La psychoéducation en France

Questions générales sur les formations à l'enseignement spécialisé.
Répondre
anonyme

La psychoéducation en France

Message par anonyme » 23 mai 2005 15:41

Bonjour à tous,

Je suis prof des écoles depuis environ 6 ans et j'enseigne depuis 4 ans en milieu spé (Institut d'éducation motrice). Après mutation, j'exerce depuis un an dans un nouvel institut. Je n'y resterai pas à cause de l'intervention dictatoriale du directeur, bref... Cet état de fait m'a amenée dans un 1er temps à démissionner de ma demande de départ en CAPA-SH en option C. Je me suis donc tournée vers toutes les formations existantes et correspondant à mes attentes bien sûr. J'ai découvert il y a quelques mois la psychoéducation dont vous faites état Mr Calin dans votre liste de formation.

J'ai "creusé", j'ai même rencontré une psychoéducatrice québécoise (délicieux accent ...). Oui mais voilà, si cette compétence me semble d'une véritable intelligence dans un fonctionnement pluridisiplinaire, être d'une réelle efficacité pratique dans le cadre de l'accompagnement des projets individuels... Mais en France ??? Que devient ce savoir-faire ??? Comment est reconnu un diplôme non européen ?

Là est ma question ! Quelqu'un aurait-il une petite réponse ?

Merci dans tous les cas

Lara

Daniel Calin
Administrateur du forum
Administrateur du forum
Messages : 944
Enregistré le : 15 sept. 2004 09:03
Localisation : Retraité, ex-chargé d'enseignement à l'IUFM de Paris
Contact :

Message par Daniel Calin » 23 mai 2005 23:23

À ma connaissance, ce diplôme n'est pas du tout reconnu en France. Pas dans le cadre de l'Éducation Nationale, en tous cas. Nous nous étions approchés de métiers de cet ordre-là au temps des rééducateurs en psycho-pédagogie ou des rééducateurs en psycho-motricité. Démarré dans les années 1950, ce mouvement a culminé dans les années 1970 (voir aussi les Centres Médico-Psycho-Pédagogiques, les enseignements de psycho-pédagogie en École Normale...). En ces temps lointains, notre pays était plutôt à l'avant-garde en ces domaines.

Puis tout cela s'est délité progressivement, emporté par la vague ultra-réactionnaire qui submerge notre société depuis la fin des années 1970, dans tous les domaines. Aujourd'hui, il est de bon ton, dans l'Éducation Nationale, de mépriser et rejeter tout ce qui est un tant soit peu psycho-quelque chose, comme ringard, hors sujet, étranger à l'enseignement, aux apprentissages, etc. Il faut enseigner des processus, évaluer des performances...

Quand un enfant n'apprend pas, ce n'est plus son psychisme qui ne va pas. D'ailleurs, ça n'existe pas, le psychisme. Qui a déjà vu ça, un psychisme ? Ça ne passe ni au scanner ni à la RMN. Quand un enfant dysfonctionne, ce sont ses neurones qui sont de travers, ça, c'est bien connu, c'est scientifiquement prouvé, et on charge un quelconque redresseur de neurones de lui rectifier les circonvolutions. À quoi bon écouter l'enfant ? Certains formateurs d'IUFM, qui doivent se penser d'avant-garde, interdisent même aux futurs enseignants de s'adresser personnellement aux enfants...

Bien sûr, un jour viendra où il faudra bien réinventer tout cela, en ressortant des vieux grimoires... Un jour...

En attendant, le Québec n'est peut-être pas une mauvaise idée pour une jeune personne pensante et sentimentale (vous connaissez le livre Un professeur sentimental ?). L'hiver est rude, mais l'air y est peut-être plus respirable qu'ici...
Cordialement,
Daniel Calin

lara
Visiteur
Visiteur
Messages : 12
Enregistré le : 23 mai 2005 15:28
Localisation : Anjou

de retour du Québec

Message par lara » 30 mars 2006 13:41

:wink: , j'y suis allée l'été dernier et ai pu constater les effets bénéfiques de l'avancée générale dans le domaine éducatif de ce pays... Force est de constater que si nous avons été un jour à la pointe, cette dernière est très élimée...

La psycho-éducation est au contraire une méthode très évaluative mais qui prend en compte l'intégralité de la personne. C'est une sorte de concept de coordination autour du projet d'une personne.

Très peu de personnes en France parlent de cette méthode de travail hélas car elle est ici le clavage de conflits avec les psychologues eux-mêmes jadis maltraités par les psychiatres. Mais le psycho-éducateur ne peut être confondu avec un analyste puisqu'il n'y est pas formé, c'est de psychologie génétique dont il est question, apport théorique nécessaire à la bonne connaissance des différents stades de développement de l'enfant.
Ce qui manque à notre formation d'enseignant français pour permettre non pas au simple sujet apprenant mais à l'enfant de poursuivre son cheminement de curiosité...

En tous les cas merci, cela aura au moins pour mérite d'avoir entendu parler de cette formation (qui est transposée au Viet-Nam et au Chili, à quand la France ????)

Lara
lara

FlorenceBG
Visiteur
Visiteur
Messages : 1
Enregistré le : 24 août 2006 16:39

Intervention sociale en France

Message par FlorenceBG » 25 août 2006 14:40

Bonjour,

Moi je suis Québécoise et j'ai un projet à long terme étant d'aller pratiquer ma profession en France. Je regardais ce que vous disiez par rapport à la Psychoéducation... et ça me démotive car j'ai étudié en Psychoéducation.

Est-il possible en France de travailler dans le domaine sans avoir la formation exacte que vous recevez de votre côté de l'océan ??;)

Au plaisir !!!
Florence

lara
Visiteur
Visiteur
Messages : 12
Enregistré le : 23 mai 2005 15:28
Localisation : Anjou

hélas non,

Message par lara » 04 oct. 2006 16:35

J'ai correspondu avec une jeune française qui est partie au Québec plusieurs années pour y étudier la psychoéducation, elle y est revenue avec un baccalauréat (niveau licence pour la France) mais a dû se rendre à l'évidence lors de son retour en France : rien de rien n'était transposable, les diplômes ici ont une valeur qui correspond bien à ce que disait Mr Calin : il faut un niveau de performance affiché et évalué, il ne peut être reconnu sans cela.

Pour la jeune personne avec laquelle j'ai eu contact, elle a du passer une équivalence pour attester d'un niveau universitaire de trois années car son diplôme n'était pas européen et tentait, aux dernières nouvelles, de passer le concours d'enseignant 1er degré.
lara

Carolyne
Visiteur
Visiteur
Messages : 1
Enregistré le : 13 mars 2007 19:31
Localisation : Montréal

Ce qui en ait de la psychoéducation en France

Message par Carolyne » 14 mars 2007 18:55

Bonjour,

Je termine ma maîtrise en psychoéducation au mois d'avril et je vais possiblement aller passer plusieurs mois en France. Je voulais savoir où en était la France par rapport à la psychoéducation, si les choses avaient bougé ou s'il était toujours difficile de se faire reconnaître la formation ?? Y a-t-il des emplois qui peuvent s'offrir à nous sans toutefois porter le titre de psychoéducateur ou cela est presqu'impossible pour nous intervenant du Québec ????

Merci

Carolyne

Laurent
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 29
Enregistré le : 24 sept. 2004 22:33
Localisation : RASED Pas-de-Calais

Message par Laurent » 15 mars 2007 21:13

Et non, toujours rien du côté de la psychoéducation..... Par contre, enseignant spécialisé option G me semble être le plus proche de votre spécificité, ce que Mr Calin nommait rééducateur mais pour lesquels il n'y a plus 2 spécialités (RPP, RPM).

Du point de vue des équivalences, à mon avis rien n'est envisageable, désolé.
Il faut une licence c'est-à-dire Bac+3, puis le concours de professeur des écoles, puis de l'ancienneté (plus ou moins importante selon le département où l'on enseigne) pour être pris en formation CAPA-SH et ainsi être spécialisé.

Alors..........

lara
Visiteur
Visiteur
Messages : 12
Enregistré le : 23 mai 2005 15:28
Localisation : Anjou

quelques espoirs ...

Message par lara » 06 mars 2008 21:24

En réponse à carolyne qui a écrit l'an dernier, il se trouve que quelques instituts psychiatriques sont sensibilisés à la psychoéducation, je crois savoir qu'en ce domaine, il y a possibilité d'exercer (joindre Suzanne Dugré en Abitibi qui y a envoyé quelques étudiantes).

Dans le domaine éducatif, c'est hélas ce que décrivait Laurent plus haut : bouché.

Dans le secteur des entreprises : franchement je ne sais pas.

Dans le secteur social : en associatif (communautaire) ou indépendant, je pense qu'il y aurait matière à construire des projets, mais cela demanderait la construction d'un projet adapté à la demande spécifiquement locale (la ruralité est le parent pauvre des organismes sociaux et le conseil général peut se montrer un subventionneur généreux mais il ne peut être le seul).

Voilà, le plus sûr me semblerait le domaine psychiatrique.

Bon courage

lara
lara

Répondre