Plans B !

Questions concernant la politique générale et l'organisation générale des enseignements spécialisés.
Répondre
thibaut39
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 14 juin 2012 12:48

Plans B !

Message par thibaut39 » 03 avr. 2014 21:29

Bonsoir à tous,

A l'heure de "la priorité à l'éducation" scandée par notre président, qu'en est-il de la situation des élèves en situation de handicap ?
Si je pose cette question, c'est qu'il est clair que la situation se dégrade et devient de plus en plus inquiétante et même scandaleuse pour de nombreux élèves.
La loi du 11 février 2005 laissait espérer que les besoins et donc le parcours scolaire de chaque élève en situation de handicap serait respecté. Or, aujourd'hui, les cas se multiplient où l'élève obtient une notification de la MDPH qui correspond tout à fait à son profil mais qui, faute de place, ne sera pas respectée. C'est le cas notamment pour les élèves devant bénéficier d'une scolarisation en IME. Les ARS (agences régionales de santé) ferment de plus en plus de places en IME, parfois pour en ouvrir en SESSAD alors que les suivis sont bien différents et ne répondent pas aux mêmes besoins. Les listes d'attente s'allongent de plus en plus.
Et voilà comment on crée des "plans B", c'est-à-dire des orientations dans des structures de types ULIS collège ou lycée, SEGPA voire inclusions totales dans les classes ordinaires avec ou même sans AVSi. Pire encore (et ce sera très certainement le cas pour l'un de mes élèves (je suis coordo d'une ULIS collège), une déscolarisation car élève de 16 ans ! Cela provoque également des saturations de tous les dispositifs cités.
Les parents, les enseignants, les éducateurs, les directeurs d'établissement, tous se trouvent face à une impasse.
J'ai bien conscience que nous sommes en période de crise et que la tendance actuelle est à l'inclusion (Inclusion que, d'ailleurs, je ne remets absolument pas en question (sinon je ne bosserais pas en ULIS) mais, après 6 ans passés en CLIS et ULIS, je fais le constat qu'elle convient à un certain type d'élèves et à un certain moment de leur vie d'écolier) mais pourquoi devrions-nous, en raison de cela, anéantir les chances de réussite d'un grand nombre d'élèves ?
Les familles concernées ainsi que nous, enseignants, sommes-nous trop silencieux ? Ces jeunes font-ils partie des "pertes acceptables" pour notre société ? Ne sont-ils pas assez visibles ?

Je suis personnellement outré de la manière dont les choses se passent. On crée de l'incertitude, de l'inquiétude, de la frustration, de la rage pour des jeunes et leurs familles. Les enseignants travaillent dur pour la réussite des projets personnalisés de scolarisation et tout ça pour, qu'à terme, les élèves finissent déscolarisés et sans aucune perspective d'avenir ou en souffrance dans un parcours scolaire qui ne leur convient pas !

A tous ceux qui liront ce message, que penseriez-vous de créer un collectif et d'adresser, par voie de presse, une lettre ouverte à notre nouveau ministre de l'éducation, la ministre des affaires sanitaires et sociales ainsi que, pourquoi pas, à notre président, afin de tenter de faire bouger les choses ou, tout du moins, de faire prendre conscience à un maximum de personnes, de la situation inadmissible que vivent certaines familles trop isolées et/ou trop découragées pour se défendre efficacement.

A bon entendeur, salut

daniele
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 59
Enregistré le : 14 avr. 2011 18:40

Re: Plans B !

Message par daniele » 11 mai 2014 16:44

Tout à fait d'accord mais je crois bien que personne ne se préoccupe des questions d'éthique et de respect des enfants et des familles. Je n'ai pas le pouvoir face à cette bureaucratie rigide qui a en plus bonne conscience. Comme tout système, celui instauré par la MDPH tourne à l'absurde et pas seulement faute de moyens. La paperasse, la dilution des responsabilités, l'éparpillement des tâches entre les différentes prises en charge souvent inadaptées aboutissent à une hystérisation du fonctionnement où les apparences suffisent, masquent l’inefficacité des aides et destituent en même temps les parents de leur parentalité.
Un enfant dyslexique se réduit maintenant à une liste d’aménagements pédagogiques et parfois de matériel qu'il n'aura jamais et tout le monde est content.
Peu de parents ont la force de réagir face à cette stratégie plus ou moins consciente relayée par le terrain et aliénante.
Peu de possibilités d'enrayer cette dérive dont tout le monde semble se satisfaire, sauf effectivement si tel ou tel enfant n'est pas orienté suffisamment vite, c'est-à-dire exclu de là où il est. Les AVS "huilent" le système et renforcent l'idéologie selon laquelle le "matériel" suffit, quel que soit l'enfant et la contingence. Plus besoin de penser, il suffit de remplir des questionnaires et de faire des bilans.
C'est de la super organisation interne du travail ça !!! déshumanisante !
Pour ce qui concerne le contre pouvoir éventuel, merci de ton coup de sang, ça me rassure mais je ne vois pas ce qu'il y aurait à faire contre ce constat d'autant que je pense que la majorité se satisfait de ce système.
D'ailleurs peu de réponses à ton message !!

thibaut39
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 21
Enregistré le : 14 juin 2012 12:48

Re: Plans B !

Message par thibaut39 » 13 mai 2014 21:31

Enfin une réponse !!!

Je commençais à désespérer et j'avoue que je ne comprends pas bien le manque de réactions vis-à-vis de ce sujet. Alors MERCI pour ta réponse !
Il est effectivement désolant de se rendre compte qu'il n'y a malheureusement pas grand chose à faire.
Pour l'année prochaine, on m'annonce 6 nouveaux élèves et donc un effectif de 16 sans heures supplémentaires pour mon AVS et ces élèves toujours pas comptés dans la DHG du collège (et ça ne risque pas de changer vu le discours du DSDEN). Les apprentissages risquent d'être encore plus du saupoudrage et le suivi des cours une vraie galère !
6 nouveaux élèves de 6ème dont certains qui sont en attente d'une place en IME (les fameux plans B), ça veut dire 6 futures orientations en 3ème sachant que les ULIS LP sont plus que complètes, les IME... Bref, de la tristesse, pas encore de découragement, une interrogation concernant le discours à adopter face aux parents (comment pourrions-nous leur faire envisager un projet personnalisé mené à bien alors que leurs enfants seront noyés dans un effectif bien trop chargé ?) et surtout de l’écœurement. Ces élèves ne sont pas reconnus comme tels. Ils sont casés là où "il y a de la place". Qu'importe la suite, ils ne gêneront personne pendant 4 ans !
Une fois de plus, la loi de 2005 est bien loin. Poudre aux yeux, mésestime des enseignants qui sont confrontés quotidiennement à ces difficultés, aucun intérêt porté au travail d'élaboration des projets d'orientations...
Il ne fait pas bon être idéaliste actuellement...

daniele
Utilisateur dynamique
Utilisateur dynamique
Messages : 59
Enregistré le : 14 avr. 2011 18:40

Re: Plans B !

Message par daniele » 18 mai 2014 10:48

J'ai reçu un programme de colloque de psychologues pas seulement de l'éducation nationale le sujet est la déshumanisation et la maltraitance institutionnelle faite à la psychologie et à ses représentants et donc le déni des aspects humains dans l'approche institutionnelle.
Certains articles de chercheurs en sociologie des organisations traitent de ces sujets en particulier de la psychologisation à outrance faite par les non psychologues (en gros la psychologie de bazar) et des tenants et aboutissants d'un tel processus.
Reprends la main dans ta classe !! défends tes points de vue et ta compétence !! je ne peux croire que tu sois totalement impuissant à aider tes élèves, éloigne toi du tout pédagogique et renégocie tes objectifs !
Je suis pour ma part assez scandalisée que la maîtresse de l'ULIS de mon secteur n'ait jamais pensé à me rencontrer pour parler des enfants qu'elle reçoit et que je connais bien.
Idem pour la maîtresse de clis qui sort ses photocopies !!
Si cela suffisait ça se saurait et ils ne seraient pas en classe spécialisée.
Reprends la main, sort des aliénations pédagogiques et des prescriptions idiotes et fais ta pédagogie, tu te sentiras moins impuissant car personne ne l'est !!
Certains enseignants commencent à percevoir l'absurdité du système actuel mais, sans cesse culpabilisés, ils n'ont pas suffisamment de distance pour sortir du malaise et objectiver. Même situation que toi, des enfants orientés qui attendent depuis 2 ou 3 ans, alors on met une AVS là où on aurait besoin d'éducateurs spécialisés.
bon courage

Répondre