Question de la place de l'évaluation... bis

Ou établissements de même type : IMPro, etc. (option D)
Répondre
chritic
Visiteur
Visiteur
Messages : 10
Enregistré le : 03 déc. 2008 20:04

Question de la place de l'évaluation... bis

Message par chritic »

J'ai peut-être mal défini la zone de mon post... aussi recommence-je ici, ce qui sera peut-être plus évident...

Bonjour à toutes et à tous,

Et bonne année...

Une question occupe mes réflexions et les discussions au sein de l'équipe de l'établissement dans lequel j'assume les fonctions "nouvelles" de coordinateur pédagogique.

Je souhaiterai savoir comment s'organise la remise d'évaluations, la transmission de bilans dans d'autres établissements : périodicité, nature des documents remis (grille "objective" ou petits textes moins cadrés)...

Plus avant, je souhaiterais connaître vos avis sur la question de l'évaluation par rapport à la mise en projet... Est-il possible, opportun d'essayer de construire une forme de contractualisation, d'engagement réciproque autour des compétences visées par les enseignants à l'IME ? Peut-on parvenir à quelque chose qui ressemble au Livret Personnel de Compétence ? Que pensez-vous de l'impact qu'un tel outil pourrait avoir sur nos pratiques en terme de dynamique, de progression, de projets ? Cela vous paraît-il compatible avec la prise en considération de la difficulté que représente le handicap (quid du danger de "forcer", quid du danger de "trop protéger" ?)

Vous remerciant bien sûr par avance.

chritic
Visiteur
Visiteur
Messages : 10
Enregistré le : 03 déc. 2008 20:04

Re: Question de la place de l'évaluation... bis

Message par chritic »

Soit ma question est mal posée, soit... soit... soit...

Personne donc n'a d'avis ou d'expérience à communiquer sur le sujet ?

Pas d'évaluation transmise aux parents dans vos établissements ? Pas de réflexion sur leur pertinence ou leur objectivité ?

Allez...

chritic
Visiteur
Visiteur
Messages : 10
Enregistré le : 03 déc. 2008 20:04

Re: Question de la place de l'évaluation... bis

Message par chritic »

Est-elle stupide ma questions ?

Ou êtes-vous simplement en vacances ?

Fred Gabiot
Animateur
Animateur
Messages : 507
Enregistré le : 08 mars 2009 17:38

Re: Question de la place de l'évaluation... bis

Message par Fred Gabiot »

Je n'ai pas répondu jusque là car je travaille en SEGPA et ce n'est pas directement dans le champ du "handicap".
En ce qui concerne l'évaluation pure, il est indispensable pour moi d'avoir un outil clair, mis à jour en permanence et visible par chaque gamin concerné. Comme je m'occupe de 4ème/3ème, ils ont des échéance d'examen et d'orientation cruciales. Une grande partie de leur futur vie se joue là. Du coup, chaque élève à sa grille de compétences perso (50 % des items sont communs à tous) qui répond aux questions :
Qu'est-ce que tu dois maîtriser pour avoir le CFG ? (examen mini)
Qu'est-ce que tu dois maîtriser pour avoir le brevet ?
Qu'est-ce que tu dois maîtriser pour faire le métier que tu désires ?
Qu'est-ce que tu aimerais maîtriser ?...........
Pour ces ados (voir pour des ados en général), il est fondamental (mais parfois douloureux) et typer-constructif de savoir où on en est dans ses apprentissages.
Un code couleur (rouge/orange/vert), une mise à jour permanente et une transmission aux parents quand ils se déplacent.
Pour moi, une des qualités d'un prof est de voir ce que vaux un élève, de voir ce qu'il pourrait devenir et de lui faire comprendre à quel point on croit en lui pour l'accompagner dans son parcours.

chritic
Visiteur
Visiteur
Messages : 10
Enregistré le : 03 déc. 2008 20:04

Re: Question de la place de l'évaluation... bis

Message par chritic »

Merci,
Je partage a priori ce point de vue, mais me confronte souvent (dans les arguments de mes collègues) à la question du sens et de la portée de la notion de "projet" chez des jeunes d'IME (déficience légère à moyenne) dont l'implication et la compréhension sont "limités"(le terme est maladroit).
S'ajoute à cela la question de l'entretien d'un certain "fantasme" chez les familles... ou au contraire la confrontation avec une réalité difficile à vivre et plombant la représentation qu'elles ont de leur enfant (représentation négative = difficulté à porter un projet pour le jeune, à espérer quelque chose pour lui, à ne pas le considérer comme trop handicapé et à ne pas sombrer du coup dans une logique de "ça ne sert à rien" et il vaut mieux du coup lui éviter toute difficulté)

Et certainement aussi un certain "enkystement" des pratiques facilité par ces arguments...

Fred Gabiot
Animateur
Animateur
Messages : 507
Enregistré le : 08 mars 2009 17:38

Re: Question de la place de l'évaluation... bis

Message par Fred Gabiot »

On retombe toujours dans les mêmes discussions stériles et limite débiles.
Je m'explique. Un livret d'évaluation est un outil. Un outil n'a aucune valeur intrinsèque. Les arguments de tes collègues sont du même niveau que "il ne faut pas utiliser de marteau parce qu'on peut péter la tête du voisin avec". On peut aussi faire pas mal d'autres choses plus sympathique avec......
De la même manière, c'est le système complexe composé par le prof(l'équipe)/l'enfant/les parents/le livret d'évaluation qu'il faut juger. Dans certains cas, j'imagine qu'il vaut mieux ne pas en faire. Le "voila où tu en es" (neutre au départ) peut vite se transformer s'il est mal communiqué en "tu ne vaut rien pauvre nul".
L'idée principal, c'est qu'en partant de ce "voila où tu en es"; on y ajoute "tu as des faiblesses ici et là, mais des points forts dans d'autres domaines", " nous croyons très fort en toi et nous pensons que d'ici un certains temps tu sauras faire ça et ça", " de notre coté, nous allons mettre le paquet pour que ça fonctionne....."...............

chritic
Visiteur
Visiteur
Messages : 10
Enregistré le : 03 déc. 2008 20:04

Re: Question de la place de l'évaluation... bis

Message par chritic »

Oui,

En deux coups de cuillère à pot, on en arrive à cerner les deux axes qui orientent toujours la question.

On solutionne la question dans un "ni ni" ou un "et et" qui satisfait tout le monde et finalement aussi personne, ce qui en soi est une performance.

Il faut des évaluations, de la communication, mais présentées de façon à positiver les choses.

Certes.

L'essentiel se résume donc à la relation, à l'accompagnement. Et souvent les "outils" cèdent petit à petit le pas à la communication verbale, tant mieux en un sens.

En un sens je crois car au travers des discussions que j'ai pu croiser depuis ces 15 dernières années, je constate souvent les mêmes défauts, patents et problématiques à mon sens.

En premier lieu :
(arrêtez-moi si je divague) celui qui parle est toujours le même : c'est l'institution qui parle du jeune, c'est elle qui dit où il en est, c'est elle qui dit où il en va, vers quoi, quand et comment...
Outillée, équipée, elle rend une information plus précise, plus "objective" ? mais c'est elle qui présente, elle qui commente et demande au jeune ensuite son avis (souvent d'acquiescer ?)

Ensuite :
L'autre, parce qu'il est dessaisi (ou pas saisi), ouvre la voie, laisse la voie libre à un travail de l'adulte (éducateur, enseignant) qui se nourrit tout seul : je prévois, je fais, j'évalue, je mesure le remplissage ou l'acquisition du mécanisme, je prévois... et la mécanique se mécanise, même chez les gens de l'ASH. Et la dynamique, je crois, tend à s'effacer car elle est moins interrogée. Ce qui finit parfois par primer, c'est la super idée du projet que j'ai (faire bibliothèque, faire une sortie, m'engager dans telle action, aller faire poney, bon ok avec quels jeunes je vais le faire ?) bien plus que la question du besoin ou de l'envie de chacun.
L'autre est objectivé (en synthèse en particulier), ce qui est pertinent pour programmer le projet qu'on fait pour lui, mais sa place à lui, la place de son projet à lui...

Ma question autour de l'évaluation tournait autour de ce problème, de la question de la dynamique qu'implique a minima l'existence d'un "cursus", d'une référence d'évaluation "chronologisée" (pardon pour l'invention) pour l'équipe pour sortir de l'à peu près, du "je fais au coup par coup..."
Et paradoxalement aussi autour de la place du sujet dans ces dispositifs, de la façon dont il pourrait y poser son empreinte pour déterminer par exemple les priorités.

Je suis depuis quelques temps l'évolution des initiatives autour du livret de compétence expérimental qui alimente pour moi aussi cette réflexion autour des manques rencontrés dans mon établissement.
Voici le lien :
http://eduscol.education.fr/cid50182/li ... ences.html

Merci :roll:

Répondre