque indépendamment de vous... dans le triangle didactique, si vous effacez la ligne relation maître élève (dans le respect de la souffrance autistique), les apprentissages peuvent se faire mais on ne les maîtrise pas, on les devine à peine... c'est sûrement le pari de cette scolarité décidée par l'Hôpital de jour.
Vous avez l'impression de l'abandonner ? Il ne demande que ça !!! Il a besoin de ça mais justement ne baissez pas les bras, mettez cette distance nécessaire à l'enfant, effacez-vous mais offrez lui ce bain d'apprentissage avec beaucoup d'humilité... Peut-être que cet enfant vous étonnera :) En maternelle, quand j'observe des enfants avec ces troubles de la relation, je suis toujours émue de les voir s'emparer d'un outil, au moment où plus personne ne le leur demande, ou plus personne ne les voit faire, parfois même de toucher un autre enfant alors que ce dernier ne l'avait pas même remarqué... Ça arrive de temps en temps, et c'est pour cela que rien n'est vain à condition de respecter la souffrance spécifique de l'enfant, dans ce cas, être en relation avec vous et son environnement.

Ne vous découragez pas, la rencontre avec un enfant autiste est une des rencontres les plus difficiles mais quand on parvient à croiser leur regard c'est un moment des plus intenses parmi les rencontres humaines.

PS : la réponse de Pascal est complémentaire, les techniques proposées ont pour but d'aider l'enfant dans sa gestion de son espace relationnel (environnement et personne) en diminuant les angoisses :) (besoin d'immuabilité), ce sont de bonnes pistes mais à appliquer avec beaucoup de souplesse et d'humilité :) et surtout ne vous culpabilisez pas si un matin, rien ne fonctionne... C'est toujours des situations très complexes :)

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par Pascal Ourghanlian » 12 mars 2008 17:34

Belle réponse de Claire - mais qui en doutait :wink: - juste, éclairante et bien dans l'humilité de la rencontre...
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

solal
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 08 juin 2007 23:53

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par solal » 12 mars 2008 18:25

Merci beaucoup pour toutes vos réponses. Personne dans mon entourage professionnel ne me parle de la sorte, je ne trouve pas cette aide qui consiste à m'expliquer quel doit être mon attitude personnelle, je veux dire ma réflexion par rapport à ma fonction et comment appréhender les choses.

akila m
Animateur
Animateur
Messages : 161
Enregistré le : 19 mars 2006 21:19
Localisation : yvelines

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par akila m » 12 mars 2008 19:20

Bonsoir Solal,
Je ne vais certainement pas faire une aussi belle réponse que celle de Claire : ce qu'elle dit est très vrai ; le premier regard échangé est un des plus beaux souvenirs : une naissance.
On vit de moments extraordinaires n'est-ce pas Solal ? En fait je suis assez en colère de voir des enseignants douter de leur place et d'eux-mêmes. Ce forum permet en tout cas à ceux qui l'osent et l'acceptent d'exprimer leur souffrance et leur solitude. Le milieu scolaire est parfois aussi cruel pour les enseignants que pour les enfants. Et bien sûr vous allez devoir faire un livret d'évaluation, un projet scolaire et peut-être devoir annoncer un jour à la famille que cet enfant n'a pas sa place dans une classe en continuant à penser très longtemps qu'avec un autre enseignant cela aurait pu marcher ?

Je vois beaucoup d'enfants comme votre élève retourner à plein temps à l'hôpital de jour ; ils savent réciter, recopier des listes de mots, compter jusqu'à, nommer les parties du corps. Ce que je fais ? Je cache tout ce qui ressemble à des fichiers scolaires (graphismes, numération...) ; les cahiers restent vides ; et les parents donnent pour eux les plus gros (200 pages).
Je les accueille dans ma classe en essayant d'éviter de parler pour rien, en m'écoutant, tout en m'occupant des autres qui travaillent généralement sur des albums (Magnard Que d'histoires !) ou sur l'ordinateur. Mais je peux me le permettre (trois enfants par groupe) et une équipe soignante qui ne me demande pas des comptes et qui reçoit les parents à ma place si je n'en ai pas le courage. Un jour, ces enfants finissent par montrer qu'ils ont accroché avec quelque chose de symbolique et puis autre chose et encore... repérer un personnage du livre, le dessiner et l'afficher à côté de ceux des autres ; c'est un moment de joie pour moi l'enfant et ses pairs que les parents ne comprennent pas forcément.
Souvent ces enfants finissent par me reconnaître en m'associant à un mot que je ne leur ai adressé qu'à eux et qui les a touchés par surprise, un histoire avec eux commence.

en tout cas bon courage Solal m escudie

solal
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 08 juin 2007 23:53

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par solal » 14 mars 2008 23:00

Merci pour votre réponse. C'est positif pour moi d'avoir des témoignages de personnes qui ont quelque chose à me dire sur ce sujet. Les soignants et enseignants de l'HJ constatent, me racontent (un peu) comment ça se passe à l'hôpital mais ne me donnent que peu de "pistes" de travail, et souvent des conseils que je ne peux pas appliquer car, avec 12 élèves qui demandent beaucoup d'attention, on ne peut pas s'occuper correctement de ceux qui ont le plus besoin d'accompagnement et de soutien.

bab0611
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 23 mai 2006 14:38
Localisation : calais

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par bab0611 » 17 mars 2008 16:24

bonjour !

Je venais sur le forum pour ouvrir un sujet sur l'autisme justement !!
Je le ferai peut-être si j'ai le temps par la suite, mais je vais déjà commencer par te répondre...

Il y a 2 ans, j'aurais pu poster un message comme le tien... sauf que je travaillais en IME au lieu de travailler en CLIS (j'avais 16 élèves, mais nous étions 2, une monitrice-éducatrice travaillait avec moi) une de mes élèves était autiste...
Je me sentais démunie, car non formée pour m'occuper d'elle... mais en même temps, je me suis sentie attirée par elle - et elle par moi...
Ça a été une véritable rencontre...

Depuis, une aile 'autiste' (on dit en réalité TED, troubles envahissants du développement, car on parle de plusieurs autismes différents) a ouvert dans mon établissement et j'ai naturellement demandé à y travailler...
Cette année, je m'occupe donc uniquement de jeunes avec autisme (ils ont entre 16 et 20 ans) et je me forme sur le terrain...
Ma collègue (qui est à l'origine de l'ouverture de la section) m'a beaucoup aidée ! Elle connaît tout sur l'autisme et c'est grâce à elle si je tiens la route !

Tes doutes sont tout à fait logiques !! Comment pourrait-il en être autrement ????
Mais si j'interviens, ce n'est pas pour te rassurer, mais pour t'aider ! Tout ce qui t'a été répondu jusqu'à présent est très riche, déjà !
La réponse de M. Ourghanlian est pleines de conseils à suivre pour aider ton élève ! Des repères, toujours des repères ! C'est très important !

Ton élève a-t-il un emploi du temps imagé ??? Ça peut le rassurer s'il est non-lecteur...

Si tu veux des exemples d'activités que ton élève pourrait réaliser en autonomie, ou autre, il faut que tu me dises son niveau scolaire (les miens ont un niveau début CP, pour les meilleurs...) et ils ne sont pas scolarisés à temps plein !! Ils sont très souvent en atelier, avec des éducateurs, car ils ont beaucoup plus de besoins éducatifs que scolaires !!!

N'hésite pas à m'envoyer un mail perso si tu as besoin d'exemples d'activités, c'est justement pour les proposer que je venais sur le forum aujourd'hui !!!
bab.

Pascal Ourghanlian
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 1398
Enregistré le : 16 sept. 2004 19:24
Contact :

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par Pascal Ourghanlian » 03 mai 2008 21:12

Je reviens sur ce fil, étant en train de lire avec passion un livre qui me semble remarquable de justesse et de respect, écrit par un psychanalyste du sud de la France, Henri Rey-Flaud, L'enfant qui s'est arrêté au seuil du langage. Comprendre l'autisme, qui vient de paraître chez Aubier.
En voici deux recensions : d'Elisabeth Roudinesco : http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/ac ... C-TRK-D_01 et de Danièle ? : http://bellesplumes.blogs.courrierinternational.com/ .

Ce qui me frappe le plus, à la lecture de cet ouvrage, c'est la réaffirmation que l'enfant avec autisme est un sujet, ayant fait des choix (fussent-ils inconscients et/ou liés à des interactions) et l'éclairage, que je n'osais avouer mais que je suis heureux de lire sous une plume aussi savante, apporté sur cette "pathologie" par la lecture de nos grands poètes, Henri Michaux par exemple, qui nous aident, grâce à leurs visions et à leurs mots, à approcher les états autistiques.

Une lecture de haute volée, simple et complexe (mais, pour une fois, j'ai eu l'impression de comprendre les propositions de Bion et ses fonctions alpha et bêta), qui me semble la plus à même des parutions récentes d'éclairer l'autisme et une manière possible d'accompagner ceux qui le vivent.
Cordialement,
Pascal Ourghanlian

bab0611
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 45
Enregistré le : 23 mai 2006 14:38
Localisation : calais

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par bab0611 » 06 mai 2008 23:04

Merci pour cette référence !!!!
bab.

clairea
Animateur
Animateur
Messages : 258
Enregistré le : 12 oct. 2005 08:58

Re: Interrogations sur l'autisme : j'essaie de comprendre

Message par clairea » 08 mai 2008 09:48

Tellement de votre avis, Pascal !

Je lirai ce livre pendant les vacances estivale :) merci pour la référence :)

Répondre