Autisme et "super-nannies"

Questions concernant la politique générale et l'organisation générale des enseignements spécialisés.
Répondre
Carla
Visiteur
Visiteur
Messages : 2
Enregistré le : 10 mars 2007 08:56

Autisme et "super-nannies"

Message par Carla » 13 mars 2007 07:03

De retour sur la planète Education Nationale après une longue interruption et nouvelle venue sur la planète ASH, je voudrais vous faire part de quelques-unes de mes interrogations de néophyte concernant l'intégration des enfants autistes, soit dans des classes ordinaires, soit dans des dispositifs spécialisés tels les CLIS ou UPI.

Apparemment, la tendance est à isoler les troubles autistiques des autres troubles psychiques pour les rapprocher, sur la base d'études scientifiques qui paraissent incontestables, des troubles neurologiques voire d'origine génétique...
Dans ce cadre, diverses techniques de remédiation ont été élaborées et sont dispensées dans les classes par des spécialistes attachés personnellement à chaque enfant autiste et cela me pose au moins 3 questions :

- Je ne suis pas certes compétente pour juger de ces techniques mais je ne sais pourquoi elles provoquent en moi un certain malaise, par leur côté systématique, globalisant, et les séparant encore plus des autres enfants. Cette approche scientifique a tendance à m'effrayer un peu mais sans doute est-ce dû à ma connaissance bien trop superficielle de celles-ci...

- N'est ce pas un peu problématique de faire cohabiter dans une même classe un enseignant de l'éducation nationale et un spécialiste de l'autisme qui est un peu comme un professeur particulier très spécialisé et attaché à un enfant ? d'autant plus que ces super-AVS sont parfois recrutés et payés par les parents... quid alors de l'égalité des enfants à l'école ?

- Ne peut-on craindre que dans cette brèche s'engouffrent d'autres intervenants pas forcément recommandables, cherchant avant tout leur propre profit (ou pire) ? Peut-on imaginer l'école de demain avec, derrière chaque enfant d'un milieu favorisé, un super précepteur, une super Nanny très spécialisée dans un domaine pour apporter une aide particulière à un enfant chez qui un trouble particulier aura été détecté ? Quid alors de l'autonomie de l'enseignant dans sa classe ? Cela ne risque-t-il pas de remettre en cause, à terme, le principe même de l'école publique ?
Et enfin ne va-t-on pas voir se développer le même phénomène avec tous les troubes dys- que, apparemment, on est en train d'isoler des classiques difficultés d'apprentissage ?

Voilà, merci de m'avoir lue, et merci d'avance à ceux qui pourront m'apporter quelques éclaircissements sur ce sujet...

Répondre