Prise en charge de jeunes issus d'ITEP en IME

Questions concernant la politique générale et l'organisation générale des enseignements spécialisés.
Répondre
cateyes29
Visiteur
Visiteur
Messages : 2
Enregistré le : 02 juil. 2012 13:41

Prise en charge de jeunes issus d'ITEP en IME

Message par cateyes29 » 03 juil. 2012 11:52

Bonjour,
Je suis actuellement dans la rédaction d'un mémoire pour l'obtention d'un Caferuis, mon sujet est "Une prise en charge spécifique en IME pour les jeunes issus d'ITEP"
Dans ma pratique de terrain, je me suis rendue compte que l'IME des jeunes ayant un parcours initial ITEP. Ils arrivent en IME en deux vagues :
A 16 ans, beaucoup d'Itep du secteur ont une fin de prise en charge à cet âge,
A 13-14 ans

La prise en charge de déficients "harmonieux", comme on disait dans un temps que les moins de 20 ans ...... et celle des jeunes déficients psychiques sont totalement différentes. Cette population arrivant plus agée pose de réels problèmes d'accompagnement pour les professionnels.
Aussi mon questionnement se fait sur plusieurs plans :
- la déficience psychique pourrait elle entrainée une déficience intellectuelle à plus ou moins long terme ?
- pourquoi est ce vers 13-14 ans qu'un certain nombre de jeunes arrivent en IME ?
:?: :?: :?:

Si vous pouviez m'éclairer !!!!

D'avance merci

Cateyes

biscotte
Utilisateur régulier
Utilisateur régulier
Messages : 28
Enregistré le : 12 oct. 2009 19:34

Re: Prise en charge de jeunes issus d'ITEP en IME

Message par biscotte » 07 juil. 2012 21:17

Les troubles psychiques ont une incidence directe sur le fonctionnement cognitif. Voir Boimare, Bergès, Canat entre autres.

Mais ce qui me vient en premier lieu au sujet de votre questionnement est la question des structures/institutions à même d'accueillir des jeunes pour qui avec le temps s'aplanissent les "troubles du comportement" de type agressivité pulsionnelle, mais qui évoluent dans un univers un peu décalé, à la marge, nourri de leur imaginaire très puissant, pour lesquels 1/ la confrontation aux ITEP ado présente un risque de fragilisation supplémentaire qui nuirait à leur épanouissement, 2/ leurs réelles difficultés à composer avec la réalité, sociale, professionnelle, "opérationnelle", limitent des projets d'insertion sociale, en dehors d'un accompagnement + repérant, + enveloppant, si je puis dire.
Cette question a certainement à voir - ce n'est qu'une hypothèse - avec les structures psychiques de ces jeunes qui, avec le temps, prennent les traits + du côté de la psychose, ou du moins du border line très "border". Que cela pose problème aux équipes d'IME, évidemment, parce que ces jeunes ont d'autres modes de fonctionnement relationnel, mais la question est entière de la place et de la qualité de l’accompagnement de ces jeunes, qui, d’après mon expérience, ne sont pas tous devenus déficients, loin de là. La question est complexe, parce que où commence la déficience ?
A côté de cela, j'ai aussi connu des jeunes qui avaient été orientés en ITEP du fait de troubles réactionnels forts, qui se présentaient également sous un aspect déficitaire. Pour ceux-là, l'orientation se fait évidemment aussi en IME, mais je ne pense pas que ce soit pour eux que l'accueil et l'accompagnement soit le plus délicat.
En tous cas, votre sujet m'intéresse beaucoup, parce qu'il pose une vraie question qui anime et les équipes qui orientent ces jeunes, et celles qui les accueillent. Je serais très intéressée pour avoir un retour de vos travaux.
En tous cas, bonne recherche, et si vous avez d'autres questions, je suis disponible.
Cordialement

Répondre