Harcèlement en IME

Ou établissements de même type : IMPro, etc. (option D)
Répondre
Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 939
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Harcèlement en IME

Message par Daniel Calin » 20 févr. 2012 15:48

Je reproduis ici, à sa demande, le message d'une personne inscrite à ce forum, mais qui n'est pas parvenue à poster elle-même son message.
Daniel Calin


___________________________________________________________________________________________________________________

Le bizutage et le harcèlement ne concernent pas que les élèves dans l' éducation nationale. J'ai subi le premier, il y a des années, sur un mode psy très violent, ainsi que d'autres instits, dans un établissement spécialisé... de la part de gens prétendant éduquer, des éducateurs séducteurs se "foutant" des instits pour être aimés des ados : hilarité et surnoms idiots adressés aux instits, proférés devant ces ados tout puissants, quolibets repris par ces élèves en pleine ville lors des sorties. Ex. : une collègue pied- noir, très féminine surnommée " Madame Claude" par les éducs, personnel enseignant masculin, parfois frappé, insultes devant mon domicile... sans qu'aucune sanction ne tombe (personnel carburant à Françoise Dolto comprise de travers).
Le personnel bizuteur s'est échappé depuis, dans la maladie et la retraite .Les atteintes à la personne visaient surtout les femmes du Sud, beaucoup d'hommes qui n'osaient se plaindre autrement que par des arrêts de travail, personnel vivant avec gens maniérés, enseignants cultivés de type "bobos du Lubéron".
Le pire dans tout cela : un supérieur qui me remet dans cet IME d'où j' étais partie pour fuir le bizutage. Ce supérieur faisait une fixation sur moi parce que j'avais fait autrefois une très grave dépression qui ne m’empêchait pas d’être portée sur la tchatche ; il me mit des assistantes sociales sur le dos, aucun autre inspecteur ne m'a traitée comme une handicapée sociale.
Personne de l'Education Nationale n'a jamais rien compris aux nombreux arrêts de travail qui survenaient dans cet établissement, j'éprouve de la colère à voir les enseignants d'aujourd'hui beaucoup plus soutenus et pour des faits moins graves.
Bien qu'à la retraite, je reste traumatisée, je ne mets les pieds, ne riez pas, que dans des groupes bienveillants, type catho.
Merci de me lire.
EP

lhoce
Visiteur
Visiteur
Messages : 2
Enregistré le : 22 mai 2012 23:24

Re: Harcèlement en IME

Message par lhoce » 26 mai 2012 14:46

Bonjour,
Il n'est malheureusement pas rare de lire ce genre de témoignage sur ce qui peut se passer dans un établissement spécialisé. Dans ces structures, quand ce n'est pas le public accueilli qui fait les frais de harcèlement de toutes sortes, ce sont les membres du personnel encadrant qui morflent. D'où vient cette vilénie qui s'exprime non sans pudeur ? On tente de mettre à bout une personne sous prétexte qu'elle exprime son désaccord ? La dernière phrase de votre message me fait prendre conscience du besoin d'avoir des gens qui savent simplement aimer l'autre et être aimé d 'autrui. Même si c'est plus facile dit que fait, Il faut se reconstruire avec cette expérience ô combien traumatisante. Car il ne faut surtout pas laisser ce mal externe gagner la santé morale et par conséquent physique. Je vous souhaite de tout cœur d'y parvenir.

PS : je précise bien que ce n'est pas une généralité sur l'ambiance dans les centres spécialisés : il existe bien entendu des personnes qui se donnent corps et âme dans leurs métier d'éducateur et produisent un travail exemplaire.

Boogie
Animateur
Animateur
Messages : 187
Enregistré le : 28 mars 2006 16:20
Localisation : dans l'Ouest
Contact :

Re: Harcèlement en IME

Message par Boogie » 29 mai 2012 15:10

J'ai hésité puis finalement n'ai pas posté un long message expliquant une situation que je vis actuellement dans un ITEP, une situation du même ordre puisqu'il s'agit d'une collègue éducatrice dont l'outillage professionnel se résume à l'usage immodéré de la peur, de l'effroi, de la menace, de la pression, de l'humiliation et de la disqualification. Envers les enfants, mais aussi envers les collègues qui ne se soumettent pas à son délire de toute-puissance - je suis concerné et ai en plus le tort immense d'être un enseignant, ce qui pour elle est une tare à peu près équivalente à celle d'être un bossu coureur de fond.

Je constate (mais ça n'est pas un vrai soulagement) que la situation dans laquelle je me débats concerne ou a concerné aussi d'autres personnes. Le problème majeur dans la situation que j'évoque ici étant que moi, en tant qu'adulte, j'ai encore la possibilité de réagir et de me défendre - mais ça n'est pas le cas des enfants, qui décidément n'ont pas de chances jusqu'au bout.

Le goût de la domination et de la toute-puissance, s'il est déjà impressionnant chez des enfants en cours de construction, est proprement effrayant chez des adultes. Je peine à comprendre comment il est possible de se comporter des façons dont je peux être témoin toutes les semaines chez la collègue éducatrice en question.

Son système est extrêmement sophistiqué, oscillant entre des postures d'une gentillesse forcée d'un crémeux écœurant et allant jusqu'au mépris et à l'agression ouverte et affichée (en fait beaucoup plus fréquentes). Les périodes de triple crème font office de "remise à zéro des compteurs", et pendant quelques mois je me suis fait avoir à ce petit jeu, me disant que, quand même, les moments difficiles sont derrière, enfin c'est passé - mais en fait, évidemment non.

Sa toute-puissance a pour conséquence le tracé d'une ligne très claire : tu te soumets, et tu fais ce que je dis, ou tu vas continuer à manger sévère et je vais te faire une réputation parmi mon réseau dans le personnel (environ 45 adultes). Mes collègues, je les sens soumis, ils la laissent dire (prendre presque 50% du temps de parole en réunion d'équipe alors que nous sommes 5, 6 ou 7), donner des ordres, théâtraliser ses humeurs (car personne dans l'institution ne travaille correctement à part elle, et il y a à manger pour tout le monde) et mettre en scène son incroyaaaaable dévouement, sa lucidité hors du commun sur les situations et la puissance de ses opinions éclairées sur à peu près tout ce qu'on peut tous faire à tous les moments.

Et présenté comme ça, vous vous dites : nan, mais moi, je ne me laisserais pas faire, ça ne se passerait pas comme ça, etc. ? N'est-ce pas que vous vous dites ça ?

Eh bien si, ça se passe comme ça, et je n'exagère pas la soumission que représente l'abandon de mes collègues éducateurs face à ses manières totalitaires.

25 ans d'ITEP, et l'effet miroir est passé dans la boîte noire... L'éducatrice éduque en prenant la position au sommet de la hiérarchie de la terreur, en distribuant taloches et vulgarités à ceux des gamins qui échappent à son contrôle. Il s'agit pour les enfants d'un enfer, et ça n'est pas les câlins odieux car forcés qu'elle leur impose qui peut donner le change : elle est un des gros gros boulets de l'institution, mais se pense comme son avant-garde, voire comme une des seules réellement compétentes. En vérité les effets de sa façon de travailler sont immenses, et ce sont des dommages à la fois sur les enfants et sur ses collègues.

Je ne baisse pas les bras, si je n'ai pas le CRPE cette année (qui m'obligerait à quitter l'ITEP), je vais prendre des dispositions l'an prochain pour affirmer les spécificités de l'approche indissociablement pédagogique et éducative que je défends, dispositions qui forceront aussi les autres à se positionner autrement qu'en pose soumise - pose prise juste pour être tranquille et ne pas la subir.
"Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m'émerveiller des vrais miracles." (PB)

pre28
Visiteur
Visiteur
Messages : 1
Enregistré le : 24 janv. 2012 20:38

Re: Harcèlement en IME

Message par pre28 » 17 juin 2012 22:38

A Ihoce et Boogie, toutes mes excuses, mon témoignage sur le bizutage psychologique étant resté sans réponse pendant des semaines, je n'ai plus regardé pendant 1 mois s' il y en avait. Je vous remercie de m'avoir lue et d'avoir répondu. Quant à l' éducatrice tyran, ne s'agirait-il pas encore d'une travailleuse sociale qui rêvait d'être psy ?
Merci et encore mes excuses, courage à vous. E.P.

daniele
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 59
Enregistré le : 14 avr. 2011 18:40

Re: Harcèlement en IME

Message par daniele » 04 juil. 2012 13:33

Non non je ne me dis pas ça ! Sûrement pas. Au contraire, je me dis que je ne pourrais jamais supporter ça sans carrément devenir folle et ce qui mine c'est même pas la perversité narcissique, c'est la non réaction des autres, ça je n'ai jamais réussi à le comprendre, l'enfer c'est les autres !
Je pense devoir mettre en place une stratégie pour faire face à ce genre de situation, situation créée par une personne qui rêve sans doute d'être psy mais pas seulement, c'est plus que ça et il est vrai que je retrouve la gentillesse "narquoise", le côté envahissant en réunion où elle interrompt sans cesse, distribuant son savoir, les abus de pouvoir, la désinformation (oh excuse moi, tu vas m'en vouloir, j'ai oublié de t'inviter à l'ESS),
la manipulation des textes, leur détournement, pour s'approprier le pouvoir, et j'assiste, impuissante pour l'instant, aux interrogatoires intrusifs des parents parce qu'elle est persuadée que, pour avoir des droits, les parents d'enfant handicapé doivent dès le premier entretien lui dire tout de l'enfant en question (faut y être pour y croire ! un vrai interrogatoire de flics, questions courtes en cascades culpabilisantes imposées d'emblée en début de réunion où elle arrive souvent en retard, s’installe et commence à mitrailler sur un ton quand même autoritaire (suffisant) mais avec le sourire et quelques gentillesses au passage évidemment).
Je ne suis pas encore sa cible privilégiée (ce qui doit quand même la frustrer) car je suis bien intégrée et j'en suis encore à l'étonnement sans voix ! J'attends, j'observe, en pensant après coup "elle est grave quand même".
Quand même, elle est grave!

artishow
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 29
Enregistré le : 16 sept. 2011 17:58

Re: Harcèlement en IME

Message par artishow » 06 févr. 2013 20:49

bonjour
que pensez-vous des éducateurs qui "jouent à la maîtresse" ??
J'entends par là qu'ils s'amusent à donner des exercices de toute sorte, sans concerter les instites, des exercices de niveaux non concordants avec celui des jeunes, mettant ainsi tout le boulot des instites par terre et une confusion dans l'esprit des jeunes et par rapport au statut des enseignants et leur place dans l'IME...
Par contre, les instites n'ont pas le droit de prendre un rôle soi-disant d'éducateur, alors qu'ils assistent à des bagarres d'ados dans les couloirs
Ces attitudes sont elles mêmes cautionnées par la direction qui dit devoir séparer les instituteurs des éducateurs dans leurs missions...
N'importe quoi !!

daniele
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 59
Enregistré le : 14 avr. 2011 18:40

Re: Harcèlement en IME

Message par daniele » 08 févr. 2013 19:40

j'avais coutume de dire que tout ce qui était éducateur "j'aimais pas" sans le crier trop fort en fait, je me disais que c'était moi qui exagérait.
J'ai travaillé en IME il y a plus de 20 ans et j'ai eu cette impression de la toute puissance des éducateurs.
Je travaille maintenant occasionnellement avec éducateurs de l'ASE, maison d'enfants, services de placement et je garde la même opinion. Ils me donnent l'impression d'avoir tout pouvoir sur les enfants et n'en font qu'à leur tête. Le secret professionnel est bien pratique.
Je connais des familles d'accueil qui disent subir avec difficultés les éducateurs.
Je me demande à quoi est due cette mentalité particulière. Un jeune ami de ma fille fait des études d'éducateur, il a 22 ans, et il a déjà cette mentalité, genre heureusement que je suis là, moi je vais arranger tout ça !!

akila m
Animateur
Animateur
Messages : 161
Enregistré le : 19 mars 2006 21:19
Localisation : yvelines

Re: Harcèlement en IME

Message par akila m » 13 févr. 2013 18:48

Je ne suis pas très contente également de ce genre d'intervention. J'ai toujours trouvé des éducateurs extraordinaires avec lesquels travailler. les autres je les écartais. et pareil pour les enseignants, les psychologues, les référents de scolarité.... Il est toujours possible de fuir les personnes qui pensent prendre un pouvoir. L'indifférence envers ces personnes est possible, saut si on court après la même chose qu'eux.

Boogie
Animateur
Animateur
Messages : 187
Enregistré le : 28 mars 2006 16:20
Localisation : dans l'Ouest
Contact :

Re: Harcèlement en IME

Message par Boogie » 13 févr. 2013 20:35

il est toujours possible de fuir les personnes qui pensent prendre un pouvoir. l'indifférence envers ces personnes est possible saut si on court après la même chose qu'eux.
C'est vrai, mais partiellement. Car quand on est dans une situation de personne harcelée, l'indifférence est impossible. Je l'ai été, et j'ai appris à me défendre, surtout en faisant réaliser à mon entourage professionnel les tendances à la toute-puissance de ma collègue, qui sans harceler tout le monde en imposait de toute façon à tout le monde. J'étais harcelé parce que je ne me laissais pas faire. Les moindres faiblesses de ma pratique (enseignante) était prétextes à rabaissement, humiliation, et j'étais incapable de répondre.

L'indifférence, oui, aujourd'hui ça fonctionne, parce que ses avis ne me touchent plus comme avant (j'étais débutant, je le suis toujours mais... forcément moins qu'avant). Et parce que ses foudres se sont déplacées sur un de ses collègues éducateurs. Et parce que le travail fait dans l'entourage l'an passé pour déciller les collègues sur ses pratiques violentes et abusives auprès des enfants commence à porter ses fruits.

Donc juste pour préciser : en situation de harcèlement, on n'a pas besoin d'être encore plus culpabilisé qu'on ne l'est (c'est le ressort du harceleur), donc on n'a pas besoin d'entendre que "il est toujours possible de fuir".

Moi je dirais : à un moment donné, oui, il est possible de fuir, mais il faut travailler pour cela, ça n'est pas donné, ça n'est pas parce qu'on n'y parvient pas qu'on n'y arrivera jamais, et ça n'est pas parce qu'on n'y parvient pas qu'on est en miroir de notre harceleur, c'est-à-dire aussi en recherche de position de domination.
"Je préfère me débarrasser des faux enchantements pour pouvoir m'émerveiller des vrais miracles." (PB)

daniele
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 59
Enregistré le : 14 avr. 2011 18:40

Re: Harcèlement en IME

Message par daniele » 14 févr. 2013 20:29

D'accord avec Boogie.
Il y a des cultures professionnelles comme des cultures d'entreprises, et il y a les statuts, ce ne sont pas les gens qui ont le pouvoir, c'est souvent leur statut qui leur donne l'opportunité de prendre le pouvoir sur les autres. Ainsi le simple concierge peut grâce à son statut d'intermédiaire, de centralisateur de l'info, prendre l'ascendant et avoir de fait un certain pouvoir, de même, les secrétaires, les référents etc etc.
Tous ces postes qui détiennent l'info ou sont intermédiaires sont pratiques pour ce genre d'abus.
Dans ces situations, les y a qu'à, c'est pas vraiment la réponse puis les éviter !!! C'est justement là-dessus qu'ils construisent leur pouvoir, ils savent qu'on ne peut pas les éviter !!! Faut bien qu'on bosse !!
De même, je pense que le harcèlement, dans le sens large du terme, genre ceux qui la ramènent et qui ne laissent pas parler les autres, ou leur font des remarques pernicieuses, les abus de pouvoir, sont de plus en plus fréquents, autrement il n'y aurait pas eu nécessité de légiférer.
On court tous après le pouvoir, le pouvoir d'influence que nous donnent normalement notre compétence et nos connaissances dans notre travail, le pouvoir de changer les choses et c'est normal et sain et cela ne s'apparente pas à la toute-puissance, certainement pas celle qui consiste à juger les autres !!

Répondre