Scolarisation des élèves avec autisme

Questions concernant la politique générale et l'organisation générale des enseignements spécialisés.
Répondre
anniem
Visiteur
Visiteur
Messages : 11
Enregistré le : 27 sept. 2008 08:01

Scolarisation des élèves avec autisme

Message par anniem » 02 juin 2014 22:57

J'ai assisté à une animation pédagogique sur la scolarisation des élèves avec autisme et l'animateur, un enseignant spécialisé très chevronné, a dit : "Avec les élèves autistes, le classique trépied pédagogique fondé sur la langue, le groupe et le sens, ça ne marche pas..."

Évidemment, la première réaction de l'enseignante moderne, branchée, que j'aimerais tant être, a consisté à faire fi de ce trépied : "classique ?", pfutt autant dire "vieillerie".
Mais dans un deuxième temps, l'enseignante décérébrée a repris son cerveau en main pour s'interroger : "Mais alors que va-t-il rester si le socle sur lequel repose l'enseignement n'est plus celui-là ? "

Parce que tout de même, les autres modes de communication non verbaux, s'ils présentent l'avantage pour certaines personnes comme les sourds, etc., de pouvoir malgré tout échanger avec leurs semblables, il faut bien noter qu'ils ne présentent pas la même diversité, le même éventail de possibles que la langue parlée. Est-il possible de traduire Proust en langue des signes ou uniquement avec des pictogrammes ?
Quant au groupe, peut-on encore parler de socialisation -qui est quand même la grande affaire de l'école- s'il n'est plus un des pivots de l'école ?
Enfin, en ce qui concerne le sens, là, les bras m'en tombent... l'insensé n'est-il pas synonyme de "fou" de "dément" ?

Quelle École pour l'avenir ? Je me le demande maintenant avec une certaine anxiété.

clairbt
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 27
Enregistré le : 07 févr. 2012 20:52

Re: Scolarisation des élèves avec autisme

Message par clairbt » 03 juin 2014 23:13

"Le trépied pédagogique fondé sur... le groupe... ça ne marche pas" ne signifie peut-être pas que les élèves porteurs de troubles autistiques ne doivent pas travailler avec le groupe. Ces enfants sont souvent en "autosuffisance", ils n'ont pas forcement besoin de l’autre. Alors, justement, ils ont besoin d’étayage pour APPRENDRE à fonctionner avec leurs pairs : ils doivent apprendre à vivre avec un groupe, à côté à certains moments, dedans à d'autres. C’est bien ça, la socialisation, non ?

Des enfants autistes apprennent différemment. Ils s’appuient souvent sur la visualisation.
Il est vrai que les supports de communication sont à la mode, que le picto est parfois présenté comme la solution universelle ! … alors qu’ils ne permettent pas de lire Proust. Faut-il craindre pour autant qu’ils remplacent la littérature ? Ils sont moins riches que le langage verbal. Certes. Mais ils sont indispensables à certains. Ils permettent à des enfants lourdement handicapés, autistes ou non, de signaler qu’ils ont besoin d’aller au toilettes par exemple, ce qui peut leur éviter de porter des couches… Ne sont-ils pas une béquille utile alors ?
Certains enfants ont besoin de ces supports pour intervenir sur leur environnement et pour saisir ce qu’un adulte attend d’eux dans une classe. Ils peuvent ne pas parler, ne pas comprendre. Ils peuvent utiliser le langage mais pas toujours de manière adaptée, ne pas pouvoir trouver pas les mots pour dire au moment où ils en ont besoin, ne saisir qu’une bouillie verbale d’une consigne pourtant voulue simplifiée au maximum… S’ils n’ont pas ou peu accès au langage verbal, doit-on les laisser isolés sous prétexte que les pictos sont réducteurs surtout lorsque c’est leur seul moyen de communication ? Fi de Proust et de Balzac ! du moment que l'école continue de l'apprendre aux lycéens qui ont besoin d'apprendre de la littérature.

Je crois qu’il faut voir ça comme un plus pour un enfant, à un moment donné, et non comme un substitut au langage verbal pour accéder à tout pour toujours et pour tous.
Modifié en dernier par clairbt le 03 juin 2014 23:51, modifié 2 fois.

clairbt
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 27
Enregistré le : 07 févr. 2012 20:52

Re: Scolarisation des élèves avec autisme

Message par clairbt » 03 juin 2014 23:49

La question du sens est plus problématique, je l’avoue.

Si le sens n’est pas un trépied, un point d’appui. Ne peut-il pas rester un but ?

Le principe de la loi de 2005, outre de permettre à des enfants et des adolescents dont le handicap moteur ou sensoriel permet une compensation de devenir de vrais élèves qui suivent une scolarité ordinaire, ce qui n’est déjà pas si mal, et de satisfaire des parents dans leur désir de normalité, ce qui reste discutable, oblige l’école à réfléchir à ce qu’elle a à apporter à chacun des élèves handicapés qu’elle accueille, individuellement. Le projet de l’enfant handicapé accueilli n’est pas forcément celui de l’ensemble de la classe (Ce qui n’exclut pas d’inclure l’élève handicapé à des activités groupales).

Lorsque l’enfant n’est pas sensible au narratif par exemple, les histoires ne sont peut-être pas le meilleurs point de départ pour ses apprentissages. Les enfants autistes peuvent avoir des centres d’intérêt, souvent un peu envahissants d’ailleurs. Tout ce qui tourne autour fait sens pour eux… L’enseignant peut, peut-être, dans une certaine mesure, essayer d’élargir autour, le plus loin possible. C’est une idée. Ça ne signifie pas ça doit devenir envahissant pour tous, conserver ses objectifs d’apprentissages pour les enfants qui vont bien est primordial. Les centres d’intérêt de l’enfant sont un outil (ou par moment un souci….) pour l’enseignant, mais ce n’est pas un outil pour les autres élèves, ni pour l’école dans son ensemble.

L’enseignant doit chercher à donner du sens à la situation de l’élève dans la classe, réfléchir à ses missions et à sa posture vis-à-vis de chacun de ses élèves et du groupe-classe, vis-à-vis de celui de ses élèves qui se place à côté du groupe aussi, fixer et tenir ses projets, ses objectifs.

C’est le souci de l’enseignant dans sa classe, dans son école. Ce n’est pas facile.

Mais je ne crois pas que l’école soit remise en cause par l’accueil d’enfants qui apprennent autrement.

Il reste à l'école bien d’autres soucis. Comme la bêtise des politiques qui décident à la place des enseignants ce qui est bien pour elle...

ou ce qui est le plus rentable pour tous...

ou presque tous...

ou bien peu mais tant pis...

Johanne_D
Visiteur
Visiteur
Messages : 4
Enregistré le : 02 juin 2016 07:57

Re: Scolarisation des élèves avec autisme

Message par Johanne_D » 06 juin 2016 07:31

Bonjour,
Dans le cadre de mon Master Enseignement j'aimerais recueillir des données pour mon mémoire de recherche.

Le thème étant :

""L'inclusion des élèves porteurs d'autisme dans une classe ordinaire.""

Vous serait-il possible de répondre à ces quelques questions ?

Merci à vous.

D.Johanne
Questionnaire pour les professeurs:
https://docs.google.com/forms/d/1xi57Vt ... yk/prefill

Questionnaire pour les parents:
https://docs.google.com/forms/u/0/d/11i ... Uh1oc/edit

Répondre